Baumes à lèvres : certains contiennent des substances toxiques


L’hiver, les lèvres ont tendance à gercer, il est donc important de les hydrater. Les baumes à lèvres ne manquent sur le marché. Quel choisir et sur quels critères. Ce n’est pas parce qu’un baume à lèvre est cher qu’il est mieux, il semble qu’ils contiennent des ingrédients toxiques et que les enfants ont tendance a lécher le baume sur leurs lèvres et ingérer ces substances
Nuage

 

Baumes à lèvres : certains contiennent des substances toxiques

 

Femme appliquant du baume à lèvres.

Femme appliquant du baume à lèvres.

CHASSENET / BSIP

Par Stéphane Desmichelle

Selon UFC Que Choisir, la moitié des baumes à lèvres, utilisés par toute la famille, contiendraient des substances toxiques susceptibles d’être ingérées.

Cette enquête a de quoi faire pincer les lèvres. L’association de consommateurs UFC Que Choisir a analysé la composition des baumes à lèvres, ces cosmétiques un peu à part puisqu’utilisés généralement – plutôt en hiver – par l’ensemble de la famille. Y compris les enfants, qui bien souvent se lèchent les lèvres et donc… en ingèrent. Irréprochable, le stick ? Pas vraiment, selon leurs résultats. 

10 produits déclassés immédiatement

L’association a testé 21 baumes au total. Parmi eux, 10 ont été déclassés avant même d’évaluer leur efficacité, à cause de la présence – dans des quantités très variables – de Mosh et de Moah dans leur formule, deux composés issus des huiles minérales et parfois des hydrocarbures de synthèse et indésirables en raison de leur toxicité lorsqu’ils sont ingérés. Les Mosh peuvent s’accumuler dans l’organisme, notamment dans les ganglions lymphatiques et le foie. Et les Moah sont potentiellement cancérigènes. Ces deux types de composés avaient déjà été retrouvés dans l’alimentation en raison de la migration des composés d’huiles minérales dans les denrées alimentaires à partir des emballages en papiers et cartons recyclés.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a alors rendu un avis en mars 2017 dans lequel elle reste prudente sur leur utilisation, estimant « qu’une meilleure connaissance de la composition des mélanges est un prérequis avant de pouvoir proposer des recommandations d’ordre toxicologique ».

« Par ailleurs, au vu de l’étude récente de Barp et al. (2017) relatives au potentiel de bioaccumulation des MOSH chez le rat, il conviendrait de poursuivre les recherches concernant l’influence de la structure chimique des MOSH sur leur potentiel de bioaccumulation et leur toxicité, précise l’Anses. Ajoutant « qu’il est nécessaire, en priorité, de réduire la contamination des denrées alimentaires par ces composés ».

Autant de marques épinglées, dont Yves Rocher, Garnier, Labello, La Roche Posay ou encore Uriage (la liste exhaustive est disponible sur le site Internet d’UFC Que Choisir). Les 11 autres ont été classés selon leur efficacité hydratante, un test d’usage et leur étiquetage. Surprise, le produit ayant obtenu la meilleure note (13,3/20) est aussi le moins cher du marché (0,75 euro)… Il s’agit du baume Care de la marque Cien (Lidl). Toujours selon les auteurs du travail, il n’inclut pas d’huile minérale et se limite à trois allergènes, et il serait même le seul à hydrater correctement les lèvres.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► 17 aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer


Bien que souvent les aliments provenant de Chine peuvent être moins chers, il se peut que leurs qualités ne soient pas conformes aux normes de la santé, sans compter que certains aliments ont déjà été reconnus comme des contrefaçons
Nuage

17 aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

17 aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Par : Jad Therapeute Publié le : 23 mai 2017

La Chine est le premier exportateur mondial des produits alimentaires. Ce pays utilise des méthodes et des techniques innovatrices pour mettre ces produits sur les marchés mondiaux le plus vite possible et à moindre coût. Sans surprise, plusieurs aliments en subissent les conséquences. Voici une liste d’aliments chinois contenant des substances dangereuses que nous devons éviter.

