Des canons à neige, une solution contre la fonte des neiges en Antarctique?


Est-ce une idée loufoque d’utiliser des canons à neige pour stabiliser l’Antarctique et éviter l’élévation du niveau de la mer et éviter des villes de disparaitre ? Il faudrait quand même environ 7 400 milliards de tonnes de neige. Cela a condition de réduire radicalement les émissions de gaz à effet de serre.

Nuage


Des canons à neige, une solution contre la fonte des neiges en Antarctique?

Il faudrait au moins 7 400 milliards de tonnes de neige pour stabiliser les glaciers.

  • Agence France-Presse

Comment contrer le dégel de l’Antarctique occidental et la hausse du niveau des océans? Pomper l’eau issue de la fonte des glaces pour la rejeter sur la calotte glaciaire grâce à des canons à neige, suggère une étude parue mercredi.

Cette zone de l’Antarctique contient suffisamment d’eau gelée pour faire monter le niveau des océans de la planète d’environ six mètres. Une simple hausse d’un mètre obligerait 190 millions de personnes à partir de chez eux et une augmentation de trois mètres mettrait en péril des mégalopoles comme New York, Shanghai et Tokyo.

Les scientifiques craignent en particulier que les glaciers de Pine Island et de Thwaites – qui renferment assez de glace pour élever le niveau des mers de trois mètres -, aient atteint un point de non-retour où ils continueraient à fondre, quels que soient les efforts menés contre les émissions de gaz à effet de serre.

Une solution de dernier recourt

Alors que limiter le réchauffement climatique pourrait ne pas suffire à éviter les catastrophes, différentes pistes technologiques, souvent réunies sous le terme de géo-ingénierie, sont envisagées. Mais peu d’entre elles concernent le problème de l’élévation du niveau des océans.

Des chercheurs du Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK) ont donc imaginé cette solution de pompage de la glace fondue pour la projeter sur la calotte glaciaire.

“C’est une chose terrible à faire, il n’y a pas de doute à ce sujet, et nous ne suggérons pas de le faire à tout prix”, explique Anders Levermann, physicien au PIK et auteur principal de l’étude parue dans Science Advances.

“Mais tous les modèles montrent que si nous nous en tenons au réchauffement de 2°C de l’Accord de Paris, nous aurons finalement une hausse de cinq mètres du niveau de la mer, voire plus”, a-t-il dit à l’AFP.

Le prix d’une station lunaire

Pour stabiliser les glaciers, il faudrait au moins 7 400 milliards de tonnes de neige.

Anders Levermann insiste sur le fait qu’il ne s’agit que d’une hypothèse et que toute mesure de cette nature devrait s’accompagner d’une réduction radicale des émissions de gaz à effet de serre pour avoir une chance de réussir.

Le système pourrait être alimenté par 12 000 éoliennes et comprendre des centaines de canons à neige pour pulvériser de la poudreuse sur une zone de la taille du Costa Rica.

Une telle infrastructure, dont le coût n’est pas chiffré, nécessiterait “quelque chose ressemblant à une station lunaire en Antarctique”, a estimé Anders Levermann.

Des solutions imaginées par le passé pour parer la fonte de l’Antarctique ouest incluaient l’édification de quatre colonnes sous-marines hautes de 300 m pour retenir le glacier ou un mur haut de 50 à 100 m et long de 80 à 120 km.

Anders Levermann a admis que le projet du PIK, s’il était réalisable, pourrait avoir des effets “terribles” en Antarctique, mais que cette solution en vaudrait la peine si elle permet de limiter l’élévation du niveau des océans.

“C’est aussi grand que l’Amérique du Nord, du Mexique au Canada. Il n’y a pas d’endroit sur terre qui soit protégée à une telle échelle”, fait-il valoir.

“Nous ferions de l’Antarctique ouest une zone industrialisée”, reconnaît-il. “Mais si nous déstabilisons (la calotte glaciaire), tout changera de manière dramatique de toute façon.”

