L’ouragan Florence «ravage» la Caroline du Nord et fait deux morts


Même si l’ouragan Florence a baissé d’intensité à catégorie 1, elle demeure quand même destructrice à cause des vents et des pluies torrentielles. La Caroline du Nord, subit des inondations qui risquent de durer quelques jours. Des gens qui ont voulu affronter Florence se sont retrouver pris au piège
Nuage

 

L’ouragan Florence «ravage» la Caroline du Nord et fait deux morts

 

Déversant des pluies torrentielles et provoquant des crues spectaculaires, l’ouragan Florence est en train de «ravager» la Caroline du Nord, a déploré vendredi le gouverneur de cet État américain, mettant en garde contre le risque d’«inondations catastrophiques» alors que des dizaines d’habitants se sont déjà retrouvés piégés.

«Nous sommes très inquiets du fait que des localités entières puissent être détruites», a lancé le gouverneur Roy Cooper en conférence de presse.

Aucun décès n’est pour l’instant à déplorer, selon lui. Au moins une personne a été blessée dans la chute d’un arbre à Wilmington, dans le sud-est du pays, et les pompiers craignent que le bilan ne s’alourdisse.

L’ouragan Florence a touché terre près de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, à 07h15 (11h15 GMT), avec des vents maximum estimés à 150 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Légèrement retombés depuis, ses vents restaient toutefois violents, à 130 km/h à 11h00 (15h00 GMT), selon le NHC. L’ouragan est classé en catégorie 1 sur l’échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq.

«Des inondations catastrophiques de cours d’eau douce sont attendues dans des zones de la Caroline du Sud et du Nord», prévoient les météorologues du NHC.

La région fera face à une «menace importante» pendant encore au moins un jour, voire 36 heures, selon un responsable de l’Agence fédérale américaine des situations d’urgence (Fema), Jeff Byard.

Facteur aggravant: Florence avance lentement, à 6 km/h, et déverse donc ses pluies torrentielles pendant de longues heures sur les mêmes régions alors que les sols sont gorgés d’eau après déjà deux semaines d’importantes précipitations.

Des pluies de cette intensité n’arrivent «qu’une fois tous les mille ans», a lancé Roy Cooper.

La rivière Neuse a gonflé jusqu’à trois mètres au-dessus de son niveau habituel, a-t-il précisé, et le niveau des rivières «va monter pendant des jours».

Dans la ville portuaire de Wilmington, des arbres ont été déracinés, des panneaux renversés et des vitres brisées sous la force du vent et des trombes d’eau.

Fouad Iliou, un Brestois, était venu rendre visite à sa soeur, installée depuis des années à Wilmington.

«Le vent a fait de gros dégâts, un arbre est tombé dans le jardin et un autre dehors à côté des voitures. Mais je n’ai pas eu peur, les Bretons, surtout à Brest, sont habitués aux tempêtes», a-t-il témoigné.

Habitants pris au piège

À plus d’une centaine de kilomètres au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s’est transformée en ville-fantôme. La force de l’ouragan commençait à se faire sentir nettement à la mi-journée, et un rideau serré de pluie s’abattait sur l’océan, accompagné d’éclairs.

«Cela fait peur mais c’est beau», a confié à l’AFP Scott Brauer, retraité de 71 ans qui se promenait en bord de mer peu avant l’arrivée de la tempête.

Environ 1,7 million d’habitants ont été sommés de se mettre à l’abri, loin du littoral, la plupart dès mardi. Mais certains n’ont pas suivi cette consigne.

En Caroline du Nord, les secouristes ont dû venir en aide à entre 150 et 200 personnes dans la ville de New Bern, construite sur les flancs d’une rivière, selon David Daniels de la police de la ville. Les opérations se poursuivaient vendredi pour secourir des dizaines d’autres résidents.

«En quelques secondes, l’eau est montée jusqu’à la taille, maintenant elle est à hauteur d’épaule», a raconté à CNN une habitante de la ville, Peggy Perry, réfugiée avec trois membres de sa famille au sommet de sa maison.

