Les scientifiques cherchent à savoir quels animaux pètent (c’est très sérieux)


Cela peut vous faire sourire, mais la question est souvent posée par les enfants qui rencontrent des scientifiques, alors mieux vaut avoir une réponse qui satisfait leur curiosité.
Nuage

 

Les scientifiques cherchent à savoir quels animaux pètent (c’est très sérieux)

 

Hippopotame | ligiera via Pixabay CC License by

Hippopotame | ligiera via Pixabay CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Ils mettent une base de données pour réunir le plus d’informations possibles.

Ce n’est peut-être pas la question que vous vous posez en premier en vous baladant dans un zoo ou en regardant un documentaire animalier, mais elle est pourtant passionnante: est-ce que cet animal pète? Depuis quelques jours, des scientifiques ont décidé de répondre à cette question pour le plus grand nombre d’espèces possible. Le Washington Post raconte que, grâce au hashtag #DoesItFart («Est-ce que ça pète?») et un document Google partagé, ils ont commencé à lister l’existence (ou l’absence) de flatulences ou non chez plus de soixante espèces.

Il apparaît très logiquement que la plupart d’entre eux ont effectivement des gaz. Les rats, les zèbres, ou les reptiles comme le Pogona flatulent. Plus une chauve-souris est grosse et plus ses pets seront sonores. Les girafes, étant donné leur taille, se délestent de leurs gaz «à hauteur du visage d’un homme», précise un chercheur sur le document Google.

Un autre explique que les lynx sont de gros péteurs, et que «les pets consécutifs à l’ingestion d’écureuils sont les pires».

Les oiseaux, à l’inverse n’ont pas le besoin biologique d’en faire, même si comme le soulignait Popular Science en 2009, cela peut arriver. Les espèces marines comme les moules ne sont pas concernées par la question. Logique. En revanche, vous serez ravis d’apprendre que certaines espèces de serpents appartiennent aux plus sournois des émetteurs de gaz: après un bruit presque imperceptible accompagnant souvent des excréments, une odeur «très sèche et sauvage» vous prend à la gorge.

«Les orangs-outans pètent! Assez souvent en fait. J’ai déjà eu des bébés orphelins qui pétaient lorsqu’ils me grimpaient dessus.»

Toutes ces anecdotes peuvent sembler juste amusantes, mais elles ont en réalité un intérêt particulier. Les enfants posent souvent la question aux scientifiques qu’ils rencontrent, il s’agit donc d’une passerelle très intéressante pour les intéresser à la nature.

«C’est au moins une opportunité de créer un lien avec un public large et d’amener de nouvelles personnes dans la conversation», explique David Steen, de l’université d’Auburn. Adriana Lowe, autre chercheuse de l’université de Kent, explique de son côté que «Le régime et le système digestif des animaux représentent un champ d’étude important et fascinant, et le pet fait partie de tout cela».

Et puis, on le sait, les pets de vaches sont responsables de fortes émissions de méthane, gaz qui contribue largement au réchauffement de la planète. Etudier les gaz d’animaux est donc loin d’être du vent. 

http://www.slate.fr/

La disparition des chauves-souris nuit à l’agriculture


Les chauves-souris sont des animaux vraiment essentiels pour notre environnement et l’agriculture. Ils sont des insecticides biologiques très puissant, mais à cause de la maladie du museau blanc, ils sont en danger. Si on pense qu’il y a une colonie dans une grotte (ou ailleurs) mieux vaut les laisser tranquille pour ne pas transporter des champignons par notre passage et d’aviser le site de chauves-souris.ca pour les préserver
Nuage

 

La disparition des chauves-souris nuit à l’agriculture

 

Le champignon empêche les chauves-souris de bien hiberner.

Le champignon empêche les chauves-souris de bien hiberner.   PHOTO : RYAN VON LINDEN

 

L’hécatombe qui frappe plusieurs espèces de chauves-souris au Québec depuis 2010 s’étend à d’autres régions comme celles de la Côte-Nord et de la Gaspésie. La disparition de cet animal insectivore a des conséquences jusque dans notre assiette.

