Le Saviez-Vous ► France : Quand les parents exigeaient à la cantine des menus avec…alcool !


Heureusement que cette habitude de donner de l’alcool aux enfants a été interdit. On donnait de l’alcool aux jeunes enfants, que ce soit du vin, du cidre ou de la bière. Vous imaginez les problèmes d’alcoolismes qu’on pu souffrir ces enfants ?
Nuage

 

France : Quand les parents exigeaient à la cantine des menus avec…alcool !

Dans les années 1950, l’État s’attaque fortement à l’alcoolisme infantile qui sévit dans les foyers mais aussi dans les écoles! Certains parents s’y opposent…

 

Retour  en février 1956. Et il y a près de soixante ans en France, l’enjeu n’était pas encore la présence ou non de menus de substitution dans les cantines. Non, à l’époque certains parents exigeaient autre chose pour leurs enfants le midi à l’école:

« Un certain nombre de parents mettent dans le panier de l’enfant la boisson de leur choix et qui est souvent 1/2 litre de vin, ou de cidre, ou de bière suivant la région. J’ai eu vent récemment, dans la région parisienne, d’un petit drame: les parents insistant pour que la boisson soit donnée aux enfants, le discours s’y refusant, les parents ont décidé que les enfants boiraient leur vin avant d’aller à l’école. Les enfants arrivent à l’école rouges, suant et dorment à moitié toute la matinée… »

Cette voix est celle du docteur Suzanne Serin, chef de clinique en hôpital psychiatrique, qui évoque à la radio le problème de l’alcoolisme infantile.

Un problème dont on rigole encore quelques années plus tard, en 1962, dans le formidable film d’Yves Robert, La Guerre des Boutons, dans une scène mémorable :

« C’est bon la goutte ! »

Au-delà des rires, un problème bien réel au point que le gouvernement Mendes France a pris en 1954, un décision radicale afin d’éradiquer la présence de l’alcool à l’école. Direction une école primaire de Boulogne-Billancourt, en mai 1955:

« J’aperçois un jeune homme, véritablement passionné par l’absorption du lait qui lui a été distribué. Il suce sa paille avec ardeur ! »

La décision d’offrir du lait à chaque écolier n’avait pas uniquement comme motivation d’aider les éleveurs français, il s’agissait aussi et, peut-être même d’abord, de lutter contre l’alcoolisme infantile, un fléau véritable à une époque où l’on avait encore largement tendance à considérer l’alcool comme un bon moyen de lutter contre les microbes.

En 60 ans, les cantines sont ainsi passées d’un débat de santé publique à un débat politique

https://www.francetvinfo.fr/

A la cantine, changer le nom des plats pousse les jeunes à manger des légumes


Surprenant ! Faut croire que les mots sont importants même dans l’alimentation chez les jeunes. Faudrait que j’essaie cela avec mes petites filles
Nuage

 

A la cantine, changer le nom des plats pousse les jeunes à manger des légumes

Changer le nom des plats pousse les jeunes à manger des légumes

Intituler un plat « betteraves dynamitées » au lieu de « betteraves » incite plus fortement les étudiants à s’en servir.

© VALINCO/SIPA

Lise Loumé

Spécialiste santé au pôle digital de Sciences et Avenir

Donner un nom attractif aux plats à base de légumes incite les étudiants à en consommer davantage, met en évidence une étude. Sans même toucher à la recette…

Mais pourquoi n’y avait-on pas pensé avant ? Pour inciter les étudiants à choisir davantage de carottes, haricots, betteraves aux RU – les restaurants universitaires où ils se rendent chaque midi -, il suffirait tout simplement de donner aux plats des appellations « qui font envie », met en évidence une étude réalisée par des chercheurs de l’Université Stanford et publiée dans JAMA Internal Medicine. Selon ses travaux – certes réalisés aux États-Unis et qui mériteraient d’être reproduites en France pour vérifier leur universalité – -, cette technique a permis d’augmenter de 25 % la proportion de légumes dans les assiettes des étudiants. En ne modifiant en rien la recette…

