Fukushima : le nombre de cas de cancer bondit chez les enfants au Japon


Tout le monde se souvient de la catastrophe nucléaire qui a touché Fukushima, il y a 5 ans. On voit une remontée du cancer chez les enfants, spécialement le cancer de la thyroïde qui serait dû aux radiations selon plusieurs spécialises, choses que le gouvernement Japonais remet en cause
Nuage

 

Fukushima : le nombre de cas de cancer bondit chez les enfants au Japon

 

null 

Photo :  ICI Radio-Canada

Un texte d’Yvan Côté

Les problèmes de santé se multiplient à Fukushima, cinq ans après la catastrophe nucléaire. Selon les derniers chiffres du gouvernement japonais, 116 jeunes de moins de 18 ans ont contracté un cancer de la thyroïde.

Comme des centaines de milliers d’autres parents, Minami Shioda est inquiète. Sa fille Airu est née deux ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Pendant des mois, elle a pu limiter son exposition aux radiations en gardant son enfant à l’intérieur de la maison. Mais dorénavant, cette stratégie ne fonctionne plus. Airu a aujourd’hui trois ans, et elle a besoin de jouer à l’extérieur.

« Je suis effrayée tout simplement parce que ma fille joue dehors. Ce n’est pas normal. Je suis obsédée par tout ce qu’elle touche et par les mares d’eau. Tout peut être radioactif ici. » — Minami Shioda

C’est pourquoi elle a décidé, il y a quelques jours, de se rendre dans l’une des seules cliniques de dépistage du cancer de la région de Fukushima, où on effectue toujours des tests cinq ans après la catastrophe.

À l’intérieur de l’hôpital d’Isikakwa, elle a rencontré d’autres parents alarmés, des enfants malades, des citoyens à la recherche de réponses. Des familles qui angoissent depuis que le gouvernement a annoncé la découverte de 116 cas de cancer de la thyroïde depuis la catastrophe nucléaire. Un nombre anormalement élevé si on le compare à ceux publiés avant l’accident de la centrale de Daiichi en mars 2011.

20 à 50 fois plus de cancers

En fait, selon Toshihide Tsuda, un chercheur de l’Université Okayama, les cas de cancer de la thyroïde chez les enfants vivant à proximité de la centrale nucléaire de Daiichi sont 20 à 50 fois plus nombreux que chez les autres jeunes dans le reste du pays. Et ce qui impressionne le plus ce chercheur, c’est la rapidité avec laquelle ces cas sont apparus.

Selon ces données, les tumeurs chez les enfants seraient apparues en moins de cinq ans à Fukushima. Beaucoup plus rapidement qu’à la suite de l’accident nucléaire de Tchernobyl, où les premiers cas ont été décelés après sept ou huit ans.

La recherche du professeur est cependant loin de faire l’unanimité au Japon. Elle est remise en cause par le gouvernement du premier ministre Shinzo Abe et par plusieurs professionnels de la santé dans le pays.

« Bien des gens disent que c’est relié aux radiations, mais ce n’est pas du tout la réalité. L’exposition après Tchernobyl au Bélarus était de 1100 millisieverts, alors qu’ici elle n’a été que de 4 millisieverts. On ne peut tout simplement pas relier l’accident nucléaire à ces nouveaux cas », affirme le Dr Tsubokura Masaharu.

Le médecin explique plutôt cette recrudescence des cas de cancer de la glande thyroïde par de meilleures campagnes de dépistage dans le pays. À son avis, il est impossible que ce soit relié à la centrale de Daiichi pour trois raisons :

  1. Les enfants touchés à Fukushima sont en moyenne plus âgés qu’à Tchernobyl;
  2. L’exposition ici a été moins grande;
  3. Une tumeur met de 5 à 10 ans avant de se développer.

Cette évaluation dérange le groupe Greenpeace, qui se penche sur l’impact de l’explosion des trois réacteurs à Fukushima depuis 2011.

« C’est inacceptable de dire des choses pareilles, parce qu’il y a encore de nombreuses incertitudes sur la relation entre le niveau de radiation et les cas de cancer. On ne sait toujours pas dans quelle mesure la population sera véritablement touchée. »— Jan Vande Putte, de Greenpeace

null

Photo :  ICI Radio-Canada

Un seul travailleur indemnisé

L’autre controverse médicale à Fukushima touche les travailleurs. Des milliers d’hommes et de femmes se sont relayés depuis cinq ans pour nettoyer la centrale nucléaire. Jusqu’à maintenant, le gouvernement n’a reconnu qu’un seul cas de leucémie relié à l’exposition aux radiations. Des dizaines d’autres dossiers d’ouvriers atteints de cancer ont été écartés par Tokyo.

« Ce qui nous fâche, c’est que les autorités n’apprennent pas et continuent à nier qu’il y a probablement un effet. De dire qu’il n’y a pas d’impact n’est manifestement pas scientifique; c’est politique et ce n’est pas respectueux pour les gens qui sont touchés », affirme Jan Vande Putte.

