Le Saviez-Vous ► Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir


Il est important de faire vérifier nos yeux une fois l’an ou aux 2 ans. Entre-temps, il y a des symptômes qui pourrait indiquer s’il est possible qu’une cataracte se forme aux yeux.
Nuage


Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir

Symptôme de la cataracte: la vision devient floue.

ISTOCK/PICK-UPPATH

Hana Hong

Signalée par une opacification partielle ou totale du cristallin, la cataracte touche plus de 2,5 millions de Canadiens. La plupart des cas ne sont pas détectés avant un stade avancé, car cette affection est indolore et la perte de vision, progressive. Voici ce qu’il faut savoir.

Vision voilée ou floue

La cataracte peut provoquer une baisse générale de vision ou rendre embrouillée une zone précise du champ visuel.

«Une vision floue en est le principal symptôme, affirme Rosa Braga-Mele, du département d’ophtalmologie de l’Université de Toronto. La plupart des patients se plaignent d’une baisse de vision, mais la cataracte peut se faire discrète – certains ne s’en rendent pas compte immédiatement.»

Comme il est difficile de la distinguer d’autres maladies, le glaucome notamment. Consultez votre optométriste si vous éprouvez un des symptômes suivants.

Perception moins vive des couleurs

En raison de l’opacification de l’œil, les couleurs deviennent de plus en plus ternes. Par exemple, les blancs apparaissent plus jaunes. Mais ce changement est tellement progressif que la plupart ne le remarquent qu’après l’opération de la cataracte.

«Les patients affirment alors souvent ne pas se souvenir avoir vu des couleurs aussi vives. Nous leur rendons la vue des couleurs de leur jeunesse», explique Michael Nordlund, de l’Institut de l’œil de Cincinnati.

Symptôme de la cataracte: les petits caractères sont difficiles à lire.SHUTTERSTOCK

Difficulté à lire les petits caractères

Le cristallin fonctionne comme l’objectif d’un appareil photo: il concentre la lumière dans la rétine et permet de distinguer clairement les objets proches comme lointains. Il est principalement composé d’eau et de protéines qui sont agencées de sorte à laisser la lumière les traverser. Comme la cataracte cause une agglutination de ces protéines, les petits caractères peuvent devenir difficiles à discerner. La méthode de Bates peut vous aider à corriger les problèmes de vision et calmer les migraines.

Difficulté à conduire 
de nuit

La cataracte rend difficile l’équilibre des contrastes entre l’obscurité et les lumières vives de la circulation. Aussi, la plupart des personnes atteintes ont du mal à conduire de nuit. Si vos yeux sont très sensibles aux phares et aux lampadaires, ou si vous peinez à lire les panneaux, faites-vous examiner, conseille Kirsten North, optométriste à Ottawa.

Sensibilité à la lumière et éblouissement

Certaines sources lumineuses en sont venues à vous déranger? Vous supportez difficilement lampes, phares de voitures et lumière du soleil? C’est que leur éclat se diffuse comme un halo, car la cataracte disperse une grande partie de la lumière qui pénètre dans l’œil.

Symptôme de la cataracte: la vision est double.SHUTTERSTOCK

Vision double

La diplopie, plus connue sous le terme de vision double, peut être un autre symptôme silencieux de la cataracte – il ne faut pas la confondre avec celle qui est causée par un mauvais alignement des yeux. Dans son cas, le problème se produit même avec un œil fermé.

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir


C’est important de faire vérifier ses yeux pour prévenir certains troubles de visions.
Nuage

 

Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir

 

Symptôme de la cataracte: la vision devient floue.

ISTOCK/PICK-UPPATH

Hana Hong, Sélection du Reader’s Digest

Signalée par une opacification partielle ou totale du cristallin, la cataracte touche plus de 2,5 millions de Canadiens. La plupart des cas ne sont pas détectés avant un stade avancé car cette affection est indolore et la perte de vision, progressive. Voici ce qu’il faut en savoir.

Vision voilée ou floue

La cataracte peut provoquer une baisse générale de vision ou rendre embrouillée une zone précise du champ visuel.

« Une vision floue en est le principal symptôme, affirme Rosa Braga-Mele, du département d’ophtalmologie de l’Université de Toronto. La plupart des patients se plaignent d’une baisse de vision, mais la cataracte peut se faire discrète – certains ne s’en rendent pas compte immédiatement. »

Comme il est difficile de la distinguer d’autres maladies, le glaucome notamment. Consultez votre optométriste si vous éprouvez un des symptômes suivants.

Perception moins vive des couleurs

En raison de l’opacification de l’œil, les couleurs deviennent de plus en plus ternes. Par exemple, les blancs apparaissent plus jaunes. Mais ce changement est tellement progressif que la plupart ne le remarquent qu’après l’opération de la cataracte.

« Les patients affirment alors souvent ne pas se souvenir avoir vu des couleurs aussi vives. Nous leur rendons la vue des couleurs de leur jeunesse », explique Michael Nordlund, de l’Institut de l’œil de Cincinnati.

Symptôme de la cataracte: les petits caractères sont difficiles à lire.

