Il adoptait des chats abandonnés… pour les servir à manger à ses invités


L’histoire ne dit pas si les invités de ce tueur en série de chats noirs savaient ce qu’ils mangeaient. J’ose croire que non et qu’ils en sont dégoutés
Nuage

 

Il adoptait des chats abandonnés… pour les servir à manger à ses invités

 

Des chats jeunes, de couleur noir et bien dodus, telle était la lubie culinaire d’un italien cinquantenaire apparemment sans histoire…Photo : NATALIA KOLESNIKOVA

INSOLITE – C’est au bout du quinzième chat adopté que les services de la protection des animaux italiens se sont posés des questions. Et ils ont bien fait.

 

Dans le chat tout est bon ? C’est ce que semblait croire un Italien de 50 ans de la région de Brianza, dans le nord du pays (Lombardie). Sous le couvert d’être un amoureux des animaux, il écumait les centres de l’Aidaa, la société protectrice des animaux (SPA) italienne, à la recherche de chats. Mais pas n’importe quels chats, il les préférait avant tout assez jeune (3 ans environ), de couleur noire et plutôt bien en chair, a indiqué Lorenzo Croce, le président de l’association de protection des animaux, rapporte le quotidien La Stampa.

La raison est tout ce qu’il y a de plus glauque : l’homme, marié et père de deux enfants, avait pris l’habitude – aussitôt arrivé chez lui avec un nouveau félin – de le tuer puis de le servir en rôti à ses convives du moment.

Pas de rite sataniste, juste des dîners entre amis d’un genre particulier

Il aura fallu plusieurs mois, et l’assassinat d’au moins quinze chats, avant que le pot aux roses ne soit découvert. Des employés de l’Aidaa ont commencé à devenir suspicieux quand notre bon samaritain a commencé à trouver des excuses de plus en plus loufoques pour éviter les visites de contrôles liées à toute adoption d’un animal en Italie.

D’abord, ils ont cru que l’homme faisait partie d’une secte sataniste. Puis, pour en avoir le coeur net, ils l’ont laissé adopter un nouveau chat pour le prendre sur le fait. Et effectivement, les membres de l’Aidaa sont intervenus juste à temps au domicile de notre serial cat killer, alors qu’il s’apprêtait à faire passer de vie à trépas le dernier adopté en date, un beau chat noir pesant 3,5 kg. Selon Lorenzo Croce, l’homme a alors reconnu les faits et indiqué qu’il mangeait les chats en compagnie d’amis.

Signalé à la police et arrêté pour mauvais traitement aux animaux, il encourt de la prison de 3 mois à un an et une amende de 15 000 euros. ►$ 22.6968 cad

La morale de l’histoire ? 30 millions d’amis ne font pas 30 millions de rôtis.

http://www.metronews.fr/

Un petit chat noir, pour un grand bonheur !


Avoir un autre chat, j’aimerais avoir un chat noir !!! Ils ont mauvaise réputation à cause des superstitions non-fondé et qu’ils sont les chats les plus délaissés tout cela a cause de leur couleur
Nuage

 

Un petit chat noir, pour un grand bonheur !

 

Tandis que perdure chez certains la croyance selon laquelle les chats noirs apporteraient la malchance, l’heureux maître d’un matou couleur charbon nous raconte dans une adorable vidéo tout le bonheur que lui a apporté, et continue de lui apporter son compagnon à 4 pattes.

Un petit chat ne coûtant pas cher en jouets, une paire de chaussures et un bout de papier chiffonné lui suffisant amplement. Un matou toujours de bonne humeur, et dont les talents de ninja n’ont cessé de se développer au fil des semaines et des mois. Un matou ne se lassant pas d’attaquer les pieds de son humain, et de jouer toute la journée.

Ce chat, il s’appelle Cole. Il a été trouvé au milieu d’un carrefour très fréquenté, par un ami de la famille qui l’a adopté.

« Il était couvert de puces et véritablement dans la détresse. Mais comme vous pouvez le constater, il s’est complètement rétabli, et parce que nous l’avons sauvé à un très jeune âge, il s’est très fortement attaché à nous«  racontent son propriétaire.

Pas de doute, les chats noirs ont quelque chose de spécial, mais certainement pas le pouvoir d’apporter malchance et malheur ! La preuve en images.

http://wamiz.com

 

Les chats jugés selon la couleur de leur pelage..


