Truc Express ►Comment éplucher une citrouille sans se couper?


À cette période de l’année, il y a des citrouilles partout. Elles servent de décoration pour ceux qui fête l’Halloween, malheureusement, c’est un des fruits qui est le plus gaspillée, car on ne sait pas ou bien, on ne prend pas le temps de le préparer.
Nuage

 

Comment éplucher une citrouille sans se couper?

 

Comment éplucher une citrouille sans se

REZ-ART VIA GETTY IMAGES

Vous ne connaissiez peut-être pas LE meilleur truc.

Par Philippe Lépine

Elle est ronde, ferme et sa peau épaisse, ondulée et rigide. La citrouille ne se laisse pas éplucher facilement. Voici comment faire pour la couper en cubes sans y laisser un doigt.

La méthode la plus efficace

 1. Couchez-la sur le côté, le pédoncule à l’horizontale, puis tranchez-la en deux avec un couteau de chef. Ainsi, elle sera plus stable.

2. Avec une cuillère à soupe, retirez les graines et filaments à l’intérieur.

3. Couchez l’intérieur de la citrouille face contre le plan de travail, coupez chaque moitié en tranches.

4. (Facultatif) Pour de beaux cubes, retirez la partie fibreuse restante avec un petit couteau

5. Inclinez la tranche sur le côté, puis coupez la peau, non pas d’un trait en essayant de faire un parfait mouvement de demi-lune, mais en tranchant chaque angle un à un (comme illustré ci-dessous). Ainsi, vous gaspillerez moins de chair. 

Comment éplucher une citrouille sans se

ARTPIPI VIA GETTY IMAGES

Citrouille 2 façons

En tranches ou en cubes :

  • Rôtis, grillés, bouillis en accompagnement,
  • Ragoûts, currys, bouillis,
  • Farce (pour viandes),
  • Soupes,
  • Salades.

Comment éplucher une citrouille sans se

WESTEND61 VIA GETTY IMAGES

En purée :

  • Potage,
  • Desserts (tarte, muffin, pain),
  • Pâtes farcies, gnocchis, risottos,
  • Sauces, trempettes,
  • Smoothies,
  • Confitures.

Comment éplucher une citrouille sans se

OKSANAKIIAN VIA GETTY IMAGES

3 faits méconnus

1. Bien qu’on s’en serve davantage comme légume, la citrouille est un fruit.

2. La citrouille n’est pas un potiron, ce sont des courges ou cucurbitacées différentes. Les citrouilles appartiennent à l’espèce «Cucurbita Pepo», comme la courgette, tandis que les potirons – à la chair plus douce et sucrée – font partie de la famille «Cucurbita maxima», comme le potimarron. Elles se distinguent normalement par leur pédoncule. Celui de la citrouille est rigide, filamenteux avec des angles précis, alors que celui du potiron est plus souple et cylindrique. De plus, si la citrouille est inévitablement ronde et orange, le potiron peut aussi être ovale, rougeâtre et même parfois vert.

3. La citrouille se conserve plusieurs mois après la cueillette. Une fois coupée, par contre, il faut la consommer la semaine qui suit. Ne pensez donc surtout pas à manger votre citrouille décorative d’Halloween!

Choisir la bonne

Comment éplucher une citrouille sans se

IRISIMAGES VIA GETTY IMAGES

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise citrouille. Le plus important, c’est évidemment qu’elle soit orange et ferme. Plus elle est lourde, plus elle risque d’être charnue.

Si elle a des taches superficielles, le goût n’en sera pas affecté. Par contre, si une meurtrissure est plus profonde, vaut mieux la laisser de côté.

Bien que vous ayez tendance à vous emparer du plus gros fruit à l’épicerie, en cuisine on préfère les citrouilles plus petites. Elles sont plus sucrées, moins humides, plus fermes, et ses saveurs plus concentrées

.https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► 12 aliments frais à conserver séparément


Je ne suis pas si pire, je fais presque toutes les recommandations pour la conservation des fruits et légumes, mais j’ai quand même appris beaucoup de choses intéressantes
Nuage

 

12 aliments frais à conserver séparément

Vous revenez de l’épicerie avec votre panier plein de beaux fruits et légumes frais, mais quelques jours plus tard, ils font grise mine. Voici quelques règles de conservation à adopter pour que vos aliments restent frais plus longtemps.