À Jacksonville, plus de 60 résidents d’un hôtel ont également été mis à l’abri dans la nuit après l’effondrement d’une partie du toit.

Certaines zones inondées sont trop dangereuses pour que «nos secouristes interviennent», a expliqué Jeff Byard.

Environ un demi-million de personnes sont déjà privées d’électricité en Caroline du Nord qui compte quelque 10 millions d’habitants, selon Roy Cooper, et ce nombre va croissant.

Quelque 20 000 personnes ont trouvé refuge dans plus de 150 centres d’accueil en Caroline du Nord.

Un couvre-feu a été instauré dans plusieurs localités de la côte atlantique pour éviter les pillages.

L’ouragan doit s’enfoncer vers l’intérieur des terres, à travers l’extrême sud-est de la Caroline du Nord et la pointe est de la Caroline du Sud jusqu’à samedi. Il virera alors vers le nord, selon le NHC, avec une «perte importante d’intensité» dès ce weekend.

Deux morts en Caroline du Nord

L’ouragan Florence a fait ses deux premiers morts aux États-Unis, une femme et son bébé, a annoncé vendredi la police de Wilmington, en Caroline du Nord.

«Une femme et son bébé ont été tués lorsqu’un arbre est tombé sur leur maison. Le père a été blessé et hospitalisé», a écrit la police sur Twitter.

 Accompagné de pluies torrentielles et de vents violents, l’ouragan a touché terre en Caroline du Nord vendredi matin.

 

 

 

 

 

 

http://journalmetro.com/mond

L’ouragan Florence s’essouffle mais menace de graves inondations


Les Américains dont les états sont directement concernés par l’ouragan Florence doivent être stressés, depuis des jours ont annonce que Florence sera un ouragan destructeur, puis baisse d’intensité, mais les pluies seront par contre diluvienne et ils prévoient donc de grandes inondations.
Nuage

 

L’ouragan Florence s’essouffle mais menace de graves inondations

 

AP

La côte est des États-Unis n’a plus que quelques heures à attendre avant l’arrivée de l’ouragan Florence, qui s’est encore un peu essoufflé mais qui reste extrêmement dangereux car il draine des pluies diluviennes et un risque d’inondations catastrophiques.

«Des bandes de pluies accompagnées de rafales de vents dignes de la force d’une tempête tropicale arrivent sur les côtes des Outer Banks en Caroline du Nord», a indiqué jeudi le Centre national des ouragans (NHC) dans son bulletin de 8h00 (12h00 GMT).

«Une montée des eaux et des chutes de pluies potentiellement mortelles sont attendues», a-t-il prévenu.

L’oeil de l’ouragan, qui a été rétrogradé dans la nuit de mercredi à jeudi en catégorie 2 (175 km/h), sur une échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, «va approcher les côtes de Caroline du Nord et du Sud plus tard aujourd’hui».

Il menace des millions d’habitants sur les côtes et à l’intérieur des terres car, outre la hausse du niveau de l’océan (jusqu’à près de 4 mètres), il est gorgé d’eau (jusqu’à un mètre de pluie). Il se déplaçait à 20 km/h mais devrait ralentir, donc déverser ses pluies au-dessus des mêmes zones.

«Nous sommes totalement prêts pour l’ouragan Florence, tandis que la tempête grossit encore et est plus puissante. Soyez prudents!», a tweeté jeudi matin le président Donald Trump.

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l’abri loin du littoral de la Caroline du Sud, de la Caroline du Nord et de la Virginie. Ces trois États de la côte atlantique sont les plus menacés, mais la Géorgie a aussi décrété, mercredi, l’état d’urgence pour débloquer des moyens matériels par précaution.

Wilmington, station balnéaire de Caroline du Nord comptant un peu plus de 100 000 habitants, s’est préparée à l’impact. Jeudi matin, Florence se trouvait à 275 km des côtes.

Les rues étaient quasi désertes mercredi déjà, les commerces et les habitations calfeutrés derrière des planches de contreplaqué, les supermarchés vidés et les pompes à essence à sec.

