Le Saviez-Vous ► Un homme n’a pas payé de loyer pendant 20 ans parce qu’il vivait dans un immense château de sable


Vivre dans un château de sable est un rêve qu’un Brésilien a concrétisé depuis 20 ans. Il a construit un immense château sur la plage et à chaque jour veille à entretenir son royaume. C’est une réponse au capitalisme et semble heureux, du moins tant que les autorités le tolère.
Nuage

 

Un homme n’a pas payé de loyer pendant 20 ans parce qu’il vivait dans un immense château de sable

 

Il y a des histoires dans la vie qui nous impressionnent plus que d’autres et doit on avouer que celle-ci sort du lot. Un homme n’a pas payé de loyer pendant 20 ans parce qu’il vivait dans un immense château de sable.

C’est le site web d’information et de divertissement VT qui rapporte cette nouvelle qui va inspirer toutes les personnes qui cherchent à faire des économies au quotidien. Au Brésil, dans la ville de Rio de Janeiro, un homme n’a pas payé de loyer pendant 20 ans parce qu’il vivait dans un immense château de sable. Une histoire incroyable mais vraie qui dure depuis maintenant deux décennies. Un véritable exploit hors du commun qu’il est de tout même très important de souligner.

On sait ce que vous vous dites, c’est impossible que quelqu’un puisse vivre ainsi autant de temps pourtant c’est bel et bien vrai. VT explique que cet homme s’appelle Marcio Mizael Matolias et qu’il y a vingt ans il a décidé d’adopter un mode de vie quasiment inédit dont il est sans doute un des seuls représentants sur la planète. En effet, il y a vingt ans, il a décidé de défier le monde capitaliste en se construisant sa propre maison qui a la forme d’un château de sable sur une des plages de Rio de Janeiro. Un véritable rêve d’enfant qui est devenu réalité pour cet homme qui ne s’est jamais senti à l’aise dans la société de consommation dans laquelle on vit.

Comment a-t-il réussi à monter ce magnifique château de sable qui parait immense ? VT explique que cela lui a pris plusieurs mois avant de construire quelque chose de solide. Le média explique également qu’il travaille toujours quotidiennement sur son château afin de faire quelques ajustements qui s’avèrent nécessaires avec le temps qui passe.

On sait ce que vous vous demandez, comment fait-il pour gagner sa vie ? VT indique qu’il a créé une petite boutique de livre en marge de son château et c’est cette activité qui lui permet de se procurer de la nourriture. Ajouté à cela, Marcio Mizael Matolias avoue être devenu une véritable attraction touristique. En effet, son château est devenue une visite incontournable pour les touristes qui passent par Rio de Janeiro. Son histoire a littéralement impressionné le monde entier.

En effet, comment ne pas être impressionné par un tel parcours. Cet homme a dit non au capitalisme, à la société de consommation classique et surtout a dit non à une vie de mouton qui l’aurait confiné à avoir une vie qui ressemble à celle de millions d’autres personnes. Il a donc décidé de poursuivre son rêve et il a expliqué à VT que depuis 20 ans il ne s’est jamais senti aussi bien. Cette décision a été la plus importante de sa vie parce que c’est celle-ci qui lui a permis d’être complètement heureux et ça sans doute pour le reste de sa vie.

https://www.maisonsetc.com/

Un jeu de société médiéval a été découvert dans un château en Russie


 

En Russie, les archéologues ont trouvé dans un passage secret d’un château qui aujourd’hui est un musée, un jeu de table de l’époque médiéval. Il serait l’ancêtre du jeu de dame.
Nuage

 

Un jeu de société médiéval a été découvert dans un château en Russie

 

Crédits : Musée de Vyborg

par  Malaurie Chokoualé

 

Massif, le château de Vyborg s’élève d’entre les arbres, entouré d’eau. Aujourd’hui changé en musée, la forteresse médiévale fascine durablement les communes alentours, et particulièrement les habitants de Vyborg, petite ville russe près de la frontière avec la Finlande.

