Le Saviez-Vous ► Combien a-t-on de cheveux sur la tête et combien en perd-on par jour ?


Le nombre de cheveux sur la tête, dépend du sexe, de la couleur, de l’état de santé, l’origine ethnique. Alors que perdre des cheveux, c’est normal, car d’autres poussent, cependant en automne, nous faisons comme les arbres qui pendent leurs feuilles, c’est une saison qu’il y a plus de cheveux qui tombent
Nuage

 

Combien a-t-on de cheveux sur la tête et combien en perd-on par jour ?

Nathalie Mayer

Journaliste

« Sur la tête à Mathieu, il n’y a qu’un seul cheveu ! » mais sur nos têtes, en général, il y en a beaucoup plus. Ces cheveux vivent, meurent et, généralement, se renouvellent, même si tout cela dépend grandement des situations individuelles.

Si une chevelure moyenne compte entre 100.000 et 150.000 cheveux, en la matière, toutes les têtes ne sont pas logées à la même enseigne. De nombreux critères influent sur le nombre de cheveux : le sexe, l’origine ethnique, l’âge et même la condition physique.

Le nombre de cheveux dépend… de leur couleur !

Cependant, ce nombre dépend d’abord de la couleur des cheveux. En effet, le nombre de cheveux implantés sur le cuir chevelu est d’environ 250 par centimètre carré. Or, les cheveux clairs sont généralement fins et ont donc tendance à être nombreux : entre 140.000 et 150.000 pour une chevelure. En revanche, les cheveux foncés, parce qu’ils sont plus épais, se retrouvent en quantité moindre. Pour des cheveux bruns, la moyenne se situe autour de 100.000 et une chevelure rousse oscille entre 75.000 et 90.000 cheveux.

Nous perdons entre 45 et 60 cheveux par jour et en produisons en moyenne 70 g par an. © Voyagerix, fotolia

Nous perdons entre 45 et 60 cheveux par jour et en produisons en moyenne 70 g par an. © Voyagerix, fotolia

Durée de vie d’un cheveu et cheveux perdus par jour

La durée de vie moyenne d’un cheveu est d’environ trois ans chez l’homme et plutôt comprise entre 4 et 7 ans chez la femme. Lorsqu’un cheveu meurt, un nouveau cheveu le remplace, entraînant la chute du premier.

L’être humain perd entre 45 et 60 cheveux par jour. Un peu plus en automne, un peu moins au printemps et en été. Cependant, dans le même temps, on estime en moyenne qu’un homme européen produit 70 grammes de cheveux par an.

Endiguer la chute des cheveux ?

Certains facteurs comme le stress, un accident, une grossesse ou une maladie (du cuir chevelu ou autre) peuvent favoriser la chute des cheveux. Une fois la cause sous-jacente traitée, les cheveux se mettent à repousser.

En cas de véritable calvitie en revanche, la repousse ne se fera pas naturellement. Des chercheurs pourraient toutefois avoir trouvé une piste dans l’administration d’anti-inflammatoires (à ce régime, ils se sont aperçus que la fourrure de rongeurs s’épaissit presque à vue d’œil).

https://www.futura-sciences.com

Le Saviez-Vous ► Problèmes de cheveux, ennuis de santé?


Les cheveux peuvent être très bavards sur bien des choses comme par exemple notre santé.
Ils sont blancs avant 40 ans ? Ils sont fourchus ? Perte des cheveux ? La science y répond
Nuage

 

Problèmes de cheveux, ennuis de santé?

 

Des cheveux secs. Sans éclat. Des pointes fourchues. Au-delà des considérations esthétiques, ces soucis capillaires fréquents peuvent parfois dénoter un problème de santé.

Donna MacMullin et Michèle Mayrand

Les cheveux en ont long à raconter. Les experts médicolégaux analysent depuis longtemps les échantillons capillaires comme preuves d’ADN. Une nouvelle étude révèle que les protéines qu’ils contiennent fournissent suffisamment d’informations pour identifier une personne avec précision. Hors des laboratoires scientifiques, le cheveu peut aussi vendre la mèche sur notre état de santé. Quand faut-il réagir? Par ici, les indices!

Perte de cheveux

Quand des mèches tombent chaque fois qu’on passe la main ou la brosse dans la chevelure, on a peut-être affaire à une carence nutritionnelle, selon la Dre Sandy Skotnicki, professeure agrégée de dermatologie à l’Université de Toronto.

 «La chute des cheveux indique en général que nos réserves de fer sont basses. Elle fait partie des effets secondaires possibles de certains médicaments comme les antidépresseurs et les contraceptifs, mais elle est habituellement passagère», mentionne la dermatologue.

