Le Saviez-Vous ►Leucémie: 16 symptômes méconnus à surveiller de près


La leucémie est un cancer du sang et de la moelle osseuse. Il y a des symptômes qui peuvent donner des indices, mais ils peuvent aussi indiquer autre chose, c’est pour cela que seul un examen fait par un médecin est nécessaire pour établir un diagnostique.

Nuage


Leucémie: 16 symptômes méconnus à surveiller de près

Leucémie: reconnaitre les symptômes.SHUTTERSTOCK

La leucémie, ou cancer du sang, se manifeste de manière très subtile et sournoise. Voici 16 signes et symptômes qu’il faut surveiller de plus près.

Qu’est-ce que la leucémie ?

La leucémie est un cancer du sang et de la moelle osseuse qui entraîne une production anormale de certaines cellules sanguines. À mesure que les cellules malignes prennent le dessus sur les cellules saines, les fonctions sanguines commencent à se détériorer et on observe alors certains symptômes physiques. La maladie peut rapidement évoluer si vous êtes atteint d’une forme aiguë. Ou bien elle peut évoluer progressivement et dégénérer en leucémie chronique, selon la Société canadienne du cancer.

Quel que soit le type dont vous souffrez, réagissez rapidement si vous observez quelques-uns de ces signes subtils et symptômes de la leucémie et consultez votre médecin. Voici quelques-uns des signes et symptômes de ce cancer qui sont trop souvent négligés.

Parmi les symptômes de la leucémie, la fatigue et la faiblesse

La fatigue et la faiblesse sont les signes les plus communs de tous les types de leucémie, selon le Dr Mark Levis, directeur du programme de lutte contre la leucémie du Johns Hopkins Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center. Ces symptômes sont souvent causés par l’anémie, soit un déficit de globules rouges qui ne fait qu’aggraver l’épuisement physique. Voici ce que vous devez savoir sur l’anémie. Que votre leucémie soit chronique ou aiguë, vos symptômes varieront de la fatigue légère à la faiblesse physique extrême, mais dans tous les cas, la maladie ne fera que s’aggraver avec le temps.

« C’est une maladie qui ne cesse de progresser, dit le Dr Levis. »

La leucémie peut être caractérisée par un essoufflement important.SHUTTERSTOCK

L’essoufflement peut également être un symptôme de la leucémie

Plus les patients deviennent faibles et fatigués, et plus ils sont susceptibles de se sentir essoufflés à cause de l’anémie ou, plus rarement, des masses qui se développent dans les poumons.

«Les personnes souffrant de leucémie sont à bout de souffle, note le Dr Levis. Traverser une pièce en marchant peut être difficile.»

Formation excessive ou spontanée d’ecchymoses

L’apparition d’ecchymoses ne résultant d’aucun traumatisme physique peut être un signe de leucémie, souligne Pamela Crilley, ostéopathe, directrice du département d’oncologie médicale des Cancer Treatment Centers of America et chef du service d’oncologie médicale du Eastern Regional Medical Center. L’apparition inhabituelle d’ecchymoses est consécutive à une faible numération plaquettaire ou à des troubles de la coagulation, explique le Dr Levis.

« Ces ecchymoses peuvent apparaître n’importe où, avec une prédilection pour les extrémités – bras et jambes », ajoute ce dernier.

Saignements inhabituels

Comme les ecchymoses, les saignements inhabituels du nez, des gencives, de l’appareil digestif, des poumons ou de la tête sont parfois dus à une faible numération plaquettaire et à des troubles de la coagulation, ce qui peut indiquer une leucémie aiguë, observe la Dre Pamela Crilley.

Pétéchie (petite tache rouge sous la peau causée par un saignement)

«La pétéchie, c’est comme si quelqu’un avait peint des petits points rouges avec un crayon», décrit la Dre Crilley.

Ces taches, qui peuvent passer inaperçues à cause de leur taille, de leur emplacement dans les extrémités inférieures, et parce qu’elles sont indolores, indiquent une faible numération plaquettaire. Le Dr Levis précise que les pétéchies se trouvent souvent autour des chevilles : à cause de la gravité, les fluides corporels s’amassent dans le bas des jambes tout au long de la journée.

