Le Saviez-Vous ► Non, les calculs rénaux ne ressemblent pas à des cailloux !


Si comme les médecins (jusqu’à maintenant) vous croyez que les calculs rénaux sont des pierres (pierre aux reins) alors vous avez tord. On sait aujourd’hui qu’en fait, c’est des matières organiques et de cristaux d’oxalate de calcium qui en passant, c’est très jolie vu au microscope, mais néfaste pour les reins.
Nuage

 

Non, les calculs rénaux ne ressemblent pas à des cailloux !

 

calculs rénaux

Share

Crédits : Wikimedia Commons

par Yohan Demeure

Selon des chercheurs américains ayant utilisé des techniques habituellement appliquées en géologie et géobiologie, les calculs rénaux auraient des structures qui ressemblent à celles des coraux !

Il est communément acquis que les calculs rénaux (ou lithiases rénales) – affectant près de 10 % de la population mondiale – sont causés par la formation de cristaux d’oxalate de calcium, un cristal ionique insoluble dans l’eau. Et pourtant, selon les scientifiques de l’Université d’État de l’Illinois (États-Unis), de la clinique Mayo et des laboratoires Carl Zeiss, les calculs rénaux ne sont pas des pierres homogènes comme nous le pensions jusqu’à aujourd’hui !

Dans leur étude publiée par la revue Science Reports le 13 septembre 2018, les scientifiques ont examiné des calculs rénaux de patients issus de la clinique Mayo. Ont alors été utilisées plusieurs techniques de microscopie optique (et électronique), ainsi que la spectrographie aux rayons X. Tout cet éventail de méthodes est habituellement appliqué en géologie et en géobiologie, mais elles n’avaient jamais été testées pour étudier une minéralisation humaine telle que les calculs rénaux.

Les images ont montré que les calculs rénaux n’étaient pas des pierres homogènes, mais des formes composées de fines couches de matière organique et de cristaux d’oxalate de calcium, des couches parfois interrompues par de plus gros cristaux.

cristaux

Share

Crédits : Mayandi Sivaguru et al., 2018, Nature.

« Au lieu d’être des masses cristallines sans valeur, les calculs rénaux sont un compte-rendu minutieux de la santé et du fonctionnement du rein d’une personne », a expliqué Bruce Fouked, de l’Université d’État de l’Illinois.

Selon l’expert, les calculs rénaux peuvent faire office de compte-rendu de la santé des reins d’un individu, car ceux-ci se formeraient par couches successives en subissant un processus dynamique de croissance et de dissolution – à la manière des massifs coralliens (coraux).

En conclusion, l’étude permet aux chercheurs de penser qu’il serait possible d’élaborer un traitement visant à dissoudre in vivo les fameux calculs d’oxalate de calcium, alors que pour la plupart des médecins, il s’agit là de quelque chose de totalement impossible.

Sources : Sciences et AvenirZME Science

https://sciencepost.fr/

Le Saviez-Vous ► 7 erreurs qui mettent vos reins en péril


Il est important de prendre soin de nos organes. Prévenir des maladies du rein en fait partie, et nous serions peut-être surpris d’apprendre que certaines choses peut endommager les reins
Nuage

 

7 erreurs qui mettent vos reins en péril

 

Si vos reins ne fonctionnent pas comme il faut, vos risques d’infarctus ou d’AVC risquent d’augmenter.

PAR MARISSA LALIBERTE

Danger pour les reins : Vous aimez les aliments préparés

 

La plupart des aliments préparés sont chargés sodium, ce qui, non seulement, est mauvais pour votre cœur, mais peut entraîner des problèmes aux reins. Si vous présentez des signes que vous mangez trop de sel, votre corps doit éliminer celui-ci dans l’urine ; il élimine aussi en même temps du calcium. Et si vous avez trop de calcium dans l’urine, vous risquez de faire des calculs rénaux, explique le Dr James Simon, néphrologue à la clinique Cleveland.

Le Guide alimentaire canadien recommande de ne pas dépasser 2 300 mg de sodium par jour ; or les Canadiens en consomment environ 3 400 mg quotidiennement. Lisez les étiquettes nutritionnelles sur les produits que vous achetez et vous serez surpris de voir à quel point la quantité de sodium que vous ingérez augmente rapidement.

« Les gens s’arrêtent aux glucides, aux gras et calories, et ne prennent pas la peine de lire le contenu en sodium », remarque le Dr Simon.

Dangereux pour vos reins, vous ne contrôlez pas votre hypertension

L’hypertension est mauvaise pour l’organisme tout entier, et ceci inclut les reins.