Selon l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), en 2015, la Chine a représenté 14 % des exportations mondiales, devant les Etats-Unis 9 % et l’Allemagne 8 %. En 2009, Food & Water Watch une association à but non lucratif, a déclaré que 70 % des jus de pomme consommés aux États-Unis proviennent de Chine. Mais malheureusement ces aliments importés ne respectent pas les règlements et les lois relatifs à la consommation et à l’alimentation.

La liste des aliments dangereux importés de Chine à éviter

1 – Le jus de pomme 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2011, le Dr. Mehmet Oz a indiqué que les jus de pomme provenant de la Chine contenaient une quantité très élevée d’arsenic. Une autre recherche publiée par le magazine Consumer Reports, a montré que 10% des jus de pomme échantillonnés dépassaient les niveaux d’arsenic équivalents aux normes. L’arsenic trouvé dans les produits n’était pas organique, au contraire il était toxique et dangereux.

2 – Le sel industriel

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

La Chine est le plus grand fabricant de sel au monde. Des études ont montré que ce sel industriel est impropre à la consommation et contient 90% de substances nocives.

3 – La morue et le Tilapia 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Ces deux types de poisons sont élevés spécialement en Chine. Ils nagent dans leurs déchets et avalent tout au passage (produits chimiques, pesticides, déchets…)

4 – Le poulet

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

C’est le pays le plus connu par la grippe aviaire et les maladies reliées aux poules, pourtant il exporte des grandes quantités au monde et spécialement aux États-Unis.

5 – L’ail

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Les champs d’ail en Chine sont pulvérisés avec des produits chimiques très dangereux et qui laissent un arrière-goût désagréable. 

6 – Les champignons 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Des agents de chloration, du chlorure de calcium anhydre, du sulfite de sodium et d’autres conservateurs dangereux sont utilisés dans la pulvérisation des champignons.

7 – Les pois verts

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Le quotidien China Daily a signalé qu’en 2010 des pois artificiels fabriqués dans deux usines de la province de Hunan ont été retrouvés.

8 – Le poivre 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Le fameux poivre noir de Chine n’est parfois que de la boue et de la farine que les vendeurs essayent de commercialiser.

9 – Les nouilles de patates douces

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Plusieurs usines dans la province de Guangdong ont produit de grandes quantités de fausses nouilles. Elles étaient composées de maïs avec des colorants industriels et de la paraffine.

10 – La sauce soja

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

L’Organisation Mondiale de la Santé révèle que ce produit est classé comme cancérigène. La sauce soja contient du 4-méthylimidazole (effet cancérogène chez les souris et les rats).

11 – Les perles de Tapioca

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2012, des chercheurs de l’hôpital universitaire Aachen en Allemagne ont trouvé des biphényles polychlorés dans les perles de Tapioca. Ces produits sont connus pour causer le cancer (peut causer le cancer chez les animaux), affecter le système immunitaire, le système nerveux et le système endocrinien.

12 – Le tofu

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Ce produit d’origine chinoise est issu du caillage du lait de soja. Pour une fermentation rapide, les fabricants utilisent des excréments et du sulfate de fer.

13 – Le gingembre

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Une enquête lancée en 2013 a montré que le pesticide Aldicarb, approuvé pour être utilisé uniquement sur le coton, les arachides, les roses et les patates douces, était également utilisé pour le gingembre. Les agriculteurs l’appliquaient trois à six fois au-dessus du niveau recommandé.

14 – Ginseng

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Des pesticides classés comme «extrêmement dangereux» par l’Organisation Mondiale de la Santé, ont été utilisés sur du ginseng dans neuf villes en Chine.

15 – Les aliments en conserve

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2014, des pêches en conserve provenant de la Chine ont été testées. Elles  contenaient deux fois de plus la quantité de plomb autorisée. Dans la même année, le Service de recherche économique du ministère de l’Agriculture des États-Unis a constaté que les fermes pisciculteurs et les transformateurs de produits sont situés à proximité des zones industrialisées où le sol, l’air et l’eau sont contaminés.

16 – Les épinards surgelés

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2002, les responsables de la sécurité et de la santé au Japon ont constaté des niveaux élevés de pesticides dans les épinards congelés.