Après plusieurs heures à la clinique d’Isikawa, Minami a finalement reçu la réponse qu’elle espérait : tous les tests effectués sur sa fille Airu indiquent qu’elle est en pleine santé.
Un soulagement pour la mère, même si ses craintes sont loin d’avoir disparu. Elle limite toujours les sorties de la fillette et s’abstient de lui servir toute nourriture qui a été cultivée dans la région de Fukushima.

 

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Sabres laser, son dans l’espace et vitesse de la lumière : "Star Wars" se rebelle face à la science


On entend beaucoup parler du film de science-fiction Star Wars. Il faut beaucoup d’imagination pour créer une telle saga. Les scientifiques se sont penchés sur les films de Star Wars, en fait les lasers, la vitesse de la lumière, la destruction de la planète noire et autres sujets ne peuvent être une réalité scientifique. Mais bon, c’est un film qui plaît à beaucoup de monde et c’est le défi de tout bon film
Nuage

 

Sabres laser, son dans l’espace et vitesse de la lumière : « Star Wars » se rebelle face à la science

 

Si ses films ont fait naître une passion pour l’espace chez plusieurs générations, George Lucas a parfois fait fi des connaissances scientifiques pour développer l’univers de sa saga.

La saga Star Wars a certainement changé la perception de l’espace de plusieurs générations. Les plus petits vont eux aussi découvrir cette galaxie lointaine, très lointaine dès le 16 décembre, avec Le Réveil de la Force, et vont approcher les étoiles, suivre les rythmes des sabres laser et sursauter devant les multiples explosions.

Mais, depuis plus de 35 ans déjà, des scientifiques passent au crible les films pour pointer du doigt les nombreuses erreurs qui peuplent l’univers imaginé par George Lucas. Francetv info a interrogé l’astrophysicien Roland Lehoucq, auteur de Faire de la science avec Star Wars (éd. Le Pommier). Pour lui,

« tout est faux dans Star Wars, mais on s’en fiche. Ce qui compte, c’est qu’à partir de ce film, le grand public peut parler de sciences ».

Dans l’espace, personne n’entend un X-Wing voler

Tirs de vaisseaux, explosions… Dans Star Wars, l’espace est très bruyant. Pourtant dans le vide spatial, nulle atmosphère pour propager les ondes sonores.

« Des sons dans l’espace, c’est tout simplement impossible. Pour que le son puisse se propager, il faut de la matière. De l’air, du bois, n’importe quoi. Or, dans l’espace règne le vide. On peut toujours hurler, personne ne nous entendra », explique Roland Lehoucq.

Mais des batailles muettes ne raviraient sûrement ni les spectateurs, ni les équipages d’un vaisseau qui se fait attaquer de l’extérieur sans pour autant en être informé. L’astrophysicien propose donc une solution :

« Dans les vaisseaux de Star Wars, il pourrait y avoir un système qui sonorise le vaisseau, qui simule l’ambiance extérieure, l’urgence de la situation » en recréant le bruit des tirs qui visent le vaisseau de l’extérieur, par exemple.

Le sabre laser est une arme impossible à fabriquer

Les sabres laser font partie de l’ADN de Star Wars. Jedi et Sith utilisent ces armes aux différentes couleurs lors de leurs affrontements. Quatre raisons font pourtant du sabre laser une véritable erreur scientifique.

« Premièrement, pendant les combats, les sabres laser s’entrechoquent, comme s’il s’agissait d’objets matériels… mais la lumière n’est pas de la matière », commente Roland Lehoucq.

Si deux sabres laser ne peuvent pas entrer en contact, ils n’en restent pas moins dangereux car capables de découper ou de brûler.

Deuxième raison, la lumière laser n’est pas visible.

En effet, « c’est une lumière directive qui ne va que vers un seul point. Elle ne se dirige pas vers votre œil sauf si le laser y est pointé », souligne l’astrophysicien.

Troisième approximation :

« Les sabres laser ont une longueur définie [un mètre environ]. Or, la lumière se propage en fait en ligne droite jusqu’à ce qu’elle rencontre un obstacle. » 

Dernière explication, et non des moindres, la puissance nécessaire pour faire fonctionner un sabre laser est estimée à plus d’un milliard de watts. Soit l’énergie d’une centrale nucléaire. Difficile à faire tenir en poche. Une arme totalement improbable selon l’astrophysicien, donc, n’en déplaise aux scientifiques qui tentent de reproduire cet accessoire mythique.

Pas besoin de laisser ses réacteurs allumés

Que ce soit Han Solo dans le Faucon Millenium ou les pilotes des vaisseaux ennemis le pourchassant, aucun des personnages de la saga ne se soucie vraiment des économies d’énergie – pas très COP21, tout ça. Pour voyager, leurs réacteurs sont constamment allumés. Si nos avions ont besoin d’une propulsion constante et forment ainsi leur traînée blanche, les réacteurs des vaisseaux spatiaux ne devraient avoir besoin que d’une simple impulsion. C’est le principe d’inertie.