Gencives gonflées et hypertrophiées

Bien que peu de patients souffrant de leucémie aiguë montrent une augmentation de la taille des gencives, connue sous le nom d’hyperplasie gingivale, ce phénomène reste un des signes les plus évidents de la maladie.

«Si vous avez un patient leucémique, vous regardez toujours sa bouche pour voir si les gencives ont gonflé », dit la Dre Crilley.

Les gencives ont l’air gonflées, ajoute le Dr Levis, et vous éprouvez toujours une étrange raideur dans la bouche.

Le mal de ventre parmi les signes et symptômes de la leucémie. SHUTTERSTOCK

Sensation de satiété ou de ballonnement

Un des signes de la leucémie chronique – et parfois aiguë – est une hypertrophie de la rate, qui peut se traduire par une perte de l’appétit.

Vous pourriez éprouver une sensation de « satiété précoce », note la Dre Crilley. «Les patients se sentent rassasiés après avoir avalé un peu de nourriture parce que leur rate comprime leur estomac.»

Inconfort ou douleur dans la partie supérieure de l’abdomen

Une hypertrophie de la rate causée par la leucémie provoque parfois un malaise abdominal ou une douleur aiguë.

«Un patient atteint de leucémie chronique m’a consulté il y a quelques semaines, et une partie de sa rate était morte d’hypertrophie, relate le Dr Levis. Il avait une douleur atroce dans l’abdomen.»

Cette douleur se situe généralement dans la partie supérieure gauche de l’abdomen, à l’emplacement de la rate.

Fièvres ou frissons

Fièvres et frissons ne sont pas des symptômes très communs puisqu’on ne les retrouve que dans le quart des cas de leucémie aigüe et presque jamais dans les cas de leucémie chronique, constate le Dr Levis. Par contre, une légère fièvre indique souvent une infection et un système immunitaire affaibli, lesquels peuvent être liés à la leucémie.

Sueurs nocturnes

Les sueurs nocturnes sont souvent causées par des infections pouvant être reliées à la leucémie.

«Si vous êtes trempés, et vos draps sont trempés, il faut essayer de comprendre pourquoi», explique la Dre Crilley.

Maux de tête percutants

Bien que plutôt rares, les maux de tête percutants peuvent signaler une anémie causée par une leucémie, voire un saignement intracrânien qui pourrait vous tuer.

Un teint pâle, symptôme de la leucémie. SHUTTERSTOCK

Pâleur extrême

Tout comme les maux de tête, la fatigue et l’essoufflement, une pâleur inhabituelle peut être un signe d’anémie chez certains patients souffrant de leucémie chronique ou aiguë.

«Si le patient est très pâle, sa maladie est déjà à un stade avancé, précise le Dr Levis. Cela s’accompagne toujours d’une extrême fatigue. Si vos niveaux de globules rouges sont assez faibles pour que vous soyez pâle, vous haletez lorsque vous traversez une pièce.»

Douleur dans les os

La douleur dans les os est plutôt rare, mais c’est souvent un signe très clair de leucémie chronique ou aiguë, selon le Dr Levis. Les cellules leucémiques étant produites dans la moelle osseuse, mieux vaut consulter un médecin si vous éprouvez une douleur dans les os, qu’elle soit légère ou extrême.

Enflure des ganglions lymphatiques

Vérifiez si vous n’avez pas dans le cou, les aisselles et l’aine une enflure qui ne serait pas douloureuse des ganglions lymphatiques. Il est normal que la taille de ces glandes varie au gré des infections, mais si elles restent gonflées ou continuent d’enfler, vous pourriez souffrir d’une leucémie ou d’un lymphome, dit le Dr Crilley


Éruption cutanée

Environ un leucémique sur 20 peut souffrir d’une éruption cutanée qui se range dans l’une de ces catégories : leucémie lymphoïde chronique ou syndrome de Sweet, communément associé à la leucémie, indique le Dr Levis.

«Avec la leucémie lymphoïde, c’est comme si on avait une grosseur sous la peau, précise le médecin. Puis ça se met à gonfler. Des fois, ça ressemble à une plaque.»

