Ontario ►Un chien reçoit une carte de crédit


Avec la robotisation des données, j’ai la nette impression que ce genre d’erreur est beaucoup plus fréquent .. soit qu’on accorde a des animaux ou des enfants ou même des gens non solvable … Je trouve aberrant qu’on offre du crédit a tout le monde, même si en bout de ligne cette carte pourrait être refusée par la compagnie .. Trop de gens sont endettés a cause de ces cartes qui en fait n’est qu’illusion
Nuage

 

Ontario ►Un chien reçoit une carte de crédit

 

Un chien reçoit une carte de crédit

Crédit photo : Agence QMI

Par Daniel Punch | Agence QMI

Un chien aurait pu obtenir un crédit de près de 30 000 $, s’il n’était pas mort 10 ans plus tôt.

C’est en fouillant son courrier la semaine dernière que Kelly Sloan, à l’époque propriétaire de Spark, une chienne moitié épagneul moitié shetland, a découvert une lettre de Capital One offrant à la destinataire la carte de crédit avec un taux d’intérêt réduit.

«Nous n’offrons pas notre faible taux d’intérêt à long terme à n’importe qui», pouvait-on lire dans la lettre, adressée à Spark Sloan, qui est décédée à l’âge d’environ 13 ans il y a plus de 10 ans.

«Ils ont le bon nom, la bonne adresse, et c’est une sacrée bonne affaire. Elle peut remplir le formulaire en ligne et, j’imagine, obtenir sa carte», de dire M. Sloan.

«Avec l’état actuel de l’économie, je peux comprendre qu’ils deviennent un peu plus flexibles qu’ils l’étaient lorsqu’il s’agit de distribuer des cartes de crédit.»

Les démêlés de la famille Sloan avec Capital One ne s’arrêtent pas là. Ils ont en fait commencé il y a plus d’une décennie lorsque le père de Kelly Sloan, qui avait une carte de crédit de la compagnie, est décédé. C’était en 1999. M. Sloan avait contacté Capital One pour que la carte de son père soit annulée, mais les avis, les mises à jour et les demandes d’information ont continué à arriver, au nom du défunt.

«Je les contactais et je leur disais : ‘la personne est morte, arrêtez, SVP’», s’est rappelé Kelly Sloan.

Les envois de la compagnie ne se sont pas arrêtés.

Frustré, M. Sloan a, un jour, rempli un formulaire avec une touche de créativité; des années plus tard, Spark, sa chienne, reçoit maintenant des offres posthumes dans le courrier.

Lorsque contactée, Capital One s’est excusée pour l’erreur.

«Nous faisons des vérifications pour nous assurer que nous les envoyons aux bonnes personnes, mais, de toute évidence, une erreur a été commise ici, et nous nous en excusons», a indiqué Laurel Ostfield, une représentante de Capital One.

Mme Ostfield a ajouté que la compagnie recueille des données de différentes façons, expliquant comment un formulaire sur lequel un nom d’animal est inscrit peut faire son chemin jusqu’à une liste d’envoi.

La lettre était une offre sujette à approbation, a précisé la porte-parole. Spark aurait à franchir encore d’autres étapes avant de mettre la patte sur une carte de crédit.

«Lorsque nous recevons une demande complétée, nous procédons à un certain nombre de vérifications additionnelles afin de confirmer que l’information fournie est juste», a expliqué Mme Ostfield, ajoutant que «seuls les demandeurs légalement approuvés seront considérés».

Kelly Sloan dit qu’il en a eu assez de la confusion de Capital One, ajoutant, du même souffle, que la compagnie aurait au moins pu offrir un meilleur taux.

«C’est garanti, a-t-il souligné, mais je crois que c’est encore deux pour cent au dessus du taux préférentiel!»

http://tvanouvelles.ca

Protégez vos données, elles valent de l’or!


Plus nous sommes sur Internet, plus nous partageons divers renseignements, mais il est important d’avoir un bon comportement face aux sites qui demandent des informations personnelles. Il faut s’assurer de ne donner que le strict minimum et que ce soit sur une page sécurisé pour le protéger nos biens et notre vie personnelle
Nuage

Protégez vos données, elles valent de l’or!

Entrevue avec Jennifer Stoddart - Protégez vos données, elles valent de l'or!

© Shutterstock

Agence QMI
Gérard Samet

Jennifer Stoddart, Commissaire à la protection de la vie privée du Canada, donne quelques trucs pour protéger vos données personnelles et commente la situation actuelle.

1- Comment peut-on protéger ses données personnelles du vol ou de l’utilisation abusive?

Il n’est pas possible d’éliminer les risques, mais de les atténuer.
Voici comment:
– vous assurer que la version la plus récente de votre navigateur internet est installée sur votre ordinateur avec les dernières options de confidentialité;
– prendre le temps de lire les politiques de confidentialité des sites internet avant de transmettre des renseignements personnels et vous assurer de ne jamais accepter quelque chose que vous ne comprenez pas;
– ne fournir que les renseignements absolument nécessaires lorsque vous remplissez un formulaire de demande en ligne.

2- Les données concernant la santé sont elles assez protégées?

Ce sont les Provinces qui gèrent les services publics de santé. Il faudrait leur demander.

Le Commissariat recommande d’être prudent et de prendre le temps de se renseigner au sujet de la politique de confidentialité de toute entreprise proposant, par exemple, des services d’examen génétique s’adressant directement aux consommateurs.

3- Les données concernant les paiements par carte de crédit sur internet sont elles assez protégées?

Le mieux est de vous assurer que la connexion est sécurisée
(chiffrée) avant de transmettre des renseignements sur votre carte de crédit ou d’autres informations financières. Recherchez dans le navigateur une connexion qui commence par « https » plutôt que par « http ».

4- L’utilisation des réseaux sociaux est-elle dangereuse pour nos données personnelles?

L’affichage de renseignements personnels en ligne peut avoir de lourdes conséquences.

Des personnes ont été congédiées, ont échoué à une entrevue d’emploi, ont raté des possibilités d’études ou ont été suspendues de leur établissement scolaire.

Les sites de réseautage sont de plus en plus ciblés par les fraudeurs, à la recherche d’adresses électroniques associées à des renseignements personnels, comme le lieu de travail, le niveau de scolarité, les amis, les membres de la famille, les émissions de télévision préférées, etc.

5- Nos comportements et nos goûts, que nous manifestons sur internet, ne peuvent-ils pas être récupérés par des commerçants pour des sollicitations commerciales?

La publicité comportementale en ligne implique des activités de suivi des consommateurs au fil du temps dans le but de diffuser des publicités qui sont ciblées selon leurs intérêts présumés. En décembre, nous avons publié de nouvelles lignes directrices sur la publicité comportementale en ligne, qui établissent également des restrictions sur le suivi des enfants et l’utilisation de technologies de suivi que l’internaute ne peut désactiver.

6- Que peut-on souhaiter pour ce 28 janvier, journée de la protection des données personnelles?

Dans un monde idéal, nous aimerions que les individus et les organisations placent la vie privée et les renseignements personnels au centre de leurs préoccupations quotidiennes.

 
http://fr.canoe.ca/