« Dans l’espace et sans frottement, si on vous pousse une fois, vous continuez à avancer à vitesse constante. Les pilotes n’ont besoin d’allumer les réacteurs que lors du départ, pour ralentir et pour changer de direction », note Roland Lehoucq.

Impossible de dépasser la vitesse de la lumière

Pour échapper à l’Empire de Dark Vador, le Faucon Millenium utilise ses moteurs d’hyperpropulsion. Comme la plupart des vaisseaux de la saga, celui du contrebandier Han Solo est en effet capable de traverser la galaxie à une vitesse supérieure à celle de la lumière.

« Cela viole complètement une loi de la physique », réagit Roland Lehoucq.

La vitesse de la lumière est en effet indépassable pour un objet matériel, possédant une masse.

« On peut s’en approcher, sans jamais la dépasser. Seule la lumière, qui est immatérielle, peut aller à cette vitesse », détaille-t-il.

L’Etoile noire ne peut pas détruire la planète Aldorande

Alderaan Exploding

Pour démontrer sa puissance dans Un nouvel espoir, le quatrième épisode de Star Wars, Dark Vador décide de détruire Aldorande. L’Etoile noire déploie ainsi un laser ultra-puissant qui fait exploser la planète de la princesse Leia.

Mais « pour détruire une planète, il faut une quantité considérable d’énergie, explique Roland Lehoucq.Et quand on estime la puissance du laser utilisé sur Aldorande, on comprend qu’il faudrait en fait 100 000 fois l’énergie dégagée par le soleil ». 

Il est ainsi impossible pour l’Etoile noire, bien plus petite que notre soleil, de concentrer autant d’énergie. Pas de quoi parader, donc, de la part de l’Empire.

http://www.francetvinfo.fr/

Près d’une centrale nucléaire Un cadavre d’alien découvert en Russie?


Qu’elle cette créature ? Un extraterrestre ? J’en doute, surement un foetus dont sa formation n’est pas fini ou probablement serait mal formée
Nuage

 

Près d’une centrale nucléaire

Un cadavre d’alien découvert en Russie?

 

 

Le cadavre en décomposition d’un extraterrestre a-t-il été découvert dans l’est de la Russie?

Les scientifiques sont pour le moins déconcertés par une toute petite dépouille au squelette bien étrange, découverte près d’une centrale nucléaire, à Sosnovy Bor. Cette ville a été fondée lors de la construction d’une centrale nucléaire, dans les années 50.

La «chose» n’aurait pas de cou et aurait même des ailes, rapporte le Daily Mail. Le corps est également très petit, et se pose dans le creux d’une main.

La carcasse a un squelette distendu et un corps étiré et ressemble à une créature sortie tout droit d’un film de science-fiction.

Les scientifiques tentent de l’identifier.

Les médias locaux rapportent que la chose a été trouvée par deux résidents le long de la rivière Kovashi.

Au départ, plusieurs ont pensé qu’il s’agissait de l’embryon d’un poulet qui aurait muté, mais cette théorie a été réfutée, indique le Daily Express.

Un scientifique, qui n’a pas été nommé, a été cité comme suit:

«il semble que ce corps ne soit pas celui d’un poisson ou d’une volaille – cette créature a un squelette bien mystérieux».

Il est toutefois plausible qu’il s’agisse d’un foetus d’animal sauvage.

http://tvanouvelles.ca/

Le Saviez-vous ► Du Radium en cadeau pour les enfants scientifiques


Il fut un temps que les jouets pour enfants étaient vraiment étranges du moins pour notre époque. Est-ce que ces jouets qui contenant de l’uranium, radium en petite quantité étaient dangereux pour leur santé ? Il parait que non, mais bon.
Nuage

 

Du Radium en cadeau pour les enfants scientifiques

 

L’A.C. Gilbert Company, fondée en 1909 par un prestidigitateur professionnel, a obtenu un succès phénoménal avec les Erector Set (1911) — l’équivalent américain du Meccano britannique — mais aussi avec des coffrets de magie ou d’expérimentations scientifiques. LaPorter Chemical Company a inventé le concept de chimie amusante pour enfants avec ses coffrets commercialisés dès 1914.

Ces deux sociétés ont diffusé des millions de boites d’expérimentations scientifiques jusqu’aux années 1960, qui les ont vu être tout d’abord rachetés par d’autres fabricants de jouets puis disparaître, marquant la fin d’un âge d’or du jouet scientifique. L’un et l’autre éditeur affichaient comme ambition de préparer les enfants à devenir les savants du futur, ce qu’ils exprimaient dans des termes patriotiques :

« Porter Science prepares young america for world leadership » (Porter) —

 « Today’s adventures in science will create tomorrow’s America » (Gilbert).

