Syndrome du canal carpien: infos, tests et conseils


Le syndrome du canal carpien peut arriver a tout le monde. Savoir le distinguer pour un éventuel traitement, si l’atèle n’est pas suffisant
Nuage

 

Syndrome du canal carpien: infos, tests et conseils

 

Denis Fortier

Physiothérapeute, chroniqueur radio-télé et auteur de guides pratiques

Des engourdissements à la main ou aux doigts vous empêchent de dormir? La douleur et la perte de force se sont mises de la partie? Vous souffrez peut-être du syndrome du canal carpien. Mon article d’aujourd’hui vous présente les principaux signes et symptômes de ce problème qui, dans les cas plus graves, affectent non seulement un nerf, mais aussi les muscles et les activités de tous les jours. Vous trouverez aussi des conseils que je donne régulièrement à mes patients et deux tests que vous pourrez réaliser vous-même.

La traversée du canal Si le canal Lachine est un cours d’eau de 14 km situé au sud-ouest de l’île de Montréal, le canal carpien, pour sa part, ne mesure que trois ou quatre centimètres et se situe à l’intérieur de votre poignet dans une petite gouttière notamment formée par vos os. La traversée de votre canal carpien vous permettrait de découvrir plusieurs tendons et, surtout, le nerf médian. Celui-ci est essentiel à la vie de tous les jours en raison de ses deux principaux rôles:

  • Il détecte et communique à votre cerveau les sensations décelées par la paume de votre main.
  • Il apporte à vos muscles la commande nerveuse qui déclenche les mouvements de vos doigts et de votre main.

Je précise que la trajectoire du nerf médian peut varier considérablement d’une personne à l’autre. Aussi, le canal carpien possède un toit, soit un ligament relativement épais que vous pouvez voir sur l’illustration ci-contre. Notez que les termes tunnel carpien ou canal carpien sont des synonymes.

Le syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien est d’abord un problème de compression et d’étirement du nerf médian. Ces deux phénomènes ont lieu dans le canal carpien et entraînent plusieurs symptômes. Si vous en êtes atteint, vous aurez probablement d’abord ressenti des engourdissements aux doigts ou à la main. Dans la plupart des cas, ces engourdissements apparaissent la nuit, pour éventuellement se manifester aussi le jour. Notez qu’ils sont parfois présents dans les deux mains.

La détérioration de la condition implique une augmentation de la fréquence et de l’intensité des engourdissements, jusqu’à ce que ceux-ci deviennent douloureux et c’est souvent à ce moment-là que mes patients me consultent. Souvenez-vous que la faiblesse, le manque d’endurance et la diminution de la sensibilité de la paume de la main sont de moins bon augure et requièrent d’autant plus une évaluation par un professionnel de la santé, que ce soit votre médecin ou votre physiothérapeute. Celui-ci procédera à une évaluation minutieuse, notamment en effectuant des tests cliniques. Je vous propose ce test de dépistage que vous pouvez faire à la maison.

Test de dépistage 1: pliez votre poignet pendant 30 secondes en vous assurant toutefois de bien relâcher vos doigts. Vous pouvez aussi garder votre poignet plié en vous aidant avec votre main opposée. Maintenez cette position pendant 30 secondes. Si vous observez des engourdissements ou de la douleur dans la main ou les doigts, il se pourrait que vous ayez le syndrome du canal carpien.

Test de dépistage 2: faites le test précédent avec les deux mains, simultanément, c’est-à-dire que les dos de vos mains seront placés l’un en contact avec l’autre, les deux poignets à plus ou moins 90 degrés. Vous pourrez ainsi mieux comparer le côté droit avec le côté gauche.

Conseil 1: en présence d’engourdissements ou de douleur, évitez les positions dans lesquelles votre poignet est dans une position extrême, soit en flexion ou en extension complète. Les positions neutres sont à privilégier, soit lorsque votre main et votre avant-bras forment une ligne droite.

