Pas ce soir… il va pleuvoir


Certains ou peut-être tous les insectes ne seraient pas très chauds à l’idée de la procréation pendant la pluie probablement par sécurité plus qu’autre chose
Nuage

 

Pas ce soir… il va pleuvoir

 

Des pucerons Puceron de la pomme de terre(Macrosiphum euphorbiae)

Des pucerons de la pomme de terre Photo :  Université de la Georgie/Joseph Berger

Certains insectes modifient leur comportement d’accouplement lors d’une chute de la pression atmosphérique, une baisse qui est dans la plupart du temps annonciatrice de pluie.

Les humains tentent de prédire les conditions météorologiques depuis les temps les plus reculés. La sagesse populaire veut que les animaux agissent différemment selon la météo. Ainsi, les oiseaux volent à faible hauteur et les vaches se couchent quelques instants avant les tempêtes. Certaines personnes prétendent même qu’elles ont mal aux os peu avant la pluie. Et que dire des enfants qui seraient plus turbulents avant les orages.

Très peu de ces observations ont toutefois été vérifiées scientifiquement.

C’était avant les travaux de chercheurs canadiens et brésiliens qui ont analysé les phéromones émises par différentes espèces d’insectes.

Les Drs Jeremy N. McNeil et Christopher G. Guglielmo de l’Université de Western Ontario et leurs collègues ont découvert que trois d’entre elles changeaient leur comportement d’accouplement lors d’une chute de la pression atmosphérique. En fait, elles perdent tout intérêt dans l’accouplement quelques heures avant une tempête. Ce comportement permettrait de réduire les « accidents » et les risques de mortalité, puisque les grands vents et les orages mettent leur vie en danger.

Ces insectes sont le scarabée du concombre (Diabrotica speciosa), la leucanie orbicole (Pseudaletia unipuncta) et le puceron de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae).

Les auteurs de ces travaux, dont les résultats complets sont publiés dans la revue PLOS ONE, laissent à penser que tous les insectes réagissent au mauvais temps. De plus, comme un grand nombre de vertébrés se nourrissent d’insectes, la recherche de nourriture de certains animaux serait également perturbée par une diminution de la pression atmosphérique. Ainsi, une baisse aurait également une incidence sur la communauté écologique dans son ensemble.

http://www.radio-canada.ca/