Parmi leurs nombreux coffrets, on remarque des jeux éducatifs dédiés  à l’étude de l’énergie atomique :

le laboratoire d’énergie atomique Gilbert U-238 , jouet pour enfants produit entre 1950 et 1951. Parmi les objets fournis dans la boite, on trouve un compteur Geiger-Müller, un spinthariscope, un électroscope, une chambre à brouillard et quatre sources de radioactivité. La boite valait 50 dollars, ce qui constituait une grosse somme pour un jouet puisque cela correspond à environ 450 dollars actuels. Il s’est vendu peu de boites et le jeu est donc extrêmement rare à présent.

Les utilisations possibles du laboratoire Gilbert : mesurer la radioactivité avec l’electroscope, regarder la désintégration des matériaux radioactifs avec le spinthariscope et chercher de l’uranium à l’aide du compteur Geiger-Müller. Un manuel gouvernemental inclus dispensait des conseils aux jeunes prospecteurs d’uranium et promettait une prime de 10.000 dollars à ceux qui parviendraient à trouver un filon du précieux minerai, dont les États-Unis ont peu de gisements (le grand pays producteur est le canada) mais dont les besoins étaient très importants au début des années 1950.

Le compteur Geiger-Müller de marque Gilbert, que l’on pouvait acheter seul, produit aux alentours de 1950-1955

Porter Atomic Energy Lab (~ 1950). Le coffret contenait un spinthariscope, deux flacons contenants de l’uranium sous forme de minerai et sous forme « chimique » ainsi qu’un « radio-active screen », en fait un écran sur lequel a été déposé du radium.

Porter Chemistry and Atomic Energy Lab (~ 1950)

Les bombardements de Hiroshima et de Nagasaki datent du mois d’août 1945. Les essais — très médiatisés — réalisés sur l’atoll de Bikini datent de l’année suivante. La première centrale énergétique nucléaire américaine date de 1951.

Ces jouets s’inscrivaient dans l’actualité directe de la recherche fondamentale dont le public découvrait la toute-puissance avec effroi et fascination. C’est un peu comme si l’on fournissait aux enfants de 2010 des jouets pédagogiques consacrés à la manipulation du génome ou aux nanotechnologies !

Les photographies proviennent du site de la Health Physics Historical Instrumentation Museum Collection et du compte FlickR de la Chemical Heritage Foundation. Voir aussi cet article.

http://hyperbate.fr/

Des sans-abri recrutés pour nettoyer Fukushima


Il est vraiment important de décontaminer Fukushima, mais quand on voit comment certains sous-traitants s’y prennent, c’est un scandaleux. Profitant des gens sans ressources pour les faire travailler dans des endroits les plus dangereux et se a moins de coûts est un exemple de l’idiotie et l’immoralité humaine
Nuage

 

Des sans-abri recrutés pour nettoyer Fukushima

Des entreprises sous contrat avec le gouvernement les embauchent pour assurer les travaux de décontamination autour de la centrale nucléaire. Certains sont payés en dessous du salaire minimum.

«Sans décontamination, pas de reconstruction», répète le gouvernement japonais qui veut reconquérir le plus rapidement possible la plus grande partie des territoires contaminés. Près de trois ans après la catastrophe de Fukushima, l’État fait travailler quelque 10.000 hommes pour nettoyer la surface hautement contaminée autour de la centrale ravagée, qui s’étend sur près de 2000 km². Près de 35 milliards de dollars ont été investis par l’État pour cette tâche. Mais le projet initial de décontamination a pris du retard et pourrait se prolonger jusqu’en 2017.

Alors que les volontaires manquent à l’appel, un reportage de l’agence Reuters décrit comment des sans-abri sont recrutés aux alentours de Fukushima par des entreprises de nettoyage financées par les autorités. Les contrats du ministère japonais de l’Écologie sont particulièrement lucratifs dans les zones les plus radioactives où un salarié peut gagner jusqu’à 100 dollars supplémentaires par jour. Dans des zones exposées à de forts niveaux de radiation, les SDF sont notamment chargés de vider des maisons abandonnées, remuer la terre, couper l’herbe ou encore balayer autour du site.

Un secteur mal contrôlé

Pour s’occuper de cette contamination, le ministère a signé des accords avec près de 733 entreprises japonaises, rapporte Reuters. Or certains de ces sous-traitants sont gérés par lesyakuzas (mafia japonaise) via des sociétés écrans. Selon la police, beaucoup de ces intermédiaires profitent de la vulnérabilité de leurs recrues.

 «Je trouve juste des gens et les envoie au travail. (…) Je leur fais gagner de l’argent en échange. C’est tout. Je ne m’implique dans ce qui se passe après», explique l’un d’eux.