Un texte d’Éric Plouffe

Dans l’est du continent, des millions de chauves-souris sont mortes dans les 10 dernières années, victimes du syndrome du museau blanc.

Il s’agit d’une infection causée par un champignon poussant littéralement sur les chauves-souris qui hibernent dans des grottes. Celles qui sont infectées se réveillent plus souvent au cours de leur hibernation et finissent par mourir d’épuisement.

Le phénomène a été observé pour la première fois dans l’État de New York en 2006. Quelques années, plus tard, l’infection a frappé des colonies de chauves-souris au Québec.

La biologiste Nathalie Desrosiers, qui est coordonnatrice du dossier lié aux chauves-souris au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, l’a rapidement constaté dans une mine abandonnée en Estrie.

« On avait des regroupements de 5000 individus qui pouvaient se ramasser à un endroit, raconte-t-elle. À l’hiver 2011-2012, quand on est retourné pour faire une observation, il n’y avait plus de chauves-souris. »

Des chercheurs américains prélèvent des échantillons dans une grotte du Tennessee, en 2011.

Des chercheurs américains prélèvent des échantillons dans une grotte du Tennessee, en 2011.   PHOTO : AMY SMOTHERMAN BURGESS

Lourdes conséquences

La disparition massive de chauves-souris a de lourdes conséquences sur l’agriculture et l’environnement.

Selon une étude de l’Université de Boston publiée en 2011, les chauves-souris permettent d’économiser plus de 4 milliards de dollars chaque année sur le territoire américain dans le contrôle des insectes nuisibles à l’agriculture. La diminution du nombre de chauves-souris signifie un recours plus important aux pesticides.

Les insectes qui ne sont pas mangés par les chauves-souris vont être sur nos plantes. Nathalie Desrosiers, biologiste

« Alors, les producteurs vont être obligés d’utiliser des pesticides pour être capables de garder une qualité des produits qu’ils vont nous offrir. Donc, ça a un coût très très important », dit la biologiste Nathalie Desrosiers.

Il n’existe pour le moment aucun traitement pour sauver les chauves-souris, à part la prévention, qui consiste à éviter d’explorer les grottes où elles hibernent.

« Pour éviter d’amener dans les semelles de bottes ou les vêtements les spores de champignons, explique Nathalie Desrosiers. Pour éviter d’aller propager le champignon dans des endroits où il n’y en a pas. »

Le gouvernement québécois invite pour une quatrième année consécutive la population à signaler la présence de colonies de chauves-souris et à participer au suivi de leur situation en se rendant sur le site chauves-souris.ca

http://ici.radio-canada.ca/

La surprenante guerre acoustique des papillons de nuit contre les chauves-souris


Voilà une stratégie originale pour le papillon lune qui par sa stratégie évite de se faire engloutir par les chauves-souris
Nuage

 

La surprenante guerre acoustique des papillons de nuit contre les chauves-souris

 

tm_butterfly3

© DAN WINTERS

Avec ses longues ailes et sa couleur vert clair, le papillon lune est une créature remarquable. Et maline, selon les biologistes Jesse Barber et Akito Kawahara, qui ont constaté que les « queues » au bout des ailes d’Actias luna étaient des leurres détachables destinés à tromper les chauves-souris affamées.

Quand les prédatrices, munies de leur système d’écholocation, sont en chasse, les queues mobiles du papillon détournent et trompent leur attention, si bien que les agresseurs ratent leur cible, attrapant parfois une extrémité, mais rarement tout l’insecte.

« Les papillons de nuit et les chauves-souris se livrent une guerre “acoustique” depuis 60 millions d’années », expliquent Barber et Kawahara.

Le duo précise que leurs recherches font avancer les connaissances scientifiques sur les « stratégies de diversion antiprédation » et sur la manière dont les papillons se sont adaptés à la « course évolutionnaire aux armements ».

Par Catherine Zuckermann

http://www.nationalgeographic.fr/

Le Saviez-Vous ► 20 animaux gigantesques qui sont bien réels.


