Attention aux angles morts des chasse-neiges


L’hiver, on voit beaucoup des chasse-neiges sur les routes du Québec. Ce n’est pas parce qu’ils sont plus gros et plus haut qu’ils peuvent tout voir. Les chasse-neiges ont des angles morts assez important et les automobilistes ainsi que les piétons doivent aussi en tenir compte
Nuage
 


Attention aux angles morts des chasse-neiges

Le tapis rouge représente les angles morts d'un chasse-neige.

Le tapis rouge représente les angles morts d’un chasse-neige.

PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-LUC BLANCHET

Radio-Canada

Le ministère des Transports et la Société d’assurance automobile du Québec invitent les citoyens à faire attention aux angles morts des véhicules de déneigement. Ils ont organisé une activité de sensibilisation à ce sujet mercredi, à Cacouna.

Les véhicules de déneigement ont des angles morts à l’avant, sur les côtés et à l’arrière. Les angles morts sont encore plus grands lorsque les équipements du chasse-neige sont déployés.

Le ministère des Transports a montré l’ampleur de ces angles morts avec des tapis rouges tout autour d’un chasse-neige. L’objectif était de faire comprendre aux automobilistes à quel point la visibilité est limitée au volant d’un véhicule de déneigement.

La vision d'un déneigeur à l'intérieur d'un chasse-neige.

La vision d’un déneigeur à l’intérieur d’un chasse-neige

PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-LUC BLANCHET

Peu d’automobilistes sont conscients de cette réalité. Un ancien opérateur de chasse-neige, Alexandre Paradis, explique qu’il pouvait vivre jusqu’à quatre situations dangereuses par jour lorsqu’il était sur la route en raison du comportement des automobilistes.

Les personnes qui se tiennent trop près en arrière, on ne voit quasiment plus l’auto. Sur les côtés aussi, ceux qui longent de très près le camion. Alexandre Paradis, ancien opérateur de chasse-neige

Pour limiter les risques à l’approche d’un véhicule de déneigement, les contrôleurs routiers recommandent de réduire sa vitesse et de garder une bonne distance avec les chasse-neiges pour qu’ils soient en mesure de faire leurs manœuvres.

Ils conseillent aussi de se placer dans un endroit visible pour le conducteur et non dans un de ses angles morts, explique le lieutenant-coordonnateur provincial aux communications pour Contrôle routier Québec, Jonathan Beauvais.

C’est de s’installer dans des endroits où le conducteur a la possibilité de les voir.Jonathan Beauvais, lieutenant-coordonnateur provincial aux communications pour Contrôle routier Québec

En tout, 125 véhicules de déneigement circulent sur les routes du Bas-Saint-Laurent pendant l’hiver. Depuis 2016, dans la région, le ministère des Transports a répertorié sept collisions avec des chasse-neige qui ont fait des blessés.

Avec les informations d’Édith Drouin

https://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► 7 choses qui font rager les déneigeurs (pendant qu’on attend derrière eux dans le trafic)


Nous voilà à la saison que nous allons voir et entendre les chasse-neige et chenillettes faire leur travail pour déblayer les rues et trottoirs après des chutes de neige. Il est évident que quelquefois, cela apporte des désagréments autant pour les citoyens que les déneigeurs. Cependant, il est possible d’en diminuer les mauvais côtés
Nuage

 

7 choses qui font rager les déneigeurs (pendant qu’on attend derrière eux dans le trafic)

 

Photo Charlotte Paquet, Le Journal de Québec

Le déneigement des rues d’une ville par les cols bleus est parfois source de mécontentement de la part des citoyens. Le contraire est aussi vrai puisqu’il y a de ces comportements qui font rager les conducteurs de machinerie lourde. En voici quelques exemples.

1 – Les fameux bacs

Une journée de tempête de neige ne devrait jamais rimer avec journée de collecte des ordures ménagères (ou autres collectes), mais, évidemment, impossible de toujours l’éviter. La présence des bacs laissés carrément en bordure de la rue a de quoi soulever l’ire de tout conducteur d’une niveleuse ou d’un chasse-neige.

2 – Les véhicules stationnés

Lorsqu’on sait qu’il est tombé 20 ou 30 centimètres de neige au cours de la nuit et qu’il est évident que la machinerie lourde de la Ville passera nettoyer tout ça bientôt, pas sûre que ce soit très brillant de laisser sa voiture stationnée le long du trottoir. En plus de nuire au travail des cols bleus, il y a le risque de voir son véhicule complètement embourbé lorsque viendra le temps de repartir.

3 – Les pressés

Il est humain d’espérer que notre rue soit rapidement déneigée après une importante chute de neige, mais comme le déneigement se fait par priorité, il est tout à fait normal que les artères les plus achalandées soient traitées en premier. Eh non, contrairement à la blague habituelle, ce n’est pas parce que les propriétaires d’une rue ne paient pas assez de taxes qu’ils sont desservis en dernier!

4 – «Tassez-vous donc!»

«Tassez-vous donc», s’écrient probablement les employés des travaux publics au volant de leurs mastodontes à l’intention des marcheurs qui empiètent sur la chaussée ou encore des automobilistes qui ne leur laissent pas grand chance pour effectuer correctement leur travail. La courtoisie, c’est dans les deux sens.

5 – Les remblais de neige

Les remblais de neige laissés parfois par la niveleuse aux croisements des rues sont une autre source de mécontentement du côté des automobilistes, particulièrement ceux qui peinent à franchir l’obstacle.

6 – La vitesse excessive

Dans les quartiers résidentiels, il n’est pas rare que des citoyens se plaignent de la vitesse excessive à laquelle roulent les conducteurs de véhicule de déneigement. Avec les enfants qu’on encourage à sortir jouer dehors et l’attraction évidente des bancs de neige pour eux, lever le pied est de mise.

7- Trop, c’est comme pas assez

Si certaines personnes se plaignent du déneigement insuffisant de leur rue, il y en a d’autres qui, au contraire, déplorent (eh oui!) un déneigement trop fréquent, particulièrement dans les zones de passage de la chenillette sur les trottoirs. Plus souvent la chenillette passe, plus souvent il faut pelleter la neige qu’elle laisse derrière elle. Il n’y a rien de parfait en ce bas monde!!!

http://www.journaldequebec.com