Comment des scientifiques ont pu écouter le «chant de la Terre» au fonds des océans


La terre chante, enfin il bourdonne des « hum » dans les océans. Le problème c’est que le son n’est pas perceptible pour notre ouïe. C’est grâce à des sismomètres et ils espèrent ainsi cartographier l’intérieur de la Terre
Nuage

 

Comment des scientifiques ont pu écouter le «chant de la Terre» au fonds des océans

 

La Terre vue de l'espace. NASA.

La Terre vue de l’espace. NASA.

Fabien Jannic-Cherbonnel

L’étude pourrait permettre de cartographier l’intérieur de notre planète.

Mais quel est ce bruit de fond ? Les scientifiques l’affirment depuis de longues années : la Terre bourdonne en permanence. Les artistes diraient que la planète chante. Une nouvelle étude, publiée par le Geophysical Research Letters, a réussi à observer le phénomène grâce à des sismomètres installés au fond des océans. Une première.

L’équipe de scientifiques européens, notamment basée à Paris et à Oxford, est la première à écouter ce bourdonnement du fond de l’eau grâce à 57 sismomètres dispersés dans l’océan Indien entre 2012 et 2013 explique National Geographic. Les scientifiques avaient jusqu’à présent réussi à enregistrer ce «hum» lors de tremblement de terre, en surface, mais l’on sait désormais que celui-ci est également présent sous l’eau.

«Le son émis est équivalent à un nanoGal (une unité d’accélération), c’est la première fois que nous arrivons à l’isoler au fond de la mer. Le fond des océans est extrêmement bruyants», explique Martha Deen, chercheuse de l’Institut de physique du Globe de Paris et auteure principale de l’étude, à Slate.fr.

Ne vous attendez pas à être capable d’entendre les vibrations de notre planète. Ces «oscillations libres» vont de 2,9 à 4,5 millihertz, une fréquence 10 000 fois trop basse pour que des humains puissent l’entendre. D’après l’étude, l’amplitude de ce son varie dans le temps, sans être lié aux saisons comme ce qui était précédemment admis. Reste à comprendre quelle serait la source de ce «hum».

A là source du «hum»

Plusieurs théories s’affrontent à ce sujet. De nombreuses études, comme l’explique Gizmodo, avancent que ces vibrations seraient le résultat du mouvement des vagues en surface. D’autres indiquent que ce bourdonnement pourrait provenir de turbulences dans l’atmosphère, liées aux vents et aux tempêtes. Martha Deen cite une étude datant de 2015 abondant dans le sens de la première hypothèse  :

«Les chercheurs avaient créé un modèle pour suivre de très longues vagues. Les vagues infra gravitaire ont les mêmes longuers d’ondes que les tsunamis, mais un ehauteur beaucoup plus petite, de 1 à 2 cm. Les scientifiques ont réalisé que lorsque celles-ci touchaient les côtes et les fonds marins, cela créait une pression et un infime mouvement de la terre.»

Les résultats de cette nouvelle étude pourraient être utilisés pour cartographier l’intérieur de la Terre. Jusqu’à présent, les scientifiques n’étaient capables de tirer des données que via des sismomètres installés en surface, or, cela ne représente que 30% de la surface de la Terre.

«Inclure l’océan, c’est comme produire un écho», explique Martha Deen. «Si vous faites un IRM, vous avez besoin de points qui entourent le corps entier. C’est pareil pour la Terre».

Ces conclusions pourraient également permettre aux scientifiques de comprendre une bonne fois pour toute pourquoi la Terre bourdonne de manière continue.

«Nous pourrions utiliser ces stations au fond de l’océan Indien pour quantifier l’origine de ce bruit, nous y travaillons actuellement», conclue Martha Deen.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Qui étaient les troubadours au Moyen Âge ?


Quand j’étais plus petite, on chantait avec des voisins, une chanson de troubadour. On en voit parfois dans des films médiévaux. C’était des artistes qui étaient musiciens et chanteurs sur des sujets variés tels que des scandales, des exploits du Moyen-Âge et de l’amour
Nuage

 

Qui étaient les troubadours au Moyen Âge ?