«Wilmington reste soudée», «Flo, tu n’es pas la bienvenue ici», pouvait-on lire sur la devanture du bar Tavern Law.

«Evacuez»

Les appels à évacuer rapidement les zones à risques se sont multipliés mercredi.

«Après aujourd’hui, il sera vraiment trop tard. N’attendez pas la dernière minute», a lancé Brenda Bethune, la maire de Myrtle Beach, célèbre station balnéaire de Caroline du Sud.

Dans un camp de mobil-homes de la banlieue de Wilmington, les habitants s’apprêtaient à partir après avoir protégé portes et fenêtres.

«J’ai deux enfants et je veux les emmener aussi loin que possible d’ici et des dangers de l’ouragan», a expliqué à l’AFP Alondra Espinoza.

Solange Iliou Thompson, propriétaire du restaurant Indochine, a choisi de rester même si son établissement est fermé, faute de main d’oeuvre.

«Moi je reste ici, le bâtiment est solide, je n’ai aucune inquiétude, le bouddha va nous protéger», a témoigné cette Vietnamo-Bretonne, installée depuis plus de 40 ans aux États-Unis.

«Il n’y a rien à faire, on ne peut pas arrêter Mère Nature», a-t-elle ajouté, alors que le vent a commencé à se lever sur Wilmington en début d’après-midi mercredi.

«J’ai téléchargé des films coréens pour passer le temps et nous avons de quoi faire avec le vin et les réserves du restaurant», a-t-elle expliqué.

À 300 km plus au sud, Charleston comptait aussi des irréductibles.

«J’ai fait Hugo», a dit à l’AFP un électricien de 50 ans rencontré à une station-essence de Charleston, ville touristique de Caroline du Sud, en faisant référence à l’ouragan qui avait ravagé l’État en 1989. «Il y aura un peu plus d’eau mais on va s’en sortir, j’ai confiance. On a tout ce qu’il faut, on est prêt».

Florence va «être comme un direct de Mike Tyson sur la côte» des Carolines, a prévenu Jeff Byard, responsable de l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (Fema).

Selon le fournisseur d’électricité Duke Energy, basé à Charlotte (Caroline du Nord), entre un et trois millions d’usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline et les réparations pourraient durer plusieurs semaines.

Le gouverneur de Géorgie Nathan Deal a expliqué vouloir «mobiliser toutes les ressources disponibles» pour faire face au vents violents et à la pluie intense.

http://journalmetro.com/

L’Ouragan Florence : la population fuit la cote est


 

L’ouragan Florence qui va s’abattre sur les États côtiers risque de faire de gros dégâts sur nos voisins américains. 3 états la Caroline du Sud, la Caroline du Nord et la Virginie, se préparent au pire, Washington subira aussi des conséquences pour plusieurs jours de la montée des eaux
Nuage

 

L’Ouragan Florence : la population fuit la cote est

Entrez la légende de la vidéo ici

De longues files de voitures se sont formées mardi sur les routes du littoral d’une vaste zone de l’est des États-Unis où la population fuyait vers l’intérieur des terres avant l’arrivée de Florence, un ouragan potentiellement dévastateur attendu avec des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes.

Les opérations d’évacuation concernent 1,7 million de personnes en Caroline du Sud, Caroline du Nord et en Virginie. Les trois États sont les plus menacés par Florence, qui progresse vers l’ouest et le nord-ouest à une vitesse de 28 km/h et devrait atteindre jeudi les côtes américaines, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Mais l’ouragan, classé mardi en catégorie 4 (sur 5) sur l’échelle de Saffir-Simpson avec des vents atteignant 220 km/h, pourrait sévir jusqu’en Pennsylvanie, a mis en garde l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (FEMA).

Solidarité

À Charleston, certains ont pourtant ignoré les consignes d’évacuation alors que le Soleil baignait la grande ville touristique de Caroline du Sud, où de nombreux restaurants et magasins ont fermé.

Desiree Taylor, une infirmière, va rester dans son appartement de la banlieue de la ville. Elle compte sur ses voisins et leur générateur électrique pour alimenter son réfrigérateur.

«Tout le monde est solidaire», explique-t-elle.