Shutterstock

Difficulté à lire les petits caractères

Le cristallin fonctionne comme -l’objectif d’un appareil photo : il concentre la lumière dans la rétine et permet de distinguer clairement les objets proches comme lointains. Il est principalement composé d’eau et de protéines qui sont agencées de sorte à laisser la lumière les traverser. Comme la cataracte cause une agglutination de ces protéines, les petits caractères peuvent devenir difficiles à discerner. La méthode de Batespeut vous aider à corriger les problèmes de vision et calmer les migraines.

Difficulté à conduire de nuit

La cataracte rend difficile l’équilibre des contrastes entre l’obscurité et les lumières vives de la circulation. Aussi, la plupart des personnes atteintes ont du mal à conduire de nuit. Si vos yeux sont très sensibles aux phares et aux lampadaires, ou si vous peinez à lire les panneaux, faites-vous examiner, conseille Kirsten North, optométriste à Ottawa.

Sensibilité à la lumière et éblouissement

Certaines sources lumineuses en sont venues à vous déranger ? Vous supportez difficilement lampes, phares de voitures et lumière du soleil ? C’est que leur éclat se diffuse comme un halo, car la cataracte disperse une grande partie de la lumière qui pénètre dans l’œil.

Symptôme de la cataracte: la vision est double.

Shutterstock

Vision double

La diplopie, plus connue sous le terme de vision double, peut être un autre symptôme silencieux de la cataracte – il ne faut pas la confondre avec celle qui est causée par un mauvais alignement des yeux. Dans son cas, le problème se produit même avec un œil fermé.

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► 7 maladies des yeux que vous devriez connaître


Il est important de faire vérifier nos yeux pour prévenir des problèmes de visions, des infections ou quand on est atteint du diabète
Nuage

 

7 maladies des yeux que vous devriez connaître

 

Cataracte

La cataracte consiste en une opacité du cristallin, lentille située à l’intérieur du globe oculaire, ou de sa capsule. Sans douleur, cette maladie n’en progresse pas moins, conduisant à une vision floue, un changement dans la perception des couleurs et à la myopie.

Une fois apparue, la cataracte est permanente. Cependant, il est possible de rétablir la vision en enlevant le contenu opaque de la cristalloïde, ou capsule du cristallin, qui redevient transparente. Si la cataracte n’est pas traitée, elle risque, au bout de plusieurs années, de causer la rupture de la capsule, entraînant le glaucome, ou inflammation de l’œil interne. Autrefois commun, ce problème est aujourd’hui rare grâce aux avancées dans le traitement de la cataracte.

Crédit photo: Thinkstockphotos.ca/iStockphoto

Conjonctivite

La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive. Elle peut provoquer des démangeaisons, des douleurs, une gêne et des picotements. De plus, les rougeurs et la présence de pus dans l’œil ne sont pas vraiment esthétiques. Cette inflammation des muqueuses qui bordent les paupières est généralement bénigne, mais elle peut avoir des conséquences sur la vue ou se propager si une bactérie ou un virus sont responsables. Il est important de consulter un médecin, qui vous prescrira des gouttes oculaires antibiotiques si vous souffrez d’une infection bactérienne. En attendant, vous pouvez prendre des mesures pour soulager les démangeaisons et contrôler la formation des croûtes.

L’hygiène est capitale. Nettoyez les écoulements dus à l’inflammation plusieurs fois par jour à l’aide d’un coton ou d’une compresse imbibés de sérum physiologique.

Décollement rétinien

La rétine est la couche intérieure de l’arrière du globe oculaire. Elle transforme la lumière en signaux que le cerveau utilise pour former les images. Le décollement rétinien se produit lorsque la rétine se décolle du mur arrière de l’œil. Le docteur David Maberley, professeur en ophtalmologie à l’Université de Colombie-Britannique, explique qu’avec le vieillissement, le vitré gélatineux qui couvre l’arrière de l’œil peut se contracter.

«Les recherches démontrent que les changements hormonaux peuvent provoquer l’affaissement du vitré.»

 Si l’affaissement se produit brusquement, la rétine peut se déchirer. Du liquide provenant du vitré gélatineux peut passer par le trou ou la déchirure, soulever la rétine et la décoller de la surface arrière de l’œil.

Chaque année, une personne sur 10 000 souffre de décollement rétinien, plutôt chez les hommes que les femmes et généralement après 40 ans. Le risque est plus élevé si vous êtes myope ou si vous avez été opéré pour des cataractes. Un coup sur un œil peut aussi faire décoller la rétine.

Glaucome

Le glaucome survient lorsque, en raison d’une pression intraoculaire (pression des liquides dans le globe oculaire) élevée, le sang n’alimente plus le nerf optique, qui se détériore. Des taches aveugles, une vision floue, une mauvaise vision périphérique et, parfois, des céphalées apparaissent à mesure que les lésions progressent.