« Les reins sont essentiellement un ensemble de vaisseaux sanguins muni de drains pour évacuer l’urine, explique le Dr Simon. Si vous faites de l’hypertension dans vos gros vaisseaux sanguins, vous en faites aussi dans les plus petits. »

Une hypertension non contrôlée peut endommager les veines qui mènent aux reins et léser ces organes.

Vous fumez toujours, ce qui est mauvais pour vos reins

Si vous croyez que le cancer du poumon est la seule raison de laisser tomber la cigarette, pensez-y à deux fois. Une étude de 2012 a montré que l’arrêt du tabac pendant 16 ans ou plus diminue de 40 % le risque de carcinome à cellules rénales, la forme la plus courante de cancer du rein chez les adultes. De plus, le tabagisme peut endommager les vaisseaux sanguins et augmenter votre risque d’hypertension.

Le Dr Simon explique : « voilà une autre raison qui prouve que fumer est mauvais pour l’organisme ».

Vous ne buvez pas quand vous avez soif

Contrairement à la croyance populaire, il n’est pas nécessaire de boire huit pleins verres d’eau par jour pour que vos reins fonctionnent de façon optimale. Si vous vous contentez de quatre à six verres d’eau par jour, vos reins fonctionneront plutôt bien, dit le Dr Simon. Mais un verre ou deux ne suffit pas pour vidanger votre système et contrôler les taux de sodium, sans compter que la déshydratation fait baisser la pression artérielle.

« Les reins sont très sensibles au flux sanguin, explique le Dr Simon. La déshydratation entraîne une baisse de la pression sanguine et l’apport sanguin aux reins chute. »

On peut être un peu déshydraté de temps en temps, mais buvez suffisamment quand vous faites de l’exercice ou que vous passez du temps dehors par temps très chaud, recommande-t-il.

Vous prenez continuellement des analgésiques

Méfiez-vous : ne prenez pas trop de médicaments en vente libre pour la douleur chronique. Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), comme l’ibuprofène et l’aspirine, diminuent le flux sanguin vers les reins et entraînent des lésions, parce qu’ils ont une toxicité directe sur ces organes, explique le Dr Simon. Sans compter que les analgésiques peuvent entraîner une maladie inquiétante.

Bien sûr, prenez-en si vous faites une terrible céphalée, mais les AINS pris trop souvent augmentent les risques de problèmes rénaux, « en particulier chez les sujets qui en consomment quotidiennement pendant de longues périodes », dit le Dr Simon.

Si vous avez déjà des lésions rénales, il vous recommande d’éviter tous les AINS.

Vous croyez que les suppléments nutritionnels sont sûrs

Ce n’est pas parce qu’un produit est dit « naturel » qu’il est bon pour vous.

« De nombreuses plantes médicinales sont nocives », selon le Dr Simon.

Par exemple : l’acide aristolochique dérivé d’une plante peut entraîner des lésions rénales. Santé Canada et la FDA recommandent de ne pas utiliser de produits contenant de l’Aristolochia (aristoloche), Asarum (gingembre sauvage) ou Bragantia, parce qu’ils contiennent probablement cet acide. À l’exception des multivitamines, vérifiez toujours avec votre médecin avant de prendre toute forme de supplément, avertit le Dr Simon.

Vous prenez du poids

Il n’y a là rien de surprenant : les kilos en trop sont durs pour le corps. Le surpoids augmente le risque de diabète de type 2, qui entraîne la probabilité de maladie rénale. Les problèmes d’insuline qui accompagnent les diabètes de type 1 et de type 2 peuvent causer une inflammation et des lésions rénales, explique le Dr Simon.

« Les diabétiques doivent passer régulièrement des tests de fonction rénale et d’urine. »

Et pour ne pas devenir diabétique, commencez par ces exercices pour les personnes en surpoids.

http://selection.readersdigest.ca

Souffrant de calculs rénaux, elle sort de l’hôpital amputée de ses mains et ses pieds


Cela ne donne pas envie d’être malade au Pérou ! Être hospitalisée suite à une infection due à un cathéter dans le but de soigner un problème rénal et finir amputé des deux mains et des deux pieds, les auteurs devront reprendre leur cours d’hygiène et de stérilisation lors des traitements
Nuage

 

Souffrant de calculs rénaux, elle sort de l’hôpital amputée de ses mains et ses pieds

Shirley Melendez, une étudiante en administration âgée de 25 ans, dénonce une « négligence médicale ». © (capture d’écran).