Après la déduction des frais de nourriture et de logement, des travailleurs ont vu leur salaire réduit de 50 centimes par rapport au salaire horaire minimum à Fukushima, qui s’élève à 6,50 dollars.

«Nous sommes une cible facile pour les recruteurs. Nous sommes tous réunis ici avec nos sacs dans cette gare et nous sommes faciles à localiser. Ils n’ont qu’à nous dire: «Vous cherchez du travail? Est-ce que vous avez faim», a témoigné Shizuya Nishiyama, un SDF qui a travaillé à Sendai, une ville située à 60 km de Fukushima dans le nord-est du Japon.

Selon le journaliste, les yakuzas ciblent également les personnes endettées ou souffrant d’un handicap psychologique. Le gouvernement japonais ne dispose pas d’estimations sur le nombre de SDF travaillant à la décontamination des sites dévastés.

http://www.lefigaro.fr/

Fukushima et Tchernobyl seront surveillées depuis l’espace


Je me demande si c’est vraiment utile d’envoyer des satellites pour surveiller les deux pires catastrophes nucléaires de l’histoire. Tout cet argent aurait-il pu servir a amélioré la protection pour éviter que ces deux sites puissent contaminer l’environnement, sachant des fuites radioactives avaient été décelées dernièrement a Fukushima
Nuage

 

Fukushima et Tchernobyl seront surveillées depuis l’espace

 

Le ministre japonais du METI, Toshimitsu Motegi, inspecte... (PHOTO REUTERS/Tepco)

Le ministre japonais du METI, Toshimitsu Motegi, inspecte le site de Fukushima.

PHOTO REUTERS/TEPCO

Agence France-Presse
Kiev

L’Ukraine et le Japon ont annoncé lundi s’être mis d’accord pour lancer un projet commun visant à surveiller depuis l’espace leurs centrales nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima, sites des pires catastrophes du nucléaire civil.

«Nous nous sommes mis d’accord pour coopérer dans le secteur spatial pour surveiller les régions autour de Tchernobyl et de Fukushima», a déclaré le ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida, à l’issue d’une rencontre avec son homologue ukrainien, Leonid Kojara.

Le projet prévoit notamment la mise en orbite de huit satellites en miniature d’ici à 2014 pour recueillir des informations sur les effets de la fuite radioactive sur les zones voisines de ces deux centrales accidentées.

Développés par le Japon, les satellites d’un poids d’environ 60 kilos seront mis en orbite à environ 600 kilomètres d’altitude par des lanceurs ukrainiens, selon le ministère japonais des Affaires étrangères.

Les appareils devront prendre des images des zones désignées toutes les deux heures et recevront également des informations sur l’enregistrement de niveaux élevés de radioactivité dans ces zones, selon la même source.

Même s’ils sont très différents, les accidents de Fukushima et de Tchernobyl sont les seules catastrophes nucléaires à avoir été classées au niveau maximum de 7 sur l’échelle des événements nucléaires et radiologiques (INES).

À la suite d’un séisme sous-marin de magnitude 9 en mars 2011, un tsunami gigantesque s’est abattu sur les côtes du Nord-Est du Japon, détruisant de nombreuses habitations et endommageant gravement la centrale nucléaire de Fukushima.

Environ 19 000 personnes ont péri à la suite du séisme et du tsunami, mais il n’y a aucune statistique officielle quant aux décès directement liés aux radiations nucléaires émanant de la centrale.

De son côté, l’explosion du 26 avril 1986 du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, située à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, a contaminé l’Ukraine, la Russie et le Bélarus, alors républiques de l’URSS, ainsi qu’une bonne partie de l’Europe.

Des milliers de «liquidateurs» avaient alors été dépêchés sans protection sur les lieux de l’accident pour éteindre l’incendie provoqué par l’explosion et enfouir le réacteur touché.

Le comité scientifique des Nations unies sur les effets des rayonnements ne reconnaît que la mort de 31 opérateurs et de pompiers directement liée à la catastrophe, alors que, selon Greenpeace, au moins 100 000 morts sont imputables à la contamination radioactive.

http://www.lapresse.ca

Intempéries – Le passage de Sandy fait 39 morts aux États-Unis


Un lourd bilan s’inscrit dans l’histoire des États-Unis après le passage de Sandy. Des morts, inondations, débris en tout genre et 3 centrales nucléaires qui ont du fermées
Nuage

 

Intempéries – Le passage de Sandy fait 39 morts aux États-Unis

La côte est des États-Unis se relève après le passage de l’ouragan Sandy qui a fait 39 morts, selon le plus récent bilan, provoqué des inondations et d’importants dégâts dans une vingtaine d’États.

Le président Barack Obama a officiellement mis sa campagne entre parenthèses pour se concentrer sur les opérations de secours.

Il est attendu mercredi dans le New Jersey.

À une semaine de la présidentielle, le 6 novembre, Mitt Romney participera de son côté à des réunions électorales en Floride après avoir collecté mardi des vivres lors d’un meeting dans l’Ohio.