Fin août, le musée de Vyborg annonçait que des archéologues allaient passer au peigne fin un passage secret longtemps tombé dans l’oubli. Le 10 septembre, Motherboard a rapporté l’une de leurs incroyables découvertes : un plateau de jeu datant de l’ère médiévale.

Le jeu de société a été retrouvé enterré au fond d’un passage secret qui relie l’îlot du château et la ville toute proche. Les archéologues ont d’ailleurs recréé le passage en 3D. Quant au jeu, il s’agit d’une brique d’argile aux tons ocres sur laquelle est gravée un labyrinthe carré. Les chercheurs ont identifié le jeu comme un plateau de jeu du moulin, qui existait déjà à l’époque de l’Égypte antique et de l’Empire romain. Parfois imprimé au dos des jeux de dames dont il est l’ancêtre, certains le pratiquent encore aujourd’hui.

La découverte de cette brique est considérée par les chercheurs comme la plus intrigante de l’expédition à ce jour. Ils ont également trouvé dans un des puits du château une bourse pleine de pièces en cuivre datant du début du XIXe siècle. Mais s’il n’a pas encore été daté avec précision, il ne fait qu’aucun doute que le jeu les précède de plusieurs siècles.

Sources : Motherboard/Musée de Vyborg

https://www.ulyces.co/

Les 7 merveilles du Japon


Le Japon est riche en histoire. L’architecture est impressionnante dans un paysage magnifique
Nuage

 

Les 7 merveilles du Japon

 

Le mont Fuji, ou Fujisan, la montagne au centre du Japon

 

Volcan ensommeillé depuis le XVIIIe siècle, Fujisan, plus communément appelé « mont Fuji », se trouve sur l’île de Honshü au sud-ouest de la ville de Tokyo. Sur cette image où il apparaît encore enneigé, nous le découvrons lors d’une belle journée ensoleillée. Très souvent gravi par des touristes, Fujisan dévoile des panoramas vertigineux tout au long de l’ascension sur ses chemins escarpés. Les plus hautes haltes ne sont accessibles qu’à pied. De son sommet, à 3.776 m, les plus courageux peuvent observer de superbes lueurs au lever du soleil.

Au second plan, nous apercevons la pagode Chureito, construite en 1963 en tant que mémorial de la paix. C’est sans doute la pagode la plus photographiée au Japon grâce à la vue qu’elle offre sur le mont Fuji. Elle fait partie du sanctuaire Arakura Fuji Sengen Jinja.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2013, le mont Fuji est considéré comme une des merveilles du Japon.

© oadtz CCO

Le château d’Himeji, un trésor médiéval

 

Entouré de cerisiers, le château d’Himeji évoque immédiatement le Japon, son architecture si caractéristique et son histoire millénaire. Situé à Himeji, dans la préfecture de Hyōgo, cet imposant édifice en bois a été construit à l’époque Nanboku-chō de la période Muromachi, entre 1346 et 1618. C’est l’un des plus anciens bâtiments du Japon médiéval, l’un des douze châteaux japonais dont les donjons en bois existent toujours.

Aussi appelé Hakuro-jō ou Shirasagi-jō (château du Héron blanc ou château de l’Aigrette blanche) en raison de sa couleur blanche, il a abrité le tournage de nombreuses fictions, comme Kagemusha et Ran, deux célèbres films du réalisateur Akira Kurosawa, en 1980 et 1985. Le bâtiment apparaît également dans un opus de la saga James Bond, On ne vit que deux fois (1967).

La visite du château d’Himeji demande environ trois à quatre heures, en particulier si l’on souhaite se promener dans les jardins du Kōko-en. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1993, le château d’Himeji est considéré comme une des merveilles du Japon.