La plupart des animaux, nous les connaissons, mais ceux-ci dépassent les normes de grandeurs
Nuage

 

20 animaux gigantesques qui sont bien réels.

Si quelqu’un vous demande de penser à un animal de grande taille, à quel animal pensez-vous? Un éléphant ou une baleine bleue peut-être?

Mais il existe également des animaux gigantesques, même parmi les autres espèces, des animaux qui ont dépassé la taille standard…

Dans cette liste, nous rendons hommage à ces animaux. Vous trouverez, entre autres choses, un lapin géant et un cochon qui pèse plus de 900 kg! Quand nous disons que ces animaux sont gigantesques, ils sont vraiment gigantesques.

# 1. Le Crabzilla crabe-araignée de mer du Japon.

Ce crabe gigantesque, surnommé Crabzilla, mesure plus de 3 mètres de long. Il a plus de 40 ans, mais n’a toujours pas cessé de croître. On estime qu’il mesure plus de 4,5 mètres de long.

enorma-djur-15

DARCUNCLE

# 2. Weta géant.

Deinacrida est l’un des plus gros insectes dans le monde, et cet insecte en particulier a été trouvé sur Little Barrier Island en Nouvelle-Zélande.

enorma-djur-2

BUZGER

# 3. Achatina fulica.

Achatina fulica ou escargot géant africain, est la plus grande espèce d’escargot et peut atteindre plus de 20 centimètres de long.

enorma-djur-3

VIVAS

# 4. Cheval Moose.

Ce cheval, qui porte bien son nom Moose, est un Percheron. Les Percherons sont très intelligents et travailleurs.

enorma-djur-1

UPPYDAYAGAIN

# 5. George le géant.

Ce Grand Danois nommé George le géant est décédé en 2013, il était consacré le chien le plus grand du monde, il mesurait 1,09 mètres au garrot. Il pesait 111 kg et dormait dans son propre lit queen-size.

enorma-djur-4

ODDEE

# 6. La roussette de Malasie.

On l’appelle aussi renard volant, c’est la plus grande chauve-souris du monde. Vous pouvez la trouver sur l’île de Nouvelle-Guinée et ils pèsent en moyenne 1,5 kg et son envergure peut atteindre 1,5 à 1,8 mètres.

enorma-djur-5

PHOTOMONDE

# 7. Roi des Harengs.

Ce poisson géant s’appelle Roi des Harengs et ce poisson en particulier de 5,5 mètres a été trouvé en Californie, USA. Il a fallu 16 personnes pour le sortir de l’eau.

enorma-djur-6

EWN

# 8. Vache Blossom.

La vache Blossom mesure 1,9 mètres de la pointe su sabots jusqu’au garrot – elle est la vache la plus grande au monde. Elle est malheureusement décédée l’année dernière, âgé de 13 ans.

enorma-djur-7

GUINNESS WORLD RECORDS

# 9. Crabe de cocotier.

Le crabe de cocotier est la plus grand arthropode terrestre, il peut grimper dans les arbres. Il peut atteindre jusqu’à 40 centimètres de long et peser jusqu’à 5 kg.

enorma-djur-18

YOUTUBE

# 10. Ligre Hercules.

Non, ce n’est pas un lion ni un tigre. Hercules est un hybride né de l’union d’un lion mâle et d’une tigresse et vit dans un zoo à Miami. Il détient le record du félin le plus grand au monde, il mesure 3,3 mètres de long et pèse 418,2 kg.

enorma-djur-8

GUINNESS WORLD RECORDS

# 11. Salamandre géante de Chine.

La salamandre géante de Chine est le plus grand amphibien vivant au monde, et peut atteindre jusqu’à 1,8 mètres de long. En moyenne, ils atteignent un poids d’environ 25-30 kilogrammes.

enorma-djur-9

PRETTY AWFUL THINGS

# 12. Cochon « The Big Pig. »

Ce cochon, nommé « The Big Pig, » pèse environ 900 kilogrammes. Il mesurait 2,5 mètres de long.