Les mentions « sans sucres ajoutés », « sources en vitamines » n’ont pas la côte

Les scientifiques ont réalisé leur expérience lors du premier trimestre universitaire de 2016. Chaque jour, ils ont alterné les intitulés des plats : pouvait être affiché le seul nom du produit (carottes, haricots), ou ce dernier pouvait être accompagné d’une mention santé restrictive (sans sucres ajoutés, light…), ou positive (riche en antioxydant, source de vitamine C…), ou encore, les étudiants pouvaient lire un intitulé considéré comme « attractif », voire surprenant (« betteraves dynamitées », « haricots crépitants », « torsades de carottes glacées au citron », « quartier de courge musquée, mêlée d’ail et gingembre »…). Parmi les 27.933 passages enregistrés au self lors de ce premier trimestre, des plats à base de légumes ont atterri dans 8.279 assiettes (ce qui illustre un certain rejet de ces aliments par les étudiants…).

Verdict de l’étude : quand les légumes portent une appellation attractive, ils sont choisis plus fréquemment (25 % plus souvent en moyenne) que lorsqu’ils sont nommés le plus simplement. Et les mentions relatives à la santé n’ont pas la côté auprès des étudiants, surtout celles restrictives ! En effet, les plats aux mentions « riche en antioxydant » ou « source de vitamine C » finissent moins souvent dans les assiettes les appellations attractives (-35%), et c’est pire quand il est écrit « sans sucre ajouté » ou « light » sur l’étiquette (-41%).

Certes, ces résultats montrent que les étudiants sont plus enclins à choisir des légumes quand leur intitulé est attractif… mais prennent-ils des proportions pus généreuses ? Oui, selon les chercheurs, qui soulignent que 23 % de légumes supplémentaires atterrissent dans les assiettes des étudiants par rapport à d’habitude. Et ces derniers finissent-ils leur assiette ? Malheureusement, cette étude ne le démontre pas, les chercheurs n’ayant pu contrôler les poubelles en détail. Mais ces derniers soulignent qu’en règle générale, les individus consomment 92% du contenu de leur assiette dans les selfs-services. Encore faut-il le prouver pour les étudiants dans les RU.

www.sciencesetavenir.fr

Le programme manger sain de Michelle Obama annulé


Me semble que le gouvernement de Donald Trump, veut tout détruire les traces que les Obama ont faites pour le peuple américain, tout ce qui était positif est remit en question et veut rendre les jeunes américains dépendants et malades
Nuage

 

Le programme manger sain de Michelle Obama annulé

 

L'initiative de Michelle Obama forçait les écoles à... (Photo Saul LOEB, AFP)

L’initiative de Michelle Obama forçait les écoles à adopter de meilleurs standards nutritionnels pour bénéficier de subventions gouvernementales.

PHOTO SAUL LOEB, AFP

 

Agence France-Presse

L’administration Trump a mis un frein à un programme initié par l’ancienne Première dame, Michelle Obama, pour promouvoir des repas plus sains dans les cantines scolaires avec moins de sel, de graisses et de sucre.

Le département de l’Agriculture a expliqué lundi dans un communiqué que cette réforme donnera aux écoles américaines une «plus grande souplesse» et évitera aux enfants de jeter les aliments les moins appétissants servis dans le cadre de ce programme de santé publique.

Le programme qui forçait les écoles à adopter de meilleurs standards nutritionnels pour bénéficier de subventions gouvernementales, dans le cadre d’une loi adoptée en 2012, faisait partie des accomplissements les plus remarqués de Michelle Obama.

Cette initiative jugée cruciale contre l’obésité infantile mettait des restrictions sur les quantités de sel et les laits sucrés et imposait d’augmenter la quantité de céréales complètes dans les repas scolaires.