Une perte de cheveux abondante peut être occasionnée par le stress, des dérèglements hormonaux ou des problèmes de métabolisme. On parle alors d’alopécie.

«Il s’agit souvent d’une réaction au stress, dit la DreSkotnicki. Par exemple, beaucoup de femmes perdent leurs cheveux à la suite d’un accouchement – souvent un choc pour le corps qui a parfois pour effet de stopper la croissance des follicules pileux.»

Une chute de cheveux importante n’est pas à prendre à la légère, indique le Dr Jeff Donovan, dermatologue et spécialiste du cuir chevelu établi à Vancouver.

«Je note les antécédents du patient, j’évalue son état de santé et j’examine son cuir chevelu pour dépister d’éventuels problèmes sous-jacents.»

Pointes fourchues

Il nous arrive à toutes d’avoir de temps à autre des pointes fourchues. L’usage fréquent des fers à lisser ou à boucler, des séchoirs trop chauds et des produits chimiques fragilise la chevelure. Mais jusque-là, pas de quoi s’inquiéter. Par contre, si les cheveux deviennent extrêmement secs et fragiles, ça vaut la peine de consulter un médecin. Selon le Dr Donovan, la source du problème n’est probablement pas un manque d’hydratation, et boire plus d’eau n’y remédiera pas.

«Une sécheresse persistante peut être le signe de troubles thyroïdiens.»

Le mieux est de procéder à des analyses sanguines pour évaluer l’activité de la glande thyroïde et le taux de fer, recommande le dermatologue.

«Environ 35% des femmes en préménopause ont une carence en fer et 15% des femmes présentent des anomalies de la thyroïde qui peuvent entraîner des problèmes capillaires.»

Cheveux ternes

Une mauvaise alimentation peut également altérer le lustre des cheveux, indique le DrDonovan. Les cheveux sont composés d’une protéine, la kératine, qui leur donne leur structure. Un apport protéinique insuffisant peut fragiliser la fibre capillaire. Les multivitamines font partie des solutions pour faire regagner de l’éclat.

Pellicules et squames

Environ une personne sur deux a des pellicules un jour ou l’autre dans sa vie.

«Ce n’est pas un problème de santé à proprement parler, explique la Dre Skotnicki. Elles seraient causées par un micro-organisme qui prolifère sur le cuir chevelu.»

Selon une étude récente, leur apparition serait davantage liée à un déséquilibre bactériologique, et non à la présence d’un champignon, comme on l’a longtemps cru. Maintenir l’équilibre entre certaines bactéries du cuir chevelu serait donc une piste à explorer comme moyen de prévention. Si les squames sont jaunes et que l’irritation du cuir chevelu s’étend au visage et au dos, on a peut-être affaire à une affection inflammatoire appelée dermatite séborrhéique. Un médecin ou un dermatologue pourra alors prescrire un shampooing ou un traitement topique.

Cheveux gris avant 40 ans

Malgré les croyances populaires, les cheveux blancs ne sont habituellement pas causés par le stress. La chevelure se décolore quand les cellules appelées mélanocytes cessent de produire la mélanine – le pigment qui lui donne sa coloration. C’est un phénomène propre au vieillissement. Mais quand l’«envahisseur» apparaît avant 40 ans, c’est une affaire d’hérédité, précise la Dre Skotnicki.

«On ne peut rien y faire.»

Tout espoir n’est pourtant pas perdu: des chercheurs de l’University College de Londres ont identifié le gène responsable du grisonnement… une découverte qui pourrait mener à la mise au point de traitements pour ralentir ce processus.

http://fr.chatelaine.com

Les roux en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique ?


Les roux vont-ils disparaitre un jour, enfin la couleur de cheveux roux … Pas tout de suite, cela va prendre du temps, quoiqu’à la vitesse que vont les changements climatiques, on ne sait jamais
Nuage

 

Les roux en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique ?

 

Jessica Chastain, Julianne Moore, Julia Roberts... regardez bien ces rousses volcaniques, car dans quelques centaines d'années il n'y en aura peut-être plus. Jessica Chastain, Julianne Moore, Julia Roberts… regardez bien ces rousses volcaniques, car dans quelques centaines d’années il n’y en aura peut-être plus. © James McCauley / Sipa

Des chercheurs en génétique britanniques s’alarment des conséquences du changement climatique sur la chevelure et la carnation des Écossais.

Jessica Chastain, Julianne Moore, Julia Roberts… regardez bien ces rousses volcaniques, car dans quelques centaines d’années il n’y en aura peut-être plus. D’après le très sérieux quotidien britannique The Independant en effet, le gène de la rousseur est en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique.