 

À la fois poètes et musiciens, les troubadours au Moyen Âge s’expriment dans la langue d’oc pour raconter des histoires et chanter des chansons, souvent axées sur l’amour courtois.

Les troubadours sont issus aussi bien de la noblesse que des milieux les plus modestes. Ils ont pour habitude de réaliser de nombreux voyages pour parfaire leur culture.

Les troubadours du Moyen Âge, des artistes aux multiples facettes

Les troubadours du Moyen Âge sont connus pour leur maîtrise de la poésie et leur mise en scène de la musique. Véritables artistes médiévaux, les troubadours sont apparus vers l’an 1000 de notre ère. Ils s’expriment uniquement en langue occitane, une des plus employées à l’époque et qui s’avère un dérivé du latin. Dans la rue, dans la cour du Seigneur ou lors de certaines festivités, ces poètes animent de par leurs histoires et leurs chansons. Ils informent par ailleurs le peuple des récents scandales et partagent les contes les plus populaires.

L’amour courtois, valeur prônée par les troubadours du Moyen Âge

Parmi les troubadours les plus connus et les plus sollicités à cette période de l’Histoire, on retrouve notamment Guillaume de Poitiers, mais aussi Raimbaut d’Orange ou Béatrice comtesse de Die. Accompagnés de leur instrument, le plus souvent le luth ou la flûte, ils prônent l’amour courtois, une thématique incontournable du Moyen Âge. S’ils s’inspirent souvent de chants religieux, ils n’hésitent pas non plus à s’engager dans la vie sociale et politique en clamant des valeurs chères à leur cœur.

http://www.futura-sciences.com

Chez ces grenouilles, les mâles chantent pour des femelles… sourdes !


On sait que les grenouilles font des vocalises pour chercher la belle qui permettra de fonder une famille. Au Brésil, une espèce de grenouille très petite se met aussi à chanter, le problème, c’est que les grenouilles femelles sont sourdes. Alors, à quoi sert le chant
Nuage

 

Chez ces grenouilles, les mâles chantent pour des femelles… sourdes !

 

Brachycephalus pitanga

Les mâles Brachycephalus pitanga chantent pour des femelles totalement sourdes.

© SANDRA GOUTTE

Par Anne-Sophie Tassart

Des chercheurs ont mis en évidence l’apparente inutilité des vocalisations des mâles Brachycephalus lors de la période de reproduction.

La communication nécessite la co-évolution de l’émetteur et du récepteur, sinon, il devient évident que le message a du mal à passer. Chez de nombreuses espèces de grenouilles, la communication sonore – les vocalisations – permet de synchroniser les périodes de reproduction entre mâles et femelles. Cependant, une équipe internationale a fait une étrange découverte chez Brachycephalus ephippium et chez Brachycephalus pitanga : ces minuscules grenouilles brésiliennes n’entendent pas leurs propres vocalisations !

Des mâles qui chantent pour des femelles sourdes

Pendant la saison des amours, les mâles se placent sur des branches ou sur la litière foliaire et « chantent », espérant s’attirer les faveurs d’une femelle. Ces vocalisations de haute fréquence sont particulièrement énergivores pour l’amphibien. Face au sous-développement de l’oreille interne chez ces animaux, les chercheurs ont voulu savoir comment les femelles arrivaient à percevoir ces sons qui leur sont destinés. En étudiant l’anatomie de leur « oreille » et les réponses comportementales pendant que des enregistrements de vocalisations étaient joués, les scientifiques ont pu en conclure que ces grenouilles sont incapables d’entendre les vocalisations d’un congénère. Les mâles chantent donc… pour rien.

