Washington approuve des «bombes au cyanure» anti-prédateurs


Des pièges au cyanure ont été interdits l’a dernier aux États-Unis quand un enfant a été blessé et son chien fût tué.Des pièges au cyanure ont été interdits l’a dernier aux États-Unis quand un enfant a été blessé et son chien fût tué. Alors comment les autres animaux qui doivent être protégé peuvent éviter ses pièges ? Ils ne peuvent pas et sont donc victime de ces pièges
Nuage


Washington approuve des «bombes au cyanure» anti-prédateurs

PHOTO REUTERS

Les pièges M-44 ont tué 6579 animaux en 2018, dont plus de 200 n’étaient pas initialement visés.

(Washington) Les autorités américaines ont donné leur feu vert à l’utilisation de pièges très controversés au cyanure de sodium destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages, une décision immédiatement condamnée par les défenseurs de l’environnement.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Enfoncés dans le sol, les pièges M-44 projettent un nuage létal de cyanure de sodium lorsqu’un animal en mord l’extrémité, équipée d’un appât. 

L’Agence fédérale de protection de l’environnement (EPA) avait suspendu leur utilisation l’an dernier après que l’un de ces pièges eut blessé un enfant et tué son chien dans l’Idaho. La famille avait porté plainte.

Au terme d’une valse-hésitation sur la question, la nouvelle autorisation d’utilisation a été annoncée jeudi est assortie de conditions plus draconiennes.

Sont notamment rendus obligatoires des distances tampon autour d’habitations et de voies publiques ainsi que la présence de panneaux d’avertissement.

Ces restrictions n’ont toutefois pas apaisé les associations de défense de l’environnement. 

«Cette décision consternante laisse des pièges au cyanure dissimulés dans la nature qui mettent en danger les personnes, les animaux de compagnie et les espèces menacées», a dénoncé jeudi dans un communiqué Collette Adkins, du Center for Biological Diversity.

«L’Agence de protection de l’environnement (EPA) trahit son devoir fondamental de protection du public, des animaux domestiques et sauvages face à l’impact cruel et mortel des bombes au cyanure», a de son côté déploré Kelly Nokes, avocate au Western Environmental Law Center. 

Le département de l’Agriculture a lui au contraire assuré que les pièges M-44 protégeaient des prédateurs «le bétail et les espèces menacées et en voie de disparition» et empêchaient «la propagation de maladies». 

Le président de l’Association de l’industrie ovine américaine, Benny Cox, a lui rappelé que les prédateurs causaient chaque année plus de 232 millions de dollars de pertes aux éleveurs. 

Selon des données gouvernementales, ces pièges ont tué 6579 animaux en 2018, dont plus de 200 n’étaient pas initialement visés, parmi lesquels des opossums, des ratons-laveurs et un ours.

https://www.lapresse.ca

Le Saviez-Vous ► Positions de sommeil chez le chien : découvrez leur signification !


Les positions lors du sommeil du chien peuvent signifier certaines choses. Il dort tout en étant en alerte. Il a une totale confiance à ceux qui l’entourent, il est détendu ou il veut simplement avoir plus de chaleur ou plus de fraicheur
Nuage

 

Positions de sommeil chez le chien : découvrez leur signification !

 

par Clara Zerbib, journaliste animalière

Vous avez peut-être remarqué que votre chien dormait souvent dans une position bien particulière. Or, la façon dont votre chien dort peut en dire long sur son humeur du moment.

Voici donc les positions de sommeil les plus courantes chez les chiens et ce qu’elles signifient !

1. Sur le dos

Lorsque votre chien dort sur le dos, les quatre pattes en l’air, cela signifie qu’il est complètement détendu et à l’aise. En effet, cette position le rend particulièrement vulnérable puisqu’il expose son ventre, sa gorge ainsi que ses principaux organes vitaux.

S’il parvient à dormir ainsi, c’est donc qu’il se sent pleinement en confiance auprès de vous. De plus, se mettre ainsi le ventre à l’air lui permet de refroidir sa température corporelle lorsqu’il a trop chaud.

chien dort

Crédits : iStock

2. Sur le ventre

Si votre chien dort en étant allongé sur le ventre, les pattes tendues vers l’avant et la tête posée sur ou entre ses pattes, c’est qu’il est en train de somnoler et qu’il est susceptible de s’endormir.