17 – Les crevettes

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Pour assurer la survie des crevettes, des agriculteurs utilisaient des antibiotiques et des produits chimiques non autorisés. 30 échantillons de crevettes achetés en Chine ont été envoyés à un laboratoire de l’Institut pour l’Environnement et la Santé Humaine de la Texas Tech University. Résultat : Des antibiotiques (L’énrofloxacine, le chloramphenicol et la nitrofuranzone) interdits aux États-Unis et dans d’autres pays pour leur effet cancérigène ont été utilisés dans l’élevage des crevettes.

http://www.santeplusmag.com/

Les édulcorants sont-ils si dangereux pour notre santé?


On fait attention au sucre, dans les bonbons, les gâteaux, le café, les sodas etc … On prend des édulcorant pour éviter ce sucre soit pour éviter le diabète ou pour maigrir, alors qu’en fait c’est le contraire qui se passe.
Nuage

 

Les édulcorants sont-ils si dangereux pour notre santé?

 

L'aspartame, édulcorant controversé | Jeff Golden via Flickr CC License by

L’aspartame, édulcorant controversé | Jeff Golden via Flickr CC License by

Guy Fagherazzi

De nouveaux résultats confirment les inquiétudes entourant ces produits alimentaires et notamment l’aspartame.

On les consomme en buvant des sodas dits «light» ou en sucrette avec le café. Les édulcorants comme l’aspartame, le plus courant, ou le sucralose, le plus récent, sont utilisés depuis plus de trente ans en remplacement du sucre, dans le but de ne pas grossir. Ils sont cependant controversés, suspectés de favoriser la prise de poids et le diabète de type 2, ou encore d’être cancérigènes. The Conversation

La quantité d’édulcorants dans notre alimentation a augmenté massivement ces dernières années sous des formes plus ou moins visibles, les industriels les intégrant de façon croissante dans les céréales, les biscuits, les gâteaux, les produits laitiers comme les yaourts aux fruits allégés en sucre, et même dans certains médicaments.

Dans le même temps, une recherche indépendante de l’industrie agro-alimentaire s’est développée à l’échelle internationale pour tenter de mesurer leurs effets sur la santé, en particulier leur impact sur les maladies métaboliques. Notre équipe du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations de l’Inserm apporte depuis 2012 sa contribution à travers son programme sur les facteurs de risque de diabète de type 2.

Ses résultats incitent à la plus grande prudence vis-à-vis de la consommation de faux sucre. Dans une étude publiée en février, nous venons en effet de montrer que le risque de diabète augmente avec la consommation de sucrettes. Nous avions montré auparavant que ce risque était également supérieur avec les boissons dites «light», par comparaison avec les sodas classiques.

Près de 100.000 femmes suivies depuis vingt-sept ans

Ces travaux se fondent sur les données issues d’une cohorte de près de 100.000 femmes baptisée E3N, pour Étude épidémiologique auprès des femmes de l’Éducation nationale, l’une des rares de cette taille dans le monde.

Cette étude de cohorte prospective suit depuis maintenant vingt-sept ans la santé de femmes adhérentes à la Mutuelle générale de l’Éducation nationale (MGEN). Initiée par l’épidémiologiste Françoise Clavel-Chapelon, cette étude vise à mieux comprendre la santé des femmes et leurs risques de développer des pathologies chroniques comme le cancer ou le diabète de type 2.

À

L’aspartame fait grossir, pas maigrir

Les participantes ont rempli des questionnaires très détaillés sur leur alimentation en 1993, passant en revue chaque repas, y compris les collations et apéritifs précédant les trois repas principaux, et la collation du soir. Les chercheurs disposent ainsi d’informations précises à la fois sur les aliments consommés, mais également sur les apports nutritionnels moyens pour chacune.

Les sodas «light», plus à risque que les sodas classiques

En étudiant ces données, notre équipe a mis pour la première fois en évidence, en 2013, un risque de diabète supérieur avec les boissons dites «light», par comparaison avec les sodas classiques.

Sur les 66.118 femmes suivies entre 1993 et 2007, 1.369 ont en effet reçu un diagnostic de diabète de type 2. Notre équipe a modélisé le risque de développer cette maladie en fonction de la consommation de trois types de boissons: sodas classiques, sodas édulcorés et jus de fruit 100 % pur jus. Nous avons pris en compte d’autres facteurs comme l’activité physique, l’indice de masse corporelle et les antécédents familiaux.