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Pentes enneigées avec de l’eau potable Une station de ski pointée du doigt


A la lecture de ce billet, je me rends compte que la gestion de l’eau potable de façon responsable est loin d’être gagnée  On nous fait des publicité que l’eau n’est pas un acquis, que nous devons diminuer notre consommation personnelle d’eau potable, que l’été en plus des piscines, nous devons arroser les jardins entre certaines heures et certains jours … sous peine d’amende et que dire ceux qui lavent leur autos au tuyau d’arrosage, des entrée de cours .. c’est un scandale .. mais plusieurs villes ont accès a l’eau potable pour les patinoire, l’enneigement des pentes de skis ..avec les changement climatique cela va empirer. Doit-on absolument protéger certains sports d’hiver et gaspiller cette eau … ?
Nuage

Pentes enneigées avec de l’eau potable
Une station de ski pointée du doigt

Par Éliane Thibault | TVA Nouvelles

L’attitude d’une station de ski locale, qui utilise de l’eau propre à la consommation pour enneiger ses pentes, déplaît aux citoyens de la ville.

«Ça fait 25 à 30 ans qu’il n’y a presque pas de neige. Ça tombe en février, une tempête ou deux, mais le reste c’est de la pluie et beaucoup de redoux. Si on n’avait pas de neige artificielle, la montagne serait complètement fermée», s’est défendu Claude Adam, gestionnaire du Mont Bellevue.

Aujourd’hui, la survie des stations de ski passe donc par l’enneigement des pistes. Au Québec, la majorité d’entre elles enneigent leurs pentes grâce à des plans d’eau situés à proximité.

Même si la rivière Magog passe à proximité du site, c’est la Ville de Sherbrooke, via son système d’aqueduc, qui alimente les canons à neige du Mont Bellevue.

La Ville, qui est aussi propriétaire du Mont Bellevue, dit préférer alimenter directement la station de ski, pour des raisons économiques.

«Monter une conduite à partir de la rivière coûterait plusieurs centaines de milliers de dollars en coût de construction. Après ça il faudrait aussi une station de pompage, l’entretien, éviter le gel… Donc plusieurs milliers de dollars par année pour cette eau-là », explique Michel Cyr, chef de la division Gestion des eaux pour la Ville.

Chaque année, le Mont Bellevue utilise 3,5 millions de litres d’eau pour ses canons à neige, pour une somme d’environ 1000$. Cela représente une infime partie de ce qui est traité annuellement à l’usine d’épuration des eaux.

«Le seul changement, c’est que l’eau est traitée, à un coût économique de 1000$ versus elle serait pompée à un coût économique de 5000 à 10 000$ par année», ajoute M. Cyr.

Il semblerait également qu’utiliser l’eau de la rivière ne serait en rien plus écologique.

«Pour usage égal, si on prenait de l’eau de surface qui elle est déjà plus chargée en polluants, en bout de ligne, c’est sûr que l’eau potable a moins d’impact», explique Julie Grenier, coordonnatrice du Conseil de gouvernance de l’eau des bassins versants de la rivière Saint-François (COGESAF).

Loin de vouloir débattre sur la question, Claude Adam estime que la station du Mont Bellevue n’est pas la seule dans cette situation.

«Si on calcule l’arrosage de toutes les patinoires de la Ville, le Plateau Sylvie-Daigle, le tour du Lac des Nations, les pompiers qui prennent l’eau, les citernes qui arrosent les rues. C’est tout pris à la même place. Alors, je ne crois pas qu’on doive crier au scandale pour le peu d’eau qu’on utilise.»

Bien que certains imaginent un système d’aqueduc parallèle, l’idée est loin d’être implantée. En effet, l’arrosage d’une patinoire coûte à la Ville une cinquantaine de dollars, alors qu’un tel réseau coûterait des centaines de millions de dollars à mettre en place.

http://tvanouvelles.ca