On sait que les chats noirs sont malheureusement victimes de préjugés possiblement né d’une ancienne peur de malédictions et de sorcelleries, mais saviez-vous que d’autres couleurs de chats sont victimes des idées préconçues ..
Nuage

 

Les chats jugés selon la couleur de leur pelage..

 

La couleur ne fait pas le chat ! Et pourtant… Une récente étude montre que nous avons tendance à juger les matous selon la couleur de leur pelage.

La semaine dernière, à l’occasion d’Halloween, la SPA mettait les chats noirs à l’honneur, afin de « tordre le cou » aux croyances qui pèsent depuis des siècles sur les matous au pelage sombre.

Les chats noirs ne sont pas les seules victimes de préjugés

Quelques jours plus tard, paraît aux Etats-Unis une étude aux résultats plutôt étonnants. Les chats noirs ne sont pas les seuls à être victimes d’idées préconçues. Tous les matous sont jugés selon la couleur de leur pelage.

Cette étude a été menée par des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley, auprès de 189 personnes vivant, ou ayant vécu avec des chats.

Dans un sondage réalisé sur Internet, il leur a été demandé d’associer différents traits de caractère à 5 couleurs de pelage : roux, tricolore (calicots et écailles de tortue), bicolore, blanc, et noir.

Des préjugés qui nuisent à l’adoption

Les résultats ? Les chats roux sont considérés comme plus sociables que les autres matous. Les chats blancs, eux, sont jugés plus solitaires, calmes, et paresseux. Quant aux calicots et torties, ou écailles de tortue, ils sont vus comme étant plus à l’écart et intolérants que leurs congénères.

Cette recherche montre en outre que les idées préconçues sur les chats ont un réel et néfaste impact sur le taux d’adoption.

Nous savons que les chats noirs souffrent de cette discrimination, mais c’est également le cas des chats écailles de tortue, qui sont moins souvent adoptés, ou lorsqu’ils le sont, ont plus de risques d’être abandonnés…

En réalité, la couleur du pelage n’influe pas sur le caractère des chats. En revanche, les préjugés, eux, ont un impact sur la personnalité de nos matous.

« Il y a de sérieuses répercussions sur les chats si les gens croient que certaines couleurs sont plus amicales que d’autres« , souligne en effet Mikel Delgado, l’auteur principal de cette étude.

http://wamiz.com

Le saviez-vous ► L’origine : Le chat noir et la superstition


A lire l’origine de la superstition des chats noirs c’est à se demander comment ils ont pu survivre a tant un bain de sang sans merci. C’est de voir comment des légendes ont pu faire autant de tort a ces belles bêtes juste par ce que leur beau pelage est noir. Malheureusement ces superstitions semble encore perdurer étant donné que ce sont ces chats qui sont le plus souvent abandonné dans les refuges et ne trouvent pas de famille pour les aimer
Nuage

 

Le chat noir et la superstition

 

 

La relation du chat avec l’homme remonte à la préhistoire bien qu’on ignore la date de sa domestication.

Pourquoi, de tous temps, le chat noir a-t-il fasciné et inquiété les hommes ?

 

Le chat a été divinisé par les Egyptiens ; notamment leurs yeux réfléchissant la lumière la nuit symbolisait le pouvoir de Râ, le dieu Soleil.


Déjà, chez les Egyptiens, pourtant idolâtres du chat, le chat noir était assimilé à un Ethiopien noir représentant le Diable.

Lorsque le Christianisme s’est imposé comme religion d’état dans l’empire romain, le chat n’a plus eu de caractère divin mais les fantasmes sont restés dans l’esprit populaire et il est devenu une créature satanique surtout s’il est noir.

Au cours des XII ° et XIII ° siècles, le chat noir subit les attaques d’une phobie contre les démons et les sorcières. Le seul fait de posséder un chat noir pouvait vous faire accuser de sorcellerie.


Les croyances maléfiques se sont focalisées sur les chats noirs.