Survol de la situation

  • Victimes : 39 morts aux États-Unis
  • Pannes d’électricité : plus de 8 millions de foyers privés de courant
  • Dommages matériels : plus de 20 milliards de dollars (évaluation préliminaire)
  • Superficie des dégâts: 23 États touchés par la tempête
  • Transports : 12 000 vols intérieurs et internationaux annulés, sept tunnels de métro inondés à New York, suspension des services de transport en commun et des liaisons ferroviaires dans les grandes villes de la côte est
  • Énergie : Trois réacteurs nucléaires arrêtés

Comme l’avaient prévu les météorologues, la méga-tempête Sandy a secoué tout l’est des États-Unis où plusieurs dizaines de villes et de localités sont partiellement ou totalement inondées mardi, dont New York, où Sandy a causé des dégâts d’une ampleur sans précédent.

Avec des vents soufflant à plus de 125 km/h, l’ouragan de catégorie 1 a touché terre lundi soir dans l’État du New Jersey et a balayé toute la côte, de la Caroline du Nord jusqu’au Maine.

Mardi, plus de 8 millions de foyers sont privés d’électricité dans une vingtaine d’États. À New York seulement, plus de 750 000 abonnés sont privés de courant.

Jusqu’ici, les autorités américaines rapportent 39 morts dans les États touchés par l’ouragan, dont une dizaine à New York.

En tout, l’ouragan Sandy aura touché au total plus 60 millions de personnes en Amérique du Nord.

New York paralysée par les eaux

En conférence de presse mardi matin, le maire de New York, Michael Bloomberg, a annoncé la réouverture de trois ponts qui relient Manhattan au quartier de Brooklyn. Il s’agit des ponts de Brooklyn, de Manhattan et de Williamsburg.

Michael Bloomberg a ajouté qu’il espérait également que la plupart des bus pourraient recommencer à circuler mercredi.

À New York, la majorité des gratte-ciel de Manhattan était éteints lundi soir, tandis que les rues et les tunnels de métro avaient des allures de rivières. Les autorités estiment que le niveau des eaux a augmenté de 4,2 mètres avant de commencer à redescendre, dans la nuit de lundi à mardi.

Ces crues aussi massives que soudaines ont inondé des quartiers entiers du sud de Manhattan.

En 108 ans d’existence, le métro de New York n’a jamais connu un pareil désastre, selon le président du Metropolitain Transportation Authority, Joseph J. Lhota.

La direction des transports en commun de New York estime qu’il faudra quatre jours peut être davantage pour vider les sept tunnels de métro inondés.

Dans les rues de New York, les arbres et débris en tout genre jonchent la chaussée. La façade d’un immeuble de 6 étages et la grue d’un immeuble en construction de 70 étages se sont effondrées sous l’effet des vents. La partie de la grue qui s’est détachée pend dans le vide au sommet de l’édifice. Les rues avoisinantes ont été fermées.

La Bourse de New York est fermée pour une deuxième journée consécutive et les Nations unies ont annulé les réunions prévues.

Incendie dans le Queens

Dans le quartier Queens, plus de 80 résidences ont aussi été ravagées par un gigantesque incendie allumé par l’explosion de transformateurs électriques.

Le New Jersey frappé de plein fouet

Au New Jersey, à Atlantic City, une partie de la célèbre Promenade(le Boardwalk) a été emportée par les flots.

Les pluies diluviennes qui ont gonflé les cours d’eau ont entraîné mardi la rupture d’une digue dans le comté de Bergen, dans le nord de New Jersey, près de New York.

Plusieurs villes ont été inondées par les eaux qui se sont engouffrées dans la brèche, dont Little Ferry, Moonachie et Carlstadt.

Au moins huit jours pour réparer le réseau électrique

Environ 2,4 millions de foyers sont privés d’électricité au New Jersey, selon le gouverneur de l’État, Chris Christie, selon qui il faudra environ 8 jours avant que le réseau électrique de l’État ne soit entièrement réparé.

Questionné par les journalistes sur l’ampleur des dégâts au New Jersey, Chris Christie s’est dit incapable pour l’instant d’évaluer tous les dégâts causés par cet ouragan sans précédent dans son État.

Peu avant, sur la rivière Delaware, le réacteur nucléaire Salem 1, a dû être fermé à la suite d’une panne de son système de circulation d’eau. La situation serait cependant sécuritaire et sous contrôle, selon la société Public Service Electric and Gas (PSEG).

Les autorités surveillent aussi de près la centrale nucléaire d’Oyster Creek, où le niveau de l’eau a monté de plus de 2 mètres au cours des dernières heures.

Après la pluie et le vent, la neige

La puissante tempête prend plusieurs formes selon l’endroit où on se trouve. Dans la région du sud des Appalaches, notamment en Virginie-Occidentale, les météorologues prévoient plus d’un mètre de neige dans certains secteurs.

