Le Saviez-Vous ► Pourquoi déteste-t-on les roux?*


Je ne déteste pas les roux, d’autant plus que j’ai une bru rousse avec qui je m’entends bien. Je suis contre toute discrimination envers la couleur de peau, son origine, les croyances (en autant qu’elles soient pacifiques) la langue, envers des handicapés et bien entendu envers la couleur des cheveux. À vrai dire, je ne comprends pas que des stéréotypes puisse encore exister envers les roux, que des mouvements anti-roux soient actifs. Il faut vraiment être ignorant et stupide de détester une personne pour sa couleur de cheveux.
Nuage

 

Pourquoi déteste-t-on les roux?*

 

/

Illustration Laurence Bentz pour Slate

Christophe-Cécil Garnier

Non, Slate ne déteste pas les roux. Notre nouvelle série «Pourquoi déteste-t-on les…?» recense les préjugés courants pour mieux les démonter.

Je n’ai pas vu beaucoup de roux durant ma jeunesse, mais il y a au moins un moment gravé dans mon esprit. Je devais avoir quinze ou seize ans et j’allais à un festival vendéen appelé La Septième Vague, qui se déroule dans la charmante et bucolique commune de Brétignolles-Sur-Mer.

Mon père m’emmenait en voiture avec une amie. En arrivant dans la ville, nous fûmes pris dans un petit embouteillage –ce qui, il faut le dire, constitue un événement en Vendée. Alors qu’on attendait patiemment, un groupe de jeunes nous a dépassés. Deux garçons, puis deux filles et en bout de groupe, un autre garçon, roux, qui transportait un pack de bières.

«- Oh, c’est pas très cool, nous sommes-nous vaguement insurgés mon amie et moi.

– Ça va, répliqua mon père. Dans l’Égypte Antique, ils l’auraient tué à la naissance. Donc il n’a pas à se plaindre.»

La remarque nous interpella, avant de nous faire éclater de rire. Cette amie, qui a rencontré mon père cette seule et unique fois, m’en reparle encore.

Défiance depuis l’Antiquité

Il faut dire qu’il est assez aisé de se moquer des roux, même si personne ne connaît vraiment l’origine des clichés à leur propos.

«On a des preuves de défiance à l’égard des roux et des rousses depuis qu’il y existe des traces écrites, explique Valérie André, auteure de Réflexions sur la question rousseet de La rousseur infamante. Depuis l’apparition de l’écriture, en fait. On a l’habitude de citer la phrase de l’Esprit des Lois de Montesquieu:

“On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.”

En réalité, les égyptologues ont montré que c’était faux: les Égyptiens ne faisaient pas de sacrifices humains. Mais cela révèle une croyance très ancienne selon laquelle les roux sont maltraités».

Voilà, désolé Papa, la blague tombe à l’eau. Et il est inutile de blâmer Montesquieu pour cette fake news du XVIIIe siècle, l’ensemble du texte est une succession d’ironie pour dénoncer l’esclavage.

Une personne sans ascendant roux a 3% de chance de l’être, selon Valérie André, «quelle que soit l’ethnie» –et c’est important, nous y reviendrons.

La rousseur est due à la mélanine, les pigments responsables de la couleur de nos cheveux, de nos yeux ou de notre peau. Durant la gestation, deux types de mélanine sont synthétisés: la phéomélanine et l’eumélanine.

«Chez les roux, la synthèse reste bloquée aux phéomélanines. Celles-ci sont incapables de synthétiser des ultraviolets, ce qui explique que les roux sont plus sensibles aux coups de soleil, aux brûlures…», explique Valérie André, également chercheuse au FNRS, le CNRS belge.

Le phénomène est responsable de cette carnation«particulière des cheveux et des yeux, que l’espèce ressent très rapidement comme une sorte de dégradation, puisqu’il y a une rareté physiologique, continue la chercheuse.

On peut imaginer que dans les sociétés antiques, où l’on ne possèdait pas ces explications, il était totalement impensable d’avoir un enfant de cette teinte-là, dans un milieu où aucun ancêtre n’avait cette typologie».

Judas, le feu et la prostitution

Associez à cela une succession d’éléments qui, d’un point de vue extérieur et contemporain, frôlent l’acharnement du destin. Dans l’iconographie chrétienne, et principalement sur les vitraux, Judas est présenté comme roux –et sa traîtrise avec, alors qu’il n’existe aucune mention de sa couleur de cheveux dans les Évangiles.

Trahison de Judas recevant les trente deniers, maîtresse-vitre de l’église Saint-Ouen aux Iffs (Ille-et-Vilaine) | Via Wikimedia Commons

Dans la société occidentale, la rousseur devient rapidement associée au feu, «un élément dont on sait l’ambivalence qui l’entoure: il est capable d’une destruction complète, mais est aussi vital», note Valérie André.

 Sauf que dans l’imaginaire médiéval, le feu vient avec les démons; les personnes rousses se retrouvent ainsi associées au mal satanique.

En 1254, Saint Louis (Louis IX) publie même un édit stipulant que les prostituées doivent se teindre en roux, «couleur des feux de l’enfer et de la luxure», pour se distinguer des honnêtes femmes.

La construction de stéréotypes autour de la rousseur a été constante au fil de l’histoire, mais ils diffèrent en fonction du genre. Si certains, comme le fait de sentir «mauvais», s’appliquent aux deux, (avec parfois des explications vraiment capilotractées, comme ci-dessous), les rousses et les roux ne sont pas logés à la même enseigne –ou plutôt au même cliché.

Les femmes rousses sont présentées comme des femmes fatales, dangereuses et nymphomanes quand les hommes roux sont eux censés être laids, avec un sale caractère, hypocrites et «enclin aux crimes de sang», selon Valérie André.