Selon le département de l’Agriculture, ces exigences nutritionnelles ont coûté 1,2 milliard de dollars aux districts scolaires et aux États, sur les cinq dernières années.

Le nouveau ministre de l’Agriculture, Sonny Perdue, assure même que sans ces règles de nutrition, les enfants mangeront avec plus d’enthousiasme plutôt que de jeter leur repas.

«Si les enfants ne mangent pas la nourriture, et que ça se retrouve dans les poubelles, ils ne reçoivent aucune nutrition, compromettant ainsi l’intention du programme», a-t-il déclaré.

Cette mesure du gouvernement de Donald Trump est annoncée le même jour que la publication d’une étude de l’Université Johns Hopkins suggérant que des dizaines de milliards de coûts médicaux pourraient être économisés si les enfants américains faisaient davantage de sport.

Environ un jeune Américain sur six âgé de 2 à 19 ans est en surpoids ou obèse, selon les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

http://www.lapresse.ca

Le Saviez-Vous ► Le bulletin des cantines


Dans les cafétérias des écoles, les repas servis aux élèves sont-ils adaptés pour leur besoin. Voici, une liste de diner que les élèves peuvent manger dans différents pays. Vont-ils avoir une meilleure capacité d’apprentissage
Nuage

 

Le bulletin des cantines

 

    Les lunchs offerts dans les écoles à travers le monde reflètent la culture du pays et ses influences extérieures.

    Par exemple, il semble que la vaisselle jetable soit l’apanage nord-américain.

    Par ailleurs, il n’est pas étonnant que dans les pays asiatiques on retrouve le riz dans tous les plateaux et que plusieurs pays n’aient pas de produits laitiers au menu.

    Nous avons demandé à notre Directrice Nutrition, Danielle Lamontagne, qui a travaillé 20+ années à la Commission Scolaire de Montréal, d’évaluer les repas de 16 écoles à travers le monde.

    1. Menu du Japon 4/5

    Poisson frit, algues séchées, soupe miso aux pommes de terre, riz dans un plat en métal, le tout servi avec du lait.

    Avantages:

  • Équilibré,

  • Étonnant d’y retrouver du lait,

  • Pas de dessert

    Inconvénients:

  • Présence de friture,

  • Évident d’y trouver du riz blanc

    2. Menu du Texas 2/5

    Salade taco à la dinde, purée de pommes de terre, crumble de pêches, et thé glacé.

    Avantages:

  • Chaque groupe alimentaire est représenté

  • Belles couleurs

  • Dessert aux fruits

    Inconvénients:

  • Surement très élevé en sodium (tacos, fromage, mélange de viande)

  • Boisson non nutritive et sucrée,

  • Peu de légumes visibles à part de la purée très populaire chez les Anglo-Saxons.

  • Vaisselle jetable

    3. Menu de la Corée du sud 4/5

    Feuilles de sésame marinées, kimchi, ragoût de doenjang (une pâte au soja) servi avec du riz, et grappe de raisin.

    Avantages:

  • Varié et équilibré tant du point de vue nutritif que dans les couleurs et les textures,

  • Pas de dessert

  • Pas de boisson

    Inconvénients:

  • Évident d’y trouver du riz blanc

  • Pas de produits laitiers (pas étonnant)

  • Peut être élevé en sel à cause des assaisonnements

    4. Menu de l‘École germanique de Shanghai 3/5

    Saucisse, frites, salade de carottes, part de gâteau.

    Avantages:

  • Bonne portion de légumes colorés

  • Pas de boisson

    Inconvénients:

  • Trop de frites

  • Pain blanc et gâteau blanc (farine raffinée)

  • Pas de produits laitiers

    5. Menu d’Israël 5/5

    Falafel, chips de pita, sauce au yaourt et au concombre et salade verte.

