Toujours plus de pesticides à cause du réchauffement climatique


Quand j’étais petite, on me disait que plus tard, le Québec deviendrait la petite Floride. Il semble que ce pronostique va s’avérer être vrai. Ce qui me turlupine c’est que les chercheurs cherchent toujours dans les pesticides, fongicides et continus a promouvoir l’OMG sachant pourtant des conséquences néfastes
Nuage

 

Toujours plus de pesticides à cause du réchauffement climatique

 

Le réchauffement climatique augmentera la présence d'insectes nuisibles... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Le réchauffement climatique augmentera la présence d’insectes nuisibles d’ici 2050 au Québec.

PHOTO: OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

MARIE ALLARD
La Presse

Vers 2050, les températures auront grimpé de 1,9 °C à 3 °C l’été, dans le sud du Québec. La Montérégie aura le climat actuel de l’Illinois. La Capitale-Nationale, celui de l’État de New York. Et Lanaudière, celui du Wisconsin.

Ce réchauffement climatique augmentera la présence d’insectes nuisibles dans les cultures du Québec, selon la première étude qui s’intéresse au problème. L’arrivée de la pyrale – ennemi numéro un du maïs sucré – et du doryphore – capable de détruire complètement un champ de pommes de terre – sera plus hâtive. Des générations plus nombreuses d’insectes verront le jour au cours du même été. Quant à l’efficacité des méthodes de lutte contre ces ravageurs, elle diminuera, selon le rapport du consortium sur la climatologie Ouranos.

«On peut s’attendre à une augmentation de l’utilisation des insecticides et même des fongicides, prévoit la biologiste-entomologiste Annie-Ève Gagnon, l’une des auteures de l’étude. C’est notre grande préoccupation.»

Exemple: en Montérégie, région où l’on cultive le plus de maïs sucré au Québec, les champs sont traités aux insecticides tous les sept à huit jours. Vers 2050, il faudra plutôt le faire tous les trois à cinq jours. La pression sera forte pour que les agriculteurs adoptent des variétés de maïs sucré génétiquement modifiées pour résister à la pyrale, si ce n’est déjà largement fait – elles sont offertes au Québec depuis l’an dernier.

Plus de champignons dans le blé

L’impact des changements climatiques sur les agents pathogènes – surtout des champignons, au Québec – est moins clair.

«Le principal facteur climatique qui va les affecter, ce sont les précipitations, pour lesquelles il est plus complexe de faire des prévisions fiables», explique Mme Gagnon.

La fusariose de l’épi, champignon qui affecte le blé, risque tout de même d’être «plus performante et dommageable», prédit l’étude. Les conditions nécessaires à son développement seront optimisées durant la période de floraison, et sa survie sera plus grande l’hiver. Ce n’est pas banal: la Pennsylvanie – à laquelle le Bas-Saint-Laurent ressemblera en 2050, côté climat – a connu des épidémies sévères de fusariose de 2009 à 2011. De 50% à 60% du blé en a été si affecté qu’il n’aurait pu être commercialisé selon les normes canadiennes.

Mais comment se fier à ces prévisions pour 2050, alors qu’on ne sait pas quel temps il fera le mois prochain?

«Vous ne savez pas quand vous allez mourir, mais vous savez que l’espérance de vie augmente, fait valoir Mme Gagnon. Ce sont des données fiables, des moyennes. C’est la même chose pour la météo. On connaît la moyenne climatique et on sait qu’elle augmente.»

Cultiver du maïs au Lac-Saint-Jean

Ce réchauffement ne sera pas que dommageable. «Nos régions sont avantagées, si on se compare à d’autres plus au sud, qui auront des sécheresses, convient la biologiste. Peut-être qu’on pourra cultiver du maïs au Lac-Saint-Jean. Mais est-ce que ça va être positif dans la balance, en prenant en compte les impacts sur les ennemis des cultures? On ne le sait pas.»

Il faut maintenant élaborer une «stratégie d’adaptation» aux effets des changements climatiques sur les ennemis des cultures du Québec, selon le rapport. Un meilleur dépistage des insectes, la rotation des insecticides et une promotion accrue des outils de lutte biologique sont notamment recommandés.

«On dit souvent que l’agriculture a toujours su s’adapter, souligne Mme Gagnon. Mais maintenant, tout se passe à vitesse grand V. Notre pouvoir d’adaptation est moins grand qu’avant. Il va falloir davantage prévoir qu’éteindre des feux.»

Une conférence sur les changements climatiques et leurs conséquences pour l’agroalimentaire aura lieu demain à Montréal, à l’occasion du 19e Forum économique international des Amériques.

http://www.lapresse.ca

Une hygiène défaillante à l’origine de épidémie de méningite, selon la FDA


Un grand manque d’hygiène dans un laboratoire qui fait des médicaments est une grave lacune qui peut causer beaucoup de problème comme a vécu les États-Unis avec l’épidémie de méningite qui a causer plusieurs morts
Nuage

 

Une hygiène défaillante à l’origine de épidémie de méningite, selon la FDA

 

L'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) a pointé... (PHOTO HARRISON MCCLARY, REUTERS)

PHOTO HARRISON MCCLARY, REUTERS

Agence France-Presse
Washington

L’Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) a pointé à son tour de nombreuses lacunes en matière d’hygiène dans le laboratoire qui a fabriqué des médicaments à l’origine d’une épidémie de méningite mortelle aux États-Unis.

Selon un dernier bilan vendredi des autorités sanitaires, 331 personnes ont déclaré une méningite fongique, dont 25 sont mortes, suite à l’injection épidurale de stéroïdes contaminés. Sept autres personnes ont déclaré une méningite après avoir reçu ces injections dans les articulations.

Dans un rapport publié vendredi sur la société incriminée de préparation en pharmacie, New England Compounding Center (NECC), les inspecteurs de la FDA ont observé des dépôts verdâtres dans une centaine d’ampoules de stéroïde pour des injections qui avaient été expédiées entre août et le 17 septembre puis renvoyées à NECC.

Une analyse microscopique a confirmé la présence de champignons parasites ainsi que, dans la moitié de ces ampoules, une contamination microbienne, a précisé lors d’une conférence de presse Steven Lynn, directeur du bureau de contrôle de la qualité des produits à la FDA.

Les inspecteurs fédéraux ont également confirmé que NECC n’avait pas été en mesure de montrer que ses appareils pouvaient stériliser les médicaments.

Ils ont aussi relevé des problèmes de propreté dans les pièces blanches où sont produits les médicaments.

Le rapport de l’Agence note aussi que le système de contrôle de l’environnement de NECC a révélé de janvier à septembre 2012 la présence de bactéries et de moisissures dans de multiples endroits, y compris sur les surfaces de travail dans ces pièces blanches.

Le ministère de la Santé de l’État du Massachusetts, où est basée NECC, avait aussi pointé lundi des problèmes d’hygiène: la firme ne stérilisait pas systématiquement les produits durant le temps minimum nécessaire et ne vérifiait pas régulièrement le bon fonctionnement des stérilisateurs.

De plus, NECC a expédié des lots suspects de stéroïdes avant même d’avoir eu les résultats de ses propres tests confirmant leur stérilisation.

Plus de 14 000 personnes dans 23 États pourraient potentiellement avoir reçu une de ces injections épidurales contaminées destinées à traiter le mal de dos, selon la FDA.

Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête criminelle, tandis que le conseil de l’Ordre des pharmaciens du Massachusetts a révoqué la licence professionnelle de NECC et celle de quatre de ses pharmaciens.

NECC a cessé ses activités et licencié la plupart de ses employés.

http://www.lapresse.ca