L’œil possède deux chambres remplies de liquide. Le nerf optique est situé dans la rétine, derrière la chambre postérieure, qui est remplie d’un liquide gélatineux portant le nom de «humeur vitreuse». La chambre antérieure est remplie d’un autre liquide, l’humeur aqueuse. Normalement, l’œil produit continuellement de l’humeur aqueuse et l’évacue par une issue (ou angle) située entre l’iris et la cornée. En cas de glaucome, l’humeur aqueuse s’accumule dans la chambre antérieure, exerçant une pression sur la chambre postérieure et le nerf optique. L’accumulation est causée par une surproduction de liquide ou par une évacuation déficiente.

Apprenez-en plus sur le glaucome.

Dégénérescence maculaire

La macule, qui a en gros la taille d’une gomme de crayon, occupe le centre de la rétine de l’œil. Malgré sa petite taille, elle joue un rôle de premier plan dans la vision centrale; c’est à elle qu’on doit la netteté et la haute définition qui permettent de lire, de conduire, de reconnaître les visages et de distinguer les fins détails. En cas de dégénérescence maculaire, on assiste à une détérioration irréversible de la macule. La vue est alors trouble. Une tache aveugle peut se développer au centre du champ visuel rendant difficile, voire impossible, des activités telles que la lecture et l’écriture. Par contre, la vision périphérique n’est pas touchée.

On ne sait pas ce qui cause la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMA), mais certains estiment qu’environ le quart des personnes âgées de plus de 65 ans et le tiers de celles qui ont plus de 80 ans en souffrent. Dans près de 90% des cas, il s’agit de la forme sèche (non exsudative ou atrophique): les cellules de la macule sensibles à la lumière se dégradent lentement et des drusen, petites excroissances jaunes composées d’un dépôt graisseux, apparaissent. La DMA sèche est la moins grave des deux formes, évoluant lentement et se stabilisant parfois pendant un certain temps. Vous pourriez même ne pas vous rendre compte que votre vue a baissé, particulièrement si un seul de vos yeux est atteint, l’autre compensant la perte.

Poches sous les yeuxPhoto prise par: lipoptoses

Vous vous demandez ce qui provoque les cernes et les poches sous vos yeux? Voici une énumération des causes de ce phénomène.

Eh oui, ce n’est pas votre nuit agitée qui vous fait ce matin des yeux de panda. C’est un héritage que vous ont transmis vos parents et vos grands-parents.

La peau des paupières est quatre fois plus fine que celle du reste de notre corps. Or l’eau a tendance à s’accumuler dans les zones les plus délicates. Qu’est-ce qui occasionne la rétention d’eau? Parmi les coupables, dénonçons: les drogues, les problèmes rénaux ou hépatiques, la surconsommation de sel et, très souvent, les allergies. Ce sont les produits cosmétiques – surtout le mascara et le ligneur – qui fournissent le plus de travail aux dermatologues et aux allergologues.

Diabète et perte de vision

Le diabète peut provoquer une obstruction ou une croissance anormale des vaisseaux sanguins de la rétine. Ces perturbations peuvent provoquer des problèmes de vision et même la cécité. Les diabétiques sont plus à risque de contracter des maladies graves aux yeux, comme des cataractes et du glaucome.

Pour diminuer les risques: passez un examen annuel de la vue. Lorsque c’est le cas, mentionnez à votre médecin que des taches bizarres ou des points troubles sont apparus. Et, vous le saviez déjà, maintenez votre taux de glucide sanguin à un niveau normal.

http://selection.readersdigest.ca/

Le Saviez-Vous ► Lunettes : 9 choses que votre optométriste ne vous dira pas


Les yeux sont importants à préserver ! Juste pour lire, des lunettes vendues en pharmacies sont t’elles fiables ? Si notre vue baisse, peut-on changer juste les verres et garder la même monture ? Les éraflures sur les verres peuvent-elles avoir des conséquences sur la vision ? Doit-on acheter des nouvelles lunettes juste chez l’optométriste ?
Nuage

 

Lunettes : 9 choses que votre optométriste ne vous dira pas

Vous n’avez qu’une paire d’yeux, alors mieux vaut bien vous en occuper. Ne le perdez pas du vue la prochaine fois que vous achèterez des montures et des verres.

PAR LAURA RICHARDS

Les lunettes vendues en pharmacies sont tout à fait convenables

En dépit de tout ce que vous avez entendu, les lunettes de pharmacie ne sont pas forcément mauvaises.

«Beaucoup de patients m’arrivent catastrophés, rapporte Inna Ozerov, ophtalmologiste et directrice de l’Institut de l’œil de Miami. On leur a dit que les lunettes vendues sans ordonnance sont mauvaises pour leurs yeux et pourraient les abîmer. C’est totalement faux ! Si vous avez la chance d’avoir une bonne vision mais que vous éprouvez quelques problèmes pour lire, ces lunettes-loupes constituent un choix tout à fait acceptable et pratique. La force de ces lunettes varie en fonction de l’âge.

Vous allez avoir besoin de lunettes à un certain point

Même si vous avez une vision parfaite pendant la première moitié de votre vie, à un moment, vous allez commencer à plisser les yeux devant votre écran de téléphone et à demander à vos enfants de vous lire le menu au restaurant. Il y a même un nom pour cette perte de vision synonyme de vieillissement: la presbytie, dont l’Association canadienne des optométristes nous dit

qu’elle nous empêche de «focaliser sur les objets proches». «Quand vous commencez à éprouver le besoin d’étirer le bras pour arriver à voir les petits caractères – vers l’âge de 40 ans –, il est temps d’acheter une paire de lunettes de lecture», dit la Dre Ozerov.

