Après les chocolats noir, au lait et blanc, place au chocolat rubis


On connait le chocolat noir, au lait et le chocolat blanc, et voilà qu’un chocolatier annonce un nouveau venu, le chocolat rubis du même nom que la fève de cacao. Il parait que ce chocolat aurait un gout fruité et doux … Serait-il capable de monter en grande au même titre que les autres chocolats ?
Nuage

 

Après les chocolats noir, au lait et blanc, place au chocolat rubis

 

Repéré par Thomas Messias

Repéré sur The Independent

Ni sucré, ni amer, il est à la fois doux et fruité, vantent les experts.

C’est peut-être une révolution dans le monde des amateurs et amatrices de chocolat. Si vous commenciez à vous lasser du chocolat au lait, du chocolat noir et du chocolat blanc, réjouissez-vous, le chocolatier suisse Barry Callebaut vient d’annoncer la création d’un quatrième type de chocolat, rapporte The Independent. Une première depuis les années 1930.

Baptisé «rubis» –du nom de la fève de cacao du même nom–, ce chocolat aura nécessité treize années de travail, menées conjointement par l’équipe recherche et développement du chocolatier et par l’université Jacob de Brême en Allemagne.

«C’est un chocolat très différent, décrit Angus Kennedy, expert en chocolat. Il est à la fois rafraîchissant, léger, crémeux, avec un goût fruité.» 

La phrase qui suit est à la fois très excitante et un peu effrayante:

«Comme on n’a pas vraiment l’impression de grignoter du chocolat, on peut en manger davantage.»

Mystère et boule de gomme

Il n’est pas impossible que ce nouveau produit soit largement déceptif, même si la réputation du chocolatier et les excellents premiers retours qu’aurait reçu le chocolat rubis donnent très envie d’en croquer.

Barry Callebaut insiste sur la singularité de sa nouvelle star:

«Mon chocolat n’est ni amer, ni sucré, ni lacté. En revanche, il est à la fois fruité et délicieusement doux».

Le Willy Wonka suisse a en tout cas réussi son coup, donnant forcément envie à une bonne partie de la planète de goûter son nouveau produit afin de décider si le rubis a sa place à côté des autres chocolats historiques.

http://www.slate.fr

La forme du chocolat change-t-elle son goût?


Le chocolat est offert de différentes formes, saveurs, grosseurs. En fait, la forme a un impact sur le gout, soit qu’il permet à la saveur de fondre lentement ou au contraire surprend le palais. Mais changer la forme d’un chocolat connu, c’est un grand risque pour le chocolatier
Nuage

 

La forme du chocolat change-t-elle son goût?

 

IStock_000020841850XSmall

Goûte-t-on d’abord avec les yeux?

L’an dernier au Royaume-Uni, le fabricant Cadbury a décidé modifier la forme de ses tablettes de chocolat (les carreaux angulaires se sont arrondis), mais les consommateurs se sont plaints, car ils trouvaient que le goût en avait été détérioré. Pourtant, la recette est restée inchangée.

Des recherches scientifiques ont démontré que pour une même recette, la forme influence vraiment la perception du goût!

Pour comprendre le phénomène entourant la tablette Dairy Milk (on trouvait la nouvelle tablette huileuse et trop sucrée), la BBC s’est penchée sur la question en posant la question à divers spécialistes. 

«La vitesse avec laquelle le chocolat fond dans la bouche détermine la vitesse à laquelle les saveurs se diffusent. Une nouvelle forme peut faire fondre le chocolat plus rapidement et changer le goût», dit le professeur Barry C. Smith, codirecteur et fondateur du Centre pour l’étude des sens à Londres.

D’après les experts, les formes arrondies s’adaptent mieux au palais et favorisent l’onctuosité. 

Les chocolatiers en savent quelque chose, puisqu’ils utilisent différentes formes selon les saveurs qu’ils veulent mettre en vedette. Par exemple, le chef chocolatier Alasdair Garnsworthy, de Chocolate Society (une chocolaterie anglaise), affirme que pour faire goûter une saveur très forte, comme le romarin, il faut privilégier une forme qui fera fondre le chocolat doucement dans la bouche. Si, au contraire, on veut surprendre le palais avec un ingrédient comme le caramel, on utilisera une forme qui fera fondre le chocolat rapidement. 

De plus, l’impact visuel a aussi son rôle à jouer, puis qu’on choisit d’abord avec les yeux. Enfin, lorsqu’on parle d’un produit qu’on connaît bien, on s’attend à retrouver des saveurs familières. Un tout petit changement, comme la forme, peut ainsi surprendre le consommateur, pour le meilleur ou pour le pire…

http://lafouinecuisine.ca/