Le chat noir, suppôt ou incarnation du Diable

 

Au Moyen Age une légende rapportée par Césaire de Heisterbach  relate la mort d’un homme riche dans son palais ; dans l’assistance se trouvait un mauvais prêtre assisté d’un diacre qui, à la différence du prêtre, était un homme bon ; du fait qu’il n’était pas aveuglé par ses mauvais penchants, le diacre put voir une scène invisible aux autres. En effet, il vit que des chats noirs  entouraient le lit du moribond qui se mit à crier « Ayez pitié d’un pauvre homme ; enlevez ces chats ! » Soudain un éthiopien noir enfonça un crochet dans la gorge du moribond et lui arracha l’âme. Ici, le Diable est incarné par l’Ethiopien, ancienne croyance égyptienne et les chats noirs sont ses suppôts.

C’est ainsi qu’est représentée la mort d’un homme voué à l’enfer.

Saint Louis d’Anjou, lors de sa captivité à Barcelone, a été attaqué par un grand chat noir, représentant le Diable.

Dans des cérémonies noires au Moyen âge, le Diable s’incarne en chat noir qui est adoré par une assemblée de disciples qui l’entourent et embrassent ses parties génitales.

Le Diable qui accompagne la mort

 

Laurence Bobis, dans son livre « Une histoire de chats» rapporte de nombreuses légendes sur les chats noirs qui prédisent la mort. Elle relate notamment, selon une légende cathare que Gaufrid, l’Inquisiteur de Carcassonne a été trouvé mort sur son lit entouré de deux chats noirs.

Gautier de Coincy parle de « chats plus noirs qu’un sac de charbonnier » qui entourent l’usurier qui va mourir.

Ou encore selon Césaire de Heisterbach, dans un couvent,  une colombe perchée au-dessus de la cellule d’un moine agonisant, est attaquée par un chat noir. Le chat noir est ici assimilé au Diable qui guette l’âme du mourant. C’est l’opposition du malin et de la colombe innocente.

Le chat noir qui cause la mort

 

Une autre légende belge du XII ° siècle, toujours rapportée par L. Bobis, fait allusion à la coquetterie d’une jeune fille qui accepta une parure offerte par le Diable qui avait l’apparence d’un chat noir,  pour se rendre à une noce. Le Diable en lui passant autour du cou la parure, l’étrangla.

Lors de l’enterrement de la jeune fille, le cercueil était si lourd que même six personnes ne pouvaient le soulever. Alors, on ouvrit le cercueil qui ne contenait plus qu’un chat noir qui s’enfuit.

Un pêcheur qui avait fait le vœu d’offrir un poisson à Dieu et ne l’avait pas réalisé, pêcha dans ses filets un chaton noir qu’il introduisit dans sa maison pour chasser les souris. Le chat a étranglé toute sa famille.

Le chat noir sacrifié

 

Le chat noir était aussi une victime offerte en sacrifice à Satan.

En Ecosse, le rituel du « taghairm » consistait à offrir au Diable, des chats noirs exclusivement, qu’on faisait rôtir vivants, embrochés.

Attiré par les hurlements des malheureux, Satan apparaissait sous la forme d’un chat et exauçait les vœux des participants, notamment il leur donnait le pouvoir de se rendre invisible…

Au XII° jusqu’au XVII° siècle, des fêtes traditionnelles furent organisées à Metz, Melun ou Paris ; les chats noirs y étaient brûlés vifs dans des paniers jetés dans des feux. Le Diable doit souffrir !

Le chat noir et les sorcières

 

Si le Diable prend souvent l’apparence du chat noir, les sorciers sont associés aussi au chat noir. Les sorcières s’en entouraient. Une légende prétendait qu’elles avaient une troisième mamelle pour allaiter leur chat familier. Elles partageaient avec leurs chats les pouvoirs que leur accordait le Diable. Certaines laissaient leur chat sucer leur sang.


Les sorcières se réunissaient à certaines dates correspondant à des phases précises de la lune.

Ces cérémonies étaient présidées par le Démon incarné en grand chat noir.

Au XII° siècle, certaines croyances affirmaient que les sorcières se transformaient en chats, la nuit, et qu’elles rentraient par les fenêtres ou les cheminées des maisons en poussant des hurlements effrayants et assaillaient les enfants.

D’après un écrit de 1584 « Gardez-vous du chat » une sorcière ne pourrait se transformer en chat que neuf fois. Le chat a, dit-on, neuf vies mais il hanterait celui qui lui en a volé une afin de se venger.