«À ces croyances et bobards, on va vouloir donner un fond de rationalité et une assise très crédible aux préjugés. Au XIXesiècle, certains médecins italiens n’hésitent pas à écrire que les femmes rousses portent en elles le syndrôme de la prostitution.»

Une idée qui se retrouve chez les auteurs naturalistes, qui souhaitaient s’appuyer sur les sciences humaines et sociales dans leurs ouvrages. Chez Émile Zola, Nana, qui représente la prostitution dans les Rougon-Macquart, est rousse. Dans la nouvelle éponyme de Maupassant, Yvetteest destinée à devenir courtisane à cause de sa chevelure.

Des préjugés persistants

«Nous sommes dans un discours qui s’entretient de manière souvent fort inconsciente. Les gens véhiculent le préjugé, détaille Valérie André. On ne s’est pas beaucoup interrogé sur les origines de la question et on se retrouve avec un héritage ancestral, qui a eu tendance à muter. S’il y a une altération du préjugé, on se rend compte qu’il n’a pas disparu. Celui sur la sexualité des femmes rousses est utilisé dans la publicité pour les montrer séduisantes. Si c’est moins difficile à vivre aujourd’hui car la société est plus libérée, on n’en sort pas pour autant».

Une étude réalisée dans les années 1980 est détaillée dans l’ouvrage Le langage du corps et la communication corporelle de Marc-Alain Descamps. Si elle n’est conduite qu’auprès de quarante personnes, à qui l’on a demandé de juger une femme brune, une rousse et une blonde, les résultats collent parfaitement aux stéréotypes.

La rousse est considérée comme «traître à 95% et langoureuse à 92%».

Elle est également considérée comme la plus infidèle et la plus méchante. Dans une étude identique portant sur des modèles masculins, le roux est considéré comme le plus fidèle, «parce qu’il n’a pas beaucoup de choix».

Bien que ces clichés soient éculés, ils ont la vie dure. Pascal Sacleux a décidé de se lancer dans un travail photographique sur les roux en 2016. Ce photographe a commencé à y réfléchir après une chronique en 2014 de Fabienne Sintes, qui officiait alors sur France Info.

«J’adorais ses chroniques le matin. Elle parlait de la mort deMickey Rooney, un acteur des années 1950. Elle commence à dire: “Petit, rondouillard, rouquin, et pourtant, il aura connu huit mariages et non des moindres”. Je me suis dit: “C’est du délire, pas elle, pas ça!”. On peut piocher dans l’inconscient collectif sur les roux et dire que “c’est notoire”, mais pas une journaliste. C’est sa responsabilité de véhiculer ou non ce genre d’idioties. Ça m’a blessé, vraiment. J’étais en colère».

Exemples de photos prises par Pascal Sacleux

Une «roussitude» à assumer

Le photographe, qui a longtemps suivi «les cultures noires, africaines, afro-américaines ou caribéennes», se dit alors qu’il va effectuer un «travail sur mes semblables, ma propre minorité». C’est en avril 2016 qu’il se rend compte qu’il tient quelque chose, alors qu’il prend en photo un enfant roux d’une famille d’amis:

«On parlait du fait d’être roux, de “roussitude”. Je n’aime pas trop les mots inventés comme “roucisme”, parfois utilisé pour parler de “racisme anti-roux”, mais celui-là me convient bien. Ça fait un parallèle avec la négritude [un courant littéraire et politique théorisé notamment par Sédar Senghor, ndlr]. Après l’avoir photographié, sa mère m’a dit que ce que je lui avais raconté allait l’aider dans son identité. Et là, j’ai eu un flash».

Le projet de Pascal Sacleux est bien accueilli; il photographie 128 personnes en un an, «en quadrillant le secteur Vitré – Saint-Malo – Nantes» –il vit en Bretagne. Très vite, on lui raconte «des histoires effrayantes» de harcèlement.

Lui n’a jamais eu de problème:

«J’ai toujours été plutôt bien dans ma peau, à part vers 17 ans, une période où l’on est vulnérable. Mais on ne m’a jamais harcelé. Je savais qu’être roux était un petit peu différent, mais je ne savais pas à quel point ça pouvait être un calvaire».

Pascal Sacleux a recueilli bon nombre de témoigagnes. Avant notre appel, il avait photographié sa 700epersonne. Après son exposition «Bretagne: Ornements de rousseur» à l’aéroport de Rennes, il photographie de plus en plus de monde, lors de week-ends: 70 personnes à Carhaix, 124 à Quimper et 159 à Saint-Brieuc. Un tel engouement l’a surpris:

«Je me suis dit qu’il y avait vraiment un truc. Les gens sortent de leur tanière pour venir se faire photographier, alors qu’on ne les entend pas, qu’on ne les connaît pas. Ils trouvent le courage de venir et de se poser devant un photographe inconnu parce qu’ils sont roux et veulent se montrer. Derrière, il y a une attente. On sent qu’ils ont pris cher dans l’enfance et leur jeunesse», détaille-t-il, le ton enjoué.

«Les roux comme les autres ont les cheveux qui changent. Certains n’osent pas m’approcher parce qu’ils ont les cheveux blancs.» | Pascal Sacleux

Ce travail a débouché sur un autre projet: la publication à venir d’un livre, en collaboration avec Élodie, blogueuse du site La Vie en rousse, et la documentariste Marie-Savine Colin.

L’ouvrage sera «un état des lieux de la condition des roux aujourd’hui en France. Des gens dont on se fout éperdument et dont on n’entend jamais parler».

Ou quand on en entend parler, c’est souvent pour perpétuer des clichés. En 2017, l’émission «Sept à Huit» accueillait le chanteur britannique Ed Sheeran. Remarque du journaliste Thierry Demai­zière:

«Vous êtes né roux, bègue, avec un problème de tympans et un problème de vision».