Le Dr Alistair Moffat, directeur général de ScotlandsDNA, s’intéresse tout spécifiquement au cas des Écossais. Il faut dire que 13 % de cette population est rouquine, et que près d’un Écossais sur deux est porteur du gène de la rousseur. A l’échelle mondiale, 1 à 2 % de la population seulement est porteuse de ce fameux gène.

Photosensibilité

Mais, quel est le lien entre le réchauffement climatique et l’extinction du gène roux ? L’explication est somme toute assez logique, si l’on part du principe que la carnation émane du niveau d’ensoleillement de l’environnement d’habitation.

Comprendre : le peu de lumière en Écosse a engendré une peau très sensible au peu de soleil présent, afin d’assimiler ses bienfaits d’une manière optimale. C’est en tout cas ce que soutient le Dr Moffat.

Par conséquent, « si le climat change et qu’il devient moins nuageux, cela affectera ce gène et les personnes le portant seront de moins en moins nombreuses », avance le généticien.

Rassurons-nous toutefois pour la diversité capillaire, cette mutation génétique devrait prendre « des centaines d’années ».

http://www.lepoint.fr/

Chevelure contre bol de riz+


C’est désolant, ces femmes vendent leur cheveux a un prix dérisoires pour avoir de quoi manger alors que ces cheveux naturels sont  vendu pourtant a bon prix .. Des gens se font expulsé de leur village sans compensation et on profite de leur pauvreté pour permettre a d’autres femmes a être coquette. C’est franchement épouvantable
Nuage

 

 

Chevelure contre bol de riz

 

Kheng Chen a sacrifié sa chevelure en janvier pour un peu moins de 8 dollars [6,50 euros]. Elle est aujourd’hui triste d’avoir la tête tondue, car elle paraît plus que ses 48 ans. Mais dans quelques mois, quand ses cheveux auront repoussé, elle compte les vendre à nouveau.

« Toutes les femmes aiment les cheveux et veulent être belles, dit-elle. Mais, entre la beauté et la faim, que dois-je choisir ? »

Kheng Chen n’est pas la seule à être torturée par ce dilemme. Elle vit dans la province de Kandal [qui entoure la capitale Phnom Penh], dans le village de Srah Po, où ont été relogés les expulsés de Borei Keila [en janvier, 133 familles ont été chassées par des agents de sécurité aux ordres du promoteur immobilier Phan Imex]. Chen fait partie de la trentaine de femmes qui ont décidé de céder leur chevelure contre de l’argent. Un brin honteuses, la plupart d’entre elles portent un foulard pour cacher leur coupe de garçon manqué.

Le site de la société Arjuni, spécialisée dans le commerce de cheveux naturels.

Le site de la société Arjuni, spécialisée dans le commerce de cheveux naturels.

Le commerce de cheveux naturels [pour les perruques ou les extensions] n’est pas nouveau. Au Cambodge, pourtant, il n’en est qu’à ses débuts. La société Arjuni, implantée à Phnom Penh, se fait une place dans ce secteur traditionnellement dominé par l’Inde et la Chine, écrivait récemment The New York Times. Janice Wilson, sa directrice, affirme que le cheveu cambodgien ressemble au cheveu indien.

« L’Inde représente quelque chose comme 99 % du commerce mondial de cheveux. Jusqu’ici, personne n’avait pensé au Cambodge », observe-t-elle.

A Srah Po, ces transactions font désormais partie du quotidien. Au guidon de leur moto, les courtiers vietnamiens se présentent au milieu des huttes recouvertes de bâches bleues. Ils viennent une à deux fois par mois pour faire du démarchage.

Le prix dépend de la longueur et de la qualité du cheveu. Saom Sokunthea, 42 ans, a négocié sa chevelure pour 7 dollars [5,60 euros]. Elle n’avait d’autre choix afin d’acheter du riz pour ses trois enfants. Mais, en renonçant à ses cheveux, elle a réveillé en elle des souvenirs douloureux :

« Si mon mari avait été vivant, il ne m’aurait pas autorisée à les vendre, même si nous étions en train de mourir de faim. Il les chérissait tellement ! »

Yoeun Soeun, 32 ans, a cédé les siens il y a trois mois pour 12 dollars [9,60 euros]. Le bon prix qu’elle en a tiré s’explique, selon elle, par sa jeunesse et par le fait qu’elle se rendait souvent chez son coiffeur.

Elle retire son chapeau et passe sa main dans ses cheveux noirs. Avant de le remettre précipitamment.

« Personne ne le fait de gaîté de cœur, mais, quand il n’y a pas d’autre solution, que voulez-vous ? Dans mon village, presque toutes les femmes sont ainsi devenues du jour au lendemain des grand-mères. »

[Traditionnellement, au Cambodge, il est courant que les femmes âgées se rasent la tête.]

 

http://www.courrierinternational.com