Angela Sayer rapporte plusieurs légendes, dans « Le Monde Fascinant des Chats », chez Grûnd, notamment, à Vernon, des sorcières transformées en chats noirs, se réunissaient dans un vieux château. Une nuit, quatre jeunes hommes entrèrent dans le château et, à minuit, comme ils furent attaqués par une dizaine des chats, ils luttèrent et il y eut des blessés de part et d’autre. Le lendemain, dans le voisinage, plusieurs femmes portaient sur leur corps les traces des blessures infligées aux chats.

 Pourtant, l’image du chat noir n’a pas toujours été négative.

Le chat noir réhabilité

 

Même s’il était craint, durant tout le moyen âge, le chat était aussi considéré comme un animal utile.  Non seulement il attrape les souris mais on lui reconnaît d’autres vertus parfois surnaturelles :

Le pouvoir du chat noir sur les éléments

 

Au moyen âge, le chat noir, s’il est craint, n’est pas  toujours obligatoirement néfaste. Par exemple,
les marins qui avaient l’habitude d’embarquer des chats sur leurs bateaux, pour lutter contre les rats et les souris, en avaient un grand respect. Si, un homme en colère se permettait de jeter un chat noir pardessus bord, ils pensaient avec beaucoup d’angoisse que cela allait déclencher la colère des éléments.

Ils étaient aussi persuadés que, placé sur le pont, en cas de calme plat, il pouvait aider à lever les vents.

Les vertus exorcistes et thérapeutiques du chat noir

 

Bien que dans l’esprit populaire du Moyen-âge, le chat avait une image plutôt nocive : porter la fourrure d’un chat faisait maigrir, manger de la cervelle d’un chat intoxiquait et faisait perdre la raison, au contraire, le chat noir était souvent utilisé en pharmacopée : selon le manuscrit des Kiramides, au XII° siècle, les testicules du chat noir avec du sel font fuir les démons et un cœur de chat noir attaché au bras gauche anesthésierait de toute douleur.

Le chat noir comme animal de compagnie

 

Si des pratiques cruelles envers les chats se sont perpétuées jusqu’au milieu du XVIII° siècle, on a perçu bien avant une évolution des esprits montrant plus de sensibilité envers ces petits compagnons et même envers les chats noirs. L. Bobis cite l’exemple de « Mme de La Sablière, amie de La Fontaine, qui résolut de se défaire de sa passion des chiens en les remplaçant par des chats noirs et fut définitivement séduite par ces animaux ».

D’ailleurs, si l’Occident pensait que le Diable était incarné en chat noir, ce n’a pas été le cas chez les musulmans pour qui le chat était un animal respectable qui gardait la maison, qu’il soit noir ou d’autres couleurs ; le prophète Mohammed était ami des chats et on rapporte qu’un chat s’étant endormi sur son manteau, il a préféré le couper plutôt que de déranger le chat. Au Maghreb  c’est le chien noir qui porte malheur ; d’ailleurs, le chien reste à l’extérieur des maisons alors que le chat même noir y est un hôte privilégié.

Le chat noir porte-bonheur

 

Même dans nos contrées, le chat peut être considéré comme un porte-bonheur : c’est le cas d’une légende en Basse-Bretagne selon laquelle tout chat noir possède toujours un poil blanc qui sert de talisman à celui qui parvient à l’arracher.

Pour les anti-chasses, sachez que dans les Vosges, on pensait que la patte gauche d’un chat noir, enfouie dans la gibecière d’un chasseur, l’empêche de bien viser !.

Pensez-vous vraiment que nos chatons Bombay si craquants pourraient nous porter malheur ?

Impossible, car même pour les plus superstitieux, seul le chat noir inconnu qui croise notre chemin, pourrait porter malheur mais jamais le chat de la maison !