Une culture commune exclusivement visuelle

L’avènement des réseaux sociaux a eu un effet non négligeable sur les stéréotypes, selon Valérie André:

«Cela a permis de libérer une parole qui s’est sentie totalement à l’abri du politiquement correct. Si vous notez tous les préjugés qui touchent les roux et les remplacez par “noirs” ou “juifs”, vous vous retrouverez au tribunal pour incitation à la haine raciale. Avec les roux, on se l’autorise.»

La chercheuse note également une déferlante de groupes anti-roux sur Facebook, qui ont conduit à des débordements. L’un deux avait mis en place une «journée nationale des coups de pieds aux roux». Selon son créateur, l’évènement était censé être une blague s’inspirant d’un épisode de South Park –qui traitait pourtant, comme à son habitude, le sujet de façon juste et satirique; 5.000 membres ont adhérés et le «gag» a engendré des agressions.

«Ce qui est intéressant, pointe Valérie André, c’est que la rousseur n’est pas réservée à une partie de l’humanité. Elle peut se retrouver partout: chez les Africains, les Asiatiques, les Européens. Cela empêche au fond qu’il y ait une stigmatisation par ethnie, même si les comportements anti-roux appartiennent selon moi au racisme ordinaire».

Exemples de photos prises par Pascal Sacleux

«Je n’aime pas parler de racisme anti-roux, surenchérit Pascal Sacleux. Je préfère le terme de “discriminations”. On ne forme pas une communauté; c’est ça qui peut faire la différence. Les Afro-Américains aux États-Unis ont la même histoire, via l’esclavage. Nous, on n’a pas de héros roux; on ne peut pas tous se ranger derrière Ed Sheeran. Je suis admiratif des cultures afro-américaines: elles ont eu la démarche de se sortir des clichés, des stéréotypes et des discriminations. Les communautés noires ont des cultures communes, des langues, des histoires. Les roux pas du tout. Notre culture n’est que visuelle, c’est la seule chose qui nous rallie.»

En parlant de ralliement, Pascal Sacleux va organiser en 2018, près de Rennes, un festival pour les roux et rousses, «mais ouvert à tous», précise-t-il.

«Le maire prévoit 500 personnes, je lui ai dit que ça allait plutôt être 5.000!»

Tout en sachant que cela relève «de l’ordre du fantasme», le photographe aimerait qu’il soit «aussi politiquement incorrect de se moquer d’un roux que d’un noir, d’un Asiatique ou d’un handicapé».

Pour atteindre ce but, il n’y a pas trente-six solutions. Valérie André l’illustre avec une dernière anecdote, personnelle cette fois:

«Quand je suis passée une fois à la télé, une maquilleuse italienne m’a dit que sa sœur avait eu un enfant roux, et que leurs parents ne voulaient pas le voir. Ils auraient préféré un trisomique». Elle marque une pause. «Le roux ne se sent pas roux en tant que roux, mais dans le regard de l’autre. C’est ce regard qu’il faut changer.»

https://www.slate.fr

Coiffure: le choix des cheveux blancs


C’est par expérience que je mets ce billet. J’ai commencé à avoir des cheveux blancs vers l’âge de 18 ans. En vieillissant on aurait dit que j’avais des mèches, puis un jour j’ai commencé a me teindre les cheveux pendant plusieurs années. Misère ! Au bout de 3 semaines, il y avait les repousses qui étaient plus apparentes. Alors le choix de les laissés naturelle a été une bonne décision et une économie ! Pourquoi, qu’on veut absolument cacher ce qui est naturelle, des publicités que la femme se doit de rester jeune jusqu’au bout des cheveux, la panique de la repousse. Pis quoi encore ! Même les hommes sont touché par cette mode de cacher se blanc. Dans l’article, il est dit que cela aussi dépend du travail de la femme. Ah oui et pourquoi ! Pourquoi la couleur naturelle des cheveux gris ou blancs seraient un obstacle ? Pour l’apparence ? Et qui décide que l’apparence dans certaines professions que la femme ne doit pas avoir les cheveux blancs ?
Nuage

 

Coiffure: le choix des cheveux blancs

 

L'actrice Helen Mirren... (PHOTO ANGELA WEISS, Agence France-Presse)

Agrandir

L’actrice Helen Mirren

PHOTO ANGELA WEISS, AGENCE FRANCE-PRESSE

OLIVIA LÉVY
La Presse

Oseriez-vous abandonner la coloration et laisser les cheveux blancs devenir graduellement majoritaires sur votre tête ? Faut-il être plus courageuse que la moyenne ? Ne pas avoir peur de vieillir ? En finir avec la teinture, ou encore suivre la tendance du retour au naturel ?

L'actrice Jamie Lee Curtis... (Photo Chris Pizzello, archives Associated Press) - image 1.0

L’actrice Jamie Lee Curtis

PHOTO CHRIS PIZZELLO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine... (Photo Denis Balibouse, Reuters) - image 1.1

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde

PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS

De plus en plus de personnalités assument leurs cheveux blancs : Helen Mirren, Glenn Close, Jamie Lee Curtis, Diane Keaton, la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde et la première ministre britannique Theresa May. Plus près de nous, il y a entre autres Marie Laberge, Louise Latraverse et Louise Forestier. Pour les femmes, arrêter de se teindre les cheveux n’est pas une décision à prendre à la légère.

Le plus difficile est la transition, et le processus peut être long. La journaliste et romancière française Sophie Fontanel en témoigne dans son livre Une apparition, dans lequel elle raconte sa transformation lorsqu’elle a décidé, à 53 ans, d’arrêter la coloration.

« Je fais un métier d’image, et le plus difficile a été d’assumer cette phase de transition, d’avoir les cheveux à moitié blancs et bruns ; une allure zébrée, car lorsque la racine blanche repousse, on a l’impression d’être sale et de se laisser aller », dit celle qui qualifie sa chevelure de « blande » (blanche en version blonde).