Avec le syndrome de Sweet, les éruptions sont rouges et violentes, un peu comme une réaction allergique. Mais bien qu’il existe une multitude de types d’éruptions cutanées, celles qui sont liées à la leucémie ont toutes un point en commun : elles vont continuer de s’étendre et de s’aggraver.

Attention aux infections récurrentes qui peuvent être des symptômes de la leucémie. SHUTTERSTOCK

Autres symptômes de la leucémie: des infections fréquentes ou récurrentes

Si vous avez une de ces petites infections qui refuse tout simplement de disparaître, quels que soient les antibiotiques que votre médecin vous prescrit, il est peut-être temps de subir une formule sanguine complète afin de détecter une anomalie dans vos niveaux de globules rouges, d’hémoglobine ou de plaquettes. Des taux anormaux de globules blancs affectent le système immunitaire, ce qui peut expliquer les fréquentes infections et le sentiment d’être toujours à la limite d’attraper la grippe ou une infection. Ceci, associé à d’autres symptômes tels que la fatigue ou l’apparition d’ecchymoses, devrait suffire à vous convaincre d’aller chez le médecin.

« La leucémie est toujours une surprise ; elle arrive de manière sournoise », explique le Dr Levis.

 Comme la leucémie peut-être asymptomatique ou montrer des symptômes communs à d’autres maladies, il est important de passer un examen physique, un hémogramme et une biopsie de la moelle osseuse qui permettront de diagnostiquer si vous souffrez de leucémie et, si c’est le cas, de quel type de traitement vous avez besoin.

https://www.selection.ca/

Des médecins pourront bientôt vous imprimer un nouveau cœur


Cette entreprise travaille surtout pour les femmes, celles qui ont subi une mastectomie, mais une ouverture possible dans l’avenir a la conception de coeur en 3D. Ce qui serait un espoir pour ceux qui attendent un don d’organe.
Nuage

 

Des médecins pourront bientôt vous imprimer un nouveau cœur

 

Explaining the Future

LAURENT LASALLE

BIOIMPRESSION 3D

 

Ce qui semble tiré tout droit d’un film de science-fiction deviendra réalité d’ici une vingtaine d’années : des chercheurs travaillent au développement de techniques d’impression 3D visant à reproduire des organes humains.

Bien qu’elle en soit à ses balbutiements, la bioimpression 3D promet de régler bien des maux de tête causés par la rareté de donneurs d’organes compatibles avec les patients dans le besoin du milieu de la santé. Cette technologie actuellement en développement tente de permettre l’impression d’organes humains à partir de cellules adipeuses d’un patient. Visiblement, l’impression 3D n’a pas fini de nous surprendre.

Soulignons que des chirurgiens emploient déjà l’impression 3D quand vient le moment de se préparer pour une opération : à partir de l’imagerie médicale d’un patient (un CT scan ou une IRM), on reproduit les organes en plastique afin de déterminer concrètement comment aborder la chirurgie. L’impression 3D est également utilisée par des médecins pour effectuer la reconstruction d’os, de cartilage et de tendons à partir de matières plastiques. Dans ces deux cas, il s’agit d’une utilisation plutôt traditionnelle de cette technologie.

Tout le contraire du projet de la startup américaine TeVido BioDevices, qui s’intéresse particulièrement au sort des femmes atteintes de cancer du sein.

Dans le cadre d’une conférence à SXSW, la PDG et cofondatrice de l’entreprise Laura Bosworth et le directeur de la technologie Scott Collins ont dévoilé les fruits de leurs travaux, qui se déclinent deux procédés. D’abord la reproduction par extrusion, soit le dépôt de fines couches de matière organique, un procédé identique à l’impression 3D conventionnelle. Ensuite la reproduction par suspension, où des couches de différents types de cellules sont mélangées avec une matrice extracellulaire – un gel permettant de les orienter – propulsée par une imprimante à jet d’encre spécialement conçue pour cette tâche.

Le tout demeure pour l’instant que théorique. Comme le soulignait le blogueBackchannel au début du mois, personne n’est encore parvenu à reproduire un organe humain fonctionnel à l’aide de la bioimpression 3D.

