200 nouveaux guerriers de l’armée de terre cuite exhumés en Chine


Dans les années 1970, des fermiers ont découvert une mausolée de l’empereur Qin Shi Huang avec guerriers en terre cuite. Dernièrement, les archéologues ont trouvé 200 de plus et d’une conservation remarquable. Pour le moment, cela fait aux moins 2 000 soldats exhumés avec des boucliers, armes et autres vestiges. Probablement, il y en aurait encore beaucoup d’autres qui sont enfouit depuis plus de 2 000 ans. Ce qui est remarquable est que tous ces personnages sont personnalisés.
Nuage


200 nouveaux guerriers de l’armée de terre cuite exhumés en Chine

200 nouveaux guerriers de l'armée de terre cuite exhumés en ChineLe mausolée de l’empereur Qin Shi Huang et son armée de terre cuite constituent l’une des plus importantes découvertes archéologiques réalisées en Chine.© Ratnakorn Piyasirisorost/Getty Images

Par Emeline Férard –

En Chine, des archéologues ont annoncé avoir exhumé 200 nouveaux guerriers faisant partie de la célèbre armée de terre cuite du mausolée de l’empereur Qin Shi Huang. Ils ont également découvert de nombreuses armes, des chevaux en argile ainsi que les restes de deux chariots.

C’était il y a plus de trente ans. En 1974, des fermiers creusaient un puits dans le village de Xiyang et mettaient au jour ce qui allait devenir l’une des plus grandes découvertes archéologiques réalisées en Chine : le mausolée de l’empereur Qin Shi Huang et sa célèbre armée de terre cuite. Des décennies plus tard et malgré des fouilles approfondies, le lieu est loin d’avoir révélé tous ses trésors.

En témoigne la récente annonce relayée par l’agence chinoise Xinhua. Des archéologues ont découvert des guerriers inconnus en menant de nouvelles excavations dans le puits numéro 1. Ce dernier constitue la plus grande des trois fosses entourant la tombe de l’empereur fondateur de la dynastie Qin qui a régné de 221 à 210 avant notre ère.

200 soldats aux qualités remarquables

Cette nouvelle série de fouilles lancée entre 2009 et 2019 est la troisième menée dans le puits n°1 et a concerné une zone étendue sur 400 mètres carrés. Au total, ce sont pas moins de 200 guerriers qui ont pu être exhumés. Et ces figures faites de terre cuite ont, comme les autres déjà connues, montré des qualités remarquables, d’après les archéologues.

Shen Maosheng, en charge des recherches, a expliqué à Xinhua que la plupart des soldats avaient été sculptés dans deux positions différentes : soit tenant une épée avec le bras droit replié et le poing à moitié serré, soit tenant un arc avec le bras droit étendu le long du corps. Des positions qui traduiraient leur fonction tandis que leur armure et leur équipement livreraient des informations sur leur rang militaire.

Les personnages ont, en revanche, montré bien plus de diversité au niveau de leurs expressions faciales, leurs coiffures ou encore leurs traits physiques. Ces observations soutiennent une nouvelle fois la théorie selon laquelle les soldats auraient été façonnés membre par membre dans des moules avant d’être personnalisés et assemblés.

Tous les soldats de l’armée de terre cuite présentent un visage, des expressions et une coiffure uniques. – Peter Morgan/CC BY 2.0

A ce jour, plus de 2.000 guerriers ont été exhumés au sein du mausolée. Mais ils seraient bien plus nombreux. Au vu des dimensions de la fosse de près de 15.000 mètres carrés, les archéologues ont estimé qu’elle pourrait contenir plus de 6.000 figurines d’argile – des guerriers ou chevaux – ainsi que des milliers d’autres artéfacts.

Un aperçu précieux sur le passé

En plus des 200 guerriers, les nouvelles fouilles ont d’ailleurs révélé de nombreuses armes – des boucliers, des épées en bronze et des arcs – ainsi que douze chevaux en argile et les traces de deux chariots. D’après Shen Maosheng, cette trouvaille offre un nouvel aperçu sur le système et l’équipement militaire employés sous la dynastie Qin, première dynastie impériale de Chine.