BY LISA MARIE CONKLIN

Laisser les concombres à part

De nombreux fruits et aliments frais – tomates (eh oui, c’est un fruit), bananes et melons – produisent du gaz éthylène, un agent de mûrissement qui accélère leur détérioration. Les concombres sont super sensibles au gaz éthylène ; il leur faut donc un endroit où leur mûrissement ne sera pas accéléré. Il vaut même mieux les laisser sur le comptoir de la cuisine plutôt que dans le tiroir à légumes du frigo. Si vous tenez absolument à ce que vos concombres restent au frais, vous pouvez les conserver pendant quelques jours au réfrigérateur mais, loin des fruits.

Traitez les fines herbes comme des fleurs

Si vous cherchez à consommer moins de sel ou à relever le goût de vos plats, pensez aux herbes aromatiques, mais ne vous contentez pas de les mettre au réfrigérateur.

« Conservez-les comme si elles étaient des fleurs fraîchement coupées », nous dit Dana Tomlin, directrice des produits frais à la Wheatsville Food Co-op d’Austin (Texas).

Pour commencer, séchez bien les feuilles. Ensuite, coupez le bout des tiges et placez les herbes debout dans une tasse ou un pot Mason avec de l’eau. La plupart des fines herbes se conservent bien de cette façon au réfrigérateur pendant deux semaines. Pour sa part, le basilic préfère rester à température ambiante, toujours dans un pot rempli d’eau. Quand l’eau devient trouble, jetez-la et remplacez-la.

Pas de courges ni de citrouilles avec les pommes et les poires

Les courges et les citrouilles se gardent longtemps, mais il ne faut les placer ni avec des pommes, ni avec des poires ou d’autres fruits en train de mûrir. Selon l’Oregon State University Extension Service, les courges vont jaunir et ne plus devenir bonnes. Les courges et les citrouilles se conservent à 10-13 °C (50-55 °F) : c’est un peu plus frais que la température d’une pièce, mais moins que le frigo. Les grosses citrouilles et courges tiendront jusqu’à six mois, les plus petites, trois mois.

Mettez les légumes racines en sacs

Les carottes, les patates douces, les choux-raves, les betteraves et les oignons contiennent énormément de nutriments apportés par le sol. Pour retenir ces nutriments bons pour la santé, placez les légumes racines dans un endroit frais et humide, à l’abri de la lumière. Une cave à légumes ou une chambre froide sont idéales, mais qui en possède ? L’autre option, selon ohmyveggies.com, consiste à placer ces légumes dans un sac en papier ou en plastique dans le tiroir à légumes. Si vous les mettez tels quels dans le tiroir à légumes, ils vont se ramollir et moisiront plus rapidement.

Un bain au vinaigre pour les baies

Les petits fruits moisissent vite : les spores de moisissure s’installent facilement dans leurs replis. Dana Tomlin conseille de ne pas les laver jusqu’au moment de les manger, car l’humidité favorise la moisissure. Mais si vous achetez chez Costco une cagette de baies, vous prolongerez leur vie de plusieurs jours en les plongeant dans une solution composée d’1 tasse de vinaigre et de 3 tasses d’eau. Puis, mettez-les rapidement dans une passoire et rincez-les en douceur. Le vinaigre empêche la croissance des moisissures. Séchez-les bien, sur de l’essuie-tout, ou en mettant de l’essuie-tout dans l’essoreuse à salade et en tournant lentement. Placez-les ensuite, sans les tasser, dans un contenant à trous ou dans une boîte dont vous laisserez le couvercle partiellement ouvert.