Un élément secondaire de la communication

Une nouvelle question s’est alors posée : pourquoi ces signaux sonores persistent alors qu’ils n’apportent aucun bénéfice dans la reproduction et qu’ils sont susceptibles d’indiquer aux prédateurs la position des grenouilles ? Dans leur article paru le 21 septembre 2017 sur le site Scientific Reports, les biologistes pensent que la communication ne se fait plus grâce au son mais par les signaux visuels qui les accompagnent comme par exemple, le gonflement du sac vocal. Ce qui était jusqu’alors un élément secondaire du comportement est devenu le plus important. Le son produit est, quant à lui, devenu secondaire.

Il est possible que ces vocalisations attirent les prédateurs, mais ceux-ci changent de cible quand ils voient à qui ils ont affaire. En effet, les Brachycephalus ont une peau et des organes hautement toxiques.

Il n’est donc pas nécessaire pour la survie de ces grenouilles d’arrêter d’émettre des vocalisations « qui persistent grâce à une inertie évolutive », notent les chercheurs.

Ils espèrent, grâce aux Brachycephalus, pouvoir étudier l’évolution et la dégénération des systèmes de communication acoustiques chez les vertébrés.

https://www.sciencesetavenir.fr

Quels oiseaux entendez-vous dans votre cour, votre parc ?


Des oiseaux du Québec que l’on peut entendre loin des grandes artères, mais plutôt dans les parcs, les sentiers et forêts
Nuage

 

Quels oiseaux entendez-vous dans votre cour, votre parc ?

 

Les oiseaux chantaient déjà au temps des dinosaures


J’aimerais bien qu’ils puissent reconstituer le gazouillement d’un oiseau qui vivaient il y a 68 millions d’années
Nuage

 

Les oiseaux chantaient déjà au temps des dinosaures

 

Vegavis iaai

Illustration du Vegavis iaai    PHOTO : UNIVERSITÉ DU TEXAS À AUSTIN/NICOLE FULLER

La reconstitution d’un fossile d’oiseau vieux de 68 millions d’années a permis d’établir que les oiseaux pouvaient déjà gazouiller et communiquer entre eux à l’ère des dinosaures.

RADIO-CANADA AVEC AGENCE FRANCE-PRESSE

Un texte d’Alain Labelle

Le Vegavis iaai est un oiseau éteint qui vivait au Crétacé sur ce qui forme aujourd’hui l’Antarctique. Il appartient au groupe qui comprend les canards, les oies et les cygnes.
La chercheuse Julia Clarke et ses collègues de l’Université du Texas à Austin, aux États-Unis, ont eu recours à la tomographie assistée par ordinateur, une technique d’imagerie médicale en 3D, pour détecter la présence d’une syrinx, l’organe qui permet aux oiseaux d’émettre des vocalises
(l’équivalent du larynx chez l’homme).

Notre étude prouve que les oiseaux pouvaient s’interpeller au-dessus de la tête des dinosaures […] La syrinx fossile montre une asymétrie qui est également présente chez les canards, qui permet de siffler et de cacarder. Julia Clarke, Université du Texas à Austin

La découverte du fossile de Vegavis iaai en 1992 (et sa description détaillée en 2005) est considérée comme la première preuve concrète que les proches parents des oiseaux modernes ont vécu aux côtés des dinosaures non aviaires.

Pour mieux comprendre la fréquence ou la nature du chant de ces oiseaux, les chercheurs devront construire maintenant des modèles et recueillir plus de données à partir des oiseaux actuels comme le canard.

http://ici.radio-canada.ca/

Une chorale de vieux monsieurs sympathiques à bord d’un avion cloué au sol


Il n’y a pas juste les plus jeunes qui peuvent épater des passagers dans un transport quelconque. Ces messieurs ont sûrement de la pratique à chanter ensemble et font profiter ainsi les autres de leur talent
Nuage

 

Une chorale de vieux monsieurs sympathiques à bord d’un avion cloué au sol

 

Rien de plus frustrant que d’apprendre que l’avion dans lequel vous prenez place doit rester sur le tarmac pendant un long moment pour une inspection mécanique.

Les passagers d’un avion d’US Aiways en partance vers la Nouvelle-Orléans ont dû prendre leur mal en patience il y a quelques semaines alors que leur vol a été longuement retardé.

