Le Saviez-Vous ► Que se passe-t-il quand quelqu’un tombe dans de la lave?


Est-ce que vous êtes déjà posé la question si quelqu’un tombait dans la lave d’un volcan ? Ou peut-être que les films de catastrophes causés par des volcans vous ont satisfait !! Les films ne sont pas toujours la réalité, car bien avant de mourir à cause de la lave, il y a d’autres éléments qu’il faut tenir compte.
Nuage


Que se passe-t-il quand quelqu’un tombe dans de la lave?


Le Kilauea, le 22 mai 2018. Ronit FAHL / AFP

Le Kilauea, le 22 mai 2018. Ronit FAHL / AFP

Repéré par Grégor Brandy

Repéré sur The Verge, Wired

Non, ce n’est pas comme dans les films. Mais ce n’est pas beaucoup plus réjouissant

La question n’est pas vraiment nouvelle. En 2011, Wired y avait déjà apporté un début de réponse.

Et contrairement à ce qu’on peut voir dans des films (on parle de vous Volcano et Le Seigneur des Anneaux), «on ne coulera pas dans la lave si l’on est humain. Il faudrait être un Terminator pour que ce soit le cas, et voici pourquoi: la lave en fusion n’a rien à voir avec l’eau».

En fait, tout est question de densité et de viscosité. Wired conseille de faire une expérience avec de l’huile de moteur et un petit bonhomme en polystyrène pour recréer des conditions similaires et mieux comprendre sans se brûler:

«Est-ce qu’il coule instantanément dans l’huile? Non! C’est pareil pour vous et la lave.»

Gaz, vapeur et chaleur extrême

Reste qu’il n’y a pas besoin d’être recouvert par la lave pour mourir, continue The Verge.

«La chaleur extrême brûlerait probablement vos poumons et vos organes finiraient par lâcher. “L’eau à l’intérieur de votre corps se transformerait en vapeur, pendant que la lave ferait fondre votre corps de l’extérieur vers l’intérieur”, explique David Damby, un chimiste de l’USGS Volcano Science Center. (Ne vous inquiétez pas, en revanche, les gaz volcaniques vous auront probablement déjà fait vous évanouir à ce moment-là).»

Mais vous ne seriez pas ensevelis (ou en tout cas pas immédiatement). «Vous seriez assis au-dessus de la lave», résume Janine Krippner, une volcanologue de l’université de Concord.

Vous pouvez donc continuer à être fasciné par ces gens qui s’amusent à jeter divers objets dans de la lave, en sachant désormais ce qu’ils risquent s’ils s’en approchent d’un peu trop près.

http://www.slate.fr/

Les victimes du Vésuve sont mortes suite à l’ébullition de leur sang et l’explosion de leur cerveau


Lors de l’éruption du Vésuve en août 79, les personnes qui sont morts fut causé par une forte pression dans le cerveau par l’ébullition du sang. Il semble qu’ils soient mort sur le coup, je l’espère pour eux, car la douleur doit être intolérable
Nuage

 

Les victimes du Vésuve sont mortes suite à l’ébullition de leur sang et l’explosion de leur cerveau

Crédits : Petrone et al./PLOS One

par  Laura Boudoux

C’est en analysant les os, et plus spécifiquement les crânes des victimes de l’éruption du Vésuve que les scientifiques ont fait une découverte horrifiante, raconte Business Insider.

D’après leurs recherches, dont les résultats ont été publiés fin septembre 2018, de nombreuses personnes sont mortes ce mois d’août 79 après l’explosion de leur crâne, causée par une trop forte pression. Autrement dit, les températures extrêmes liées à l’éruption volcanique ont littéralement fait bouillir le sang des populations environnantes, le transformant en vapeur et provoquant l’éclatement de leur boîte crânienne.

Crédits : Petrone et al./PLOS One

Les archéologues de l’hôpital universitaire Federico II, de Naples, ont basé leurs recherches sur les ossements retrouvés dans douze chambres du front de mer de la ville d’Herculanum, toutes remplies de cendres. Ils ont alors découvert sur les os et à l’intérieur des crânes des minéraux rouges et noirs, contenant du fer et des oxydes de fer. Des éléments chimiques directement connectés au phénomène d’ébullition du sang et à sa transformation en vapeur. 

Crédits : Petrone et al./PLOS One

« Pour la première fois, nous montrons ici des preuves expérimentales convaincantes suggérant la vaporisation rapide de liquides organiques et de tissus mous des victimes d’Herculanum au moment de leur mort, par exposition à une chaleur extrême », ont écrit les chercheurs sur Plos One.