Séparez les pommes des oranges

Ces deux fruits ne s’entendent pas. Ils sont les meilleurs amis du monde dans les peintures de natures mortes, mais des ennemis jurés au réfrigérateur. Les fruits émettent du gaz éthylène, un agent de mûrissement qui entraîne la dégradation des produits qui les entourent, nous explique le chef Matthew Robinson auteur de The Culinary Exchange. Mettez les pommes au réfrigérateur si vous voulez les conserver. Quant aux oranges, elles seront placées dans un filet, pour que l’air circule (un sac de plastique les fera moisir), mais loin des pommes.

Détachez les bananes

Une grappe de bananes, c’est beau à voir, mais elles vont toutes mûrir en même temps et vous allez devoir les manger en deux jours ou jeter celles qui sont abîmées. Voici la solution : détachez-les les unes des autres. Gardez-en quelques-unes sur le comptoir et mettez les autres au réfrigérateur pour retarder leur mûrissement. Si vous avez raté votre coup, et qu’elles sont tachetées, confectionnez un pain ou une crème glacée aux bananes. Les bananes sont aussi bonnes pour la santé de votre peau : écrasez-les en purée pour un masque facial.

Ne mélangez pas pommes de terre et oignons

Les pommes de terre et les oignons rôtis ensemble sont un délice, mais ne les conservez pas côte à côte, car les pommes de terre vont se perdre.

« La meilleure façon, c’est de les placer dans un panier qui laisse passer l’air, dans un endroit frais, à l’abri de la lumière, recommande Dana Tomlin. Vous pouvez les mettre dans un sac en papier, mais elles ne doivent pas se trouver dans une boîte ou un endroit où se produit de la condensation, car autrement elles ramolliront et vous les perdrez. »

Le meilleur ami de l’oignon, c’est l’ail. Ils se conservent très bien ensemble. Placez-les dans un endroit bien ventilé et gardez la tunique (la fine couche supérieure) de l’ail intacte jusqu’à l’utilisation de celui-ci.

Faites mûrir les avocats près des bananes

Selon l’étude conduite en 2017 par Pollock Communications et le magazine Today’s Dietitian, l’avocat occupe le deuxième rang sur la liste des 10 super aliments de 2017. Comme il est cher, il faut l’entreposer correctement.

« Vos avocats ne sont pas assez mûrs ? Placez-les sur le comptoir près des bananes. Les gaz qu’émettent celles-ci vont favoriser leur maturation, dit Dana Tomlin. Pour conserver un avocat, mettez-le au réfrigérateur pour ralentir son sa maturation. »

S’il vous arrive d’en mettre dans un sandwich et qu’il vous en reste, Dana Tomlin suggère de placer l’avocat coupé avec son noyau dans un contenant hermétique, accompagné d’un petit morceau d’oignon.

Les tomates détestent le frigo

À moins que ce ne soit le frigo qui déteste les tomates!  Une tomate fraîche du jardin est tout simplement délicieuse, mais si elle passe du temps au réfrigérateur, elle ramollit et perd son goût. Par contre, une tomate entamée doit aller au frigo pour ralentir la croissance de bactéries nocives. Selon eatright.org, on peut garder des tomates au réfrigérateur pendant deux ou trois jours. Mais les tomates mises à température ambiante ont tellement meilleur goût ! Alors, si c’est possible, laissez-les sur le comptoir.

À l’eau… les carottes, cèleris et asperges

Une branche de céleri croquante avec un peu de beurre d’arachide est une valeur sûre en matière de collation. Et si vous y ajoutez quelques raisins secs… miam ! Mais le céleri ne doit pas être mou ! Ne le mettez donc jamais dans du plastique : le gaz éthylène que ce légume produit ne pourrait pas s’échapper. Conservez le céleri dans du papier d’aluminium. Après chaque usage, réenveloppez-le bien serré. Autre possibilité : si vous voulez qu’il soit toujours prêt à être croqué : découpez-le en bâtonnets que vous mettrez dans l’eau dans un contenant hermétique.

Vous pouvez également conserver les bâtons de carottes dans un contenant d’eau. Pour les asperges, laissez les élastiques qui entourent leurs tiges en place, et ôtez les bouts fibreux car ils sont durs de toute façon. Placez-les, queue en bas, dans un grand verre avec 2 à 3 centimètres d’eau.