Mais le plus gros cochon du monde est « Big Bill », un cochon qui a vécu jusqu’en 1933. Il pesait 1157 kg!

enorma-djur-10

DAILYMOTION

# 13. La méduse de Nomura.

Cette espèce de méduses vit dans les eaux marines de Chine et Japon. Ils mesurent en moyenne 2 mètres de long et pèsent près de 200 kg.

enorma-djur-11

CAPTFIREPANDA

# 14. Le lapin Darius.

Ce lapin détient le record du lapin le plus grand au monde. Il mesure 1,3 mètres de haut et pèse 22,2 kg. Sa famille dépense plus de 3.000 euros par an pour sa nourriture.

enorma-djur-12

PO-CO

# 15. Morpho Hercules.

Morpho Hercules est considéré comme l’espèce de papillon la plus grande au monde. Les femelles, qui sont plus grandes que le mâle, ont une envergure de plus de 20 centimètres.

enorma-djur-13

PROJECT NOAH

# 16. Grenouille Goliath.

La grenouille Goliath est considérée comme la plus grande grenouille de la planète, elle peut mesurer entre 17 et 33 cm de long et pèse 0,6 à 3,25 kg.

enorma-djur-14

PLANETSAVE

# 17. Crocodile marin.

Le crocodile marin est la plus grande espèce de crocodile actuel et le plus lourd reptile vivant.

Cette image a été prise aux Philippines, le crocodile mesure 6,4 mètres du nez jusqu’à la queue. Il a fallu trois semaines et 100 hommes pour chasser l’animal.

enorma-djur-16

RECREOVIRAL

# 18. Le chat Stewie.

Il était le chat le plus long au monde. Malheureusement, il est décédé d’un cancer en 2013.

enorma-djur-19

COONOSAIT

# 19. Taureau « Field Marshall ».

Le plus grand taureau au monde, Field Marshall, pèse 1,6 tonnes et vit sur une ferme au Royaume-Uni.

enorma-djur-23

VIVANEWS

# 20. Géant des Flandres.

Les lapins géants des Flandres sont très facile à élever, et beaucoup disent que, comme les chiens, ils deviennent attachés aux gens. Le lapin dans cette photo pèse 10 kg.

enorma-djur-22

WAROSU

http://incroyable.co/

AUSTRALIE. Une ville en "état d’urgence" suite à une invasion de chauve-souris


L’Australie a encore des problèmes avec ses animaux, cette fois-ci, ce sont des chauves-souris qui ont élu domicile près des habitations. Même, s’ils ne sont pas dangereux pour l’homme (mais peut transmettre des virus), ils doivent chercher des solutions sans pour autant nuire a cette espèce qui est protégée
Nuage

 

AUSTRALIE. Une ville en « état d’urgence » suite à une invasion de chauve-souris

 

Un essaim de milliers de Renards volants, Pteropus poliocephalus, en 2014 à Townsville, dans le nord-est de l'Australie. © Scott Radford-Chisholm//REX/SIPA

Un essaim de milliers de Renards volants, Pteropus poliocephalus, en 2014 à Townsville, dans le nord-est de l’Australie. © Scott Radford-Chisholm//REX/SIPA

Par Félix Gouty

Fin avril 2016, 100.000 chauves-souris – des « Renards volants » – se sont soudainement installés sur les arbres et hauteurs de Bateman’s Bay. Une invasion presque cauchemardesque, difficile à gérer.

INVASION. Imaginez Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock, mais avec des chauve-souris Australiennes d’un mètre d’envergure : ça fait peur, n’est-ce pas ? C’est une réalité à laquelle fait face aujourd’hui une ville de la côte est de l’Australie, Bateman’s Bay (du nom de Nathaniel Bateman, l’un des fondateurs de la ville, et non de Batman, l’homme chauve-souris des comic books!). Depuis quelques jours, près de 100.000 de ces animaux ailés y ont pris résidence. Identifiés comme appartenant à l’espèce Pteropus poliocephalus, ils sont caractérisés par un long museau et un pelage noir et orangé – d’où leur nom, communément utilisé, de « Renards volants« . Plutôt inoffensives pour l’homme, ces chauves-souris produisent néanmoins un brouhaha monstre, et des déjections très malodorantes d’après les habitants, obligés de rester cloîtrés chez eux, les fenêtres fermées. Paralysée par cette invasion, Bateman’s Bay a été placée en « état d’urgence » par le gouvernement régional de la Nouvelle-Galles du Sud, qui compte débloquer 1,8 millions de dollars Australiens (soit 2,2 millions d’euros) pour régler la situation. Il est cependant difficile d’écarter aussi facilement Petropus poliocephalus, qui est une espèce menacée. La seule solution abordable pour la déloger est une technique comme l’enfumage, pratiqué en apiculture pour calmer les abeilles. En outre, plus radicale encore, des habitants excédés auraient déjà commencé à couper les arbres où les chauve-souris nichent.