Risque de diabète de type 2 dans l’étude E3N en fonction de la consommation de boissons sucrées (à gauche), de boissons édulcorées (au centre), et de jus de fruits 100% pur jus (à droite). Le trait continu indique le risque en fonction de la quantité consommée. Guy Fagherazzi

D’autres études avaient déjà montré, auparavant, une augmentation du risque de diabète associée à une consommation élevée de boissons sucrées en général. Cette fois, nous avions réussi à les distinguer. À consommation égale, par exemple 1,5 litre par semaine, soit l’équivalent d’une grande bouteille, le risque de diabète était 60% plus élevé avec les boissons «light», comparé aux boissons sucrées classiques. Des résultats d’autant plus marquants que leur consommation, à l’époque, était moins élevée qu’aujourd’hui. Les femmes de l’étude consommaient alors en moyenne chaque semaine 328 ml de boissons sucrées, soit environ une canette, et 568 ml de boissons «light».

Autre enseignement majeur de l’étude: on ne constatait aucune augmentation du risque de diabète avec les jus de fruits 100% pur jus, des produits sucrés naturellement.

Un risque accru de diabète avec les sucrettes

Récemment, notre équipe s’est intéressée à la consommation d’édulcorants en sucrettes et en sachets chez les femmes de l’étude E3N. Dans l’étude que nous venons de publier, citée plus haut, celles qui en consomment «toujours ou presque» voient augmenter de 83% leur risque de développer un diabète, par rapport à celles qui n’en consomment «jamais, ou rarement». Les participantes qui en ont consommé régulièrement pendant plus de 10 ans voient leur risque augmenter de 110% par rapport à celles qui n’en consomment jamais ou rarement, ce qui suggère un effet cumulatif avec le temps.

http://www.slate.fr

Vaut-il mieux ne pas trop griller ses toasts?


Personnellement, j’aime les rôties bien grillées juste avant de brûler. Doit-on changer nos habitudes ? À moins de manger beaucoup de pains grillés, des frites et des pommes de terres bien rôties, les études ne sont pas concluantes sur la quantité ingéré
Nuage

 

Vaut-il mieux ne pas trop griller ses toasts?

 

Les personnes friandes de toasts, de pommes de terre frites ou rôties... (Pixabay)

PIXABAY

Agence France-Presse
Londres

 

Les personnes friandes de toasts, de pommes de terre frites ou rôties ne devraient pas trop les griller, recommandent lundi les autorités sanitaires de la Grande-Bretagne dans une campagne soulignant les risques cancérigènes associés aux cuissons extrêmes.

Les zones des aliments brunies dans ces circonstances contiennent en effet de l’acrylamide, un produit de glycation alimentaire découvert en 2002 par des chercheurs suédois, potentiellement cancérigène et neurotoxique.

L’acrylamide, souligne l’Agence britannique de sécurité alimentaire (FSA), se forme notamment dans les aliments riches en amidon (pommes de terre, pain…) lors des cuissons à haute température.

Pour minimiser l’exposition à cette substance chimique, la FSA conseille de limiter la cuisson des aliments, et donne aux consommateurs une petite astuce visuelle pour y arriver : préférer la couleur « or » au brun, signe de cuisson prolongée.

« La majorité des gens ne sont pas au courant de l’existence de l’acrylamide », souligne la FSA, en espérant que cette campagne donnera aux consommateurs les moyens de réduire « leur consommation d’acrylamide ».

« 320 tranches par jour »

Son lancement était particulièrement commenté lundi dans la presse britannique, la BBC se demandant s’il fallait « abandonner les rôties ? ».

Le tabloïd Daily Mail tentait de son côté de rassurer ses lecteurs en affirmant, expert à l’appui, qu’à moins d’en manger « 320 tranches par jour », les rôties bien grillés, voire brûlées, n’ont rien de spécialement dangereux.

Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), « les données issues des études animales démontrent que l’acrylamide et son métabolite, le glycidamide, sont génotoxiques et cancérigènes ».

Dans les études sur l’homme, « les preuves qui démontreraient qu’une exposition alimentaire à l’acrylamide provoque le cancer sont actuellement limitées et non concluantes ».