Réfrigérez très peu le blé d’Inde

La meilleure façon de consommer ce délice estival c’est de le manger le plus frais possible. Si vous ne pouvez pas le manger aussitôt, mettez-le au réfrigérateur mais pour peu de temps.

« Conservez alors l’enveloppe (les spathes) des épis pour maintenir l’humidité », nous recommande Dana Tomlin.

Ne mettez pas les épis dans un sac en papier ou en plastique. Déposez-les à l’avant du frigo, là où la température est moins froide.

« Les grains vont perdre leur humidité si on laisse le blé d’Inde à une température trop basse », ajoute-t-elle.

http://selection.readersdigest.ca/

e

Des citrouilles pour cartographier les courants marins


Si c’est cela permet de mieux connaitre les courants marins, mieux vaut des citrouilles que les canards en plastique. Ce que je trouve intéressant, la population de la Nouvelle-Écosse peuvent participer à cette étude tout en recevant des informations sur le travail des océanographes
Nuage

 

Des citrouilles pour cartographier les courants marins

 

Il y a plusieurs avantages à utiliser la citrouille pour cartographier les courants marins.

Il y a plusieurs avantages à utiliser la citrouille pour cartographier les courants marins. Photo : iStock

Une équipe de chercheurs de la Nouvelle-Écosse travaille sur un projet à la fois sérieux, mais aussi ludique qui consiste à lancer des citrouilles à la dérive pour cartographier les courants marins.

Dans la première phase du projet, l’équipe de Luna Ocean Consulting cartographiera les courants marins à Grand Passage, en amont d’un déploiement potentiel d’hydroliennes pour produire de l’électricité avec la force des grandes marées.

La technique qui consiste à laisser dériver des corps organiques dans l’eau est très vieille, souligne l’océanographe et membre de l’équipe Thomas Roc.

L’innovation, c’est d’utiliser des drones, qui nous permettent de les suivre à la trace et de manière très, très précise et donc d’obtenir des mesures de qualité.

Thomas Roc, océanographe et membre de l’équipe Luna Ocean Consulting

En plus d’être une technique efficace, elle comporte plusieurs avantages.

« Ça nous permet de mettre ces flotteurs dans l’eau sans avoir à se soucier de les récupérer. Les citrouilles sont évidemment biodégradables, avec absolument aucun impact sur l’environnement et ont l’avantage d’être très peu onéreuses », indique Thomas Roc.

Une course de citrouilles

Pour intéresser la communauté à son projet, l’équipe de chercheurs organise une course de citrouilles dans le Grand Passage.

« C’est assez ludique comme activité. Ça va nous permettre d’expliquer aux gens ce qu’on fait », explique un des initiateurs du projet, l’océanographe Thomas Roc.

Les citoyens sont invités à se procurer une citrouille à Westport, Freeport ou Tiverton le 16 novembre. En soirée, une activité de décoration est organisée au Centre communautaire de Tiverton entre 18 h 45 et 20 h 45.

La course aura lieu à marée haute lors de la prochaine journée ensoleillée, a fait savoir l’équipe.

La cartographie peut sauver des vies

La cartographie des courants marins est utile dans plusieurs situations. Lors d’un déversement de pétrole dans l’océan, par exemple, elle permet de déterminer où le combustible fossile se propage.

Elle peut également sauver des vies humaines, par exemple à l’occasion d’un naufrage, les équipes de recherche et sauvetage peuvent déterminer la direction dans laquelle les gens ont dérivé.