 

Bibliographie :
« Une histoire du Chat »de l’Antiquité à nos jours par Laurence Bobis Editions Fayard
« Vie de deux chattes » de Pierre Loti chez Pardès, collection « Eden »
« Les chats en particulier » de Doris Lessing (livre de poche)
« Chats & compagnie » chez Solar
« Larousse du chat », collection Découvrir

http://www.chat-bombay.com

Pour en finir avec la discrimination… des chats noirs


Il y a des préjugés et des superstitions qui donne du fil a retordre. Des légendes ont perdurés au long des siècles donnant aux chats et chiens noirs une survie difficile. Ce qui est aberrant qu’en 2012 ont croient encore qu’un chat noir porte malheur
Nuage

 

Pour en finir avec la discrimination… des chats noirs

 

Campagne - Pour en finir avec la discrimination… des chats noirs

©Didier Debusschere/Archives Agence QMI

OTTAWA – La Société protectrice des animaux d’Ottawa pourrait mettre sur pied une campagne encourageant les gens à adopter les chats noirs qui, selon elle, languissent souvent plus longtemps dans les refuges.

«Les animaux de couleur foncée ont tendance à rester plus longtemps au refuge, a affirmé Eileen Barak, de la Société protectrice des animaux d’Ottawa. Ce ne sont certainement pas ceux qui attirent le plus l’attention.»

Les gens sont nerveux, superstitieux ou ont des préjugés envers les chats et les chiens noirs, selon l’organisation. À tel point que le refuge a organisé une remise de prix, les «Acatemy Awards», pour encourager l’adoption des chats noirs et considère également d’autres options afin de briser les préjugés quant aux animaux de couleur foncée.

La Société protectrice des animaux d’Ottawa estime qu’environ la moitié de ses quelque 50 chats offerts en adoption sont entièrement ou presque entièrement noirs.

La Société protectrice des animaux de Winnipeg a quant à elle lancé «le club des chiens noirs» pour mettre fin à la «discrimination» des chiens noirs, perçus à tort comme plus agressifs par les familles adoptives. Cette initiative offre des rabais sur la marchandise aux gens qui adoptent des chiens noirs.

http://fr.canoe.ca

Société protectrice des animaux ►Les chats noirs victimes des superstitions


Les superstitions donne la vie dure chats noirs et pourtant quelle belle bête avec cette belle fourrure. Moi, qui depuis longtemps j’aimerais avoir un chat noir .. mais il semble que je vais attendre quelques années .. car mes trois chats sont en forme et je ne les changerais pas
Nuage

 

 

Société protectrice des animaux

Les chats noirs victimes des superstitions

 

Les chats noirs victimes des superstitions

Par Daniel R. Pearce | Agence QMI

La superstition voulant que les chats noirs portent malheur est bien vivante, ce qui rend difficile l’adoption de ces animaux.

Neuf mois après avoir sauvé 139 chats qui vivaient tous sous le même toit, la Société protectrice des animaux cherche toujours des personnes prêtes à adopter un chat. Sur les 36 chats toujours disponibles, 32 sont noirs.

«Les gens vont lever les mains au ciel et dire : « Oh non, je ne prendrai pas ce chat »», a dit la présidente de la Société protectrice des animaux du district de Simcoe, Cathie Hosken.

La Société tente désespérément de trouver des foyers pour les félins avant l’arrivée du printemps, alors que le nombre de chats en adoption va recommencer à grimper.

L’organisme organise un évènement la semaine prochaine : elle propose, jusqu’au 5 février, d’adopter un chat pour 30 $. Normalement, l’adoption d’un chat vacciné, castré ou stérilisé coûte 140$.

Mme Hosken dit que le mythe au sujet de chats noirs est faux et qu’ils sont au contraire très amicaux.

«Ils sont presque une espèce en soi. Ils sont très sociables. Ils aiment jouer avec les enfants. Ils s’installent très rapidement» dans les nouvelles demeures, a-t-elle dit.

http://tvanouvelles.ca

Pas besoin d’un vendredi 13


Non ce n’est pas un billet sur les superstitions car on a pas besoin de ces croyances bidons pour s’intéressé aux violence fait aux animaux .. Plusieurs ont eu connaissance du Pitbull qui a attaquer la conjointe de son maitre lors d’une chicane de couple .. il faut noter que le pitbull a été entrainer comme chien de combat… sa récompense l’euthanasie … ou du chien laisser vivant dans la benne a ordure etc ..  Est-ce tous des personnes qui ont des personnes avec des problèmes mentales ? Bien sur que non !!!
Nuage

Pas besoin d’un vendredi 13

Pas besoin d'un vendredi 13

© Courtoisie

Je trouve parfois que l’homme est un mauvais compagnon pour les animaux de compagnie.