Conseil 2: en présence d’engourdissements ou de douleur, évitez les mouvements répétitifs, que ceux-ci soient effectués à l’ordinateur, en cuisinant ou dans d’autres activités quotidiennes ou sportives.

Un mal qui a ses petits chouchous Le syndrome du canal carpien est l’une descompressions nerveuses les plus fréquentes. Et même si personne n’en est à l’abri, ce problème de santé a ses petits chouchous:

    • Les femmes seraient jusqu’à trois fois plus touchées que les hommes.

    • Le diabète: le risque serait doublé, tant chez les personnes ayant un diabète de type 1 ou de type 2.

    • L’obésité: les personnes obèses seraient plus fréquemment concernées par une diminution de l’espace à l’intérieur du canal. La prédisposition à l’inflammation serait aussi un facteur contribuant.

    • Un emploi manuel, particulièrement les personnes exposées aux vibrations, celles qui effectuent régulièrement des mouvements répétitifs, des efforts importants avec les mains ou des mouvements qui placent les poignets à la limite de leur mobilité.

    • La grossesse: les symptômes peuvent se manifester à chacun des trimestres. Règle générale, l’utilisation d’une attelle de repos améliore considérablement les symptômes qui se résorbent durant les semaines suivant l’accouchement, dans la grande majorité des cas. Une enflure marquée et précoce des membres inférieurs (pied, chevilles et jambes) est souvent un signe prédictif du syndrome du tunnel carpien.

    • L’arthrose et l’arthrite: le risque serait au moins doublé chez les personnes souffrant d’arthrose ou d’arthrite rhumatoïde.

    • L’avancée en âge: le syndrome serait plus fréquent chez les personnes de plus de 55 ans, pour atteindre une prévalence maximale chez les personnes âgées de 70 à 79 ans. Aussi, le processus de guérison serait plus fréquemment retardé chez les aînés.

    • Une ancienne blessure: une fracture ou une entorse mal guérie peut entraîner des modifications de l’anatomie ainsi que des mouvements de la main et du poignet. À long terme, cela peut accroître le risque de syndrome du canal carpien.

 

Fausse identité

L’usurpation d’identité n’existe pas seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi en présence du syndrome du canal carpien. En effet, ceux-ci peuvent être mimés par une hernie discale ou un problème de compression dans la région du cou. Une évaluation complète du membre supérieur et du cou est alors indispensable afin d’identifier la source du mal. Cette situation survient notamment en présence de symptômes qui touchent les deux mains.

5 traitements


1. La physiothérapie

La physiothérapie propose plusieurs modalités qui permettent de contrôler ou de diminuer la douleur et l’inflammation, comme le laser. En présence de faiblesse musculaire ou de perte de mobilité, des exercices adaptés à votre condition peuvent aussi être envisagés. Une rééducation posturale peut aussi être une option bénéfique, particulièrement dans un contexte où les symptômes sont associés au travail de bureau, à l’ordinateur ou à la position assise prolongée.

2. Une attelle de repos

Il s’agit d’une gaine élastique munie de bandes rigides qui maintiennent votre poignet dans une position neutre. Ce type d’attelle est portée la nuit ou le jour, si les symptômes se font sentir durant les activités quotidiennes. Il est préférable que vous obteniez l’opinion d’un professionnel de la santé avant d’avoir recours à une attelle de repos.

3. L’acupuncture

Les traitements conservateurs doivent être envisagés avant les traitements plus invasifs. L’acupuncture fait partie des approches reconnues et encadrées par un ordre professionnel. Vous trouverez un acupuncteur près de chez vous en consultant le site de l’Ordre des acupuncteurs du Québec.

4. Les injections

Il existe plusieurs méthodes et produits qui peuvent être injectés. Votre médecin pourra vous donner des informations précises en fonction de votre condition. Plusieurs de ces injections sont efficaces à court terme.