Avec les informations de Jean-Albert Maire

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► UNE HISTOIRE DE L’HALLOWEEN


L’halloween est issu d’une fête païenne qui plus tard le christianisme a voulu s’approprier de cette fête pour la Toussaint fêtée le 1 er novembre le fête des morts. Ce qui n’a pas vraiment marché étant donné que l’halloween a évolué avec le temps et demeure toujours une fête païenne
Nuage

 

Une histoire de l’halloween

 

 


(
Source)

Si l’Halloween est aujourd’hui une fête associée à l’enfance et aux bonbons, ses origines sont plutôt liées à d’anciennes traditions celtiques…

Les célébrations de la Samhain:


Jeux de divination en Irlande le 31 octobre
Crédit photo:
Daniel Maclise, 1833

Chez les populations celtiques d’Écosse et d’Irlande, et plus particulièrement chez les Gaéliques, la période de la fin des récoltes était source de célébrations et marquait en même temps le passage à l’hiver, au froid et à la noirceur. Une période propice à une ouverture entre le monde des vivants et celui des morts, pendant laquelle il était possible de communiquer avec eux, mais pendant laquelle il fallait aussi se protéger de ceux qui pourraient revenir avec de mauvaises intentions. Ces croyances ont donné lieu à un festival appelé la Samhain, célébré il y a plus de 2000 ans du coucher du soleil du 31 octobre à celui du 1er novembre.


(
Source)

Pendant la journée, les gens rentraient les récoltes pour l’hiver, en échangeaient entre eux lorsque nécessaire et ramenaient le bétail des pâturages pour la froide saison. La fin des travaux agricoles était alors marquée par des festivités autour d’un feu de joie, dont la lumière allait protéger les fêtards des mauvais esprits, qui allaient circuler lors de cette nuit bien spéciale.


(
Source)

La christianisation des anciens territoires celtiques au Moyen Âge semble avoir donné naissance à une fête chrétienne dédiée aux Saints catholiques plutôt qu’aux morts, appelée en anglais « All Saints Day », aussi appelée « All Hallows Eve », qui a donné conséquemment le mot populaire d’Halloween. Bien que mise en place afin de détourner les fidèles des anciennes célébrations paiennes, les traditions des feux de joie et des costumes pour effrayer les morts ont été conservées et ont survécu aux siècles…

Des costumes simples… mais effrayants!


(
Source)

Comme les esprits inquiétaient et fascinaient pendant cette nuit bien spéciale, il était de coutume de porter un déguisement la nuit du 31 octobre afin d’effrayer les esprits et fantômes qui auraient voulu faire du mal. À l’origine, ces déguisements étaient simples, mais pensés pour faire peur. Pas de clowns, de sorcières ou de Jedis, de simples draps, de vieux vêtements et de la paille pouvaient être très efficaces!


(
Source)

Et la citrouille?

(Source)

Les origines de l’utilisation d’une citrouille comme lanterne pour circuler dans les rues remontent quant à elles à un ancien mythe irlandais, celui de Jack la Lanterne. La légende raconte que Jack aurait voulu jouer des tours à nul autre que le Diable en personne! Il l’aurait notamment invité un soir pour boire un verre et l’aurait défié de se changer en pièce de monnaie pour payer l’adition. Chaque fois qu’il se jouait du diable, il lui faisait promettre de le laisser tranquille pour une année, pour dix ans, etc. et de ne pas lui prendre son âme.


(
Source)

À sa mort, Jack s’est vu refusé les portes du Paradis, en raison de son côté joueur de tours. Et pour se venger, le Diable lui a aussi refusé les portes de l’Enfer, condamnant Jack è à errer de par le monde avec un morceau de charbon pour éclairer son chemin. Jack aurait creusé un navet pour se faire une lanterne et de ce mythe découlerait la tradition de faire des lanternes avec des pommes de terres, des navets et des citrouilles lors de la nuit de l’Halloween, toujours dans l’espoir d’éloigner les mauvais esprits…

Evelyne Ferron
Spécialisée en histoire ancienne

http://www.historiatv.com/

VIDÉO – États-Unis Un cerf trop curieux


J’espère qu’il vont aider ce pauvre cerf pour quelque chose que certains utilisent en cette saison.
Nuage

 

VIDÉO – États-Unis : Un cerf trop curieux

 

 

Un cerf de Virginie un peu trop curieux se trouve aujourd’hui dans une situation pour le moins compliquée, aux États-Unis.