Pourquoi une telle invasion ?

Deux hypothèses pourraient être faites sur les raisons de ce déménagement soudain d’autant de Renards volants à Bateman’s Bay. Entre les mois de mars et mai, ces animaux sont généralement en pleine période de reproduction, et ainsi ont tendance à s’installer dans des endroits adéquats pour ce genre de comportements naturels (à l’instar de la chauve-souris Molosse du Brésil, Tadarida brasiliensis). Autre possibilité : en manque de nourriture (fruits, nectars et pollens essentiellement) dans la forêt humide d’Eucalyptus où elles nichaient, ces chauves-souris ont pu chercher à migrer vers un lieu plus riche – Bateman’s Bay, par exemple. Les habitants de cette ville Australienne doivent donc simplement s’armer de patience, puisque tôt ou tard cette population (20% estimé du nombre d’individus de cette espèce sur le continent) devrait déménager une fois les ressources épuisées ou la période de reproduction achevée. Cependant, en attendant, les autorités tiennent à rester très vigilantes, interdisant toutes sortes de contact avec ces chauves-souris. En effet, Petropus poliocephalus peut être porteur de l’henipavirus, possiblement transmissible à l’homme …

http://www.sciencesetavenir.fr/

Murmure à l’oreille des oiseaux


    Alors que je peine à apprendre une langue étrangère, des oiseaux réussissent en 2 jours. C’est frustrant. ! Cependant, cette opportunité pour apprendre a des oiseaux en captivité a se méfier de certains cris, permet de les  libérer  en pleine nature et reconnaitre le son des prédateurs.
    Nuage

    Murmure à l’oreille des oiseaux

    Une paire de mérions superbes © BEN TWIST/FOTOLIA

    Une paire de mérions superbes © BEN TWIST/FOTOLIA

    Par Louise Duclos

    Un groupe de chercheurs de l’Université nationale australienne a entraîné des oiseaux à apprendre une nouvelle langue. Une expérience réalisée avec succès.

    Apprendre les langues étrangères, cela peut prendre des années… voire toute notre adolescence… ou plus. Chez les oiseaux, il suffit de deux jours. Jaloux, hein ?

    C’est dans une étude publiée sur Current Biology le 3 août 2015, que l’on a fait l’étonnante découverte. Elle relate l‘expérience de biologistes de l’Université Nationale d’Australie, qui ont décidé de donner des cours de langue à nos compagnons à plumes. Beaucoup d’espèces animales usent du langage inné ou « communication acoustique » (registre vocal génétique commun) tandis que quelques rares espèces sont capables d’apprentissage vocal. Chez les oiseaux, l’apprentissage se fait aisément… en situation de danger.

    Murmure à l’oreille des oiseaux

    Pour répondre à cette question, Robert Magrath, professeur du département de recherche en biologie de l’université, a basé son analyse sur des mérions superbes (oiseaux de la famille des Maluridae) en captivité. Le premier test a été réalisé au sein du campus, et s’est révélé être un véritable succès. Tout d’abord, ils leur ont fait écouter des sons proches de celui de l’Acanthiza (appartenant à l’ordre des passereaux), de l’aigle ou d’un son synthétisé sur l’ordinateur. Aucune réaction. Ensuite, ils ont précipité sur eux un modèle planant d’oiseau prédateur, tel que l’épervier. Le test s’est révélé un poil plus efficace. Enfin, ils ont fait réécouter ces sons plusieurs fois (huit au total) sans modèle planant. 8 oiseaux sur 10 fuyaient à l’écoute de ces sons au bout de 48h. Et sans modèle planant.