© Richie Chan, Fotolia

Le temple d’Hōryū-ji, le cœur de la culture japonaise

 

Le temple bouddhique d’Hōryū-ji (temple de la loi Florissante), à Ikaruga, ville de la préfecture de Nara a été fondé par le prince Shōtoku en 607. Cette merveille japonaise, s’étendant sur 187.000 m2, comprend une cinquantaine de bâtiments, dont certains font partie des plus anciens édifices en bois du monde. Les plus impressionnants sont le Nandai-mon (la Grande porte du sud), le Shoryoin (le pavillon de l’esprit sacré), le Kondo (le bâtiment principal), le Yumenodo (le pavillon des rêves) et le Daikōdō qui est une pagode bâtie sur cinq étages (le pavillon lecture).

L’admirable temple d’Hōryū-ji abrite une multitude d’œuvres historiques de l’architecture japonaise, de prestigieuses sculptures, ainsi que des peintures faisant partie à part entière du patrimoine culturel asiatique. Parmi ses 2.300 structures architecturales, ou objets réputés « de la plus haute importance sur le plan culturel ou artistique », 190 sont officiellement  inscrits en tant que Trésors Nationaux ou Biens Culturels.

Le temple bouddhique japonais a intégré le classement du patrimoine mondial de l’Unesco en 1993.

© 663highland CC BY-SA 3.0

La ville de Kyōto et ses monuments sacrés

 

Le célèbre temple Kinkaku-ji, ou temple Rokuon-ji, se situe au nord-ouest de Kyōto, abrité par des collines. Le contraste entre la froideur de l’hiver et la couleur dorée du temple rappelle que ce bâtiment est surnommé le « Pavillon d’Or ». Ses parois sont en effet recouvertes de feuilles d’or. Le temple sacré est surveillé par la statue d’un phénix vissée à son sommet.

Située sur l’île principale Honshū dans la région de Kansaï (Kansai-chihō), la ville de Kyōto préserve seize autres monuments historiques inscrits au registre du patrimoine mondial de l’Unesco. Kyōto, autrefois Heian-kyō, fut la capitale impériale du Japon jusqu’en 1868. Elle est le berceau historique de l’architecture religieuse ainsi qu’avant-gardiste pour l’art des jardins japonais. La ville en compte d’ailleurs près de 2.000. L’influence des jardins japonais s’est étendue partout dans le monde au fil des années.

Considérée comme la capitale culturelle du Japon, la ville a engagé depuis 2015 de nombreux travaux en vue des Jeux olympiques de Tokyo de 2020. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994, Kyōto est considérée comme une des merveilles du Japon.

© Kanenori CCO

La Porte d’Itsukushima au Japon livre tous ses secrets

 

Le sanctuaire Itsukushima (Itsukushima-jinja) est le lieu saint incontournable du shintoïsme au Japon. Il est situé sur l’île de Miyajima (l’île du Sanctuaire). Composé de plusieurs bâtiments architecturalement surprenants, l’édifice fait preuve d’une touche artistique développée et travaillée. C’est le contraste de son rouge vif sur cette eau turquoise qui saisit. Entouré d’une forêt dense, le sanctuaire se fond harmonieusement parmi le panorama.

Son nom lui vient de l’ancien nom de l’île, autrefois appelée île Itsukushima. Son architecture est très marquée par l’époque Heian et, malgré les multiples destructions dont il a été victime, notamment en 1555 pour marquer une défaite militaire, il fut toujours reconstruit à l’identique. La Porte d’Itsukushima est aussi le dôme du Parc du mémorial de la paix à Hiroshima.

Sa beauté architecturale, son histoire et son empreinte culturelle placent le sanctuaire d’Itsukushima comme l’une des merveilles du Japon. En 1996, la Porte d’Itsukushima se classe parmi les monuments sacrés, dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

© Jordy Meow CC BY-SA 3.0

Nikkō et la forêt sacrée

 

À 150 km au nord de Tokyo, Nikkō est une ville à flanc de montagne très réputée et très visitée. Les sanctuaires et les temples de Nikkō sont entourés par une immense forêt. Ce cadre naturel ordonné recèle des parcelles d’art constituant la richesse culturelle de l’empire japonais.

