Le viol collectif d’une jeune fille dans un bus indigne le Maroc


C’est plus que l’indignation que des adolescents agressés sexuellement une jeune femme ayant un handicap mental dans un autobus. Le pire, c’est que malgré les cris, les larmes, personnes sont venus à son secours et encore moi le chauffeur qui a continuer sa route. Pour moi, ils sont tous coupables de non-assistance à une personne en détresse. Le chauffeur devrait perdre son permis. Dans un autobus, c’est un endroit qu’on doit se sentir en sécurité
Nuage

 

Le viol collectif d’une jeune fille dans un bus indigne le Maroc

 

Illustration. © thinkstock.

Le Maroc est sous le choc après la diffusion d’une vidéo montrant un groupe de jeunes agresser sexuellement dans un bus une jeune femme, atteinte d’un handicap mental selon les autorités, qui ont fait état de l’arrestation des agresseurs lundi.

Diffusées dimanche sur les réseaux sociaux, les images ont suscité une salve de réactions indignées sur les réseaux sociaux et dans les médias au Maroc. On y voit un groupe d’adolescents, torse nu, en train de bousculer violemment une jeune femme en pleurs dans un bus, la touchant dans des parties intimes de son corps, tout en s’esclaffant.

La victime, à moitié dénudée, pousse des cris de détresse, alors que le bus continue de rouler, sans qu’aucun passager n’intervienne. La scène a eu lieu à Casablanca, métropole économique du royaume, précise la presse locale.

La société chargée du transport en commun M’dina Bus, a indiqué que « l’agression s’est déroulée ce vendredi 18 août » et que les agresseurs avaient été « appréhendés ce lundi 21 août. »

La police a confirmé dans un communiqué l’arrestation des six auteurs, âgés entre 15 et 17 ans, qui ont été placés sous surveillance policière.

La même source a également confirmé que la victime, 24 ans, était atteinte d’un handicap mental, et relevé qu’elle n’avait avant la diffusion de la vidéo reçu aucune plainte, ni de la part de la jeune femme agressée ni de la part du chauffeur.

Indignation

« Horreur à Casablanca », « des monstres commettent un crime odieux », écrit la presse locale, qui tire la sonnette d’alarme sur le phénomène du harcèlement des femmes dans l’espace public. L’association Touche pas à mon enfant a lancé lundi un appel à témoins afin « de traduire en justice cette horde barbare qui s’est attaquée lâchement à une jeune fille ».

Des internautes ont, eux, appelé à un sit-in le 23 août à Casablanca pour exprimer leur indignation. D’autres, en revanche, s’en sont pris à la victime, prenant la défense des agresseurs.

Au Maroc, marcher seule dans la rue relève parfois du parcours du combattant. Ou plutôt de la combattante: elles y subissent fréquemment remarques désobligeantes et insultes. Selon les chiffres officiels, près de deux Marocaines sur trois sont victimes de violences. Et les lieux publics sont les endroits où la violence physique à leur égard est la plus manifeste.

Début août, une autre vidéo montrant une horde de jeunes hommes traquer une jeune femme marchant seule dans la rue à Tanger (nord) avait déjà suscité l’indignation dans le pays.

http://www.7sur7.be/

Une petite fille sauvée d’une sangsue installée dans sa gorge


Pauvre enfant, elle a dû paniquer quand la sangsue à commencé à la faire suffoquer. Heureusement, tout s’est bien fini
Nuage

 

Une petite fille sauvée d’une sangsue installée dans sa gorge

 

Une petite fille sauvée d'une sangsue installée dans sa gorge

La sangsue s’était logée sous les cordes vocales.Photo Fotolia

Au Maroc, une fillette de 6 ans a été admise à l’hôpital de Casablanca à cause d’une difficulté à respirer et de saignements par la bouche. En oscultant la gorge de la petite fille en salle d’urgence, les médecins se sont retrouvés nez à nez avec une sangsue de six centimètres de long.

La sangsue s’était logée sous les cordes vocales.