D’autres habitants ont choisi de partir. Michael Kennedy, ingénieur chez Boeing, va rejoindre ses parents à Atlanta, en Géorgie.

Sa compagne, Emily Whisler, a été réquisitionnée par l’université de médecine de la ville.

«Ils m’ont dit d’apporter une couverture et un oreiller, je vais rester là-bas plusieurs jours», a-t-elle dit.

En Virginie, près d’un millier de détenus ont été transférés dans une prison de l’intérieur de l’Etat. Mais en Caroline du Sud, un millier d’autres vont rester dans leur centre de détention «pour leur sécurité», selon les médias locaux citant un porte-parole des services pénitentiaire.

Les supermarchés ont été pris d’assaut par la population qui faisait le plein d’eau, de nourriture et de produits de première nécessité. De nombreux habitants ont également calfeutré portes et fenêtres de leur logement en prévision des vents violents.

L’agence fédérale chargée du contrôle des armes à feu (ATF) a également recommandé aux armuriers de mettre à l’abri leurs stocks d’armes, d’explosifs et de munitions.

«C’est un ouragan puissant qui va frapper les côtes de Caroline comme les habitants n’en ont pas vu depuis des décennies», a affirmé Jeffrey Byard, un responsable de la Fema à Washington.

Ils doivent s’attendre à des coupures d’électricité, des destructions de bâtiments, de routes et de ponts, ainsi qu’à des inondations d’envergure, des dégâts qui peuvent «potentiellement faire des victimes», a-t-il averti.

Après les trois États côtiers et le Maryland, la capitale fédérale Washington a également déclaré l’État d’urgence, redoutant les précipitations portées par l’ouragan qui pourraient provoquer des crues soudaines alors que les sols sont déjà gorgés d’eau après plusieurs jours de pluie.

Le Potomac, qui longe la capitale fédérale, était déjà en crue mardi et inondait la vieille ville d’Alexandria, en Virginie, où les autorités ont fourni des sacs de sable aux habitants pour se protéger de la montée des eaux.

Dans son bulletin de 17h00, le NHC a mis en garde contre une «montée des eaux potentiellement mortelle sur les côtes» de Caroline du Nord et du Sud, jusqu’à la baie de Chesapeake, dans le sud du Maryland.

Une rue inondée dans la ville d'Alexandria, en... (AFP) - image 3.0

Une rue inondée dans la ville d’Alexandria, en Virginie.

AFP

Inondations majeures 

Les autorités s’attendent à des inondations majeures, avec des montées d’eau de 35 à 50 cm, et à des crues à l’intérieur des terres jusqu’en début de semaine prochaine.

«Nous n’avons été jamais aussi prêt» pour affronter l’ouragan, a assuré le président américain Donald Trump après avoir été informé des mesures mises en place.

«Il est terriblement gros, terriblement humide, un niveau d’eau terrible», a-t-il ajouté depuis le bureau Ovale.

Deux autres dépressions suivent Florence dans l’Atlantique.

Helene, un ouragan de catégorie 2, a pris une trajectoire nord-ouest et devrait perdre progressivement en vigueur au milieu de l’océan.

Avec des vents de 110 km/h, la tempête tropicale Isaac prenait pour sa part la direction des Petites Antilles, qui se remettent encore du passage de Maria.

Entre août et septembre 2017, les trois puissants ouragans Harvey, Irma et Maria ont causé la mort de milliers de personnes et provoqué des milliards de dollars de dégâts dans les Caraïbes et le sud-est des États-Unis.

http://www.lapresse.ca/

Découverte d’un ancien dauphin, minuscule et sans dents


Les archéologues ont trouvé un très petit dauphin vieux de 30 millions d’années, une des grandes caractéristiques a part sa grandeur, il était édenté. Pour les scientifiques, cet animal vient de prouver que son évolution à été rapide seulement 4 millions d’années pour acquérir des dents
Nuage

 

Découverte d’un ancien dauphin, minuscule et sans dents

 

Le «vieux» dauphin était minuscule, sa longueur étant... (Image fournie par l'AFP)

Le «vieux» dauphin était minuscule, sa longueur étant évaluée à 1,2 – 1,5 mètre.