Composé de 300 édifices, les sanctuaires et temples de Nikkō reflètent un niveau artistique très élevé, comme il est de coutume au Japon. Particulièrement colorés et parfois recouverts de feuilles d’or, ils relèvent de plus de cinquante styles architecturaux différents. Ce sont officiellement des « Trésors nationaux » et des « Biens culturels importants ».

Nikkō révèle le sanctuaire shinto Tōshō-gū, construit par les artisans les plus célèbres de l’époque, ainsi que les temples Rinnō-ji et Futarasan (Futarasan-jinja), bâtis au VIIIe siècle par le moine Shōdō Shōnin, à l’origine du bouddhisme dans cette région.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1999, la ville de Nikkō est considérée comme une des merveilles du Japon.

© rudiuk, Fotolia

L’extraordinaire forêt de Yakushima

 

Cette forêt tempérée chaude, et sempervirente (toujours verte, donc), sur l’île montagneuse presque circulaire de Yakushima. À 60 km au large de la pointe sud de l’île de Kyushu, dans l’extrémité sud-ouest de l’archipel japonais, elle se trouve à l’interface des régions paléarctiques et orientales. Des montagnes de près de 2.000 m de hauteur dominent l’île, et la forêt se trouve en son centre, avec des ramifications vers le sud, l’est et l’ouest jusqu’à la côte.

L’écosystème insulaire de Yakushima est unique dans la zone tempérée de l’hémisphère nord. La distribution verticale des plantes va de la végétation côtière, avec des éléments subtropicaux à une forêt pluviale tempérée de montagne puis à des marais d’altitude et enfin à des prairies tempérées froides de bambous sur les pics centraux.

À l’échelle mondiale, la forêt de Yakushima est spécifique, en raison de son écosystème particulier, avec des rhéophytes et des épiphytes abondants, adaptés aux fortes précipitations, supérieures à 8.000 mm par an. Elle accueille quelque 1.900 espèces et sous-espèces de flore, 16 espèces de mammifères et 150 espèces d’oiseaux. On y trouve le cèdre du Japon (Cryptomeria japonica) et une forêt vierge composée d’arbres appelés Yakusugi, qui ont plus de mille ans d’âge.

© Unesco

https://www.futura-sciences.

Le Saviez-Vous ► Les tata somba : châteaux forts de l’Afrique de l’Ouest


Les châteaux n’ont pas leur origine en Europe, mais en Afrique ! Ils étaient destinés a se protéger contre les bêtes sauvages. Ils étaient structurés pour les besoins, comme l’entreposage de la nourriture, un endroit pour les animaux domestiques et des habitations pour l’humain.
Nuage

 

Les tata somba : châteaux forts de l’Afrique de l’Ouest

Construits à l’origine pour se protéger des attaques ennemies et des bêtes sauvages, les tata somba ont une architecture très singulière.

Situées principalement dans la région de l’Atakora, ces maisons fortifiées, habitées par les peuples Bètammaribè, Bèsoribè et Natemba, sont constituées de trois tours avec un étage destiné à se protéger des fauves : les habitations et les réserves de nourriture se concentrent donc à ce niveau. Les animaux domestiques occupent quant à eux le rez-de-chaussée, au milieu, la terrasse dallée est utile pour faire sécher les récoltes. Les plans de cet habitat Otommari répondent à des règles bien spécifiques, chaque élément de construction correspond à une fonction ou à un symbole. Par exemple, la porte de la façade principale est toujours orientée à l’ouest, à l’abri des pluies et de l’harmattan (vent très sec d’Afrique de l’Ouest) et aussi parce que, selon la symbolique, ce point cardinal représente le côté de la vie. L’intérieur est un véritable labyrinthe à la structure complexe. Une chose est sûre la construction d’un tata somba est assurément un cours magistral d’architecture à lui-seul !