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ►Les 6 pires aliments à consommer pour votre santé


On choisit parfois des aliments pensant faire un bon coup, mais ils sont en fait plus néfastes qu’autre chose ou c’est leur mode de fabrication qui nous sauve du temps, comme, le mais soufflée au micro-ondes est plus nuisible pour notre santé, alors que le faire nature et rajouter du beurre fondue est mieux
Nuage

 

Les 6 pires aliments à consommer pour votre santé

 

Les aliments que nous ingérons chaque jour ont un impact considérable sur notre corps. Voici 6 aliments surprenants à éviter pour demeurer en bonne santé. 

Les bagels

Crédits photo: Thinkstock

Les bagels ont un index glycémique très élevé et font monter l’inflammation dans le corps, ce qui accélère le vieillissement et les imperfections de la peau. Un bagel contient à lui seul de deux à trois portions de glucides et est donc un aliment très riche à éviter.

Substitut: Un muffin anglais ou une tranche de pain intégral avec du beurre d’arachide.

La margarine

Crédits photo: Thinkstock

La margarine se vante d’être une alternative plus santé que le beurre, mais il n’en est rien. La margarine est très riche en gras trans et fait augmenter le niveau de cholestérol dans le sang. Il est préférable de choisir les gras riches en oméga-3 et le beurre. 

Substitut: Prenez l’habitude de lire les informations nutritionnelles sur vos aliments et choisissez ceux qui sont préparés avec du beurre et non de la margarine.

Le maïs éclaté au micro-ondes

Crédits photo: Thinkstock

Seulement trois tasses de maïs éclaté en sachet (ou 3 cuillérées à soupe de grains) contiennent entre quatre et cinq grammes de gras trans. La plupart d’entre nous mange de deux à trois fois cette quantité devant un film. Il est donc facile de manger entre huit et douze grammes de gras trans en quelques minutes seulement!

Les sachets de maïs que l’on trouve sur le marché contiennent aussi des carcinogènes, des radicaux libres cancérigènes.

Substitut: achetez plutôt du maïs nature auquel vous ajouterez vous-même du beurre fondu et du seul en beaucoup plus petite quantité. 

Les édulcorants artificiels

Crédits photo: Thinkstock

Les sucres artificiels comme la saccharine, l’aspartame et le sucralose ne contiennent peut-être pas de calories, mais sont tout de même très néfastes pour la santé. Les chercheurs ont en effet trouvé des corrélations directes entre les sucres artificiels et l’obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

Substitut: Choisissez plutôt les sucres naturels comme le sirop d’érable ou le miel. 

Les viandes transformées

Crédits photo: Thinkstock

Les viandes transformées incluent les saucisses, le bacon et, aussi, les jambons et autres viandes que l’on utilise quotidiennement dans nos boîtes à lunch. Les viandes transformées contiennent quatre fois plus de sodium et 50% plus de nitrates que les viandes non transformées. Elles jouent donc un rôle important dans le développement des maladies cardiovasculaires et des cancers. 

Substitut: Pour vos sandwichs, privilégiez les oeufs les légumes ou les viandes non transformées comme un reste de poulet ou de boeuf, par exemple. 

Les repas congelés

Crédits photo: Thinkstock

Ils peuvent être de bons dépanneurs, mais les repas congelés n’offrent que très peu de valeurs nutritives. Ils sont aussi très riches en gras, en sodium et en calories vides. Méfiez-vous aussi des repas congelés qui se vantent d’être faibles en gras. Ils contiennent beaucoup d’aliments transformés, de sel et d’additifs chimiques qui ne sont pas très bons pour votre santé.

Substitut: Cuisinez plutôt vous-mêmes vos repas et congelez-les individuellement pour les décongeler une fois que vous serez pressé par le temps. 

http://selection.readersdigest.ca/

La fumée tertiaire est aussi dangereuse pour la santé


Tout le monde sait que la cigarette est nocive. On connait aussi la fumée secondaire d’ou les interdictions de fumée dans les endroits publics mais voilà qu’il y a la fumée tertiaire qui elle s’incruste dans l’environnement des fumeurs et qui est aussi très nocives pour les autres
Nuage

 

La fumée tertiaire est aussi dangereuse pour la santé

 

La fumée secondaire et la fumée tertiaire sont tout aussi dangereuses que celle... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

 

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

La Presse Canadienne
Montréal

La fumée secondaire et la fumée tertiaire sont tout aussi dangereuses que celle inhalée par les fumeurs, préviennent des chercheurs de l’Université de la Californie à Riverside.