Cela peut sembler un peu illogique, mais plus le pouvoir grossissant de la lunette est élevé, et plus vous devez tenir votre livre prêt.»

Si la détérioration de votre vision à l’âge moyen va dans l’autre sens – vous pouvez encore lire, mais les panneaux de signalisation on l’air de hiéroglyphes –, vous êtes en train de devenir myope et les lunettes de pharmacie ne vous seront alors d’aucun secours. Filez chez votre optométriste et faites-vous prescrire des verres correcteurs.

Certaines personnes peuvent temporairement cesser de porter des lunettes

Il existe un phénomène étrange où la vision s’améliore.

«Des patients d’un certain âge qui contractent une cataracte profitent parfois d’une “lune de miel” au cours de laquelle ils n’ont plus besoin de lunettes de lecture», explique la Dre Ozerov.

Cela survient lorsque le cristallin épaissit, ce qui rend l’œil plus myope, phénomène qui permet à la personne de percevoir des caractères plus petits sans lunettes. Mais ça ne dure pas longtemps. À mesure que la cataracte s’aggrave, toutes les capacités visuelles connaissent une baisse et il faut au bout du compte passer par la chirurgie.»

Les éraflures vous esquintent la vue

Bien sûr que vous pouvez encore voir à travers ces lunettes tout égratignées, mais lutter pour percer ce brouillard risque de fatiguer vos yeux, note la Dre Ozerov. Vous pouvez effacer les traces de doigt, mais pas les éraflures; traitez donc votre nouvelle paire de lunettes avec tout le respect qui lui est dû.

«Pour éviter les éraflures, ne les posez jamais verres vers le bas», conseille l’ophtalmologiste.

Nouveaux verres, nouvelle monture

Votre volonté de faire des économies – ou votre amour pour vos anciennes montures – pourrait vous amener à ne vouloir remplacer que les verres et ne pas acheter de nouvelle monture. Mauvaise idée !

«Vous ne pouvez pas mettre de nouveaux verres dans de vieilles montures parce que vos nouveaux verres vont être coupés et montés sur la monture», dit la Dre Ozerov.

Or, l’ancienne monture doit être chauffée pour enlever les anciens verres et chauffée de nouveau pour placer les nouveaux, ce qui exerce des tensions sur le plastique et augmente le risque pour celui-ci de casser, de se fendre ou de se fêler avec le temps. Mieux vaut opter pour une nouvelle paire.

Les verres de lunettes ne sont pas en verre

Les premiers verres étaient effectivement faits de verre, mais ils sont maintenant en plastique, le verre étant trop fragile pour un usage quotidien. Le verre pourrait également devenir dangereux en cas de bris – personne ne voudrait prendre un éclat de verre dans l’œil, n’est-ce pas. Pour tout savoir sur les lunettes.

Vous pouvez économiser beaucoup en achetant en ligne

Les vrais magasins de lunettes vendent plus cher parce que leurs coûts d’exploitation sont plus élevés, de sorte que vous pourriez être tenté d’acheter en ligne, surtout si les prix sont nettement meilleurs. Au-delà de la question de savoir si vous achetez un modèle de marque contrefait (vérifiez les commentaires positifs et négatifs avant de cliquer sur «acheter»), vous devez vous poser la question suivant : des lunettes bon marché correspondent-elles vraiment aux exigences de l’ordonnance de mon optométriste ?

«Pour les ordonnances simples, pas de problème, vous pouvez acheter en ligne, admet la Dre Ozerov. Mais pour des lunettes plus complexes comme des lentilles bifocales, par exemple, je pense qu’il vaut mieux faire affaire avec un optométriste.»

Soyez conscient que de nombreuses lunettes viennent automatiquement avec un traitement antireflet, lequel pourrait vous valoir un supplément appréciable. Prenez le temps de demander ce qu’il en est, que vous achetiez en ligne ou dans un magasin.

Certains extras valent le coup

Rayons UV, éblouissements, fatigue des yeux et lumières bleues nocives sont autant de sévices auxquels sont soumis vos yeux au quotidien. Heureusement, vous pouvez prendre des verres qui vous protègent de tout ça sans nécessairement passer par des lunettes de soleil. Les verres Transitions®, par exemple, s’adaptent continuellement aux variations de lumière et protègent vos yeux. Ces verres stoppent 100% des rayons UVA/UVB et atténuent les lumières éblouissantes. Ils filtrent aussi la lumière bleue nocive émanant des téléphones, des ordinateurs portables et des ampoules DEL ou fluorescentes. Tim Gunn, un des gourous du Projet haute couture, est totalement séduit par ces verres, qu’il fait poser sur toutes ces lunettes.

 «La transition se fait en douceur et je sais que je suis protégé», a-t-il confié à Reader’s Digest.

Il aime particulièrement de ne pas avoir à changer pour des lunettes à verres fumés chaque fois qu’il sort. Transition dispose maintenant de différents types de verres, dont certains spécifiques à la conduite ou aux activités extérieures extrêmes.