Par Annie Ross, docteure en médecine vétérinaire – Collaboration spéciale

Vendredi 13. Superstitions. Attention! Ne passe pas sous une échelle ou ne regarde pas ce chat noir. Ça pourrait être dangereux. Tiens donc! Parlons plutôt de tous les dangers que pourraient subir nos animaux de compagnie juste en vivant avec nous, que l’on soit un vendredi 13 ou non…

Ben oui, tiens donc! Parlons juste un peu de Max, ce pauvre vieux chien plutôt magané par la vie et sûrement encore plus par la négligence de son propriétaire, qui s’est retrouvé dans les vidanges, quelque part dans le coin de Napierville, en fin de semaine dernière.

Oui, oui. Dans une benne à ordures! Enterré vivant par son propriétaire sous les déchets. Je dis vivant parce qu’il était effectivement encore vivant quand une bonne âme l’a retrouvé, puis mis entre de bonnes mains, dans un refuge pour animaux.

Mais qui donc fait souffrir ses animaux?

Comment une personne saine d’esprit peut-elle faire une chose pareille pour se débarrasser d’un animal alors qu’il existe d’autres façons plus humaines? J’aimerais croire personnellement que les mots«sain d’esprit» sont importants ici…

En effet, selon ma bonne conscience, personne d’autre qu’une personne souffrant d’un grave problème mental ne peut faire subir une telle cruauté à un être vivant, chien, chat, hamster ou humain. Mais que sais-je finalement?

Est-ce que je suis en train d’excuser tous ceux qui maltraitent leurs animaux sous prétexte qu’ils ont des problèmes d’origine psychologique ou mentale?

Voici quelques exemples pour lesquels je ne suis pas convaincue que la souffrance animale est nécessairement liée à la maladie mentale.

Le pitbull «matamore» maltraité par les humains


Que dire à propos de ce pitbull qui a gravement blessé son propriétaire et sa conjointe qui était en pleine chicane de couple du côté de Québec, au début de la semaine? Quand on sait que ce chien a d’abord été élevé par un premier maître pour devenir et être un chien de combat (même si cela est totalement illégal chez nous et, de toute façon, totalement non éthique partout dans le monde), un chien qui doit se battre s’il veut survivre, alors on peut se dire que les humains l’ont simplement modelé à devenir un monstre et à faire ce qu’il a fait avec son deuxième propriétaire et sa conjointe.

Le chien à lunettes regardant la vallée de la mort


Récemment, je suis allée faire un petit tour dans la Vallée de la mort (Death Valley), en Californie. Me voilà à Dante’s View, d’où le point de vue panoramique sur la vallée est totalement hallucinant. Et que vois-je arriver au loin? Un homme et son chien qui me paraît vraiment étrange. Quand ils approchent, je vois que le chien porte avec difficulté et inconfort de petites bottines aux quatre pattes. Bien sûr, c’est pour qu’il ne se fasse pas mal sur les roches. Jusque-là, ça va. Mais je vois aussi que le chien porte des lunettes fumées. Quoi? D’aucune utilité pour un chien, sauf pour lui nuire et le rendre ridicule, à mon avis… Je m’approche pour flatter le Pitou, qui se comporte de façon tellement rigide, la tête raide, rentrée dans les épaules… Et voilà que je le remarque: le maudit collier électrique autour de son cou. Monsieur est en train d’entraîner son chien à faire le pitre sous la menace de décharges électriques. Wow! Ce que l’homme peut être con avec ses animaux, même si on dit de lui qu’il est sain d’esprit!

Le saviez-vous?

Les agresseurs de femmes et d’enfants sont aussi des batteurs d’animaux

Juste pour enfoncer le clou encore plus… Saviez-vous que selon plusieurs sondages effectués auprès de femmes canadiennes victimes de violence familiale (et il y en a beaucoup, malheureusement), environ la moitié d’entre elles ont mentionné que leur animal de compagnie avait été menacé, maltraité, blessé ou même tué par leur agresseur. Or, quand on sait qu’au moins 60 % des foyers concernés par la violence conjugale ou familiale possèdent un ou plusieurs animaux, on comprend facilement que beaucoup d’animaux de compagnie soient abusés physiquement, surtout dans le but de manipuler émotionnellement la petite famille victime de violence

http://fr.canoe.ca