IMAGE FOURNIE PAR L’AFP

 

Agence France-Presse
Paris

Tout petit, sans dents, mais portant la moustache: un étrange dauphin, vieux d’environ 30 millions d’années, a été découvert aux États-Unis prouvant, selon les chercheurs, qu’une espèce peut totalement se transformer en seulement 4 millions d’années.

Le curieux animal, baptisé «Inermorostrum xenops», a été découvert par un plongeur dans la rivière Wando en Caroline du Sud aux États-Unis. Il représente un membre ancien de la famille des odontocètes qui comprend aujourd’hui les cachalots, les orques, les dauphins ou encore le narval.

Ce dauphin archaïque était «étonnamment minuscule» selon une équipe de chercheurs menée par Robert Boessenecker du College of Charleston qui évaluent sa longueur à 1,2 – 1,5 mètre. Son museau «extrêmement court» était «entièrement dépourvu de dents», mais probablement doté de larges lèvres et de moustaches.

Des caractéristiques exceptionnelles:

«Tous les autres Xenorophidaes sont plus grands en taille, ont un museau au moins trois fois plus long et une dentition complète avec au moins 11 dents sur la mâchoire supérieure».

Outre lui octroyer un physique original, ces particularités atomiques indiquent que l’animal se nourrissait uniquement par aspiration. Il devait, comme de nos jours le morse, s’alimenter des poissons, de calmars ou d’autres invertébrés à corps mous en fouillant les fonds marins.

Mais pour les chercheurs dont les travaux sont publiés dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B, cette découverte fait bien plus qu’agrandir le club des odontocètes: elle prouve la rapidité avec lequel un type d’animal peut se transformer en un autre type, très différent.

Car quatre millions d’années avant le Inermorostrum xenops, les odontocètes apparaissaient dans les océans, mais avec des dents !

«Il n’a fallu que quatre millions d’années pour que les tout premiers odontocètes évoluent et engendrent un spécialiste de l’alimentation par aspiration, sans dents», notent les chercheurs.

http://www.lapresse.ca/

Le trait physique héréditaire comique de cette fillette


L’achromotrichi est un trait physique héréditaire et dans cette famille, cela donne un très bel effet sur leurs cheveux. C’est très joli
Nuage

 

Le trait physique héréditaire comique de cette fillette

 

Comme sa maman, sa grand-mère et son arrière-grand-mère avant elle.

Une petite fille de Ridgeland (Caroline du Sud) est née avec un trait physique commun à sa maman et à sa grand-mère: elle a une touffe de cheveux blancs au milieu de sa masse capillaire.

C’est donc également le cas de sa maman Brianna; de sa grand-mère Jennifer et même de son arrière-grand-mère Jaonne. Brianna a toujours vu ses cheveux blancs comme une « tache de naissance ».

Cela s’appelle l’achromotrichi, une dépigmentation de la pilosité et ce serait lié à un manque de mélanine dans le corps.

C’est héréditaire mais l’achromotrichie peut également survenir avec des complications médicales rares, comme le vitiligo ou la sclérose tubéreuse de Bourneville. Brianna est ravie d’avoir transmis ce petit trait physique original à sa fille.

« A l’école primaire, les enfants sont un peu durs mais quand vous grandissez, ça devient cool. Je lui dirai qu’elle est unique et qu’elle est belle. »

http://www.7sur7.be/

Des hommes habillés en clowns tentent d’attirer des enfants dans les bois


Est-ce vrai où c’est un canular que des gens qui se déguisent en clown pour terroriser les enfants et adultes ? Cela provoque une peur incontrôlable aux États-Unis, qui est augmenter par les réseaux sociaux.
Nuage

 

Des hommes habillés en clowns tentent d’attirer des enfants dans les bois

 

À quelques semaines d’Halloween, fête pendant laquelle les Américains adorent mettre des costumes lugubres, une série de clowns sinistres aperçus à travers les Etats-Unis crée la panique, forçant police, écoles et même la Maison Blanche à intervenir.