Du jamais vu sur la côte est

Sandy, qui a été rétrogradé au rang de tempête post-tropicale, poursuit sa route vers le sud de l’Ontario, du Québec et les provinces maritimes où elle prendra surtout la forme de pluie et de vent.

Cette dépression de fin de saison est, selon les experts, l’un des plus vastes et des plus puissants cyclones à avoir été observée sur la côte est des États-Unis.

L’ampleur des dégâts pourrait atteindre plus de 20 milliards de dollars, faisant de Sandy l’un des désastres naturels les plus coûteux de l’histoire des États-Unis.

La tempête Sandy a tué 69 personnes dans les Caraïbes avant de toucher les côtes américaines.

http://actualites.ca.msn.com

Japon: niveau de radioactivité record sur des poissons


Depuis la catastrophe de Fukushima, la radioactivité fait ses ravages ! L’environnement  subit les contre coups des installation de l’homme .. Quels seront les conséquences dans les années futures alors que la radio-activités est a un très haut niveau encore aujourd’hui
Nuage

 

Japon: niveau de radioactivité record sur des poissons

 

Instrument mesurant la radioactivité proche d’une école primaire situé à une vingtaine de kilomètres de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi.

PHOTO TORU HANAI, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Tokyo

Un niveau record de radioactivité a été détecté sur des lottes au large des côtes japonaises (nord-est) à hauteur de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi accidentée, a indiqué mardi l’opérateur Tokyo Electric Power Co. (TEPCO).

Les poissons pêchés le 1er août, à 20 km de distance de la centrale nucléaire, puis soumis à des tests scientifiques ont révélé un niveau de 25 800 becquerels de césium par kg, a annoncé TEPCO, soit un niveau 258 fois plus élevé que la limite fixée par le gouvernement dans l’alimentation.

Le précédent record de radioactivité, soit 18 700 becquerels de césium par kg, avait été enregistré à l’occasion de mesures pratiquées sur des saumons au large de Fukushima, selon l’Agence nationale des Pêcheries.

TEPCO estime que les lottes ont dû se nourrir dans les zones les plus radioactives et que davantage de prélèvements doivent être exécutés et analysés sur les poissons et leur environnement au cours des prochaines semaines afin de déterminer les raisons d’un tel niveau de radioactivité.

Depuis juin, les pêcheurs sont autorisés à capturer –à titre expérimental– diverses espèces de poissons et de méduses, mais dans des zones situées à plus de 50 km de la centrale. Ces prises n’ont révélé que de très faibles quantités de radioactivité.

La semaine dernière, des chercheurs japonais ont annoncé que leurs travaux démontraient que des papillons des alentours de la centrale de Fukushima subissent des mutations liées à la radioactivité.

La catastrophe consécutive au passage d’un tsunami a forcé une centaine de milliers d’habitants de la région à quitter leur maison, souvent sans perspective de retour à moyen terme.

Aucune personne n’est morte directement du fait des radiations provoquées par l’accident de Fukushima, mais les habitants de la région et les travailleurs qui interviennent sur la centrale endommagée, redoutent toujours des effets à long terme.

http://www.lapresse.ca

Une eruption solaire pourrait faire des ravages sur Terre


Les éruptions solaires ne datent pas d’hier, et a part la grande panne électrique que le Québec à connu, il y a quelques années,  il est évident qu’avec la civilisation moderne qui a axé tout son environnement vers la technologie que des problèmes plus grands pourraient survenir ..
Nuage

 

Une éruption solaire pourrait faire des ravages sur Terre

 

Une éruption solaire pourrait faire des ravages sur Terre

Crédit photo : archives AFP

Cette image de la NASA, capturée par le Solar Dynamics Observatory, montre une éruption solaire le 4 Juillet 2012.

Par Kris Sims | Agence QMI

De nombreuses personnes se préparent pour une attaque parimpulsion électromagnétique aux États-Unis, croyant que l’explosion en haute altitude d’un missile nucléaire ennemi pourrait court-circuiter tout ce qui contient de l’électronique; des réseaux électriques aux grilles pain, en passant par les voitures et les avions.

Selon John Kappenman, un ingénieur électricien qui se spécialise dans les tempêtes solaires et leur impact sur la Terre, l’impact d’une super-tempête solaire serait très similaire à une attaque par impulsion électromagnétique et il est préférable de se préparer de la même manière.

«C’est l’une des plus grandes menaces de catastrophes naturelles à l’endroit du monde développé, a affirmé l’ingénieur. Nous ne faisons rien pour comprendre la gravité réelle de ces tempêtes, a-t-il ajouté. En fait, nous ne faisons que construire de plus grosses antennes, qui nous associent encore plus étroitement à de graves événements météorologiques provenant de l’espace.»

