Le Saviez-Vous► Quelques petites douceurs qui sont de véritables poisons


La culture de la canne à sucre il y a environs milles ans, a eu des répercussions que nous connaissons aujourd’hui. Voilà, un petit aperçu de certaines douceurs et quelque mots sur leur histoire
Nuage

 

Quelques petites douceurs qui sont de véritables poisons

 

Tout a commencé en Nouvelle-Guinée, où la canne à sucre a été cultivée il y a près de 1 000 ans. Les habitants mordaient à pleines dents dans un morceau de canne qu’ils mâchaient jusqu’à éprouver une délicieuse sensation sucrée dans leur palais.

Vers l’an 500, on retrouve le sucre en Inde, sous forme de poudre. Et cent ans plus tard, il se faufile en Perse. Aujourd’hui, le sucre règne en maître dans les supermarchés et le bilan est catastrophique : obésité, diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires…

Photographies de Robert Clark

L’ancêtre du doughnut

L’olykoek, beignet hollandais du XVIe siècle, est l’ancêtre du doughnut. Le trou est apparu plus tard.

Fous de soda

La découverte, au XVIIIe siècle, du procédé permettant d’obtenir de l’eau gazeuse grâce à l’injection de gaz carbonique favorisa l’apparition des sodas (comme ceux de la photo, vus du dessus, dans leur verre). Aujourd’hui, une cannette de cola de 33 cl contient environ 33 g de sucre.

Fils de sucre

On n’est jamais si bien servi que par soi-même : c’est un dentiste qui co-inventa la machine à barbe à papa. Ce produit si prisé dans les fêtes foraines n’est rien d’autre que du sucre coloré. Son prédécesseur, le sucre filé, se vendait sous la forme de véritables œuvres d’art dans la Venise du XVe siècle : animaux, oiseaux et édifices en sucre faisaient la joie des invités.

Céréales killers

Français consomme en moyenne 2 kg de céréales par an au petit déjeuner. Les produits pour enfants sont les plus sucrés : plus de 9 g de sucres pour un bol de 30 g de céréales chocolatées ou miel-caramel contre 6 g de sucres pour un bol de muesli, par exemple.

Maudit sirop

Le sirop de maïs à haute teneur en fructose inonde le marché des aliments industriels américains. Surnommée « la putain de l’industrie sucrière » par Sally Squires, ancienne journaliste du Washington Post, cette substance est moins chère et souvent plus sucrée que le saccharose. Est-elle biologiquement différente ?

«Pas assez pour s’en inquiéter, note Marion Nestle, professeur de diététique à l’université de New-York. Chacun se porterait mieux s’il consommait moins des deux. » 

Couleur bonbon

En 2011, chaque Français a consommé en moyenne 3,5 kg de confiseries. Parmi elles, le bonbon, autrefois réservé aux privilégiés, est devenu un produit ordinaire grâce à la chute des cours du sucre et à la production de masse du XIXe siècle. Le mot anglais candy (« bonbon ») vient de l’arabe qandi (« préparation sucrée »).

Cupcake roi

La recette de ce petit gâteau est décrite pour la première fois dans un livre de cuisine américain en 1826, d’après Andrew Smith, historien de l’alimentation. Mais c’est depuis l’an 2000 et son apparition dans la série télévisée Sex and the City que le cupcake est devenu à la mode. Si les États-Unis ont fait du 15 décembre la journée nationale du cupcake, la France n’est pas en reste, avec l’ouverture de plusieurs boutiques spécialisées dans ce dessert au glaçage très sucré. 

http://photo.nationalgeographic.fr/

Le saviez-vous ► Quel sucre est meilleur pour la santé, le sucre blanc ou la cassonade ?


Voilà une légende urbaine qui viens d’être mit a jour, enfin pour moi, car je me souviens plus jeune, j’avais entendu dire que ceux qui voulait diminuer les calories, optaient pour la cassonade …qui disaient-on était moins sucrée
Nuage

Quel sucre est meilleur pour la santé, le sucre blanc ou la cassonade ?

Le sucre brut est un sucre brun collant produit à la sucrerie en séparant le jus de canne du  sucre de canne. Le sucre est ensuite purifié partiellement en le faisant bouillir, évaporer et recristalliser. Il ressemble alors à du sucre brun doux. mais il contient des impuretés. Ces dernières doivent être raffinées afin de respecter les normes d’hygiène.

D’un point de vue nutritif, il n’y a pas de différence avec le sucre blanc ou la cassonade. Du sucre, peu importe sa forme, c’est du sucre, c’est-à-dire qu’il comporte 15 calories par c. à thé et ne contient ni vitamines, ni minéraux.

La Semaine/L’épicerie/vos lettres/Johane Despins et Denis Gagné/Février 2012