DÉJOUER LA PÉRIODE DE TRANSITION

Il est possible de faire autrement que de laisser pousser pendant deux ans ses cheveux blancs.

« On peut les couper ou les colorer en faisant des mèches dans des teintes plus claires pour harmoniser les repousses blanches avec le reste des cheveux », explique Alvaro, copropriétaire du salon Alvaro Coiffure.

Celui qui est coiffeur depuis 40 ans estime que la société est plus ouverte aujourd’hui aux cheveux blancs qu’il y a 10 ans. Il prévient cependant les femmes qu’il faut qu’elles soient prêtes à passer au blanc.

« Le blanc est lumineux et peut être majestueux, mais je vois beaucoup de femmes qui hésitent, qui ont peur de ce changement. Je les encourage à le faire. »

Alvaro conseille d’utiliser un bon shampoing pour cheveux argentés, car les cheveux blancs peuvent jaunir. Il confie qu’il s’est lassé, lui aussi, de la teinture.

 « Je suis très heureux d’être blanc à 60 ans. »

Guylaine Martel, directrice artistique chez L’Oréal Professionnel, est dans le métier depuis 34 ans. Elle remarque qu’il y a une mode de la coloration « silver » ou « gris métallisé » chez les jeunes de 18 à 28 ans.

Pour ce qui est des femmes plus mûres, elle indique que ce retour aux cheveux blancs touche une minorité de femmes.

« Je dirais que plus de 85 % des femmes qui essaient le blanc reviennent à la couleur, et il faut ouvrir le salon un dimanche, car il y a urgence », dit-elle.

Elle pense qu’il faut vraiment avoir une belle texture de cheveux pour les laisser blancs.

« Le cheveu blanc peut pousser crépu, hirsute, et être de mauvaise qualité, ou au contraire être très soyeux. »

Elle met en garde contre les chevelures sans relief.

« Les cheveux longs et gris peuvent être ternes, ce ne sera pas beau au teint du visage, et ça va vieillir. »

« UNE LIBÉRATION ! »

Sophie Fontanel découvre pour sa part que les cheveux blancs qui apparaissent sont tout simplement magnifiques.

« Le cheveu était tout neuf, très brillant, il prenait tous les reflets et accrochait la lumière, c’était une bonne surprise. »

Elle a pourtant tout entendu :

« J’aimerais avoir ton courage. » « Je le ferai quand mes enfants seront grands. » « Je n’ai pas encore renoncé à tout, alors je ne peux pas avoir les cheveux blancs. » « J’ai peur que les hommes n’aiment pas. »

Lina Vandal, 65 ans, a les cheveux blancs depuis 10 ans et regrette de ne pas avoir osé le changement plus tôt.

« Quand j’ai pris la décision, mon mari m’a dit : « Ne fais pas ça, ça va te vieillir, je ne suis pas prêt. » Comme si dans sa tête, du jour au lendemain, c’était un coup de vieux assuré. Les cheveux blancs sont encore associés à la vieillesse », explique-t-elle.

Elle a reçu beaucoup de compliments et a même été recrutée par une agence de mannequins.

« Je fais des photos et j’ai des contrats de publicité uniquement parce que j’ai les cheveux blancs et que c’est une particularité. Je les assume, mais pour être très franche, si mes cheveux blancs ne m’allaient pas au teint et au visage, j’aurais changé », dit-elle.

« J’ai rajeuni ! C’est une libération ! », lance Mitsou Plourde, 46 ans. Elle s’est souvenue qu’elle avait le choix.

« Je vivais entre deux rendez-vous chez le coiffeur tous les mois, car j’allais faire ma couleur comme j’allais faire mon épicerie. Je ne me posais même pas la question », dit celle qui, depuis deux ans, a les cheveux ambrés.

Tout le monde lui disait : « Tu es trop jeune pour avoir les cheveux blancs. Pas avant 55 ans ! » « Parce qu’il y a un âge minimum pour les cheveux blancs ? J’avoue que ça a été un élément déclencheur. »

À 37 ans, Marie-Claude Audet n’a jamais caché ses cheveux poivre et sel, qu’elle porte courts.

« J’ai des cheveux blancs depuis que j’ai 18 ans, car on n’a pas une bonne génétique là-dessus, dans la famille, dit-elle. Je suis quelqu’un de très naturel, je ne me maquille presque pas, et je trouve que ça me donne un petit air sage et sexy en même temps. »

L’IMAGE PROJETÉE

Madeleine Goubau, chargée de cours à l’École supérieure de mode ESG UQAM, observe que les modèles de femmes aux cheveux blancs sont plus nombreux.

« Ce sont des femmes dont la reconnaissance vient de leur expérience et de leur crédibilité et non pas de leur simple beauté. On valorise ce qu’elles ont accompli et ce qu’elles ont à dire, et dans ce contexte, les cheveux blancs prennent toute leur place », analyse-t-elle. Sophie Fontanel pense au contraire que trop peu de femmes sont médiatisées et valorisées pour leur chevelure blanche. « Au cinéma, on ne tombe jamais amoureux d’une femme aux cheveux blancs, sauf dans Harold and Maude [film américain de 1971]. »

Madeleine Goubau convient cependant qu’il faut être réaliste, car tout dépend de la profession et de l’âge de la femme.

« C’est certain que si on voit Kate Winslet avec des cheveux blancs, on se posera des questions, alors que pour Judi Dench, on trouvera ça normal. On accepte les cheveux blancs d’une musicienne un peu grano, alors que ce sera bien plus difficile pour une comédienne de 45-50 ans. » 

Marie-Claude Audet pense aussi que tout dépend du milieu dans lequel on travaille.

« Moi, je suis chef de cuisine, c’est un environnement très ouvert où l’apparence n’est pas au centre de nos préoccupations. »

La société nous conditionne-t-elle à incarner une image de femme jeune ?