Pensant sans doute y trouver une sucrerie, l’animal a plongé la tête dans une citrouille en plastique qui est depuis coincée sur son museau si bien qu’il ne peut ni manger ni boire.

Des citoyens ont bien tenté de lui venir en aide en l’attirant avec de la nourriture, en vain.

Les autorités de Mentor, en Ohio, ont été avisées, mais ignorent quoi faire. La situation est maintenant entre les mains du Département des Ressources naturelles.

 

http://tvanouvelles.ca

Citrouille géante : Record canadien pour les Bryson


A l’automne, c’est le temps des citrouilles .. pour certains c’est aussi le temps de participer a des concours de poids .. des citrouilles qui couronnement bien la venue de la saison automnale
Nuage

 

Citrouille géante : Record canadien pour les Bryson

 

Jim Bryson et sa fille Kelsey d’Ormstown en Montérégie sont de nouveau les champions canadiens des citrouilles géantes.

 

Samedi dernier, ils ont établi une nouvelle marque avec un fruit de 795 kg (1753 lb) au Pumpkinfest de Port Elgin en Ontario.

Malheureusement, ils ont perdu leur titre de champion du monde remporté l’an dernier avec un fruit 751.6 kg (1657.6 lb). Cette année, un producteur du Rhode Island est parvenu à dépasser le cap des 2000 lb avec une citrouille de 2009 lb. Pendant ce temps, Claude Colbert de Sainte-Croix de Lotbinière, fracassait le record du Potirothon de Gentilly avec une citrouille de 739 kg (1630 lb) et conservait son titre de champion pour une 4e année d’affilée.

Jim Bryson partage volontiers ses secrets, admettant qu’il est facile avec Internet de tout connaître sur la culture des citrouilles. Internet, révèle-t-il, est d’ailleurs l’endroit idéal pour dénicher les meilleures semences, « la véritable base » pour s’inscrire au grand livre des records. Les producteurs de semences, indique-t-il, vont vous expédier une graine contre la simple promesse de la faire pousser. Outre les engrais traditionnels, celui qui est aussi producteur acéricole réserve aussi une infime partie de sa production de sirop d’érable pour favoriser la croissance de ses citrouilles!

« C’est une véritable fascination, explique Jim Bryson pour motiver sa passion pour les citrouilles géantes. J’ai démarré la saison 2012 avec sept citrouilles et il m’en est resté seulement deux. J’ai perdu les autres en raison de dommages à l’écorce, d’éclatements. C’était trop chaud certains jours. J’en ai perdu une le 1er août de 590 kg (1300 lb), soit 90 kg (200 lb) de plus que notre record de l’an dernier à la même date. »

Jim et Kelsey Bryson ont attendu jusqu’à la dernière minute avant de cueillir (si on peut dire) leur citrouille. Quelques jours de croissance peuvent faire la différence entre une première et une seconde position. En plein été, les citrouilles peuvent gagner jusqu’à 18 kg (40 lb) par jour, comparativement à 1,3 kg (3 lb)/jour aux derniers jours septembre. Ceux-ci sont aussi affichés dans le site Internet www.pumpkinfest.org.

Agriculteur depuis 1980, Jim Bryson cultive des citrouilles depuis à peine cinq ans. Il loue ses terres agricoles pour la culture du maïs et se consacre à l’acériculture. Il a démarré la culture des citrouilles à l’invitation d’un cousin, Harley Sproule. Celui-ci a pris la 3e position cette année au Pumpkinfest avec un fruit de 690 kg (1522 lb).

Au Potirothon de Gentilly (www.mrcbecancour.qc.ca), Claude Colbert a conservé son titre pour une 4e année d’affilée avec un fruit de 739 kg (1630 lb). Ingénieur à la retraite, il s’amuse « à marcher à quatre pattes pour arracher des mauvaises herbes » afin bichonner ses protégées.

« C’est comme de l’agronomie extrême, indique-t-il plus sérieusement pour expliquer sa passion. On essaie toujours de repousser nos limites. D’une année à l’autre, on tente de se battre nous-mêmes. »

http://www.laterre.ca/