Première mondiale : une viande de poulet fabriquée à partir de cellules souches


Dans un avenir rapproché, nous aurons peut-être des viandes faites à partir des cellules-souches. Est-ce mieux ?
Nuage

 

Première mondiale : une viande de poulet fabriquée à partir de cellules souches

 

Les cellules souches de poulet ont permis la culture in vitro de chair de poulet

Poulet pris en photo dans une ferme

PHILIPPE MERLE / AFP

En février 2016, une startup californienne dévoilait sa première boulette de bœuf fabriquée en laboratoire. Elle récidive aujourd’hui avec la fabrication de viandes de poulet et de canard toutes deux issues de cellules souches de poulet. Une première mondiale qui coûte pour l’heure quelques milliers de dollars…

Souvenez-vous, c’était en 2013 : le premier burger à base de viande de bœuf artificiel était dégusté à Londres. Produit in vitro à partir de cellules souches de vache, son steak pesait 142 grammes pour un prix total de 250 000 euros. Quatre ans plus tard, ce scénario ne frôle plus la science-fiction et commence à ressembler à notre futur proche.

VIANDE « CLEAN ». En effet, une startup de la Silicon Valley, Memphis Meats, a annoncé mardi 15 mars 2017 la production de viandes de poulet et de canard artificielles issues de cellules souches de poulet. C’est une première réalisation mondiale, permise par sa plateforme technologique « unique » et motivée par son souhait de proposer une viande dite « clean » ; autrement dit, avec un impact environnemental réduit, un risque sanitaire plus faible et la possibilité de contourner l’abattage des animaux pour la consommation de protéines animales.

Une texture spongieuse et un goût à s’y méprendre

Si la startup ne dévoile pas les détails biotechnologiques de production de sa viande de poulet sans élevage, il semblerait que le résultat soit aussi convaincant qu’avec le fameux « Frankenburger » dégusté en 2013. Un journaliste du Wall Street Journal rapporte ainsi les premières impressions d’un goûteur curieux :

 d’après lui, la texture serait « plus spongieuse que pour une poitrine de poulet entière » mais le goût « battrait presque celui d’une variété traditionnelle ».

Reste un obstacle tout de même. L’acceptabilité des consommateurs.

En effet, en 2015, Jean-François Hoquette, directeur de recherche sur les herbivores à l’Inra de Clermont-Ferrand, expliquait à Sciences et Avenir : “d’après des études d’acceptabilité que nous avons mené en France, en partenariat avec la Belgique et l’Australie, la réaction des consommateurs vis-à-vis de ce type de produit est pour l’heure majoritairement de l’ordre de la répulsion en raison de son artificialité. Il faudra donc probablement plusieurs générations pour que la viande artificielle s’impose réellement sur le marché”.

Objectif : dans les réfrigérateurs d’ici 2021

Le poulet est la première source de protéines animales aux Etats-Unis, avec une consommation par habitant atteignant en moyenne 40 kg par an. La startup américaine entend augmenter sa production et diminuer les coûts de production afin de rendre son produit abordable d’ici 2021.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Bientôt un hamburger fait avec des cellules souches?


Pour le moment produire cette viande est très, très cher, mais avant de lever le nez, peut-être que cela aiderais a diminuer la faim d’ici et ailleurs .. et cela aura un effet positif pour l’environnement. Mais encore faut-il ne pas changer la nature de l’aliment pour ne pas le rendre synthétique
Nuage

 

Bientôt un hamburger fait avec des cellules souches?

Bientôt un hamburger fait avec des cellules souches?

La viande produite à partir des cellules souches doit ressembler exactement à celle que nous avons l’habitude de consommer autrement il sera impossible de convaincre les gens de renoncer à ce qu’ils connaissent», a dit le Dr Mark Post.

Photo: Robert Mailloux, archives La Presse

Jean-Louis Santini
Agence France-Presse
Vancouver

Le premier hamburger fait à partir de cellules souches bovines encore dans les éprouvettes d’un laboratoire néerlandais devrait être prêt cet automne, une avancée pouvant bouleverser l’élevage, l’alimentation mondiale et bénéficier à l’environnement.

Le Dr Mark Post, un médecin de formation et patron du département de physiologie de l’Université de Maastricht (Pays-Bas), prévoit de dévoiler ce hamburger en octobre, a-t-il dit à la presse en marge de la conférence annuelle de la Société américaine pour l’avancement de la science (AAAS) réunie ce week-end à Vancouver.

Le coût pour produire ce premier hamburger «expérimental» se monte à 250 000 euros (329 000$), a précisé ce chercheur ajoutant aussitôt que le second devrait être plus abordable à 200 000 euros.

Ce projet a été financé par un riche donateur qui souhaite rester anonyme, a-t-il dit, expliquant que ce dernier voulait «voir diminuer le nombre d’animaux de ferme abattus pour leur viande et réduire ainsi les émissions de gaz à effet de serre résultant de l’élevage».

«La production de viande devrait doubler d’ici 2050 pour répondre à la demande et mobilise déjà 70% de nos terres agricoles», a estimé le Dr. Post.

L’élevage contribue au réchauffement climatique avec les émissions de méthane, un gaz à effet de serre vingt fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2) et compte pour 18% du total.

«Mon projet vise à créer de la viande à partir de n’importe quelles cellules souches en utilisant une technologie développée dans le champ médical depuis plus de vingt ans et qui arrive à maturité», a souligné le Dr Post.

Pour ce premier hamburger, il a utilisé des cellules des muscles du squelette de bovins cultivés dans du sérum foetal de veau.

«Les tissus produits ont exactement la même structure que les originaux», a assuré ce scientifique soulignant que la technologie était bien maîtrisée.

«Nous allons présenter la preuve que cela est possible ce qui pourrait ouvrir la voie au début du développement de ce produit et à tous les processus pour en rendre la production plus efficace, ce qui est essentiel», a-t-il poursuivi.

«La viande produite à partir des cellules souches doit ressembler exactement à celle que nous avons l’habitude de consommer autrement il sera impossible de convaincre les gens de renoncer à ce qu’ils connaissent», a relevé le Dr Post tout en disant «espérer réussir cela d’ici l’automne».

La viande produite en laboratoire pourra être contrôlée pour présenter certaines qualités comme par exemple contenir des niveaux élevés d’acides gras polyinsaturés (oméga 3) bons pour la santé.

Cette technique peut aussi permettre de produire de la viande de tout animal, a précisé le chercheur qui a lancé ce projet il y a six ans et espère voir cette viande produite à grande échelle dans les dix à vingt prochaines années.

Patrick Brown, professeur de biochimie à l’Université de Stanford (Californie), a souligné durant la même conférence de presse l’importance selon lui «de dénoncer l’agriculture actuelle –et surtout l’élevage– comme la plus grande catastrophe environnementale mondiale en cours».

«Cette technologie (de l’élevage) n’a pas fondamentalement changé depuis mille ans» et consiste à soustraire les éléments nutritifs des plantes pour nourrir des animaux pour leur viande, a-t-il dit.

«J’ai décidé de consacrer le restant de ma vie de scientifique au développement de technologies alternatives afin de produire des aliments pouvant remplacer la viande et les produits laitiers», a insisté le biochimiste.

Il a créé dans ce but deux «starts up» mais sans donner davantage de précisions sur les produits qu’il espère développer.

http://www.cyberpresse.ca/