Les médecins ont dû endormir par anesthésie générale avant de retirer la sangsue à l’aide d’une pince. Tous les symptômes de la petite fille ont disparu suite à cette intervention.

Une opération qui n’est pas anodine pour les médecins.

«La sangsue s’attache fortement grâce à sa tête d’aspiration, le retrait doit donc s’effectuer avec précaution. De plus, son corps glissant favorise les risques de ruptures lorsqu’il est saisi. Donc mieux vaut utiliser une pince avec des mâchoires émoussées», expliquent-ils.

Il faut également faire bien attention à ce que toutes les parties du corps de la sangsue soit retirée. Si la tête reste accrochée, elle peut continuer à entraîner un saignement.

CAS RARISSIME

Ce cas rarissime a été rapporté dans la revue scientifique Journal of Surgery Case Reports du mois de janvier.

Comment cette sangsue s’est-elle retrouvée dans la gorge de la petite fille? Les parents de l’enfant ont indiqué que les symptômes étaient apparus environ deux mois après que leur fille ait bu de l’eau d’un ruisseau a rapporté le Figaro.

Les ruisseaux font partis des milieux dans lesquels on trouve souvent des sangsues. Certainement toute petite au moment où elle a été avalée, la sangsue a dû se développer dans le corps de l’enfant.

http://fr.canoe.ca

Le piano du film «Casablanca» adjugé 3,4 millions de dollars à New York


Je n’ai jamais vue le film, mais je trouve quand même aberrant de voir un piano d’un film à succès se vendre aussi cher. On me dira peut-être que je n’y connait rien à l’art, mais ce n’est que du matériel et c’est tout.
Nuage

 

Le piano du film «Casablanca» adjugé 3,4 millions de dollars à New York

 

Le piano du célèbre film Casablanca a été adjugé 3,41 millions de dollars à New York lundi, après de rapides enchères devant une salle comble.

Le piano orange aux motifs marocains était la vedette d’une vente aux enchères rassemblant chez Bonhams 200 lots de la grande époque de Hollywood, dont 30 objets liés à Casablanca. Etaient aussi proposés des robes de Grace Kelly, Marilyn Monroe, Judy Garland ou Rita Hayworth, une veste de costume de Clark Gable dans Autant en emporte le vent, le costume de lion de Bert Lahr dans Le magicien d’Oz (1939) et des dizaines d’affiches, photos ou scénarios annotés.

Aucune estimation précise du piano n’avait été rendue publique par la maison d’enchères, qui avait simplement évoqué « un nombre à sept chiffres, dans la fourchette basse à moyenne ». Les enchères ont démarré à 1,6 million de dollars et, après trois minutes, se sont conclues à 3,41 millions de dollars (avec les taxes).

Le piano était omniprésent dans le film de 1942. C’est celui sur lequel Sam, interprété par Dooley Wilson, joue notamment As time goes by, après qu’Ilsa Lund (Ingrid Bergman) lui eut demandé: « Joue Sam. Joue As time goes by« .

Son couvercle avait même été adapté pour s’intégrer à l’intrigue. Car c’est dans ce piano qu’avaient été cachées, alors que Sam jouait, les fameuses « lettres de transit » initialement destinées à Victor Laszlo et son épouse Ilsa Lund.

« La seule façon pour que cela fonctionne était que le couvercle ouvre de l’arrière », a expliqué la maison d’enchères.

Probablement fabriqué en 1927 selon la même source, le piano n’avait que 58 touches, 30 de moins qu’un piano moderne classique. Il était vendu pour la première fois aux enchères, avec son tabouret et même un chewing gum desséché, « avec une légère trace d’empreinte digitale visible à la loupe ».

Casablanca, qui se passe durant la Deuxième Guerre mondiale dans la ville du même nom, avait été récompensé en 1944 par l’Oscar du meilleur film. Il reste le troisième plus grand film américain de tous les temps, derrière Citizen Kane et Le Parrain, selon l’American Film institute.