    Avantages:

  • Varié et équilibré tant du point de vue nutritif que dans les couleurs et les textures

  • Bravo pour la présentation, très appétissant

  • Pas de dessert

  • Pas de boisson

  • Ressemble à ce qu’on prendrait à la maison

    6. Menu de Finlande 4/5

    6

    Salade, poulet au curry, haricots verts et carottes, crème dessert et verre de lait.

    Avantages:

  • Belles couleurs

  • Bonne portion de légumes

  • Dessert au lait

  • Lait comme boisson

    Inconvénients:

  • Trop de produits laitiers (2 verres de lait et dessert au lait)

  • Pas de produits céréaliers

    7. Menu de la République tchèque 4/5

    Soupe à la semoule et aux légumes, bœuf à l’ail, épinards et pommes de terre, et une orange en dessert.

    Avantages:

  • Bonnes portions de légumes

  • Pas de boisson

  • Fruit nature pour dessert

    Inconvénients:

  • Pas de produits laitiers

    8. Menu du Brésil 4/5

    Viande à la sauce barbecue, riz, salade verte, crème dessert et jus d’orange.

    Avantages:

  • Équilibré

  • Bonne portion de légumes verts

  • Dessert au lait

    Inconvénients:

  • Boisson: est-ce vraiment un jus, est-il sans sucre?

    9. Menu de l’Ukraine 2/5

    Soupe, pain, saucisses, et pâtes.

    Avantages:

  • Pain brun (complet)

    Inconvénients:

  • Très peu de légumes

  • Pas de produits laitiers

  • Pâtes blanches (farine raffinée)

  • Peu de couleur

    10. Menu de Barcelone Espagne 3/5

    Pâtes à la sauce tomate, poisson pané, salade, pain, et une pomme.

    Avantages:

  • Fruit nature pour dessert

  • Eau comme boisson

    Inconvénients:

  • Présence de friture

  • Peu de légumes

  • Pain blanc (farine raffinée)

    11. Menu de Singapour 2/5

    Viande, riz, légumes croquants, et melon.

    Avantages:

  • Présence de riz à grains entiers à travers le riz blanc

  • Pas de boisson

    Inconvénients:

  • Manque de calorie

  • Moins d’une portion de légumes

  • Seulement quelques bouchées de fruits pour dessert

  • Pas de produits laitiers (pas étonnant)

    12. Menu du Royaume-Uni 4/5

    Petits pois, pommes de terre au four, gratin de chou-fleur, et gâteau avec de la sauce anglaise. (Ce plateau est l’option végétarienne du repas.)

    Avantages:

  • Beaucoup de légumes

  • Petite portion de dessert aux céréales

  • Belles couleurs

    Inconvénients:

  • Menu végétarien qui manque de protéines

    13. Menu de Chennai Inde 3/5

    Soupe de lentilles, serpent gourde, riz, lait caillé, kesari, le tout servi avec du babeurre.

    Avantages:

  • Présence de produits laitiers

  • Dessert au lait yogourt

  • Produit laitier, babeurre comme boisson

  • Dessert aux céréales

    Inconvénients:

  • Menu végétarien qui manque de protéines

  • Riz blanc

  • Dessert sucré et gras

  • Une seule portion de légumes

    14. Menu de Bangalore Inde, école canadienne 3/5

    Nuggets de poulet, nems, salade, nouilles aux légumes, et fruits.

    Avantages:

  • Fruits frais pour dessert

  • Belles couleurs

  • Bonne portion de légumes

    Inconvénients:

  • Présence de friture (viande et rouleaux printaniers)

  • Pas de produits laitiers

    15. Menu de France 2/5

    Nuggets, frites, et brocolis, salade de pâtes et une part de gâteau.

    Avantages:

  • Eau comme boisson

  • Portion de légumes adéquate

    Inconvénients:

  • Présence friture (frites et croquettes)

  • Brocoli trop cuit

  • Pain blanc et pâtes blanches (farine raffinée)

  • Dessert sucré et gras

  • Pas de produits laitiers

    16. Menu de Suède 4/5

    Pommes de terre, chou et haricots blancs, servis avec des biscottes Wasa et jus d’airelles rouges.