Les scientifiques estiment qu’après l’éruption du Vésuve, la chaleur a atteint des températures comprises en 200 et 500°C. Aussi sinistre soit-elle, leur mort aurait été instantanée, précisent-ils.

Sources : Business Insider / Plos One

https://www.ulyces.com

Le Saviez-Vous ► Que se passe-t-il quand quelqu’un tombe dans de la lave?


Après avoir émis qu’il était dangereux de faire griller des guimauves sur un volcan, maintenant, on parle de qui se passe si une personne tombait dans la lave bouillante. Le gaz inspiré sera mortel, et c’est peut-être mieux ainsi, car la suite, c’est une torture ardente.
Nuage

Que se passe-t-il quand quelqu’un tombe dans de la lave?

 

Le Kilauea, le 22 mai 2018. Ronit FAHL / AFP

Le Kilauea, le 22 mai 2018. Ronit FAHL / AFP

 

Repéré par Grégor Brandy

Non, ce n’est pas comme dans les films. Mais ce n’est pas beaucoup plus réjouissant.

Il y a quelques jours, les autorités américaines ont conseillé aux personnes présentes à proximité de Kilauea de ne pas griller leurs marshmallows avec de la lave.

Dans la foulée, The Verge a décidé de poser la question que l’on se pose tous (et surtout moi) depuis le début de l’éruption du volcan hawaïen: que se passerait-il si l’on venait à tomber dans la lave?

La question n’est pas vraiment nouvelle. En 2011, Wired y avait déjà apporté un début de réponse.

Et contrairement à ce qu’on peut voir dans des fims (on parle de vous Volcano et Le Seigneur des Anneaux), «on ne coulera pas dans la lave si l’on est humain. Il faudrait être un Terminator pour que ce soit le cas, et voici pourquoi: la lave en fusion n’a rien à voir avec l’eau».

En fait, tout est question de densité et de viscosité. Wired conseille de faire une expérience avec de l’huile de moteur et un petit bonhomme en polystyrène pour recréer des conditions similaires et mieux comprendre sans se brûler:

«Est-ce qu’il coule instantanément dans l’huile? Non! C’est pareil pour vous et la lave.»

Gaz, vapeur et chaleur extrême

Reste qu’il n’y a pas besoin d’être recouvert par la lave pour mourir, continue The Verge.

«La chaleur extrême brûlerait probablement vos poumons et vos organes finiraient par lâcher. “L’eau à l’intérieur de votre corps se transformerait en vapeur, pendant que la lave ferait fondre votre corps de l’extérieur vers l’intérieur”, explique David Damby, un chimiste de l’USGS Volcano Science Center. (Ne vous inquiétez pas, en revanche, les gaz volcaniques vous auront probablement déjà fait vous évanouir à ce moment-là).»

Mais vous ne seriez pas ensevelis (ou en tout cas pas immédiatement).

«Vous seriez assis au-dessus de la lave», résume Janine Krippner, une volcanologue de l’université de Concord.

Vous pouvez donc continuer à être fasciné par ces gens qui s’amusent à jeter divers objets dans de la lave, en sachant désormais ce qu’ils risquent s’ils s’en approchent d’un peu trop près.

https://slate.com/

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?


On a fini l’année et commencé la nouvelle année par des froids extrême d’une part, et des chaleur extrême à d’autres endroits dans le monde. Neige au Sahara, froid aux États-Unis, tempête en Europe, chaleur extrême en Australie avec des incendies incontrôlables. Au Québec, nous avons connu des froids polaires et un redoux avec des averses de pluies et on prévoit un froid extrême par la suite. Si ce n’est pas les changements climatiques qui cause ces désordres météorologiques, alors ce serait quoi ?
Nuage

 

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?

 

 

 

Xavier Demeersman
Journaliste

2018 vient à peine de commencer et l’année est déjà marquée par plusieurs épisodes météorologiques extrêmes dans divers endroits du monde.

Que ce soit dans l’hémisphère nord, où l’hiver qui vient de commencer sévit durement en Amérique du Nord ; ou dans l’hémisphère sud, particulièrement en Australie où l’été commence sous une chaleur écrasante (47,3 °C près de Sydney). Caprices de la météo ou conséquences du dérèglement climatique ?

La France a essuyé une redoutable tempête les premiers jours de 2018. Eleanor a fait au moins sept victimes et laissé dans son sillage des inondations et d’importants dégâts matériels causés par des rafales de vent à plus de 100 km/h. Plusieurs de nos voisins européens ont aussi été frappés.

