Parole d’enfant ► De la cassonade


Voilà un petit garçon qui a tout compris d’ou venait la cassonade !!
Nuage

 

De la cassonade

 

« Esteban, 4ans. Nous passions devant un gros arbre qui venait d’être coupé. En regardant la bran de scie, par terre, Esteban s’exclame: « de la cassonade de castor! » »

Esteban, 11 ans

Quand les loups font repousser les arbres


Cela fait longtemps qu’on l’ont sait pourtant qu’il est important qu’il y ai des prédateurs naturels dans un environnement, c’est l’équilibre des choses, un cycle de vie, si un maillon se casse c’est toute la chaine qui se retrouve en déséquilibre
Nuage

 

Quand les loups font repousser les arbres

Un loup gris.

Un loup gris. AUSLOOS HENRI/SIPA

ENVIRONNEMENT – Dans le parc Yellowstone, aux Etats-Unis, la réintroduction des loups a été bénéfique pour les arbres…


Dans le parc naturel américain de Yellowstone,
les loups sont plutôt bien vus:selon les scientifiques, le retour du loup gris a permis de limiter la population d’élans qui grignotait les jeunes pousses de peupliers, de saules et de trembles.

Un des auteurs de l’étude, publiée dans la revue scientifique Biological conservation, a constaté que la végétation s’était considérablement étendue dans le Yellowstone depuis la réintroduction des loups en 1995. Parallèlement, la population d’élans a fortement diminué. Grâce à la centaine de loups qui peuple le parc, les oiseaux et les castors ont aussi retrouvé des abris dans les arbres et de quoi se nourrir.

Audrey Chauvet

http://www.20minutes.fr

Emblème du Canada L’ours polaire plutôt que le castor?


Heille, c’est tu un peu exagéré de vouloir changer d’emblème parce que madame n’aime pas les castor qui pourtant ont leur utilité dans la nature .. et que leur fonction entre autre est de ronger les arbres et faire des barrages … Non, mais elle exagère de le voir comme un rat … j’aime aussi les ours polaire mais au lieu de s’occuper d’un emblème la protection des animaux et de l’environnement serait des dépenses beaucoup plus utile …
Nuage

Emblème du Canada  L’ours polaire plutôt que le castor?

Emblème du Canada - L’ours polaire plutôt que le castor?

© Agence QMI / Archives

OTTAWA – La sénatrice conservatrice Nicole Eaton souhaite que le castor, emblème officiel du Canada, soit remplacé par l’ours polaire.

Pour Nicole Eaton, le castor est un animal périmé, un « as-been» qui ne reflète plus les valeurs canadiennes.

«C’est un rat, un gros rat, a-t-elle déclaré. Nous passons l’été sur une baie et nos quais sont détruits chaque hiver par les castors.»

L’ours polaire, déjà largement présent dans le bureau de la sénatrice sous forme d’affiches, est selon elle plus majestueux.

De son côté, l’opposition, qui dit n’avoir rien contre les ours polaires, considère tout de même que ce débat est un gaspillage de temps et d’argent.

«On devrait plutôt s’occuper des vrais projets de loi», a lancé le néo-démocrate Yvon Godin.

Un avis partagé par le député libéral Denis Coderre. «Je trouve que ce chambardement des symboles est totalement ridicule», a-t-il déclaré.

http://fr.canoe.ca

On recherche castor vivant ou… vivant


De plus en plus on comprends le rôle des animaux indigènes d’un pays, d’une région. Ceux que certains ont jugé nuisible s’aperçoivent aujourd’hui, que la perte est dramatique .. Revenir en arrière est-ce possible, quand l’homme a été hostile se croyant maitre de son environnement ?
Nuage

On recherche castor vivant ou… vivant

Considéré comme nuisible aux Etats-Unis, le rongeur est aujourd’hui défendu par certains éleveurs à qui il est particulièrement utile

Clyde Woolery ne souhaite qu’une chose : le retour de ses castors. Son ranch, situé à Beaver Creek [ruisseau Castor], près de Kinnear, dans le Wyoming (Etat de l’ouest des Etats-Unis), n’en abrite plus depuis des décennies, mais ils lui seraient bien utiles aujourd’hui.

Une petite colonie de castors, dit-il, construirait des barrages, ce qui élèverait la surface de la nappe phréatique sous ses prés et créerait des mares pour son bétail.

La Commission de la chasse et de la pêche du Wyoming nettoyant régulièrement les canalisations d’égout de leurs rongeurs, cet éleveur de 64 ans s’est inscrit cette année sur une liste d’attente dans l’espoir que les autorités d’Etat lui procurent un ou deux castors vivants.

Dans la région, les castors ont en effet toujours été chassés pour leur fourrure ou considérés comme des animaux nuisibles, accusés de bloquer l’écoulement dans les canaux d’irrigation et de causer des dégâts dans l’agriculture. Dans beaucoup d’Etats, il est légal de les tirer au fusil dans les propriétés privées.

Or, selon de nombreux éleveurs et écologistes, beaucoup de campagnes auraient précisément besoin aujourd’hui des compétences de ces rongeurs. Leur argumentaire est simple : ce n’est pas en tuant mais plutôt en capturant ces animaux “nuisibles” qu’on permettra aux réserves naturelles et aux terres arables de prendre de la valeur, car grâce à eux elles disposeront de ressources en eau plus importantes. Leur retour contribue à restaurer l’habitat des ­poissons et le couvert végétal, ce qui favorise la multiplication d’animaux comme l’élan et le couguar.

Nous nous sommes baptisés les ‘Partisans des castors’, car nous considérons que ces rongeurs restaurent mieux la nature que les hommes”, indique Celeste Coulter, intendante de North Coast Land Conservancy, une association écologiste de Seaside (Oregon) qui appelle les promoteurs à abandonner certaines parcelles aux castors.

“Nous pouvons dépenser 200 000 dollars [147 000 euros] pour déposer du bois dans un cours d’eau ou y transporter des rondins à l’aide de câbles afin de retenir l’eau. Parfois ça marche, mais parfois pas. Alors qu’avec une colonie de castors ça marche toujours.”

http://www.courrierinternational.com