« Oui, répond sans hésitation Mitsou Plourde. C’est très fort dans notre inconscient, le fait de vouloir être une mère en forme, le désir de plaire, l’importance du regard et du jugement des autres, mais finalement, je me dis que les hommes qui passent au-dessus de mes cheveux blancs seront les plus intéressants. »

« Où est le problème à ne pas faire jeune ? s’interroge Sophie Fontanel. Il n’y a pas de honte à avoir l’âge qu’on a. » Une chose est sûre, c’est qu’elle se fait désormais remarquer. « Les cheveux longs et blancs, c’est une revendication, une éloquence. J’adore ça ! C’est presque un projet de vie que de s’aimer soi-même », affirme l’écrivaine. Elle pense qu’il y a d’autres choses à faire que de se teindre les cheveux, comme « être coquette, bien s’habiller, ne pas râler tout le temps et toujours dire que tout était mieux avant ».

Depuis qu’elles ont les cheveux blancs, Lina Vandal et Mitsou Plourde pensent surtout qu’il est important pour leurs filles d’avoir des modèles différents de femmes de leur âge.

« Je veux que mes filles voient que vieillir n’est pas un fléau, ça fait partie de la vie, c’est un privilège, je suis en forme, en santé, et je suis fière de l’âge que j’ai », conclut Lina Vandal.

http://www.lapresse.ca/

Mérovingiens : quand le poil était roi


Il y avait une croyance médiévale dont les rois francs authentifiaient les parchemins par des sceaux auxquels ils ajoutaient quelques poils de cheveux, moustache ou barbe. Aujourd’hui, ce n’est plus une croyance, mais un fait avéré. La pilosité était donc un signe de pouvoir
Nuage

 

Mérovingiens : quand le poil était roi

 

Charlemagne (742-814), Roi des Francs, petit fils de Charles Martel, dynastie des Carolingiens. Gravure de la fin du 19e, debut du 20e. © ABECASIS/SIPA

Charlemagne (742-814), Roi des Francs, petit fils de Charles Martel, dynastie des Carolingiens. Gravure de la fin du 19e, debut du 20e. © ABECASIS/SIPA

Par Bernadette Arnaud

Pépin le Bref, Charlemagne… Des chercheurs ont récemment découvert des poils humains incrustés dans des sceaux royaux. Remettant au jour une croyance médiévale sur la puissance liée à la pilosité

POUVOIR. Les chevelures semblent avoir exercé un incroyable pouvoir chez les souverains mérovingiens et carolingiens. Les rois francs, connus sous le nom de “rois chevelus”, n’étaient-ils pas allés jusqu’à déposer quelques-uns de leurs précieux capilli dans leurs sceaux royaux ? Dans un article publié ce mois-ci dans la revue Forensic Science, Medecine and Pathology sous la direction de Philippe Charlier, le paléoanthropologue revient en détail sur une étude que nous avions publiée dans Sciences et Avenir en septembre 2013

À la suite d’analyses réalisées sur des sceaux royaux conservés aux Archives nationales de France, à Paris, des chercheurs avaient eu en effet la très grande surprise de découvrir que des cheveux humains se trouvaient pris dans les sceaux de cire de plusieurs souverains carolingiens et mérovingiens, à commencer par Childebert III, Chilpéric II, Pépin le Bref, ou encore Charlemagne. Déposés dans la cire, il semble que la fonction de ces poils et cheveux ait été de renforcer et consolider le pouvoir exécutif des actes juridiques au bas desquels ils étaient placés, matérialisant ainsi la présence du roi. Cette pratique semble avoir perduré plusieurs décennies. De nombreux parchemins royaux ont en effet été scellés avec ces cachets de cire garnis de cheveux. Une découverte qui avait beaucoup surpris les chercheurs.

Jugement de 751 signé par Pépin le Bref ordonnant la restitution à l’abbaye de Saint-Denis de terres dont elle avait été spoliée. Le sceau renferme des cheveux. © Agnès Prévost/Archives nationales

Paris, 2007, atelier de restauration des sceaux des Archives nationales. Agnès Prévost, responsable des lieux, marque un temps d’arrêt. Alors qu’elle s’apprête à manipuler avec précaution un sceau royal de Childebert III (683-711) destiné à l’exposition “Rome et les Barbares” à Venise, un détail l’intrigue. Des fibres semblent affleurer de l’empreinte de cire, où se dessine encore en léger relief le visage du monarque mérovingien. Est-ce de l’étoupe ? De la filasse provenant des sachets de protection qui enveloppent les précieux objets ? Elle examine alors un sceau de Charlemagne (742-814), également sur le point d’être expédié en Italie. Par transparence, elle observe là aussi la présence de nombreux filaments enroulés dans la cire. La curiosité de la chercheuse est piquée au vif. Pour en avoir le cœur net, la jeune femme décide alors de passer les précieuses reliques au microscope électronique. Et la surprise est totale ! Ces fils sont de la matière organique, autrement dit… des cheveux et des poils de moustache ou de barbe ! Se sont-ils accidentellement trouvés mêlés à la cire au moment de l’impression du sceau ?

“Il y en avait trop pour qu’ils se soient retrouvés là par hasard ! Il fallait bien l’admettre : ces cheveux avaient été incorporés volontairement”, raconte Agnès Prévost.

Depuis, des analyses menées avec l’historienne Marie-Adélaïde Nielen sur 50 parchemins mérovingiens et carolingiens conservés aux Archives nationales, et encore pourvus de leurs sceaux, ont montré que onze d’entre eux présentaient cette particularité. Blonds ou bruns, ces capilli clandestins sont pour les chercheurs un éclatant rappel d’une histoire oubliée.