Ces derniers jours, il est tombé dans les Alpes jusqu’à 1,90 mètre de neige fraîche en quelques heures près de la frontière italienne. En Savoie, la neige arrivait jusqu’aux épaules, avec une couche atteignant 1,60 mètre. Les photos et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux sont impressionnantes.

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige du Sahara

De la neige, il en est tombé dans un endroit où l’on n’a pas l’habitude d’en voir…, un environnement connu pour son aridité : le Sahara. Bien sûr, il n’a pas neigé partout dans le plus grand désert de sable du monde, ce weekend, mais en particulier dans le Sahara algérien. C’est toujours avec étonnement et un certain émerveillement que l’on découvre ces images de dunes de sable rouge orangé qui ondulent à perte de vue, et recouvertes, une fois n’est pas coutume, d’un léger manteau blanc.

Quoique ce ne serait pas si exceptionnel dans cette région située au pied de l’Atlas. La neige n’y aurait tenu qu’une journée. La dernière fois que les habitants de la région ont vu de la neige, c’était il y a un peu plus d’un an, en décembre 2016. Faut-il s’attendre à davantage de précipitations et de neige dans le Sahara avec le changement climatique ? Ce ne serait pas impossible selon une étude de 2016. Le désert pourrait reverdir.

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

Un froid extrême dans l’est de l’Amérique du Nord

Ce début d’hiver 2017-2018 se montre féroce et même meurtrier dans la moitié est de l’Amérique du Nord où une vague de grand froid sévit depuis le 28 décembre dernier. Le Canada a plusieurs fois lancé des alertes au froid extrême. Aux États-Unis, le Minnesota a enregistré des -45 °C ! Le 2 janvier, à Sioux City dans l’Iowa, la température est descendue jusqu’à -33 °C. New York a battu des records : -15 °C ; Chicago aussi pour le Nouvel An : -17 °C. Heureusement, un redoux est annoncé dans les prochains jours.

Le froid a touché aussi la Floride où il a neigé pour la première fois depuis 30 ans. Des iguanes sont tombés des arbres, gelés. D’autres animaux ont souffert, comme des requins retrouvés sur des plages de Cape Cod, dans le Massachusetts, saisis par le froid. Des scientifiques ont pu sauver des tortues marines, également surprises par les basses températures dans cette région. Une vidéo devenue virale montre comment des alligators survivent dans les eaux gelées d’un étang en Caroline du Nord. Ils ne sont pas morts mais dans un état de « brumation ».

Les équipes du Shallotte River Swamp Park craignaient que les alligators soient morts. Mais non, ils respirent à travers la glace et se sont mis en mode hibernation. © Swamp Park, Youtube

Une énorme tempête hivernale surnommée bomb cyclone par les Américains s’est abattue sur l’est des États-Unis le 4 janvier. Sur le littoral, des vagues géantes ont provoqué des inondations historiques dans la région de Boston où le froid n’a rien arrangé à la situation. Le froid fut ressenti jusque dans les Caraïbes. Certes pas avec la même intensité qu’au Québec.

Pendant ce temps, l’Arizona, au contraire, connaissait son plus doux début d’année. La Californie, qui a fait face en décembre 2017 au plus terrible incendie de son histoire, vient d’être frappée par des coulées de boue dévastatrices qui ont fait 17 morts et détruit des centaines de maisons.

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

    Une chaleur extrême en Australie

    Dans l’hémisphère sud, c’est plutôt l’été qui fait parler de lui et fait des victimes. En particulier en Australie où le 7 janvier, des records historiques ont été enregistrés près de Sidney : 47,3 °C. Une vague de chaleur brutale qui a déjà provoqué la mort par hyperthermie de centaines de chauves-souris. 

    « Leur cerveau frit et elles deviennent incohérentes » a déclaré Cate Ryan, présente sur place dans le parc de Saint Helens et interrogée par la presse locale.

    De nombreux volontaires ont avec elle essayé d’en sauver en les hydratant. 90 % des victimes recensées étaient de jeunes sujets.

    Une catastrophe écologique à laquelle s’ajoutent des incendies. Malheureusement, ce n’est pas la première fois qu’une canicule frappe l’Australie. Le 10 janvier, on apprenait que 2017 fut sa troisième année la plus chaude jamais recensée. Et ce n’est pas près de s’arrêter car les températures continuent d’augmenter. Les animaux et aussi les plantes sont en première ligne du dérèglement climatique en cours.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Plusieurs évènements météorologiques extrêmes se sont produits entre décembre 2017 et début janvier 2018.