(…) Les provinces du Canada prennent aussi au sérieux le phénomène des clowns terrifiants.

Les premiers signalements de ces silhouettes effrayantes ont eu lieu en août en Caroline du Sud quand la police a été appelée pour enquêter sur des informations selon lesquelles des hommes habillés en clowns tentaient d’attirer des enfants dans les bois.

Elles se sont révélées fausses, mais depuis des signalements similaires de clowns rôdant près des écoles ou d’entreprises, parfois armés au volant de camionnettes, ont eu lieu dans des douzaines d’Etats.

Une école en Ohio (nord) a fermé par précaution après qu’une femme eut dit avoir été attaquée par un homme habillé en clown.

Des centaines d’étudiants de l’université Penn State, en Pennsylvanie (est), sont partis à la chasse au clown mardi soir après des signalements semblables.

La Maison Blanche est même intervenue pour dire lors d’un briefing que ces rôdeurs devaient être pris au sérieux et que 12 personnes avaient déjà été arrêtées. La police fédérale (FBI) et le département de la Sécurité ont été consultés sur la manière de réagir à cette menace potentielle.

A quelques semaines d’Halloween, le 31 octobre, quand des millions d’enfants déguisés vont de maison en maison récolter des bonbons sous la menace de jeter des sorts (le fameux « trick or treat »), le phénomène a également envahi la toile avec « #IfISeeAClown » (si je vois un clown) parmi les hashtags les plus populaires sur Twitter et le compte @SpookyClowns (clowns effrayants) attirant plus de 200.000 abonnés.

Le réseau social Instagram croule aussi sur les photos de gens habillés en clowns qui prennent des poses menaçantes ou au contraire offrant des câlins.

Phobie

La paranoïa est telle que les autorités de Californie et de l’Oregon se sont trouvées forcées d’intervenir pour répondre aux signalements de clowns et aux menaces sur les réseaux sociaux dirigés contre des écoles, considérés comme des canulars.

Le sergent Juan Briseno, de la police du comté de Los Angeles, a expliqué à l’AFP que les patrouilles avaient augmenté dans la ville de Carson, en banlieue de Los Angeles, à la suite de messages menaçants sur Twitter, et qu’un officier de police rattaché aux écoles avait été dépêché pour informer chaque établissement du problème.

Autre ville proche de Los Angeles, Lancaster a aussi été prise de panique quand des hommes portant des masques de clowns et qui auraient peut-être porté des couteaux ont été vus à pied, tentant d’effrayer les gens, selon la police.

Une école dans l’Oregon s’est trouvée contrainte d’envoyer un email à tous les parents pour les rassurer après des rumeurs qu’un clown prévoyait de s’en prendre à des étudiants.

L’épidémie, réelle ou imaginée, de clowns effrayants et la paranoïa qu’elle entraîne est à rapprocher du phénomène de « coulrophobie », nom clinique donné par les psychologues à la phobie des clowns, et qui a augmenté dans la foulée du roman de Stephen King publié en 1986 « Ça », par la suite adapté en film, qui dépeint un clown malfaisant.

« Près d’une personne sur dix dit avoir la phobie des clowns », fait remarquer Matthew Lorber, directeur du service de psychiatrie pour enfants et adolescents de l’hôpital Lenox Hill à New York.

« Ne pas être en mesure de voir le visage de quelqu’un fait peur aux enfants », ajoute-t-il.

D’après M. Lorber, la chambre de résonance des réseaux sociaux attise cette phobie, qui pourrait se traduire par des traumatismes et attaques de panique durables chez certains jeunes enfants.

En tout cas, l’école de cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey ne trouve pas ce phénomène très drôle.

« Cela perturbe nos clowns qui veulent juste faire rire et sourire les gens », a écrit l’établissement dans un communiqué transmis aux médias américains.