La fumée tertiaire fait référence à la fumée secondaire qui se dépose sur la surface des objets et se dégrade au fil du temps, devenant progressivement de plus en plus toxique.

La chercheuse Manuela Martins-Green a indiqué que des souris exposées à de la fumée tertiaire ont subi des dommages au foie et aux poumons. Leurs blessures mettaient aussi plus de temps à guérir et elles présentaient des signes d’hyperactivité.

Le foie des souris donnait des signes précurseurs de cirrhose et de cancer. Quant aux poumons, les dommages constatés ouvraient la porte à des problèmes inflammatoires comme l’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique.

La fumée tertiaire présente une menace pour la santé des enfants et conjoints de fumeurs, ou encore des collègues de fumeurs dans des milieux de travail où le tabagisme est ou a déjà été toléré. Les résidences de fumeurs sont si contaminées que l’exposition à la nicotine peut ressembler à celle associée au tabagisme.

La fumée tertiaire, qui contient des cancérogènes puissants, peut persister dans les résidences ou chambres d’hôtel des fumeurs, même après leur départ.

Les résultats de l’étude sont publiés par le journal scientifique PLOS ONE.

http://www.lapresse.ca/

Un virus dans les cigarettes


On est bizarre nous les êtres humains, alors que nous sommes horripilé par les produits toxiques dans nos aliments nous fumons des cigarettes qui en contiennent près de 5000 substances dommageables pour la santé
Nuage

 

Un virus dans les cigarettes

 

Un homme fume 

Photo :  iStockphoto

La liste des quelque 4800 substances auxquelles un fumeur s’expose compte un élément de plus : un virus!

Des chercheurs français ont découvert que l’ensemble des cigarettes qu’ils ont testées étaient infectées par le virus de la mosaïque du tabac. Pour en arriver à ce constat, le biologiste Didier Raoult et ses collègues de l’Université Aix-Marseille ont analysé une cinquantaine de cigarettes de six marques différentes, ainsi qu’une soixantaine d’échantillons de salive collectés auprès de douze fumeurs et de quinze non-fumeurs.

Leurs analyses montrent la présence de matériel génétique viral dans toutes les cigarettes analysées. En outre, des virus vivants ont été détectés dans 53 % des échantillons de tabac testés.

Les échantillons de salive contenaient du matériel génétique viral dans 45 % des échantillons collectés auprès de fumeurs. Aucune trace de virus n’a toutefois été mise en évidence dans la salive des non-fumeurs.

Le tabagisme constitue donc, selon ces chercheurs, une porte d’entrée dans le corps humain pour le virus de la mosaïque du tabac.

Le saviez-vous?

La cigarette contient également de la nicotine, des goudrons, des métaux lourds, de l’ammoniac et au moins 70 substances classées cancérigènes.

Ce virus est pathogène pour les plantes, mais rien n’indique qu’il est dangereux pour les humains.

De précédents travaux laissent toutefois à penser qu’un virus végétal pourrait être capable d’infecter des cellules humaines. Il a en effet été établi que d’autres virus de plantes étaient capables de pénétrer dans des cellules de mammifère.

Il a aussi été montré que le matériel génétique du virus de la mosaïque du tabac peut être traduit en protéines virales dans des cellules humaines (et donc théoriquement se multiplier), lorsqu’il y est introduit par un expérimentateur.

La présence dans l’organisme humain d’un virus apparenté ( le virus de la marbrure bénigne du poivron) a déjà été associée à des symptômes comme la fièvre, des douleurs abdominales et des démangeaisons.

Les auteurs de ces travaux publiés dans le Journal of clinical virology pensent donc qu’il est important de mieux cerner les effets du virus de la mosaïque du tabac sur l’organisme humain, en particulier au niveau du fonctionnement des cellules pulmonaires.

La semaine dernière, des chercheurs québécois de l’Université McGill ont découvert qu’un certain gène détermine la vulnérabilité au tabagisme.

http://www.radio-canada.ca