http://www.regardssurlaplanete.com

Un mystérieux château vieux de 3 000 ans a été découvert au fond du plus grand lac de Turquie


Le but des plongeurs était d’essayer de trouver un animal étrange qui fait partie du folklore et mythologie de l’endroit. Ils n’ont pas trouvé cette créature, mais ils ont trouvé quand même un château très bien conserver dans cette eau qui daterait d’au moins 3 000 ans
Nuage

 

Un mystérieux château vieux de 3 000 ans a été découvert au fond du plus grand lac de Turquie

 

Un mystérieux château vieux de 3 000 ans a été découvert au fond du plus grand lac de Turquie

CAPTURE D’ÉCRAN NATIONAL GEOGRAPHIC

PAR ÉMILIE LAYSTARY

Les villes englouties ont toujours beaucoup fasciné les hommes. Cette récente découverte n’est pas sans alimenter un peu plus notre émerveillement pour les secrets que renferment les profondeurs des eaux.

Dans les eaux du lac de Van, profond de 451 mètres et situé à l’est de la Turquie, un château perdu a été retrouvé à plusieurs centaines de mètres de profondeur.

Selon les archéologues de l’université de Van Yüzüncü Yıl, ces incroyables ruines sous l’eau sont vieilles de 3 000 ans. Plutôt bien conservées grâce aux eaux alcalines du lac, elles ont été découvertes par hasard par une équipe de plongeurs venue élucider le mystère du monstre du lac de Van, cette créature lacustre qui alimente le folklore et la mythologie locale.

« La rumeur dit que le lac est habité par une étrange créature, mais des archéologues et personnels de musée nous ont dit qu’on ne trouverait rien de spécial », raconte Tahsin Ceylan, l’un des plongeurs qui n’a pas découvert de monstre mais une cité, à Daily Sabah.

Le château fait environ 1 km de long, avec des murs hauts de 3 ou 4 mètres. Les chercheurs estiment qu’il pourrait dater de l’âge de fer et avoir été construit par la civilisation urartéenne, entre le IXe et le VIe siècle avant J.-C. Au cours de l’histoire, le niveau de l’eau a beaucoup évolué.

 « Un certain nombre de civilisations se sont installées autour du lac de Van », fait remarquer Tahsin Ceylan. « Les populations avaient pour habitude de surnommer le lac ‘la haute mer’ et étaient convaincues qu’elle renfermait une multitude de secrets..

 

Ce sont ces mêmes secrets que les chercheurs d’aujourd’hui tentent de révéler.

 « Trouver ce château est un véritable miracle. Nous allons l’examiner un peu plus encore. Mais il est clair que cette découverte ouvre un nouveau champ à étudier, pour les archéologues et les historiens », se réjouit Tahsin Ceylan.

http://mashable.france24.com

Ils construisent un château comme au Moyen-Âge depuis près de 20 ans en Bourgogne


C’est un gros projet, mais intéressant et une expérience inouïe pour la construction d’un château médiéval. Ce serait vraiment intéressant d’aller le visiter si ce n’était pas un océan à traverser (pour moi)
Nuage

Ils construisent un château comme au Moyen-Âge depuis près de 20 ans en Bourgogne

Certaines personnes se fixent un but dans la vie et font tout ce qui est possible pour y parvenir. Même si cela doit leur prendre plusieurs décennies. Maryline Martin et Michel Guyot ont commencé en 1997 à construire un château médiéval sorti tout droit de leur imagination, en pleine forêt et dans une ancienne carrière.

Mais ils ont souhaité utiliser uniquement des techniques de l’époque comme expliqué sur leur site internet. En 20 ans maintenant, le château a bien avancé et est devenu un grand centre d’intérêt à Treigny, en Bourgogne. En France, ce genre de construction a commencé au 13e siècle.