Mais Stephen King, le pape du roman d’horreur, a appelé tout le monde à arrêter « l’hystérie » sur Twitter:

« la plupart d’entre eux sont gentils, ils amusent les petits et font rire les gens ».

http://quebec.huffingtonpost.ca/

À 2 ans, elle appelle la police… pour qu’on l’aide à enfiler son pantalon


De quoi à faire sourire ! Déjà à 2 ans, cette petite fille sait se servir du téléphone pour les urgences. Reste qu’une urgence peut-être bien des choses à cet âge. Une situation cocasse que la policière a accepté d’aider la petite fille en « détresse »
Nuage

 

À 2 ans, elle appelle la police… pour qu’on l’aide à enfiler son pantalon

 

La belle histoire du jour : à 2 ans, elle appelle la police... pour qu'on l'aide à enfiler son pantalon

URGENCE ABSOLUE – Aaliyah a composé le 911 pour une urgence un peu spéciale : elle n’arrivait pas à enfiler son pantalon toute seule. Une policière est venue l’aider.

Le 911, le numéro d’urgence de la police américaine, est réservé aux situations graves. C’est la leçon qu’Aliyah avait apprise auprès de son père. Il y a quelques jours pourtant, la police de Greenville, en Caroline du Sud, reçoit un appel étrange.

Personne au bout du fil

Lorsqu’il décroche, l’officier de police entend distinctement une voix de petite fille répéter plusieurs fois « Allô » avant de raccrocher. Pensant qu’il s’agit d’un enfant qui joue avec le téléphone, il décidé par acquis de conscience d’envoyer une voiture vérifier que tout va bien au domicile dont l’adresse s’affiche automatiquement sur son écran.

Arrivée sur place, l’agent Martha Lhones frappe à la porte et patiente. au bout de quelques secondes, une petite fille lui ouvre, pantalon aux genoux, visiblement ravie. Aliyah, 2 ans à peine, lui explique qu’elle a appelé parce qu’elle n’arrivait pas à enfiler son pantalon toute seule.

Martha a « rempli sa mission »

Sans hésiter, Marha Lhones se jette dans l’action, attrape la petite fille, l’assoit sur ses genoux et l’aide à mettre son pantalon. Un geste qui a beaucoup fait rire les parents de la petite Aliyah, qui ont tout de même rappelé à leur fille les règles d’utilisation du 911. De son côté, le shériff du Comté s’est dit ravi du comportement de la policière.

« Nous servons aussi à rendre service, alors d’une certaine manière, elle a rempli sa mission ».

http://www.metronews.fr/

Des îles flottantes de fourmis en Caroline du Sud


Les inondations en Caroline du Sud aux États-Unis ont fait beaucoup dégâts, des rues, des maisons, des automobiles inondées. Les animaux et insectes voient aussi leur environnement détruit et chacun survit à sa manière
Nuage

 

Des îles flottantes de fourmis en Caroline du Sud

 

(capture d’écran, Fox News)

Alors que des inondations sans précédent ont touché la côte de la Caroline du Sud ce weekend, un journaliste du réseau américainFox News est tombé sur une île flottante formée de fourmis, phénomène plutôt impressionnant.

Ce qui ressemblait à première vue à de la boue flottant à la surface s’est avéré être une île flottante constituée de milliers de fourmis formant un radeau, afin de rester au sec.

Les images ont été filmées dans le comté de Greenville, dimanche dernier.

D’autres personnes ont également été témoins à plusieurs endroits de ces fourmis qui s’entraident pour survivre dans des conditions difficiles.

Selon les experts, ce comportement des fourmis est tout à fait normal, même habituel, même s’il n’est pas observé régulièrement.

Selon le National Geographic, les fourmis, dès qu’elles perçoivent une montée de l’eau ou un risque d’inondation, protègent leurs oeufs et forment leur embarcation.

Grâce aux poils sous leur ventre, les fourmis se situant au «rez-de-chaussée» arrivent même à rester au sec, puisqu’une couche d’air forme un coussin.

http://tvanouvelles.ca/

Parents arrêtés Cruellement punie pour avoir mangé un Pop-Tart


Il ne faut pas s’étonner si des enfants développeraient des problèmes de comportement alimentaire après un tel abus de pouvoir de leur parent.
Nuage

 

Parents arrêtés

Cruellement punie pour avoir mangé un Pop-Tart

 

Cruellement punie pour avoir mangé un Pop-Tart

Crédit photo : Gracieuseté

Des parents ont obligé leur fille de 14 ans à vivre seule dans les bois, afin de la punir d’avoir grignoté un Pop-Tart.