Celle du pouvoir exercé par la chevelure chez les rois francs, justement nommés“reges criniti”, “rois chevelus” : Thierry III, Chilpéric II, Pépin le Bref, Charlemagne, Louis II le Bègue… Pour s’assurer de l’origine humaine de ces composants et entrer dans la matière sans briser les sceaux, les chercheurs ont fait appel au médecin légiste Philippe Charlier, de l’hôpital universitaire de Garches, ainsi qu’au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF). Celui-ci a confirmé l’origine organique et précisé que les cheveux avaient été arrachés, et non coupés, comme le prouve la présence de bulbes. Reste à confirmer, par des tests ADN, qu’ils appartiennent à une seule et même personne et s’ils sont bien de provenance royale… Autant d’analyses à effectuer. Pour l’historien Ghislain Brunel, conservateur en chef des Archives nationales, l’origine royale de ces pilosités ne fait aucun doute.

“Du Ve au Xe siècle, sous les Mérovingiens et les Carolingiens, apposer son sceau au bas d’un parchemin était un privilège exclusif du souverain.”

Impossible d’imaginer un tiers venant déposer ses cheveux sur le sceau du roi ! À l’époque, seul ce dernier peut manipuler les scellés sur lesquels figure son effigie. Ce sont eux qui valident et authentifient les documents royaux.

“L’introduction dans le sceau d’une parcelle du corps royal, cheveux ou poils, devait renforcer le pouvoir du document”, estime Marie-Adélaïde Nielen.

S’ils sont frappés par ces découvertes inédites, les chercheurs connaissaient déjà bien l’importance accordée à la chevelure par les Mérovingiens et les Carolingiens. L’évêque gallo-romain Grégoire de Tours (539-594) est le premier à qualifier ces chefs “barbares” — ainsi nommés car non- Romains — de “rois chevelus”. En particulier lorsqu’il évoque ces souverains issus de l’aristocratie de peuples germaniques venus des bouches du Rhin. Clovis (466- 511), vainqueur du Romain Syagrius à Soissons (486) et premier roi de tous les Francs, est présenté porteur de cheveux longs.

“Dans la tombe de Childéric, son père, l’anneau sigillaire sur lequel était gravé son visage le montre aussi auréolé de longs cheveux”, ajoute Ghislain Brunel.

Rien d’étonnant donc à ce que les représentations figurant sur les sceaux se réfèrent à cette pilosité.

Celle-ci revêtait d’ailleurs une telle importance qu’elle faisait partie de rituels : ainsi, en 509, le Wisigoth Alaric vient toucher la barbe de Clovis en signe de soumission. Thierry III (654-691), roi de Neustrie, est quant à lui tondu lorsqu’il est destitué en 673, de même que le Mérovingien Childéric III (?-754), qui sera enfermé dans un monastère par Pépin le Bref en 751.

Le Mérovingien Childéric III, déposé par Pépin le Bref en 751, est tonsuré avant d’être enfermé dans un monastère. © Musée de Carcassonne

Chez les derniers Mérovingiens, les célèbres “rois fainéants” cité par le biographe de Charlemagne Éginhard, les cheveux longs sont aussi une façon de légitimer sa progéniture parmi la nuée d’enfants nés de multiples lits. On comprend mieux alors les paroles de la reine Clotilde (475-545) qui, à la mort de son fils Clodomir en 524, s’était opposée à la tonsure de ses trois petits-fils avec un “plutôt morts que tondus”. Leur couper les cheveux équivalait en effet à leur retirer toute reconnaissance d’appartenance à la lignée royale. À l’inverse, quand les Francs se cherchent un nouveau roi en 715, ils font sortir du couvent le clerc Daniel (670-721), le rebaptisent Chilpéric, puis attendent patiemment que ses cheveux repoussent pour le placer sur le trône ! Au début de la période carolingienne, aux alentours de 750, des documents font aussi état d’adoptions rituelles d’enfants par échange de cheveux ou de barbes.

“C’est ce que fait Liutprand, roi des Lombards, avec le jeune Pépin le Bref, fils de Charles Martel”, explique Ghislain Brunel.

En contrepartie, Pépin fera don de sa chevelure à son père adoptif. Selon le bénédictin Paul Diacre, au VIIIe siècle, couper la barbe ou les cheveux d’un autre était également une façon d’en devenir le père

La chevelure est associée à la puissance militaire

À quoi donc rattacher ces coutumes ? Impossible de ne pas imaginer que ces chefs christianisés depuis le Ve siècle ne se réfèrent pas aux coiffures des rois de l’Ancien Testament et à la force symbolique qu’ils pouvaient en retirer, à l’instar d’un Samson. La puissance prodigieuse de ce héros de la Bible résidait en effet dans ses cheveux, que sa femme, Dalila, lui coupera par traîtrise.

“Il ne faut pas non plus écarter, de la part de ces chefs francs fortement romanisés, la volonté de s’approprier pour mieux s’assimiler la mode qui avait cours dans les légions au Ve siècle, quand les cheveux étaient portés longs et non plus courts comme au temps de la République”, explique Ghislain Brunel.

Les Francs n’auraient d’ailleurs pas été les seuls à associer la chevelure à la puissance militaire :

“Chez les barbares, les Ostrogoths auraient aussi été porteurs de cette coutume. Tacite l’évoque dans Germanie, et Sénèque également”, conclut le médiéviste.

Légende ? Réalité ? Cette coutume aurait perduré au XVe siècle :

“À un document découvert au XIXe siècle dans les archives de Riom, censé être une lettre que Jeanne d’Arc aurait adressée aux habitants de la ville en 1429, était suspendu un cachet rouge où l’on voyait la marque d’un doigt et le reste d’un cheveu…”, ajoute Agnès Prévost.

