Des fauves sont-ils spécialement élevés pour la chasse en Afrique ?


Le monde a été choqué par la mort du lion Cécil par un Américain que a payer environs 74 mille dollars canadiens pour tuer un lion. Cette histoire est la pointe de l’iceberg, car juste au Zimbabwe, cette activité a rapporter l’an dernier des millions de dollars, tellement que comme d’autres pays, des élevages d’animaux ont érigé pour satisfaire les riches a chasser pour le plaisir. Donc c’est toujours une question d’argent
Nuage

 

Des fauves sont-ils spécialement élevés pour la chasse en Afrique ?

 

Le lion Cecil a été tué par Walter Palmer, un dentiste américain. (A.LOVERIDGE/AP/SIPA)

Le lion Cecil a été tué par Walter Palmer, un dentiste américain. (A.LOVERIDGE/AP/SIPA)

Par Sarah Sermondadaz

Le lion Cecil, emblématique du parc national Hwange au Zimbabwe, a été abattu par un chasseur américain en juillet, provoquant la colère des défenseurs de la faune sauvage.

ARC. Avec sa célèbre crinière noire, Cecil le lion était la mascotte du parc national Hwange du Zimbabwe. Sa vie a pris fin en juillet sous les flèches d’un dentiste américain, qui aurait payé 50 000 euros (environs 74 000 cad) pour acquérir légalement le droit d’abattre le fauve à l’arc. Le chasseur, attisant la colère des défenseurs de la cause animale, a été en retour victime d’une véritable chasse aux sorcières sur les réseaux sociaux. Car si la législation du Zimbabwe — comme celle de l’Afrique du Sud et de la Namibie — autorise bel et bien la chasse aux trophées dans des réserves privées, elle l’interdit dans les parcs nationaux. L’animal a donc, au préalable, été délibérément attiré en dehors de cette zone par des intermédiaires peu scrupuleux, pour que le chasseur puisse l’abattre après une traque de plus de 40 heures.

Un vivier pour certains zoos dans le monde

La chasse aux grands fauves est en effet un business très lucratif en Afrique, en particulier pour les gouvernements qui profitent de cet apport financier. Au Zimbabwe, ce commerce a ainsi généré 69 millions de dollars en 2014, taxés à hauteur de 30 % environ.

« 66 % des décès de lions mâles sont dus à cette activité« , affirme Marion Valeix, écologue au CNRS et chercheuse associée à l’université d’Oxford qui a participé à l’analyse des données issues des colliers GPS équipant certains lions du parc Hwange.

C’est d’ailleurs à un véritable élevage que s’adonnent certains pays, comme l’Afrique du Sud, où 8 000 lions vivraient en captivité. Ils seraient ensuite relâchés pour être abattus par les riches clients internationaux de nombreuses sociétés organisatrices qui agissent comme intermédiaires avec les autorités du pays.

800 fauves auraient ainsi été tués en 2014 en Afrique du Sud, à en croire les réalisateurs Bruce Young et Nick Chevallier qui ont mené une enquête durant deux années. Dans le documentaire Blood Lions, présenté au festival international du film de Durban (Afrique du Sud), ils dénoncent cet élevage à une échelle presque industrielle.

« Le plus grand défi a été de parvenir à explorer une industrie qui a la culture du secret, et qui entoure ses propriétés privées de barrières très hautes, expliquent-ils à Sciences et Avenir. Nous avons dû trouver des informateurs de l’intérieur, enquêter sur place. Filmer n’était pas simple, puisque nous n’étions pas les bienvenus dans les domaines d’élevage et de chasse. Nous avons dû nous cacher pour filmer, et obtenir des séquences vidéo tournées de l’intérieur, de la part de gens travaillant au sein de cette industrie. »

Ces élevages serviraient-ils également à alimenter les zoos du monde ? Fin 2014, avant l’affaire du massacre du lion Cecil, le Zimbabwe avait déjà été mis à l’index pour avoir exporté des douzaines de jeunes éléphants vers un parc animalier peu scrupuleux en Asie. Jacques Rigoulet, ancien directeur de la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris, se veut rassurant :

« Nous avons connaissance de l’existence de ce type de fermes en Afrique, mais nous refusons d’alimenter un tel système. Nos lions sont tous nés dans des parcs européens »,assure-t-il.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une medium a communiqué avec le lion Cecil : elle rend public son message de paix


C’est vraiment du n’importe quoi !!! Je suis comme bien des gens triste de ce lion mort par un gars qui n’a que faire de la vie d’un animal. Cependant, chercher de la notoriété à cause de cet évènement en disant des balivernes est grotesque.
Nuage

 

Une medium a communiqué avec le lion Cecil : elle rend public son message de paix

 

La medium Karen Anderson a-t-elle vraiment communiqué avec Cecil, le lion-star du Zimbabwe abattu par un riche dentiste ? En tout cas, son message fait le buzz sur les réseaux sociaux.

« Je viens juste de parler avec Cecil », écrit la voyante dans un post Facebook. « J’étais émue aux larmes en l’entendant ».