    Avantages:

  • Belles couleurs

  • Beaucoup de légumes

  • Végétarien, protéines adéquates

  • Craquelins de grains entiers

    Inconvénients:

  • Pas de dessert

  • Pas de produits laitiers

  • Boisson: est-ce vraiment un jus, est-il sans sucre?

*Les photos sont tirées du site Buzzfeed

Danielle Lamontagne DtP
Auteure du Guide alimentaire végétarien

http://www.soscuisine.com

Le Saviez-vous ► Que Servent Les Cafeterias Des Écoles Ailleurs Dans Le Monde?


Je ne sais pas si les choses ont changé, mais au primaire, il fallait que nous amenions nos lunchs si nous dinions à l’école. Ce fut dès le secondaire que nous pouvions aller à la cafétéria a l’école Je pense aujourd’hui, les écoles font un peu plus d’effort qu’avant et c’est  probablement une bonne chose, reste au jeune de ne pas céder aux repas des restaurant rapide,
Nuage

 

 

Que Servent Les Cafeterias Des Écoles Ailleurs Dans Le Monde?

 

Qu’y a-t-il pour dîner?

Dans le monde entier, « midi » signifie « l’heure du repas » pour les enfants d’âge scolaire. Mais la notion de ce que constitue « un repas sain » pour les écoles peut varier de manière étonnante d’un pays à l’autre. À preuve, en voici quelques-uns.

 

Le gouvernement finlandais oblige les écoles à fournir aux élèves un repas comprenant, au minimum, 50 % de légumes et 25 % de protéines. La plupart des écoles offrent aussi un menu végétarien. Les jeudis, les écoles servent un repas traditionnel composé d’une soupe aux pois verts et de crêpes.

Pour nombre d’écoles en France, offrir un repas sain est la règle, ces écoles ont d’ailleurs une diététicienne sur place qui supervise la qualité des repas. Le plat principal comprend, par exemple, du poulet grillé accompagné de haricots verts et de fromage. Lorsqu’ils contiennent des aliments plus ou moins recommandés, les repas doivent être accompagnés d’aliments sains. Une pizza, par exemple, est servie avec une salade.

Le repas du dîner comprend des céréales et des légumes cuits qui peuvent être mélangés à du cari ou servis dans une soupe. Un verre de lait est habituellement servi avec le repas.

La plupart des écoles en Italie servent des repas biologiques. Le plat principal est composé de pâtes accompagnées d’une salade. Les repas comprenant de la viande sont servis une ou deux fois par semaine. En plus du repas du midi, les élèves ont une collation comme une tartine de chocolat (Nutella).

Comme en France, la préparation des repas dans chaque école japonaise est supervisée par une diététicienne. Les aliments comprennent des fruits frais, des légumes et de la viande. Le riz et le poisson servent de base pour beaucoup de repas. Ceux-ci sont servis dans des boîtes à benthos.

Plutôt que d’aller chercher leurs repas à la salle à manger de l’école, la cantine au Singapour se trouve près des cours d’école où des cuisiniers attendent de servir les élèves. Au menu : des repas traditionnels composés de cari et de soupe ou encore des repas à l’occidentale comme le spaghetti.

Dans les écoles espagnoles, le choix des repas est plutôt limité et comprend du riz, une soupe, des légumes ou des pâtes pour l’entrée et de la viande pour le repas principal. Un fruit ou un yogourt est offert pour le dessert.

Principalement traditionnels, les repas dans les écoles ukrainiennes comprennent du borchtch, un genre de soupe aux betteraves et autres légumes. Le plat principal est en général composé d’une saucisse et de sarrasin bouilli. Les repas sont habituellement servis avec un jus et un dessert comme une crêpe avec garniture sucrée.

http://selection.readersdigest.ca