La police, qui a été alertée par la grand-mère de l’adolescente, a arrêté les parents de l’enfant pour négligence, écrit WNCN.Crystal Lynn Driggers, 36 ans, et James Allen Driggers, 33 ans, des adeptes de culturiste de Dalzell en Caroline du Sud ont forcé leur fille, qui avait mangé une collation sans leur consentement, à demeurer dans une tente dans la forêt où il y aurait des chiens sauvages toujours d’après le site web américain.

Violents orages

Seule à plus d’un demi-kilomètre du domicile familial, ses parents lui avaient laissé seulement un rouleau de papier de toilette, une lampe de poche, un sifflet et une montre.

L’enfant n’avait aucune nourriture en sa possession. Elle devait retourner chez elle à l’heure prévue, mais demeurer derrière la clôture, afin de recevoir son repas.

La jeune fille a également été laissée à elle-même pendant les orages violents qui ont secoué la région. Elle a été confiée aux services sociaux en attendant la suite de l’enquête.

Les quatre autres enfants de Crystal Lynn Driggers et James Allen Driggers sont gardés chez leurs grands-parents.

 

http://tvanouvelles.ca/

Amputée des deux pieds, une petite fille retrouve le sourire grâce à un chiot à une patte


Être différent pour un enfant peut amener une difficulté de sociabiliser et l’aide d’un chienne thérapie et qui surtout l’animal à des problème similaire pourra sans doute, donner une meilleure confiance pour grandir
Nuage

 

Amputée des deux pieds, une petite fille retrouve le sourire grâce à un chiot à une patte

 

Par Sophie Le RouxCrédits

photo : Twitter – Greenville Shriners

Lieutenant. Dan, un chiot Berger allemand blanc comme neige, est né avec une seule patte de devant. Sa maîtresse, Karen Riddle, originaire de Greenville en Caroline du Sud, affirme avoir tout de suite su qu’il était destiné à faire quelque chose de spécial.

Et l’éleveuse ne s’était pas trompée. Il y a quelques jours, du haut de ses 9 semaines, le jeune chien a rejoint sa nouvelle famille. Il est devenu le meilleur ami d’une petite fille âgée de trois ans, Sapphyre Johnson, amputée des deux pieds quelques semaines après sa naissance.

« Beaucoup d’enfants ne voient pas d’autres enfants ou des animaux souffrant des mêmes problèmes qu’eux » souligne le père de Sapphyre, Matthew Johnson.

Lt Dan, qui porte le nom du personnage ayant perdu ses jambes dans Forest Gump, est le seul chiot de sa portée né avec seulement trois pattes.

Des amis éleveurs ont conseillé à Karen Riddle de faire euthanasier le chien, mais il n’en était pas question. Comme plusieurs de ses autres chiens, elle savait qu’il pourrait devenir chien de thérapie ou venir en aide à une personne ayant des besoins spéciaux.

« J’ai donc décidé d’appeler l’hôpital Shriners » raconte-t-elle.

Et c’est là-bas que la rencontre a eu lieu, rapporte Greenville Online. L’hôpital a même proposé à la famille de Sapphyre d’offrir une prothèse à Lieutenant Dan lorsqu’il sera plus grand.

Sapphyre fréquente cet hôpital depuis ses trois mois.

« La première fois que je lui ai montré la photo du chiot, elle l’a regardée un moment et elle a dit : c’est mon chien. Il est comme moi » raconte Elaine Hardin, spécialiste de la vie des enfants à l’hôpital Shriners.

Lt Dan aidera Sapphyre à se faire des amis et à expliquer son handicap aux autres enfants, explique-t-elle. Il lui apportera soutien et réconfort, lui donnera du courage et de la motivation pour faire de l’exercice.

 

 

http://wamiz.com/