Les experts préviennent qu’il viendra un moment où une éruption solaire sera si intense, qu’elle pourrait jeter dans le noir pendant longtemps notre civilisation moderne, en grillant tous les réseaux électriques interconnectés.

«Si vous perdez l’électricité, vous perdez la capacité de pomper et de produire de l’eau propre, de traiter et de pomper les eaux usées, de préserver les aliments périssables et tous les médicaments périssables et vous perdez la capacité de fabriquer de nouvelles choses, comme des pièces de rechange pour les choses qui ont été endommagées», a averti M. Kappenman.

Les systèmes de téléphonie et internet par exemple ne peuvent compter que sur quelques jours de production d’énergie de réserve, avec du carburant en quantité très limitée.

Les usines japonaises nucléaires à Fukushima ont cessé de fonctionner parce que les générateurs de secours ont été submergés par l’eau du tsunami, mais les experts avertissent que quelque chose de semblable pourrait se produire au Canada et aux États-Unis lors d’une défaillance massive du réseau.

«Nous avons un peu de carburant à portée de main pour le refroidissement des cœurs des réacteurs et les piscines contenant du combustible usé, mais il faut beaucoup plus de carburant en réserve que ce qu’ils ont sous la main. À l’heure actuelle, ils n’ont que sept jours de carburant, ce qui est loin d’être suffisant», a soutenu M. Kappenman.

Le Congrès américain a adopté un projet de loi en juin 2010 pour protéger le réseau électrique et les centrales nucléaires, qui pourraient cesser de fonctionner dans l’éventualité d’une panne de courant prolongée, mais il n’a jamais été adopté à temps par le Sénat, il n’est donc jamais entré en vigueur.

http://tvanouvelles.ca

France – Deux intrusions en 24 heures dans des centrales nucléaires françaises


Je ne sais pas si c’est vrai que le poète-escaladeur n’a pas pénétrer dans les bâtiments de la centrale nucléaire mais il a quand même réussit a rentré dans son enceinte .. et ce deux fois dans deux centrales nucléaires différentes .. Que ce soit chez les Français ou dans une autre pays ayant une centrale nucléaire c’est une bonne leçon. Cela aurait pu être une personne avec de moins bonnes intentions
Nuage

 

France – Deux intrusions en 24 heures dans des centrales nucléaires françaises

 

Des individus ont réussi à s’introduire mercredi dans l’enceinte de deux centrales nucléaires françaises

Des individus ont réussi à s’introduire mercredi dans l’enceinte de deux centrales nucléaires françaises.

La première intrusion a eu lieu à la centrale du Bugey, à Saint-Vulbas, dans le département l’Ain, dans la région Rhône-Alpes. Selon Le Monde, un militant de Greenpeace a réussi à s’introduire dans le périmètre de la centrale nucléaire en utilisant un parapente.

Une fois dans l’enceinte, il a déposé deux grenades fumigènes rouges sur le dôme d’un des réacteurs. Il se serait ensuite posé près de la centrale, où il a activé un troisième fumigène.

Électricité de France a confirmé, mercredi, l’intrusion, mais soutient que l’activiste a atterri en dehors de la zone du bâtiment et a été appréhendé par la sécurité dans les minutes qui ont suivi.

L’organisation Greenpeace a revendiqué cette action en expliquant avoir voulu montrer aux Français la vulnérabilité de leurs centrales nucléaires qui produisent les trois quarts de l’électricité du pays.

La police française, qui a interpelé le militant, a déclaré avoir intercepté un deuxième militant aux abords de la centrale du Bugey, mais cette fois à l’extérieur du site.

Nouvelle intrusion à Civaux

Quelques heures plus tard, un homme a réussi à s’introduire dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Civaux, au sud de la ville de Poitiers, dans la région de Poitou-Charentes. Selon les médias français, l’intrus serait Hervé Couasnon, un militant qui se fait appeler le « poète-escaladeur ».

Un geste politique

L’homme se serait introduit dans la centrale en déjouant le dispositif de sécurité. Il se serait ensuite caché sur le site avant d’appeler les médias avec son téléphone cellulaire. Hervé Couasnon a déclaré à l’Agence France-Presse :

« Je suis à l’intérieur, je suis caché dans un taillis ».

Il a ensuite expliqué qu’il tentait, par ce geste, d’interpeler les deux candidats à l’élection présidentielle, François Hollande et Nicolas Sarkozy, qui doivent s’affronter dans un débat télévisé mercredi soir.

« Les Français en ont marre de la société dans laquelle ils vivent », a ajouté le « poète-escaladeur ».

L’homme a été arrêté peu de temps après par la gendarmerie française, qui avait déployé un important dispositif de sécurité pour le retrouver et l’intercepter.

D’après la police, le « poète-escaladeur » n’aurait pas réussi à pénétrer dans les bâtiments de la centrale nucléaire.

Radio-Canada.ca avec AFP et Le Monde

http://actualites.ca.msn.com