« Je suis mieux que je ne l’ai jamais été »

Et c’est un véritable message de paix et d’amour qu’a voulu faire passer le prétendu fantôme de Cecil. Peu rancunier, le lion déclare :

« Ne vous laissez pas vaincre par les actions d’une poignée d’hommes et ne laissez pas entrer les ténèbres dans votre cœur. Augmentez votre vibration et utilisez cette énergie pour aller de l’avant. Il n’y a plus besoin de discuter de ce qui s’est passé. Ce qui est fait est fait. (…) Je suis mieux que je ne l’ai jamais été, plus grand qu’auparavant et personne ne peut nous prendre notre pureté, notre foi et notre âme. Jamais. Je suis là. Soyez forts et parlez au nom de tous les autres qui souffrent à cause de la cupidité humaine. »

Le Daily News s’est hâté de répandre le post qui a eu un grand succès sur le net. En hommage au lion Cecil, des images géantes d’animaux ont également été projetées samedi sur l’Empire State Building.

http://www.ladepeche.fr/

Les justiciers du Web sont incontrôlables (et parfois dangereux)


Je trouve important de dénoncer les injustices comme ce dentiste qui a chassé Cecil, mais de là à rendre public des informations personnelles, menaces et harcèlements, cela va trop loin. Devenir des justiciers du web est dangereux, car des innocents risques d’en payer le prix
Nuage

 

Les justiciers du Web sont incontrôlables (et parfois dangereux)

 

La porte d'entrée du cabinet du dentiste responsable de la mort du lion Cecil | REUTERS/Eric Miller

La porte d’entrée du cabinet du dentiste responsable de la mort du lion Cecil | REUTERS/Eric Miller

Repéré par Vincent Manilève

Le meurtre de Cecil le lion par un dentiste américain nous rappelle qu’il existe certains internautes bien décidés à venger les injustices tout autour du monde.

Fin juillet, on apprenait que Walter Palmer, un dentiste du Minnesota, avait tué Cecil, l’un des lions les plus célèbres du Zimbabwe. Après une traque de quarante heures,l’animal a été achevé à l’arme à feu, décapité et dépecé.

Très vite relayée sur Internet, cette nouvelle a provoqué aussi bien l’émotion que la colère. La chasse a alors commencé, mais cette fois pour traquer le dentiste. Comme l’expliquait Buzzfeed, certains internautes ont commencé à partager sur les réseaux sociaux d’autres photos de ses trophées de chasse, l’adresse de son cabinet dentaire, des informations sur sa famille, mais aussi à envoyer des menaces de mort. Sur la page Yelp du cabinet, certains ont commencé à publier des avis négatifs (supprimés par le site depuis). Même chose sur Facebook, où les commentaires et les messages indignés ont inondé la page gérée par le cabinet.

Une pétition a été même lancée pour demander «justice» et une pancarte «Va rôtir en Enfer» a été accrochée sur la porte du cabinet du dentiste.

Pour Vox.com, il s’agit là d’une nouvelle étape franchie par les «justiciers du Web», qui deviennent de plus en plus incontrôlables.

«C’est une mode grandissante au sein des justiciers du Web, qui entraîne souvent un harcèlement dans le monde réel avec des conséquences dans le monde réel».

Le site rappelle alors l’affaire du Gamergate, dans laquelle des femmes travaillant dans le secteur de la technologie ont été harcelées, tout comme de nombreuses journalistes femmes.

Manque d’objectivité

Ce que craint le journaliste de Vox, c’est de voir de telles méthodes devenir «mainstream». Il est en effet assez effrayant de voir à quel point certains internautes utilisent des leviers psychologiques ou financiers dans le monde réel pour mettre à mal la vie d’une personne ou d’un groupe:

Le système judiciaire se trouve relégué au second plan

«Il est facile d’oublier à quel point une “quête de justice“ est injuste est dangereuse quand elle vise quelqu’un que vous méprisez, Plus ce comportement est normalisé, et plus il sera déployé contre des cibles qui ne méritent pas forcément d’avoir leur vie détruite.»

Pire encore, le système judiciaire se trouve relégué ici au second plan. La mobilisation en ligne souffre d’un manque d’objectivité criant, à l’inverse de la justice, qui s’efforce de mettre en place des punitions adéquates et de maintenir les valeurs de démocratie et d’égalité.

Harcèlement et menaces

En février 2015, le New York Times racontait en détail l’histoire de Justine Sacco, responsable des relations publiques du groupe média américain IAC, dont la vie a été ruinée après un tweet raciste sur l’Afrique.

«Je vais en Afrique. J’espère ne pas attraper le sida. Je plaisante. Je suis blanche!»

Les gens bien intentionnés, quand ils sont dans une foule, poussent souvent la punition trop loin

Le New York Times

Au-delà de la colère et de l’indignation que ce tweet a provoquées, et à juste titre, le journal américain expliquait que cette quête de justice par le peuple existe en réalité depuis longtemps, et qu’Internet n’a fait que la rendre encore plus puissante et plus visible:

«Beaucoup de gens des siècles passés déploraient l’énorme cruauté de la pratique, estimant que les gens bien intentionnés, quand ils sont dans une foule, poussent souvent la punition trop loin.»

Plus grave encore, ce problème peut concerner n’importe qui, et même des personnes innocentes. En 2013, après les attentats de Boston, rappelle Vox.com, un jeune homme a été pris en chasse sur Reddit parce qu’une personne lui ressemblant a été vue sur des photos ce jour-là. Sa famille a été harcelée et menacée. À tort, le jeune homme s’était en fait suicidé quelques jours avant l’attentat. 

http://www.slate.fr/