  • Ils concernent les deux hémisphères, avec des niveaux exceptionnels de chaleur, de froid et de précipitations.

 

https://www.futura-sciences.com

Feux de forêt : du vol d’équipement entrave le travail des pompiers


Ça prend-tu « des sans dessins »(pour rester polis) de voler de l’équipement des pompiers qui luttent depuis des semaines aux feux de forêts en Colombie-Britannique. En plus, la météo n’aide pas du tout, qu’est ce qu’ils ont dans la tête pour voler des objets qui pourraient sauver des bâtiments, des villages, des forêts,
Nuage

 

Feux de forêt : du vol d’équipement entrave le travail des pompiers

 

Un pompier à l'oeuvre dans une forêt de la Colombie-Britannique

Un pompier à l’oeuvre dans une forêt de la Colombie-Britannique Photo : Radio-Canada/Chris Corday

En plus de la chaleur et la fumée, les pompiers qui luttent contre les feux de forêt en Colombie-Britannique doivent maintenant aussi surveiller leur équipement, puisque du matériel a été volé.

Radio-Canada avec La Presse canadienne

Plus de 840 incendies ont ravagé quelque 4260 kilomètres carrés depuis le 1er avril. Kevin Skrepnek, porte-parole du service de lutte contre les incendies de la province, estime que le temps chaud et sec devrait aggraver la situation dans les prochains jours.

Les autorités ont annoncé mercredi qu’une pompe à eau et dix tuyaux d’incendie ont été volés à Harrop Creek, au nord-est de Nelson, aux prises avec un incendie de forêt.

« Les actes criminels de la sorte ont un impact sur l’efficacité des efforts contre les incendies et posent des risques de sécurité aux membres du public et aussi aux premiers intervenants », a écrit le service de lutte contre les incendies dans un communiqué.

La fumée des incendies se répand dans plusieurs communautés, nuisant à la visibilité des appareils qui survolent la région pour combattre les flammes et détecter les brasiers. Environnement Canada a étendu un avis sur la qualité de l’air et un avertissement de chaleur extrême pour la plupart de la côte sud.

Robert Turner, sous-ministre adjoint chargé de la gestion des services d’urgence, a indiqué que parmi les 300 bâtiments ravagés par les flammes jusqu’à maintenant, 71 étaient des maisons, 116 des remises, 3 des édifices commerciaux, tandis que les 115 restants n’ont pas encore été identifiés.

Le district régional de Cariboo, celui de Thompson-Nicolas, ainsi que la réserve autochtone d’Ashcroft ont été les endroits les plus durement touchés, mais aucun bâtiment important n’a été détruit.

Environ 3700 personnes luttent contre les flammes et 108 employés des services d’incendie du Mexique se joindront à eux plus tard cette semaine.

http://ici.radio-canada.ca/

74°C en Iran : comment c’est possible ?


Avec notre « petite canicule » on ne peut pas vraiment se plaindre, car à certains endroit de la planète la température affichait au-delà de 45 C, mais le pire est avec l’humidité, c’est affreux. Comment survivre à de telle chaleur
Nuage

 

74°C en Iran : comment c’est possible ?

Le thermomètre n'affichait qu'un "petit" 50°C à Bagdad en Irak.

Le thermomètre n’affichait qu’un « petit » 50°C à Bagdad en Irak.

Photo : Image d’illustration / SIPA

METEO – Depuis vendredi dernier, le Moyen-Orient suffoque. La zone connait une vague de chaleur extrême. Si le record du monde n’a pas encore été battu, ces températures sont accentuées par l’humidité dans l’air.

 Explications.

A Paris, le thermomètre est monté jusqu’à 39,7°C. Une température que le Moyen-Orient ne refuserait pas alors qu’une vague de chaleur extrême s’abat sur la région. Vendredi dernier, la température ressentie était de 74°C à Bandar Mahshahr, en Iran, comme l’explique leWashington Post.

Ressentie car le thermomètre n’affichait qu’un « petit » 46°C. En Irak, dans la capitale Bagdad, la température était de 50°C.

Températures extrêmes

Dans cette région reconnue comme l’une des zones les plus chaudes au monde, la météo de ces derniers jours reste inédite, même si le record reste détenu par la ville de Dharan, en Arabie Saoudite, avec 81°C ressenti en juillet 2013.