    Une tâche réalisée à la perfection

    Un résultat démonstratif de leur habilité à reconnaître les signaux étrangers et savoir ainsi éviter le danger.

    « Reconnaître les sons des autres espèces est une qualité remarquable, parce qu’il existe un grand nombre d’espèces et une multitude de signaux divers. Cela revient au même que comprendre plusieurs langues étrangères », a constaté le professeur Robert Magrath.

    Ainsi, ils ont appris à des animaux en captivité à reconnaître tout signal de danger au sein du campus de l’université, avant de les libérer dans la nature. Cette découverte pourrait s’avérer être très utile lorsqu’il s’agit de relâcher ces animaux dans la nature. Cela fait-il des oiseaux les seuls êtres, exceptés les humains, aptes à converser en langue étrangère ?

    Seuls doués en langues ? 

    Si les oiseaux s’avèrent être de parfaits élèves en langue, ils sont loin d’être les seuls dans le règne animalier. On compte aussi les orques, les chimpanzés, les bonobos et les chauves-souris. Entre autres.

  • Les orques 

    D’après une étude publiée en octobre 2014 dans le journal Acoustical Society of America, les orques ont la capacité d’apprendre le langage des dauphins. Les chercheurs ont basé leur expérience sur deux groupes d’orques en captivité dont le premier formé de 7 orques dans le même bassin, et le deuxième constitué de 3 orques avec des dauphins. Les orques placés avec les dauphins ont réussi à améliorer leur registre vocal pour se rapprocher d’eux et ont même reconstitué une séquence vocale, apprise par les dauphins, indépendamment des orques. 

  • Les chimpanzés 

    Suite à une étude publiée dans Current Biology, on a découvert que les chimpanzés étaient capables de s’adapter à un autre groupe. L’action se passe dans au zoo d’Edimbourg en Ecosse, où des singes provenant des Pays-Bas ont été introduits. Ils ont mis 3 ans avant d’imiter leurs congénères écossais sur la façon d’exprimer leur goût pour les fruits. 

  • Les chauves-souris

La Roussette d’Egypte (Rousettus aegyptiacus) dispose d’un langage à la fois inné et acquis. Même sans faire ses vocalises auprès des adultes, elle possède des cris communs avec eux. Cependant, sa linguistique est encore loin d’être parfaite. C’est en évoluant auprès des adultes qu’elle acquiert un répertoire riche en chant. 

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une étrange maladie gagne du terrain Le déclin des chauves-souris pourrait nuire aux agriculteurs


Que l’on aime ou pas les chauves-souris, elles sont importantes pour l’écosystème. Le problème du syndrome du museau blanc continu à faire des ravages ce qui a un impact important sur l’augmentation des insectes
Nuage

 

Une étrange maladie gagne du terrain

Le déclin des chauves-souris pourrait nuire aux agriculteurs

 

Le déclin de la population de chauves-souris s’amplifie partout au Québec, ce qui peut entraîner une augmentation de la population d’insectes peu souhaitable pour les agriculteurs.

Une visite à la grotte Spéos de la fée, à La Rédemption, dans le Bas-Saint-Laurent, a par exemple permis de découvrir qu’elle n’est plus habitée que par deux chauves-souris.

Les chauves-souris qui y hibernent ont récemment été touchées par le syndrome du museau blanc, une étrange maladie qui gagne rapidement du terrain au Québec.

Cette maladie crée un champignon blanc sur le nez et les ailes des chauves-souris. Les désagréments qu’il cause réveillent l’animal lors de son hibernation.

La maladie a été découverte pour la première fois aux États-Unis, en 2006.

C’est une situation que les biologistes Charles Maisonneuve et Nathalie Desrosiers qualifient d’inquiétante, puisque les chauves-souris se nourrissent d’insectes. Avec le déclin du mammifère, la population d’insectes augmentera et les agriculteurs devront ainsi utiliser davantage d’insecticides.