5. La chirurgie de décompression

Il s’agit d’une intervention mineure qui est parfois inévitable dans les cas les plus graves et pour lesquels les traitements conservateurs ont échoué. Certains auteurssont toutefois d’avis que l’efficacité de la chirurgie de décompression fluctue lorsqu’elle est pratiquée chez les aînés.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

"Nintendinite", "wiitite" : les pathologies des accros aux jeux vidéo


Trop jouer au aux jeux vidéo fini par avoir des conséquences au canal carpien, au tendon d’Achille et aux envies trop pressante d’aller à la toilette … La modération a donc son importance
Nuage

 

« Nintendinite », « wiitite » : les pathologies des accros aux jeux vidéo

 

Photo d'illustration. Photo d’illustration. © Rachael Porter / Cultura Creative

 

Une équipe de chercheurs néerlandais a compilé les souffrances des joueurs assidus et en a retiré des tendances. Jusqu’aux ruptures de tendons d’Achille.

 

6Medias

« Tu vas avoir mal aux pouces à force d’être tout le temps sur ta manette. » Quiconque a déjà joué aux jeux vidéo a déjà entendu cette phrase. Désormais, vous pourrez répondre, rassurant : « Oui, je sais, mais je surveille ma nintendinite. »

Une équipe de chercheurs en médecine néerlandais de l’université de Groningue vient en effet, rapporte Le Figaro, d’officialiser cette pathologie, qui menace les joueurs compulsifs de la console japonaise. Il s’agit d’une douleur dans les pouces, la main ou le poignet. Pour ce faire, les chercheurs ont épluché les notices d’utilisation des consoles, ont analysé 38 publications liées à ces blessures et sont remontés jusqu’au premier cas signalé, en 1990 : celui, détaillé par le British Medical Journal, d’une joueuse de 35 ans qui souffrait fortement du pouce après cinq heures de jeu.

Des « pipis au lit » pour cause d’oubli d’aller aux toilettes

Plus étonnant, ils ont également relevé des énurésies (en langage non médical, des « pipis au lit »), chez des enfants trop absorbés par leurs jeux pour se rappeler d’aller aux toilettes. Et des ulcérations de la paume après l’avènement des joysticks, ces manettes pourvues d’un manche qu’il fallait parfois faire tourner.

Dans l’histoire plus récente, l’article mentionne aussi des ruptures de tendon d’Achille chez… les jours de Wii, la console interactive qui permet aux joueurs de reproduire à l’écran les gestes qu’ils réalisent dans leur salon.

Résultat : des « wiitites » ! Comme chez une accro au bowling virtuel, victime d’une rupture du canal carpien. Et des tendinites, après des heures de tennis sur Wii.

http://www.lepoint.fr/

Invention : une souris qui lévite pour soulager votre canal carpien


Beaucoup souffre de douleur du tunnel carpien .. et quand certains travaillent ou du moins utilisent beaucoup la souris devant l’ordinateur, cela peut gêner considérablement les mouvements … Alors peut-être que cette souris serait une solution qui aidera quelques personnes
Nuage

 

Invention : une souris qui lévite pour soulager votre canal carpien

 

1 – La nouvelle souris qui lévite

La nouvelle souris qui lévite

Mélanie Prévost

Avec l’importance grandissante des ordinateurs dans notre quotidien et surtout dans notre vie professionnelle le syndrome du canal carpien se développe de plus en plus.

C’est pourquoi un société de design à Prague, Kinbardindesign, a inventé la nouvelle souris d’ordinateur qui lévite, la « Bat ». Elle permet ainsi de soulager votre main de toute pression.

Cette souris peut s’élever jusqu’à 40 cm au dessus de votre bureau, aidée par un anneau magnétique. Détail pratique : elle est également sans fil. Cependant, ce qui la rend la plus indispensable c’est qu’elle pourrait soulager les personnes atteintes du syndrome carpien.Ce syndrome peut se traduire par un léger gêne mais peut aller jusqu’a la paralysie temporaire de la main.

2 – Elle soulage la pression sur les nerfs de votre main

3 – Elle pourrait réduire le nombre de syndrome du canal carpien

4 – La « Bat » a été inventée à Prague

http://www.planet.fr