Le plus grand défi pour les médecins à l’heure actuelle est de greffer l’organe biosynthétique pour faire en sorte que le sang y circule et le maintienne en vie. Pour ce faire, il faut imprimer des canaux microvasculaire à même l’organe afin que le corps puisse y connecter automatiquement ses capillaires. Puisque le corps humain crée de nouveaux capillaires au besoin (par exemple, lors d’un exercice physique), cette tâche n’est pas aussi utopique qu’elle peut sembler. Elle représente néanmoins un défi.

Alors, c’est pour bientôt?

Tout dépend de votre définition de bientôt. Il va de soi que la bioimpression 3D d’un cœur fonctionnel ne se concrétisera pas demain matin. Pour le moment, les chercheurs de TeVido BioDevices se penchent sur la reproduction d’un organe significativement plus petit : le complexe aréolo-mamelonnaire. Puisque le principal intérêt de l’entreprise est lié aux femmes atteintes de cancer du sein, elle souhaite être en mesure de reproduire un mamelon biosynthétique afin d’en faire bénéficier les femmes ayant subies une mastectomie.

Les avantages que propose la bioimpression 3D sont multiples. Notamment, la greffe d’un organe produit à partir des cellules du patient signifie que celui-ci n’aura pas à prendre d’immunosuppresseurs – en prévention du rejet de l’organe – puisque son corps interprétera le nouvel organe comme étant le sien.

Bien entendu, alors que l’avenir semble prometteur pour cette technologie, les risques de dérives sont également bel et bien présents.

http://branchez-vous.com/

Une autre clé de l’ADN pour lutter contre l’arthrite


Généralement quand on vieillit des petits bobos commencent apparaitre. Certains sont plus handicapants que d’autres. Alors la recherche pourrait trouver  enfin aider a soulager la douleur de l’arthrite, et permettre a certaines personnes de rester plus longtemps autonome
Nuage

Une autre clé de l’ADN pour lutter contre l’arthrite

 

Vue transversale de l’ADN la molécule qui contient les gènes. Sur cette modélisation, les différents atomes constituant l’ADN ont été représentés en couleur : le carbone en orange, l’oxygène et bleu, l’azote en rouge, l’hydrogène en blanc et le phosphore en violet. Photo :  Inserm- Jean-Claude Lambry

Une équipe internationale de chercheurs ont découvert plus de 40 nouveaux points dans l’ADN qui augmentent le risque d’être atteint de polyarthrite rhumatoïde,  une forme d’arthrite inflammatoire.

Cette recherche, la plus vaste dans ce domaine, a été menée auprès de 30 000 individus. Les chercheurs ont comparé l’ADN de patients atteints d’arthrite avec celui d’individus non-atteints pour découvrir ces régions vulnérables.

Ils ont aussi découvert des points communs avec les personnes atteintes de certains cancers du sang. Cette information pourrait ouvrir la voie à une autre utilisation de médicaments utilisés pour traiter ces malades.

Les experts ont bon espoir de trouver une façon de guérir cette maladie en développant des médicaments qui ciblent les points névralgiques identifiés. Les résultats de la recherche ont été publiés dans le plus récent numéro de Nature.

Le terme « arthrite » est employé pour décrire plus de 100 maladies et troubles rhumatismaux qui affectent une ou plusieurs articulations.

Contexte


. L’arthrite est une maladie qui cause de la douleur due à l’inflammation et des lésions articulaires. Elle est souvent source d’incapacité.
. L’arthrite est l’un des problèmes de santé chroniques les plus fréquents au pays. Plus de 4,2 millions de personnes, soit 16 % de la population âgée de 15 ans et plus, déclarent souffrir d’arthrite.
. La prise en charge de cette affection, qui occasionne un fardeau économique estimé à près de 7 milliards de dollars au Canada, laisse à désirer chez la plupart des personnes atteintes.
. Les traitements contre la douleur arthritique entraînent souvent des effets indésirables graves, particulièrement lorsqu’ils sont administrés pendant de longues périodes.

http://ici.radio-canada.ca