« Ce sont les températures les plus incroyables que j’ai jamais vu et celles les plus extrêmes au monde », s’exclame sur USA Today Anthony Sagliani, météorologue chez Accuweather.

http://www.metronews.fr/

Canicule : les températures extrêmes battant tous les records écorchent l’Europe (Photos)


Alors que nous avons eu une belle journée, enfin dans mon coin, avec du vent qui aide beaucoup, à l’autre bout du monde, les gens et les animaux souffrent de la chaleur extrême. Par tous les moyens, ils essaient de se rafraîchir.
Nuage

 

Canicule : les températures extrêmes battant tous les records écorchent l’Europe

 

AP Photo/Andres Kudacki

Des passants se rafraîchissent dans une fontaine près de la rivière Manzanares de Madrid, le mardi 30 juin 2015.

La vague de chaleur exceptionnelle qui affecte l’Europe cette semaine bat des records et force les gens à chercher l’ombre et de l’eau, en plus de trouver refuge à l’intérieur.

Des températures assommantes ont étouffé l’Espagne et le Portugal plus tôt cette semaine, avant de se diriger en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Pologne, entre autres.

À Madrid, le mercure a grimpé à près de 40 °C, un record pour la capitale espagnole, alors qu’il était de 44 °C dans le sud du pays, dimanche dernier. À l’aéroport Heathrow de Londres, la température s’est élevée jusqu’à 36 °C, du jamais vu. Et à Paris, un record de chaleur a été battu mercredi – il n’a jamais fait aussi chaud depuis 1873!

La canicule la plus meurtrière – qui a cumulé en France en 2003 – avait tué 70 000 personnes à travers l’Europe. Mais la vigilance est de mise et les autorités prennent les moyens nécessaires pour prévenir de telles fatalités, en téléphonant les personnes les plus vulnérables tous les jours par exemple.

La recherche démontre que les vagues de chaleur extrêmes, comme celle en Inde qui a tué plus de 1400 personnes le mois dernier, sont des conséquences directes des changements climatiques. Une étude publiée l’an dernier dans la revue Nature révélait que l’Europe est 10 fois plus propice à revivre une canicule comme celle de 2003 que dans la dernière décennie.

Voyez ci-dessous comment les Européens ont combattu la chaleur dans les derniers jours.

  • ROMAIN LAFABREGUE/AFP/Getty Images

    Des infirmières aident une dame à se rafraîchir avec un seau d’eau dans une résidence pour personnes âgées à Lyon, en France, el jeudi 2 juillet 2015.

  • AP Photo/Andrew Medichini

    Un orang-outang dans un zoo à Rome mange un popsicle que lui a donné ses gardiens le 2 juillet 2015.

  • AP Photo/Kamil Zihnioglu

    Une femme se protège du soleil grâce à son parapluie en marchant près de la Seine à Paris, le mercredi 1er juillet 2015.

  • Photo by Sean Gallup/Getty Images

    Un homme à Berlin se rafraîchit dans une fontaine publique le jeudi 2 juillet 2015.

  • JAVIER SORIANO/AFP/Getty Images

    Deux chiens jouent avec un bout de bois dans une fontaine à Madrid, le mardi 30 juin 2015.

  • MEHDI FEDOUACH/AFP/Getty Images

    Une affiche dans une résidence de personnes âgées à Bordeaux, en France, avec des conseils pour rester au frais pendant la canicule.

  • AP Photo/Andrew Medichini

    Des personnes prennent un moment de répit à l’ombre au centre-ville de Rome, mercredi, 1er juillet 2015.

  • Holger Hollemann/dpa via AP

    Un petit singe gris à Hanover, en Allemagne, mange un bloc de fruits et légumes congelés le jeudi 2 juillet 2015.

  • AP Photo/Alvaro Barrientos

    Une femme à Pamplona, en Espagne, se ventile le mardi 30 juin 2015.

  • MIGUEL MEDINA/AFP/Getty Images

    Une femme boit d’une fontaine publique au Palais royal de Paris le jeudi 2 juillet 2015.

  • AP Photo/Alvaro Barrientos

    Des enfants se rafraîchissent dans une fontaine d’eau à Pamplona, en Espagne, le mardi 30 juin 2015.

  • AP Photo/Lionel Cironneau

    Deux femmes se protègent du soleil sous des parapluies sur la promenade des Anglais, en France, le jeudi 2 juillet 2015.

  • MIGUEL MEDINA/AFP/Getty Images

    Une petite fille reste hydratée dans la chaleur près d’une fontaine du jardin des Tuileries à Paris, le 2 juillet 2015.

  • GERARD JULIEN/AFP/Getty Images

    Une femme à Madrid se rafraîchit grâce à un ventilateur sur une terrasse, le 28 juin 2015.

http://quebec.huffingtonpost.ca/