Les souvenirs du film ont suscité un grand intérêt lundi, avec notamment un premier scénario intitulé Tout le monde vient chez Rick’s adjugé 106 250 dollars alors qu’il était estimé entre 40 000 et 60 000 dollars, et les portes d’entrée du Rick’s Café Américain, le café central du film, à 115 000 dollars (estimées entre 75 000 et 100 000 dollars).

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Atteinte de trisomie 21, elle obtient son bac avec mention


 

 

Quelle belle réussite, une jeune femme atteinte de trisomie 21 a réussit des années d’études qui l’on amener jusqu’a recevoir son bac  avec mention assez bien. Ses parents, ont eu foi en ses capacités de réussite
Nuage

 

 

Atteinte de trisomie 21, elle obtient son bac avec mention

 

Atteinte de trisomie 21, Yasmine Berraoui a pourtant décroché un baccalauréat scientifique, option physique-chimie, avec la mention Assez Bien. Une réussite. 

Vendredi dernier, c’était le grand jour pour Yasmine Berraoui, une étudiante scolarisée dans un lycée français à Casablanca (Maroc). Comme des milliers d’autres lycéens, la jeune femme a été chercher ses résultats du bac. Verdict : elle a obtenu son baccalauréat scientifique, option physique-chimie, avec l’honorable moyenne de 12,3/20 et la mention Assez Bien.

Une histoire banale ? Pas tellement : Yasmine Berraoui est en effet atteinte de trisomie 21, une pathologie génétique qui touche en moyenne un bébé sur 800, et qui entraîne bien souvent une déficience intellectuelle chez les malades. 

La réussite de Yasmine est d’autant plus impressionnante que la jeune femme n’a jamais bénéficié de traitement de faveur au sein de son lycée. 

Pour assurer l’avenir de leur fille, ses parents ont effectivement dû mener de front un combat contre l’ignorance sur ce handicap qui est ancré jusque dans le milieu médical.

« Nous avons amené ma fille chez une psychiatre pour avoir de l’aide. Elle nous a accusé de mythomanie lorsque nous lui avons dit qu’elle était normalement scolarisée. Le choc inoubliable, c’est quand un professeur qui était à l’époque un ami, croyant me consoler après la naissance de Yasmine m’a dit « de toutes les façons, ils ne vivent pas longtemps » », écrit Jamal Berraoui.

Allant contre tous les avis, ils ont cependant cherché des solutions pour que Yasmine grandisse comme tout le monde.

« A coup de sessions d’éducation psychomotrice, d’appui psychologique, d’espoir et de foi, nous sommes parvenus, à atténuer l’impact de cette infirmité sur elle », témoigne-t-il, tout en regrettant le manque évident de moyens et de structures existants pour y parvenir. « Les parents ne sont pas pris en charge.

Très rares sont ceux qui savent qu’il faut recourir aux spécialistes pour aider les enfants à acquérir rapidement la motricité, la parole etc… C’est en plus très coûteux, ce qui exclut les couples démunis. »

« Yasmine a intégré le cursus scolaire normal, raconte le père de la jeune femme. Elle a toujours eu des notes qui la classent parmi les bons élèves, aux alentours de 14/20 de moyenne. Mais elle travaille deux fois plus que les autres depuis le primaire, et nous l’avons fait bénéficier de cours de soutien. Cette année, nous n’avons pas eu un seul week-end en famille, parce qu’elle travaillait tout le temps. La récompense, la réussite de Yasmine n’en est que plus belle. »

Tous les espoirs sont permis

Le père de Yasmine espère que la réussite de sa fille redonnera de l’espoir à tous les parents d’enfants trisomiques et les incitera à ne pas baisser les bras.

« Bien souvent, les parents de trisomiques sombrent dans la sinistrose, explique-t-il sur son blog. Pourtant, avec des efforts, tous les espoirs sont permis. »

Et d’ajouter, plein de fierté :

« Un enfant handicapé, ce n’est ni une punition ni une impossibilité à vivre. C’est juste une opportunité pour sublimer son amour parental. »

 

 

http://www.topsante.com/

http://www.aufeminin.com