Celui de la Pucelle d’Orléans ?

http://www.sciencesetavenir.fr/

Vous ne devinerez jamais tout ce qu’on peut trouver dans un cheveu…


S’il y a un élément de notre corps qui pourrait tout dire de ce que nous avons consommé, si nous sommes stressés, si nous prenons bien un traitement ou encore même des renseignements sur un foetus est bien une mèche de cheveux et encore mieux qu’un test sanguin, vue les cheveux ont une mémoire de plusieurs mois
Nuage

 

Vous ne devinerez jamais tout ce qu’on peut trouver dans un cheveu…

 

 

Imputrescible, le cheveu est constitué majoritairement (85 %) de protéines (mais aussi d’eau, de lipides et d’éléments minéraux). Ici, gros plan au microscope. ©STEVE GSCHMEISSNER / SGS / Science Photo Library Imputrescible, le cheveu est constitué majoritairement (85 %) de protéines (mais aussi d’eau, de lipides et d’éléments minéraux). Ici, gros plan au microscope. ©STEVE GSCHMEISSNER / SGS / Science Photo Library

Par Sylvie Riou-Milliot

Consommation d’alcool ou de cannabis, stress, dopage, empoisonnement… Tout est contenu dans vos cheveux qui ont littéralement une mémoire d’éléphant.

 

CHEVEUX. Avez-vous consommé de l’alcool ou du cannabis ces trois derniers mois ? Êtes-vous stressé ? Dopé ? Est-on en train de vous empoisonner ? Voilà quelques-unes des questions dont la réponse est curieusement contenue… dans vos cheveux ! La liste des substances étrangères (xénobiotiques) que peut stocker la chevelure est en effet interminable : alcool, cannabis, ecstasy, cocaïne, médicaments, cortisol (l’hormone du stress), amphétamines, stéroïdes anabolisants, arsenic, pesticides, perturbateurs endocriniens Et si les analyses sont désormais utilisées pour le dépistage de stupéfiants et d’alcool, et reconnues par les tribunaux, d’autres applications sont possibles.

Une mémoire éléphantesque

Car le cheveu a de la mémoire ! Il se comporte toujours comme un calendrier rétrospectif de notre consommation, une petite mèche de la taille du diamètre d’un crayon à papier pouvant suffire à tout révéler. Et cette mémoire est éléphantesque… d’où son avantage sur les autres tests biologiques, sanguins et urinaires. Car si ces derniers détectent la présence des différentes substances recherchées, cette mémoire « s’efface » dans un délai de quelques heures à quelques jours après l’absorption. Ainsi une analyse sanguine doit-elle être faite dans les heures qui suivent une prise d’alcool, par exemple, sous peine de ne plus rien révéler. Or le cheveu garde la trace de ces mêmes produits pendant… plusieurs mois !

« Comme les cheveux poussent d’un centimètre par mois, leur analyse centimètre par centimètre permet de remonter dans le temps l’histoire de nos consommations ou expositions : 3 mois pour 3 centimètres, 6 mois pour 6 cm, etc. », détaille Pascal Kintz, docteur en pharmacie et expert judiciaire à l’institut médico-légal de Strasbourg, spécialiste international renommé.

C’est d’ailleurs cet expert qui a analysé les cheveux de Napoléon et permis d’authentifier son empoisonnement par de l’arsenic minéral (mort aux rats), ou a retrouvé des traces de consommation de cocaïne dans les momies péruviennes datées de 3000 ans avant J.-C.

« Longtemps réservés à la médecine légale, les tests capillaires connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt », poursuit le Pr Isabelle Morel, responsable du service de toxicologie au CHU de Rennes.

L’Académie de pharmacie vient d’ailleurs de proposer leur usage systématique dans le cas des restitutions du permis de conduire quand celui-ci a été retiré suite à une conduite sous l’emprise de l’alcool et pour garantir un sevrage durable. Une pratique qui pourrait en théorie être élargie au suivi de consommation de cannabis.

Comment faire parler le cheveu.

Imputrescible, le cheveu est constitué majoritairement (85 %) de protéines (mais aussi d’eau, de lipides et d’éléments minéraux). C’est tout simplement par le réseau sanguin des capillaires qui l’irriguent que se fait l’incorporation des substances étrangères en circulation dans le sang.

En pratique, il suffit de couper une mèche d’environ 60 à 100 cheveux en arrière de la tête, une zone ou la vitesse de pousse est constante. La mèche est ensuite orientée, par nouage d’une cordelette, de manière à différencier la racine de la pointe. L’étape d’analyse par le laboratoire de toxicologie fait intervenir des technologies sensibles et spécifiques, comme les spectromètres de masse, couplées à des techniques de chromatographie gazeuse ou liquide. Des équipements sophistiqués disponibles dans moins de 10 laboratoires en France.

Toutes les substances sont décelables dans les cheveux » – Dr Kintz

Mais nos cheveux recèlent bien d’autres secrets. Exemple avec la lutte antidopage chez les sportifs :

« Toutes les substances sont décelables dans les cheveux à l’exception de l’érythropoiétine, l’insuline et l’hormone de croissance en raison de leur poids moléculaire trop important, rendant impossible leur circulation dans les microcapillaires », détaille le Dr Kintz. Autre recherche possible, celle d’une consommation régulière de stupéfiants

. « Couramment réalisés aux États-Unis à l’embauche depuis plus de quinze ans dans des secteurs considérés à risque (armée, transports, énergie), ils demeurent interdits en France », note l’expert.

Pour le suivi thérapeutique aussi…

Mais l’analyse du cheveu peut aussi renseigner sur ce que les spécialistes nomment la « compliance » ou l’observance thérapeutique, c’est-à-dire la prise régulière et à bonne dose par le patient du traitement qui lui a été prescrit.

« Cela peut être très utile dans le cadre du suivi d’une maladie chronique ou d’un sevrage médicamenteux aux benzodiazépines », signale le Pr Morel. Ou bien encore aider au diagnostic ! « Comme les cheveux apparaissent in utero au 3e trimestre de la grossesse, leur analyse peut constituer une aide intéressante face, par exemple, à une malformation cardiaque complexe et rare que l’on a du mal à caractériser chez un enfant dont la mère a pendant la grossesse consommé différents stupéfiants », détaille le Dr Kintz.