Mais, dans cette position, il reste toujours prêt à sauter sur ses pattes en cas de menace ou d’opportunité.

chien dort

Crédits : iStock

3. Sur le côté

Si votre chien dort sur le côté, c’est le signe qu’il est détendu et qu’il est dans une position confortable. C’est la position de sommeil la plus utilisée chez les chiens, notamment lorsqu’ils dorment d’un sommeil profond. En effet, cela leur permet de pouvoir bouger les pattes sans être gênés lorsqu’ils rêvent.

chien couché dort canapé

Crédits : Pxhere

4. Recroquevillé

Lorsque votre chien se pelotonne en boule pour dormir, c’est pour se maintenir au chaud mais aussi pour se faire le plus petit possible. En effet, cela lui donne le sentiment d’être moins vulnérable étant donné qu’il protège ainsi ses organes vitaux.

Il s’agit de la position de sommeil la plus courante chez les loups et les chiens sauvages.

chien dort recroquevillé

Crédits : iStock

5. Les pattes étendues

Lorsque votre chien s’allonge à plat ventre, les pattes avant et arrière complètement étirées, on appelle cela la “position de Superman”. C’est une position de sieste qui permet de pouvoir se relever rapidement mais aussi de se refroidir par temps chaud ou après un effort lorsque le chien est couché sur une surface froide.

À noter que ce sont le plus souvent les petits chiens et les chiots qui adoptent cette position.

chien couché étendu

Crédits : iStock

Source

https://animalaxy.fr/

Autrefois éteint, le chien le plus ancien et le plus rare du monde redécouvert en pleine nature


Le Chien sauvage des montagnes de Nouvelle-Guinée que les chercheurs croyaient étaient à été redécouvert dans son pays d’origine. La particularité de ce chien est qu’il serait proche des chiens avant la domestication
Nuage

 

Autrefois éteint, le chien le plus ancien et le plus rare du monde redécouvert en pleine nature

 

On le pensait disparu à jamais mais le Chien sauvage des montagnes de Nouvelle-Guinée serait toujours présent sur notre planète. Grâce à des photos et des tests ADN, des scientifiques ont pu en localiser dans l’une des régions les plus reculées de la Papouasie.

Un espoir pour tout notre écosystème et pour les scientifiques désirant percer les grands mystères de notre Nature et de l’évolution de ses habitants. Alors qu’aucune trace de lui n’avait été observée depuis près de 50 ans et qu’il avait été considéré comme éteint, le Chien sauvage des montagnes de Nouvelle-Guinée a officiellement fait sa réapparition dans son pays d’origine. Après des mois de traque, d’observation et d’analyses, une équipe de scientifiques de la New Guinea Highland Wild Dog Foundation (NGHWDF), menée par le zoologiste américain James K McIntyre, a pu en effet confirmer la présence de plusieurs individus en Papouasie, dans leur habitat naturel.

Le chien le plus ancien du monde

Les connaissances sur cette espèce sont très limitées mais elle serait proche ou antérieure au très rare, autrefois domestiqué et connu comme le plus ancien canidé (6 000 ans) pré-domestication, Chien chanteur de Nouvelle-Guinée, dont la population est aujourd’hui estimée à 200 ou 300 individus seulement. Elle serait aussi l’ancêtre du Dingo australien avec qui elle partage également les principales caractéristiques : un pelage sable doré, parfois noir, avec des marques blanches sur le museau, la gorge, la poitrine, l’abdomen, les pattes et la queue, une truffe noire, des oreilles rondes et droites, mais surtout ce chant, semblable à celui du loup, qu’elle produit pour communiquer avec ses pairs.

chien sauvage des montagnes de Nouvelle Guinée

Une chienne sauvage des montagnes de Nouvelle-Guinée enceinte – New Guinea Highland Wild Dog Foundation

Une avancée scientifique et historique majeure

Des tests ADN sont toujours en cours et un rapport détaillé sur l’expédition en question devrait paraître dans les mois à venir mais pour l’équipe de la NGHWDF, cette (re)découverte pourrait représenter une avancée majeure pour les recherches portant sur l’évolution des espèces canines, isolément et conjointement à celle des humains, leur histoire migratoire et plus largement sur l’écologie.

https://wamiz.com