Votre vision peut changer en quelques mois

Il se peut que vous passiez des examens pour vos yeux tous les deux ou trois ans, chaque fois le monde autour de vous perd un peu de sa netteté, mais votre vision pour changer de manière spectaculaire entre temps.

«De nombreuses maladies peuvent changer grandement la pertinence de votre ordonnance, dit la Dre Ozerov. La cataracte, le diabète et le glaucome, par exemple, peuvent rendre nécessaires de nouveaux verres.»

Mieux vaut donc voir votre optométriste tous les ans afin de vous assurer que votre état de santé et votre vision sont sur la même longueur d’onde. Saviez-vous que votre optométriste pouvait détecter des maladies avant votre médecin ?

election.readersdigest.ca/

27 lentilles de contact retrouvées dans l’oeil d’une femme


Comment cette femme a pu mettre autant de lentilles sur un oeil et ne rien ressentir pendant toutes ses années.
Nuage

27 lentilles de contact retrouvées dans l’oeil d’une femme

 

Une patiente opérée de la cataracte s’est vue retirer pas moins de 27 lentilles qu’elle avait collées sur les yeux. Une découverte inhabituelle qui a pris de court l’équipe médicale dans cet hôpital d’Angleterre.

Rupal Morjaria, ophtalmologiste à l’hôpital de Solihull, près de la ville de Birmingham en Angleterre n’en croit toujours pas ses yeux. L’histoire qu’elle a racontée le 5 juillet dernier à la revue Optometry Today sort tellement de l’ordinaire qu’elle continue à s’en étonner.

Retour sur les faits. En novembre dernier, l’équipe de chirurgiens ophtalmiques menée par Rupal Morjaria, intervient sur une patiente de 67 ans pour une banale opération de la cataracte. Mais cette opération routinière prend une tournure tout à fait insolite quand les chirurgiens découvrent un amas de lentilles de contact agglutinées sur un œil de la sexagénaire. La « masse bleutée » renfermait exactement 27 lentilles collées entre elles par du mucus (sécrétion visqueuse produite par les muqueuses jouant un rôle de protection).

SÉCHERESSE OCULAIRE

« Aucune d’entre nous n’avait déjà vu quelque chose comme ça. C’était une masse tellement grosse. Toutes les lentilles étaient collées ensemble. Nous avons été stupéfaits de voir que la patiente ne l’avait pas sentie, car elle a dû provoquer un bon nombre d’irritations tant qu’elle était en place », se rappelle la responsable de cette découverte, Rupal Morjaria, lors de l’interview à Optometry Today.

Le rapport publié dans la revue BMJ précise que la patiente n’avait pas l’air de pâtir tellement de ce port multiple de lentilles. Celle-ci portait ces corrections depuis 35 ans mais ne se rendait quasiment jamais chez son ophtalmologue. Plus étonnant encore, avant de venir pour cette opération de la cataracte, elle ne présentait aucun symptôme. Rien n’était anormal, pensait la patiente, si ce n’est une sécheresse oculaire, qu’elle croyait liée à son âge.

Deux semaines après le retrait de ces corps étrangers sur son œil, la femme s’est sentie beaucoup mieux. Ce cas rarissime est l’occasion pour les médecins d’insister sur l’importance d’avoir une hygiène irréprochable chez les porteurs de lentilles et de consulter un ophtalmologue au moins une fois par an.

« Les lentilles de contact sont utilisées constamment, mais si le suivi n’est pas approprié, nous voyons des personnes qui contractent des infections oculaires sévères, qui peuvent même leur faire perdre la vue », avertit Rupal Morjaria.

https://www.topsante.com

Il y a de plus en plus d’enfants myopes. Et on sait pourquoi.


La myopie est héréditaire, cependant il y a de plus en plus d’enfants myopes et c’est pire dans certains pays. On a trouvé causes, mais LA cause est tout simplement le manque de lumière naturelle. De plus en plus d’enfant sont devant les écrans, des heures a l’intérieur des écoles que même des classes n’ont même pas de fenêtres. Avant, cela prenait tout pour rentrer à la maison … et aujourd’hui, cela prend tout pour envoyer les enfants dehors
Nuage

 

Il y a de plus en plus d’enfants myopes. Et on sait pourquoi.

 

Des petits Australiens habillés comme Harry Potter. REUTERS/Tim Wimborne

Des petits Australiens habillés comme Harry Potter. REUTERS/Tim Wimborne

Brian Palmer

Sûrement parce que vous les envoyez moins souvent jouer dehors.

La myopie n’est pas une maladie infectieuse. Mais c’est aujourd’hui l’équivalent d’une quasi-épidémie qui touche certaines régions d’Asie. A Taïwan, le pourcentage d’enfants de 7 ans souffrant de myopie a rapidement progressé: 5,8% en 1983 contre 21% en 2000.