Les citoyens sont invités à contacter le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs s’ils observent des spécimens autour de leur habitation. Les spécialistes espèrent ainsi sauver certaines colonies.

http://tvanouvelles.ca/

Australie : pourquoi 5000 cadavres de chauves-souris sont-ils tombés du ciel ?


Pendant qu’ici le temps est plus froid, en Australie, c’est une chaleur accablante qui a fait un hécatombe parmi les chauves-souris. C’est un drame, car elles sont importantes dans l’écosystème. Cependant, les bébés qui sont encore en vie, sont récupérés pour recevoir des soins
Nuage

 

Australie : pourquoi 5000 cadavres de chauves-souris sont-ils tombés du ciel ?

 

Photo : CAPTURE D’ÉCRAN TWITTER – DEE HARTIN

Les rues de Casino, à 600 km au nord-est de Sidney, sont devenues noires depuis samedi. Le sol de la petite ville australienne est jonché de plus de 5000 cadavres de roussettes, une race de chauve-souris. Une mort soudaine et massive provoquée par une hausse inhabituelle des températures, qui sont montées jusqu’à 44 degrés ce week-end.

Une odeur insupportable

Les résidents de ce quartier calme ont assisté à un spectacle désolant.

« Les chauves-souris n’étaient pas seulement partout où je regardais au sol, mais aussi suspendues dans les arbres, mortes. Beaucoup de petits s’attachaient au cadavre de leur mère. J’ai été affligé de voir une telle perte massive de la vie », a témoigné Dee Hartin, l’auteur de la photo, au Huffington Post UK.

Si certaines zones sont désormais inaccessibles, c’est surtout l’odeur qui est devenue insupportable. La chaleur ne favorise pas une décomposition discrète des carcasses. Une opération de déblaiement a été lancée.

Sauvetage des bébés

Quant aux bébés encore en vie, les membres de WIRES, une association de sauvetage des animaux, s’activent pour les secourir. Chacun doit être réhydraté et pris en charge individuellement.

En revanche, le directeur du conseil de la vallée de Richmond, John Walker, a déconseillé à la population de s’approcher de la zone :

« Les gens ne devraient pas essayer d’aider les chauves-souris vivantes eux-mêmes car elles pourraient transmettre le lyssavirus en mordant ou en griffant », a-t-il précisé au Daily Telegraph.

L’urgence est en tout cas notable. Les roussettes sont essentielles au maintien des forêts. Elles dispersent en effet les graines et profitent à la pollinisation des fleurs.

 

http://www.metronews.fr/

Le Saviez-Vous ► Il existe un hôpital à chauves-souris en Australie qui récupère des jeunes chauves-souris abandonnées


Il y a des hôpitaux pour les animaux, mais en Australie, c’est pour les chauves-souris. Des petites bêtes en difficultés peuvent retrouver leur force et retourner ensuite dans la nature
Nuage

 

Il existe un hôpital à chauves-souris en Australie qui récupère des jeunes chauves-souris abandonnées

 

Si vous pensez que les chauves-souris sont de terrifiantes créatures de la nuit vampiriques, vous avez tout faux.

On savait déjà que l’Australie était un pays particulier, mais les chauves-souris abandonnées prises en charge par l’Hôpital des chauves-souris Tolga, à Atherton en Australie, sont la preuve que les jeunes chauves-souris sont aussi adorables que n’importe quel chaton ou chiot.

Les chauves-souris frugivores à l’Hôpital des chauves-souris de Tolga y sont amenées quand elles sont atteintes par la paralysie des tiques ou quand leurs mères sont mortes ou encore quand elles sont devenues trop malades pour les nourrir (souvent de la même maladie).

Les volontaires à l’hôpital remettent les jeunes chauves-souris en bonne santé puis les relâchent dans la nature. L’hôpital sert aussi de sanctuaire pour les chauves-souris retraitées des zoos. (sources: tolgabathospital.org / Jurgen Freund Photography)

http://bridoz.com