Mais avec une petite mèche de cheveu, il est aussi possible d’apprécier le niveau de stress. En y dosant le cortisol – l’hormone du stress – comme l’ont montré des analyses menées aux Pays-Bas et publiées en 2013.

Enfin, dernière application possible, l’évaluation de l’exposition aux polluants, pesticides et autres perturbateurs endocriniens. En revanche, aucune chance pour que ces tests ne sortent du laboratoire et soient un jour d’usage domestique, dits home test.

« Les étapes de décontamination des cheveux, d’extraction et d’analyse nécessitent un savoir-faire et du matériel très spécialisé et sophistiqué, mais surtout l’interprétation des résultats requiert les capacités d’expertise d’un spécialiste », conclut le Pr Morel.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Un test sur les cheveux pour déterminer la consommation d’alcool


Les cheveux peuvent dire si vous mentez sur la consommation d’alcool, qui serait avantageux de savoir si une personne à perdu son permis à cause de conduite en étant d’ébriété
Nuage

 

Un test sur les cheveux pour déterminer la consommation d’alcool

 

Le test capillaire présente, entre autres, l'avantage d'être... (Photo Digital/Thinkstock)

Le test capillaire présente, entre autres, l’avantage d’être très spécifique de l’alcool, de présenter un risque de résultats faussement positifs théoriquement nul, et de ne pas être influencé par la prise de médicaments.

Photo Digital/Thinkstock

Agence France-Presse
PARIS

L’analyse de cheveux est un moyen «simple» et «fiable» pour vérifier si une personne consomme trop d’alcool ou, au contraire, a arrêté de boire, selon l’Académie nationale de pharmacie de France qui recommande d’y recourir avant de restituer un permis de conduire suspendu ou annulé.

Selon cette instance conseillère des pouvoirs publics, les cheveux «constituent un véritable calendrier rétrospectif de la consommation d’alcool». Sachant qu’ils poussent d’un centimètre (cm) par mois, leur analyse permet de retracer l’histoire de la consommation dans le temps.

En cas de suspension de permis de trois mois, il suffit de prélever trois centimètres de cheveux pour prouver l’abstinence ou à l’inverse la consommation d’alcool durant ces trois mois, explique-t-elle jeudi dans un communiqué.

Le test permet de détecter un marqueur direct, hautement spécifique et très sensible, de la consommation d’alcool, l’éthylglucuronide (EtG) qui reste stocké dans les cheveux, même si l’alcool récemment consommé a été complètement éliminé de l’organisme. La présence de cette substance, l’EtG, au-delà de 30 picogrammes par milligramme, témoigne d’une consommation excessive d’alcool supérieure à 60 grammes par jour, soit 6 verres standards.

Concrètement, il s’agit de prélever une mèche de 80 cheveux environ, de préférence à l’arrière du crâne, en coupant le plus près possible du cuir chevelu (d’autres types de poils peuvent être prélevés, si nécessaire, à l’exception des poils pubiens), puis de l’envoyer au laboratoire de toxicologie par courrier postal.

Le test capillaire présente, entre autres, l’avantage d’être très spécifique de l’alcool, de présenter un risque de résultats faussement positifs théoriquement nul, et de ne pas être influencé par la prise de médicaments.

L’analyse des cheveux est le moyen le plus pertinent pour tester le sevrage ou les habitudes réelles de consommation sur le long terme, écrit-elle.

Elle «permet aux médecins contrôleurs de suivre l’évolution d’une dépendance à l’alcool pour prévenir une récidive et orienter éventuellement la personne vers une thérapie appropriée.»

L’Académie recommande  donc la pratique «systématique» de ces  analyses lors des contrôles médicaux «avant toute restitution du permis de conduire aux personnes sanctionnées pour conduite en état d’ivresse.»

Ces contrôles permettraient d’éviter les récidives meurtrières du fait de conducteurs qui ont encore une «consommation abusive chronique», ajoute-t-elle.

http://www.lapresse.ca

Santé cardiaque: une mèche de cheveux qui en dit long


Nos cheveux sont bavards, car ils contiennent beaucoup d’information, et même notre état de santé cardiovasculaire. Peut-être que cela fera partie dans un avenir rapproché à un examen si on soupçonne des problèmes cardiaques, et même des ACV.
Nuage

 

Santé cardiaque: une mèche de cheveux qui en dit long

 

Photo Fotolia

Des chercheurs affirment que le cheveu humain renferme de précieuses données sur l’histoire et l’avenir de la santé cardiaque d’un individu.

Une simple mèche de cheveux permettrait aux spécialistes de déterminer la santé et l’avenir cardiaques d’un individu, rapporte Santé Log.

C’est du moins ce que révèle une étude surprenante sur le sujet, effectuée par des chercheurs de l’Institut Médical Erasmus de Rotterdam.

Publiée par Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, l’étude propose une nouvelle solution simple pour prévenir, ou prédire, d’éventuels incidents cardiaques et possiblement sauver des vies.

Ainsi, en prélevant aussi peu que trois centimètres de cheveux, soit une simple mèche, les chercheurs ont pu établir, chez les sujets de l’étude, le niveau de stress et de santé cardiovasculaire, et conséquemment prédire les risques d’ACV ou de problèmes cardiaques éventuels.

C’est la cortisone, qui serait facilement analysable dans le cheveu humain, qui permet de définir l’état du cœur chez l’humain et d’observer si un individu sera affecté par le stress de sa vie quotidienne, ou par d’autres facteurs de risque.

«Les cheveux capturent des informations sur l’évolution des niveaux de cortisol au fil du temps, et leur analyse nous donne un nouvel outil d’évaluation», résume la Dre Laura Manenschijn.

http://sante.canoe.ca