Plus stupéfiant encore: 81% des Taïwanais de 15 ans sont myopes. Certains pourraient penser que les conséquences de la myopie se limitent au fait de porter des lunettes pour le restant de ses jours –et soyons francs, rien de plus mignon qu’un petit binoclard. Détrompez-vous: en Asie, la prédominance de la myopie sévère (une forme extrême de ce trouble de la vision) a plus que doublé depuis les années 1980. Et les enfants qui souffrent de myopie de façon précoce sont plus susceptibles d’être touchés par une myopie sévère. Celle-ci est un facteur de risque pour des affections importantes: décollement de la rétine, glaucome, cataracte précoce, cécité…

Cette explosion de la myopie est désormais un grave problème de santé publique, et le monde médical a bien du mal à identifier ses causes. La myopie est un trouble visuel fondamentalement héréditaire, mais cette forte hausse du nombre des cas montre que l’environnement de l’enfant a lui aussi un impact significatif. On a établi un lien entre ce trouble et une série de facteurs de risque: des lectures fréquentes, la pratique du sport, la télévision, les apports protéiniques ou encore la dépression. Lorsque ces facteurs de risque sont isolés, on a toutefois observé que leur effet sur les taux de myopie apparaît assez réduit.

Allez jouer dehors les enfants

Les chercheurs estiment être sur le point de débusquer le principal coupable: le temps passé à l’intérieur, qui serait beaucoup trop important. En 2008, la professeure d’orthoptique Kathryn Rose a découvert que seuls 3,3% des descendants d’immigrés chinois ayant entre 6 ans et 7 ans et résidant à Sydney (Australie) souffraient de myopie (contre 29% chez ceux vivant à Singapour).

Les suspects habituels –lecture, écrans électroniques– ne suffisaient pas à expliquer un tel écart. La cohorte australienne lisait un peu plus de livres et passait un peu plus de temps devant l’écran, mais les enfants singapouriens regardaient un peu plus la télévision. Au total, les différences étaient minces et s’annulaient sans doute mutuellement. L’écart le plus flagrant entre les deux groupes? Les enfants australiens passaient 13,75 heures par semaine à l’extérieur, contre 3,05 chez leurs camarades de Singapour. Chiffre bien tristounet.

Kathryn Rose, dont les travaux de recherche ont été suivis par le magazine Science News, souligne que les cultures pédagogiques de Sydney et de Singapour sont extrêmement différentes. La plupart des enfants australiens suivent un an de pré-école maternelle à mi-temps (où l’on enseigne la sociabilité et le jeu en communauté plus que la lecture ou l’écriture) suivi d’un an à temps plein. Durant ce même stade de développement, l’enfant singapourien classique suit trois ans de cursus scolaire à temps plein –le but étant de s’assurer qu’il ou elle puisse lire avant l’entrée à l’école primaire. Le jeu en plein air est donc vraisemblablement sacrifié sur l’autel de l’éducation à plein-temps.

Au cours des deux dernières années, une grande partie des travaux consacrés à la myopie s’est concentrée sur un objectif bien précis: prouver, quantifier et expliquer le lien existant entre le temps passé à l’extérieur et le bon développement oculaire. Des dizaines d’études ont été publiées, en Asie pour la plupart. L’année dernière, un travail de recherche privilégiant l’approche systématique a regroupé les résultats de précédentes études. Conclusion: chaque semaine, chaque heure que l’enfant passe à l’extérieur réduit de 2% ses risques de développer une myopie.

En quoi ce temps passé à l’extérieur pourrait-il protéger les enfants de la myopie? Aucune réponse ne fait pour l’heure véritablement consensus. Une hypothèse avance que lorsqu’ils sont dehors, les enfants concentrent leur regard sur des objets plus éloignés qu’à l’intérieur (où ils passent beaucoup de temps à fixer leurs écrans d’ordinateur, leurs livres ou leurs jouets, qui sont beaucoup plus proches). Une étude sur le singe rhésus laisse toutefois penser que l’exposition à la lumière demeure l’explication la plus plausible.

La myopie est extrêmement peu courante chez les primates non-humains, mais les chercheurs peuvent facilement la provoquer chez eux en privant un bébé singe d’une exposition normale à la lumière de l’extérieur (qui en règle générale est environ cent fois plus intense que celle de l’intérieur). Rien d’étonnant, donc, à ce que les écarts les plus importants de prédominance de la myopie au cours des dernières décennies aient été observés à Singapour, où la différence d’intensité lumineuse entre extérieur et intérieur est extrême.

Soyons optimistes

Tout bien pesé, ces révélations sont encourageantes. Si les enfants devenaient myopes en regardant les objets de trop près, nous serions confrontés à un dilemme insoluble: leur apprendre à lire, ou protéger leur vue? L’idée de devoir se résigner à privilégier l’un ou l’autre inquiète et passionne les chercheurs depuis bien des années.

Dans les années 1930, des scientifiques ont fait observer que la myopie était particulièrement rare parmi les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Dans les années 1960, une étude des peuples autochtones d’Alaska a montré que les générations les plus anciennes, celles qui n’avaient pas été à l’école, étaient beaucoup moins susceptibles d’être touchées par la myopie que leurs enfants. De la même manière, il y a vingt ans, des études singapouriennes ont établi un lien entre le niveau de scolarité et la myopie. Si le problème provient bel et bien du niveau d’intensité lumineuse, il pourrait suffire d’envoyer son enfant lire à l’extérieur (ou d’acheter des sources de lumière à haute intensité) pour reproduire les conditions de plein air.