Mais heureusement pour eux, un quatuor vocal composé de vieillards sympathiques se trouvait parmi les passagers. Ils ont eu la gentillesse d’interpréter quelques classiques pour divertir leurs compagnons d’infortune.

Kari Mann, agente de bord pour US Airways, a filmé la scène et l’a partagée sur YouTube. Sa vidéo a été vue plus de 2 millions de fois depuis sa mise en ligne, le 7 janvier dernier.

http://www.francoischarron.com/

Ivres, les oiseaux chantent comme des casseroles


Je trouve ce genre de science est inutile pour mieux comprendre le comportement humain face à l’alcool. Il y a assez de personnes qu’ils peuvent étudier a court et à long terme pour comprendre tout l’impact de l’ivresse
Nuage

Ivres, les oiseaux chantent comme des casseroles

 

Le chant du diamant mandarin change lorsqu'il est sous l'influence de l'alcool. LUIS CASIANO/BIOSPHOTO/AFP Le chant du diamant mandarin change lorsqu’il est sous l’influence de l’alcool. LUIS CASIANO/BIOSPHOTO/AFP

Par Dominique Brunet-Vaudrin.

Des chercheurs ont observé que l’alcool affectait le chant des oiseaux, le rendant plus désordonné et moins fort.

 

SAOULS. Du haut de ses dix centimètres et de ses quinze grammes, difficile d’imaginer le diamant mandarin (Taenipygia guttata) en état d’ivresse. Pourtant, des chercheurs de la Oregon Health & Science University ont fait boire une solution alcoolisée à un groupe d’oiseaux de cette espèce afin d’évaluer l’effet de l’alcool sur leur façon de chanter.

Résultat : comme les humains, ils éprouvent des difficultés de langage sous l’influence de l’alcool.

« Les effets les plus importants ont été la diminution de l’amplitude et l’augmentation de l’entropie », énoncent les chercheurs dans leur étude publiée dans Plos One. 

Autrement dit, le chant des oiseaux était plus faible et moins organisé.

Pourquoi faire trinquer les oiseaux ?

Mais quelle mouche a piqué les chercheurs, de vouloir faire boire les diamants mandarins ? C’est parce que cette espèce et la nôtre ont des similitudes dans leur apprentissage du langage. Ainsi, les petits diamants mandarins qui apprennent à chanter ont besoin d’une période de développement prolongée ainsi que d’un modèle (leurs parents) pour développer leur chant. Un peu comme les jeunes humains avec leurs parents. De ce fait, les chercheurs comptent sur l’étude de cet oiseau pour mieux comprendre les difficultés de langage liées à l’état d’ébriété chez l’humain.

« Le diamant mandarin est potentiellement une espèce importante pour mieux comprendre comment l’alcool affecte les comportements sociaux des humains », espèrent les chercheurs.

Ceux-ci ont notamment remarqué que les oiseaux peuvent boire sans mettre un frein à leur consommation alcoolique. Et si certains s’arrêtent en chemin, d’autres continuent jusqu’à des niveaux dangereux pour l’homme (0,08 %). 

« Il est intéressant de noter que l’alcool n’avait pas un effet aversif sur les diamants mandarins » assurent les chercheurs.

Les chercheurs ont aussi remarqué que les sons du chant des oiseaux étaient modifiés différemment par l’alcool selon leurs fréquences et leurs amplitudes. Cette observation les incite à croire que le son émis par ces animaux mobilise différentes parties du cerveau, et que toutes ne sont pas pareillement sensibles à l’alcool.

http://www.sciencesetavenir.fr

La bouilloire …


Quelle belle métaphore de penser au bouilloire (Celle qui siffle quand la vapeur passe par les petits trous) pour exprimer la colère, le stress, la fatigue ..
Nuage

 

La bouilloire …

 

« Quand vous êtes harassés de fatigue, pensez toujours à l’exemple de la bouilloire. Elle a beau avoir le couvercle en ébullition, cela ne l’empêche pas de chanter. »

Auteur inconnu