Elle livre également de nouvelles informations pour en savoir plus sur la façon dont les figurines ont été façonnées et sculptées. Un mystère que les archéologues n’ont pas encore totalement élucidé. Malgré plus de 2.000 ans passés sous terre, l’ensemble est en effet apparu dans un état de conservation remarquable qui soulève des questions quant aux conditions qui ont permis un tel phénomène.

Des questions demeurent également quant à la fonction exacte de cette armée de terre cuite enterrée à quelque 1,5 kilomètres de la tombe de Qin Shi Huang. Les spécialistes pensent qu’elle visait à protéger l’empereur dans l’au-delà. Depuis 1987, le mausolée comme son armée éternelle sont tous deux classés au Patrimoine mondial de l’Unesco.

https://www.geo.fr

Sandofi: un chariot pour faciliter la vie des itinérants


À défaut de pouvoir sortir les itinérants de la rue, il est quand même possible de les aider a mieux vivre dans la rue. Bon, ce n’est pas la meilleure solution, sauf que c’est peut-être une des moins pires. Ceci dit, espérons que ce chariot qui doit quand même coûter quelque chose puisse être donné gratuitement aux SDF
Nuage

 

Sandofi: un chariot pour faciliter la vie des itinérants

 

Charles Bombardier

Fondateur Imaginactif

Le Concept

Le Sandofi est un chariot conçu pour les itinérants qui vivent de façon temporaire dans les rues des grandes villes. Il est doté de plusieurs fonctionnalités, comme une section transformable en lit de camp, une niche pour un animal de compagnie, des lumières solaires et des crochets pour transporter des effets personnels.

Contexte

Selon le rond-point de l’itinérance, il y aurait, selon les années, entre 150 000 et 300 000 personnes vivant dans la rue au Canada. On les voit souvent poussant un panier d’épicerie rempli de linge et d’articles divers. Le Sandofi a été imaginé pour faciliter la vie des itinérants entre le moment où ils se retrouvent dans la rue et le moment où ils la quittent.

Comment ça fonctionne?

Le Sandofi est monté sur un châssis d’aluminium et de matériaux composites. Il est donc léger et résistant. Il comporte deux roues fixes à l’arrière, que l’on peut bloquer avec le pied, et deux roues directionnelles à l’avant. Il est assez étroit pour passer des portes de 28 pouces ou plus.

L’avant du Sandofi peut s’abaisser pour transformer le chariot en lit de camp. Un matelas de mousse, qu’il suffit de rouler dans un coin du panier durant le jour, accompagne le Sandofi. Il serait donc possible de s’étendre au sec sur un matelas au lieu de dormir à même le sol ou sur un banc public. On pourrait aussi recouvrir le chariot de bâches imperméables (fournies avec le Sandofi) pour se protéger des intempéries.

Des crochets, fixés autour du panier, serviraient à accrocher des sacs. Des ampoules de type DEL, se rechargeant avec de petites cellules solaires, permettraient d’éclairer les alentours la nuit. Le Sandofi pourrait être équipé d’un bouton panique (relié à un service de travailleurs sociaux) pour appeler à l’aide, et le panier pourrait se transformer en petite niche pour abriter les animaux de compagnie qui accompagnent souvent les itinérants.

A quoi ça sert?

Évidemment, il ne s’agit pas de garder les itinérants dans la rue, mais de les aider en leur fournissant un outil plus fonctionnel et plus adapté à leurs besoins qu’un panier d’épicerie. Il n’est pas réaliste de croire que l’on pourra sortir 100 % des itinérants de la rue du jour au lendemain, et le Sandofi pourrait être une façon de leur faciliter la vie en attendant mieux. Le tout leur serait bien entendu fourni gratuitement.

L’illustrateur

Je remercie Martin Rico, l’auteur des illustrations du concept Sandofi. Martin vit près de Buenos Aires, en Argentine. Il a fait des études de design à l’Université de Buenos Aires et travaille actuellement comme dessinateur industriel indépendant. Il a également dessiné les images du concept Ecotranzit.

http://quebec.huffingtonpost.ca/