Mais il y a un hic: les parents semblent moins enclins à envoyer leurs enfants jouer dehors que par le passé; on pourrait également affirmer que les ordinateurs, les jeux vidéo et la meilleure qualité des programmes télévisés sont des tentations bien trop grandes pour les bambins. Selon une étude de 2004 réalisée par l’Université du Michigan, en 2002, l’enfant moyen passait deux fois moins de temps à l’extérieur que celui de 1981. En Amérique, la myopie n’a certes pas atteint les niveaux observés en Asie –mais elle progresse rapidement. Une étude de 2009 montre que la prévalence de ce trouble a fortement augmenté chez les Américains âgés de 12 ans à 54 ans (25% au début des années 1970 contre 42% au tournant du millénaire).

Lorsque j’étais petit, mes parents m’ordonnaient souvent d’éteindre la télé et d’aller profiter du soleil. Peut-être les pères et les mères d’aujourd’hui devraient-ils adopter cette nouvelle formule: «Va jouer dehors, ou tu vas finir aveugle!»

Brian Palmer

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Il était une fois la maladie: chèvre et cataracte


A force de lire ce genre d’article, on ne peut qu’être content de l’évolution de la médecine. Il y a des millions de gens qui souffre de la cataracte, a travers les siècles des méthodes plus moins douteux ont été pratiqués avec un certain succès, mais aujourd’hui, la méthode est plus sûre et moins barbare
Nuage

 

Il était une fois la maladie: chèvre et cataracte

 

Il y aurait actuellement plus de 40 millions de personnes aveugles sur terre, et la moitié le sont à cause de cataractes.

Origine du mot «cataracte»

Tout au long de l’histoire, la cataracte porta bien des noms. Les Grecs antiques qui ne reconnaissaient pas le rôle du cristallin dans l’apparition de la cataracte l’avait nommée : hypochime. Les Romains traduisirent cela par le mot suffusio. Finalement, les Arabes trouvaient que la couleur du cristallin ressemblait à une chute d’eau, ce que les Romains traduisirent comme goutta opacta, qui devint dans le langage courant cataracta, puis cataracte.

D’ailleurs, l’être humain n’est pas le seul à souffrir de cataractes. Plusieurs autres animaux peuvent aussi en être atteints. Ainsi, les premières interventions auraient eu lieu en Inde aussi tôt que 2 500 ans avant Jésus-Christ. Une légende romaine prétendit plus tard que les médecins s’étaient inspirés des animaux pour traiter cette maladie. On disait que lorsqu’une chèvre avait une vision défaillante, elle se précipitait dans les buissons et se perforait l’œil pour abaisser cette cataracte invalidante.

D’ailleurs, ce fut cette première technique, appelée «abaissement», qui fut d’abord utilisée et qui, étonnamment, l’est encore de nos jours dans certaines régions du globe.

Une technique bien décrite

Le médecin romain Aulus Cornelius Celsus (25 AC – 50 DC) en fournit une description très détaillée. Ainsi, on pouvait y lire que le patient devait être assis sur une chaise droite dans une pièce lumineuse. Un assistant se plaçait derrière pour lui tenir la tête, et l’opérateur se tenait devant le patient. Il était recommandé qu’il utilise la main droite pour opérer l’œil droit et la main gauche pour l’autre œil. Il introduisait alors une aiguille dans l’œil et effectuait une perforation perpendiculaire au globe. Puis il effectuait un mouvement de bascule pour provoquer l’abaissement du cristallin. Souvent, il devait répéter ce geste plusieurs fois pour que le résultat souhaité se produise.

Au Moyen Âge, surtout chez les Arabes, on utilisait aussi une aiguille creuse pour aspirer les restes du cristallin. En Europe, les abaisseurs étaient surtout des barbiers itinérants, les médecins ne jugeant pas cette opération assez digne pour leur art. Ce n’est que sous Louis XV (XVIIème siècle) que La Martinière, premier chirurgien du roi, a été chargé par ce dernier d’édicter des règles précises de formation des chirurgiens et les séparer enfin des barbiers-perruquiers.

La méthode de l’abaissement

La méthode de l’abaissement est aussi rudimentaire qu’efficace. Lorsqu’elle est bien exécutée, les patients perçoivent d’abord une bonne amélioration de leur vision. Mais deux complications majeures sont alors à prévoir. La première est, bien sûr, l’infection. La stérilisation étant inconnue jusqu’à tout récemment, les instruments utilisés et le manipulateur provoquaient des contaminations. Même de nos jours, dans les régions reculées où l’abaissement est encore pratiqué, ceux qui exercent le métier d’abaisseurs sont souvent peu conscients des vertus de l’asepsie, et les infections qui surviennent conduisent le plus souvent à la cécité.