Le château accueille aujourd’hui 300.000 visiteurs à l’année et a permis la création de 55 emplois. Les créateurs du projet ont pensé à tout en matière de reconstitution. Ils tiennent des annales de la construction, comme à l’époque, qui précisent que le travail a commencé en 1228, au lieu de 1997 et documentent tout ce qui s’y passe.

Ce changement de siècle a été pensé pour donner une âme au château et l’ancrer dans le 13e histoire. Ils ont également inventé un propriétaire, le Seigneur Guilbert. Le projet devrait vraisemblablement être terminé pour 1253, soit 2023.

1

Guédelon

La construction du château est impressionnante comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. Les pierres sont taillées une par une, avec des outils semblables à ceux du du Moyen-Âge, et transportées sur des petits chars comme à l’époque.

2

Guédelon

Regardez la vidéo ci-dessous pour en découvrir davantage sur ce projet audacieux et inspirant. Il est possible de visiter le château mais aussi de venir y faire du volontariat! N’hésitez pas à partager cet article et à vous rendre à Guédelon pour découvrir tous ses secrets.

 

http://incroyable.co

Ces endroits abandonnés semblent provenir d’un autre monde…


J’aimerais visité ces endroits abandonnés, c’est l’histoire qui errent autour, cachant peut-être des secrets qui ne seront jamais dévoilés
Nuage

Ces endroits abandonnés semblent provenir d’un autre monde…

1. Une magnifique serre dans un jardin d’hiver, France

© mgness

2. « Crystal Mill » Colorado, USA

© The Denver City Page

3. Ruines d’un vieux château, Sintra, Portugal

© James Mills 

4. Une église abandonnée, Detroit, USA

© panog 

5. Intérieur d’une boîte de nuit ravagée par un incendie, Autriche

© Matthias Haiker 

6. Tunnel ferroviaire abandonné dans la petite Ceinture de Paris, France

© Myrabella

7. Puits de Sintra, Portugal 

© matthias_haker

8. Une Volkswagen « Coccinelle » abandonnée, Lagoon Beach, Milnerton, Afrique du Sud

@craighowes

9. Une maison abandonnée, Portugal

Fábio Martins — @ue_photography

10. Bus scolaire abandonné sur le bord de la route, Puerto Rico

@Estelle Lavie

11. Chambre d’hôtel abandonnée

@timeless_seeker

12. Un château en Belgique

@forgottenheritage

13. Une photo complètement dingue d’un parc d’attraction abandonné à Nara, au Japon

@7dan_hi

14. La nef d’une église abandonnée

@lologo31

15. Bateau abandonné dans la province de Teriberka, Russie

Madam B

16. Une photo un peu flippante d’une morgue abandonnée…

George F

17.Un château abandonné en Russie 

© Mark «Taken-By-Me»

28. Une maison de campagne abandonnée 

© Kleiner Hobbit 

29. Un magnifique château abandonné à Kopice, Pologne 

© DARKstyle Pictures

30. Village de pêcheurs abandonné sur les berges du fleuve Yangzi Jiang, Chine

© Jane Qing

31. Hotel del Salto, Colombie

© travelsouthamerica 

32. Un bateau abandonné à Fuerteventura, Îles Canari

© Wollex (Wikipedia Creative Commons) 

33. Squelette d’un bateau abandonné, Irlande

© Eddy White 

34. Chapelle abandonnée

 

© leon.beu

35. Cette église abandonnée se trouve en France

 

© El Vagus 

 36. Une maison quelque part dans la campagne, en Norvège

 

© Europe Trotter 

37. Ce village fantôme a été détruit pendant la Guerre Civile Espagnole, Belchite, Espagne

© carlos_santero 

38. L’Orient Express, Belgique

http://www.demotivateur.fr