L’autre complication est tout aussi fréquente et sévère. Souvent, l’abaisseur commettra l’erreur de rompre la capsule de l’œil, ce qui provoquera l’échappement de protéines du cristallin dans le vitré. Il s’ensuivra généralement une sévère inflammation de l’œil, une uvéite et un glaucome. Le temps que le tout se résorbe et que la tension intraoculaire revienne à la normale, l’œil est devenu pratiquement aveugle.

Les abaisseurs

Comme souligné, ceux qui exercent encore ce métier se retrouvent le plus souvent dans les pays chauds. Ils sont généralement fort peu instruits et n’ont peu ou pas de compréhension des bases médicales. Ils se déplacent de village en village pour offrir leurs services à tous ceux qui souffrent de cataractes. Comme ils sont nomades, il est difficile de les repérer et carrément impossible d’évaluer leur performance.

Une estimation empirique nous montre que même dans les cas plutôt rares où l’opération s’est déroulée sans problèmes et sans infection, tout au plus 50 % d’amélioration visuelle pourrait être observée. Mais dans la majorité des cas, les résultats sont pires que si aucune intervention n’avait été tentée.

Serait-il possible de mieux encadrer et former les abaisseurs pour qu’ils puissent être plus efficaces et rendre de meilleurs services? La réponse est complexe car, d’une part, ces opérateurs ne reconnaissent pas la nécessité d’une formation théorique ou même pratique, et d’autre part, la technique même de l’abaissement n’a pas fait l’objet d’études scientifiques sérieuses.

Par ailleurs, dans certaines régions, les abaisseurs demeurent la seule ressource accessible pour ceux qui souffrent de cataracte.

Si l’abaissement était alors connu comme technique pour améliorer la vision, on n’en savait que très peu sur la physiologie de la vision. L’idée la plus répandue était que le cristallin était le siège de la vision. Il faudra attendre qu’un célèbre astronome, Johannes Keppler, très intéressé par les lentilles, les chambres noires et les miroirs, pour comprendre que la vision s’effectuait dans la rétine et que le cristallin ne faisait que focaliser les rayons lumineux sur celle-ci. Il émit aussi l’hypothèse que la cataracte n’était pas une membrane qui se développait sur le cristallin mais bien une opacification de celui-ci. Il publia ses idées dès 1610, mais il faudra attendre un siècle avant qu’elles ne soient reprises.

Ainsi, en 1705, le Dr Pierre Brisseau décrit les résultats de ses autopsies, dans lesquelles il démontre que la cataracte est vraiment une opacification du cristallin, ce que confirme Antoine Maître-Jean par ses expériences effectuées sur des animaux dès 1907.

Traité de Brisseau (1709)

Le véritable pionnier fut un chirurgien français né en 1693. Durant sa carrière, il aurait opéré pas moins de 206 cataractes, dont 182 avec succès. Mais on ignore qu’elle fut l’acuité visuelle de ces succès. Le docteur Jacques Daviel mit au point la technique de l’extraction de la cataracte. Non seulement il réussissait à abaisser la cataracte, mais il l’extrayait complètement, ce qui provoqua une scission entre les tenants de l’abaissement et ceux de l’extraction. Il faut noter que la technique de l’abaissement survécut en France jusqu’au milieu du XIXème siècle.

Technique de Daviel

Plusieurs autres améliorations à la technique de l’extraction du Dr Daviel virent successivement le jour. Le champion incontesté de l’extraction complète du cristallin fut le Dr Georg Joseph Beer (1763-1821). Ainsi Friedrich Jaeger, qui œuvra longtemps comme assistant du Dr Beer, proposa une incision de la cornée supérieure permettant à la paupière de maintenir en place le volet cornéen. Plus tard, au milieu des années 1800, Albert Mooren suggéra une iridectomie et Albert Von Graefe, élève brillant de Jaeger, proposa une incision linéaire périphérique, technique qui fut adoptée par tous les ophtalmologistes. Deux techniques d’anesthésie allait simplifier grandement le travail des ophtalmologistes : Carl Koler inventa l’anesthésie locale par cocaïne, et Anton Elschnig arriva en 1865 avec l’injection rétrobulbaire d’anesthésiant.

Extraction de la cataracte à la cryode
Extraction de la cataracte à la cryode
Courtesy of the National Library of Medicine
Photo P.Larsen

L’ère moderne

Au milieu des années 1950, le docteur Joaquin Barraquer, dont le père et le grand-père avaient été ophtalmologistes, met au point un microscope pour pouvoir effectuer plus efficacement les chirurgies oculaires.

En 1962, Charles Kelman a développé la technique de la phako-émulsification, qui permet de fragmenter le cristallin tout en ne réalisant qu’une très petite incision (quelques millimètres). Dès la fin des années 1940, les premiers essais pour implanter des cristallins artificiels furent tentés par Harold Ridley en Angleterre, mais il faudra attendre 1972 pour que Cornelius Binkhorst modifie ces lentilles, qui deviennent dès lors à la hauteur des attentes.

En Californie en 1989, le premier laser chirurgical en ophtalmologie fut mis au point. Depuis, d’autres types de laser ont vu le jour, permettant des chirurgies de la cataracte sans douleur et extrêmement performantes.

Chirurgie au laser

http://quebec.huffingtonpost.ca/