C’est un authentique scandale qui a éclaté au Pérou. À un tel point que le président Pedro Pablo Kuczynski a présenté ses excuses en personne à Shirley Melendez. Souffrant de calculs rénaux, cette jeune femme de 25 ans était entrée à l’hôpital pour se faire soigner mais elle en est ressortie amputée de ses mains et ses pieds.

Shirley Melendez, une étudiante en administration âgée de 25 ans, dénonce une « négligence médicale ». Depuis le 15 janvier, elle a subi trois examens à l’hôpital Guillermo Almenara de EsSsalud. Mais il y a cinq mois, alors qu’elle se croyait guérie, elle a connu de graves soucis pour uriner.

À l’hôpital, l’état de santé de Shirley Melendez s’est empiré. La pose d’un cathéter a provoqué chez elle une infection généralisée.

« Les médecins ont voulu me poser un cathéter jusqu’au rein dans une partie du corps qui n’était pas stérilisée », se souvient-elle.

 

Shirley Melendez, fiévreuse, a été plongée dans le coma. Quelques jours plus tard, elle a été amputée de ses mains et ses pieds à cause d’un virus qui s’était propagé dans son corps.

La faute à qui?

« Trois mois plus tard, je suis toujours en vie mais je n’ai plus de mains et de pieds. Pour couronner le tout, j’ai toujours mes problèmes aux reins. Depuis tout ce temps, j’attends toujours une explication », ajoute Shirley Menendez.

Le président « indigné »

Hier, Pedro Pablo Kuczynski, le président du Pérou, s’est dit indigné par cette affaire.

« Je veux exprimer mon indignation totale. De tels cas ne peuvent plus se répéter dans notre système de santé », a-t-il reconnu

http://www.7sur7.be/

5 maladies que les hommes devraient connaître


Certaines maladies ont un faible soit pour les hommes ou les femmes., On parle souvent des maladies qui atteint plus les femmes, il faut aussi ne pas oublier que des maladies préfèrent nettement mieux les hommes
Nuage

5 maladies que les hommes devraient connaître

Les maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires - 5 maladies que les hommes devraient connaître

 

Crédit photo: iStock

 

Les maladies cardiovasculaires ou coronariennes sont la première cause de mortalité chez les Canadiens. Elles se traduisent par une accumulation de dépôts de cholestérol (un gras saturé) sur la paroi des artères coronariens, c’est-à-dire les vaisseaux qui acheminent le sang riche en oxygène vers le coeur. Ces dépôts rétrécissent le passage à l’intérieur des vaisseaux et rendent ceux-ci moins souples. On nomme ce processus athérosclérose ou le durcissement des artères. En conséquence, le flux sanguin vers le coeur est restreint et cet état peut causer des douleurs à la poitrine (l’angine de coeur). Si un caillot se forme ou se dépose à l’intérieur de l’artère dont le diamètre est réduit, il peut obstruer complètement le flux sanguin et causer un infarctus.

Les maladies cardiovasculaires ne manifestent en général aucun symptôme, jusqu’au jour où elles provoquent un infarctus.
L’hérédité génétique et le style de vie contribuent chacun à l’apparition des maladies cardiovasculaires. Les risques comprennent:

• Le sexe: les hommes sont plus vulnérables aux maladies coronariennes que les femmes.
• Les femmes post-ménauposées ou celles qui ont plus de 55 ans.
• Les antécédents familiaux de maladie cardiaque.
• Le fait d’avoir subi un infarctus.
• L’origine ethnique: africaine, latino-américaine ou asiatique.

Apprenez-en plus sur les maladies cardiovasculaires.

La maladie de Parkinson

 

La maladie de Parkinson - 5 maladies que les hommes devraient connaître

Crédit photo: iStock

Les symptômes de la maladie de Parkinson sont discrets et prennent du temps à se développer, si bien qu’il faut de 10 à 15 ans pour se rendre compte qu’on en est atteint. Même dans ce cas, la personne qui en souffre peut en atténuer les symptômes durant des dizaines d’années en prenant des médicaments spécifiques et en menant une vie active.

Si on a récemment diagnostiqué chez vous la maladie de Parkinson, vous manifestez probablement déjà certains symptômes parmi les suivants: légers tremblements des mains, des jambes et du visage, raideur musculaire, problème de coordination, lenteur des mouvements (bradykinésie). Ces symptômes, ainsi que d’autres, révèlent que les cellules nerveuses (neurones) situées dans la substance noire, une toute petite région du cerveau, ont déjà commencé à mourir. Cela a pour effet de diminuer la quantité de dopamine, une hormone chimique qui achemine des signaux permettant le mouvement rapide et naturel des muscles.

La maladie de Parkinson survient généralement entre 55 et 75 ans et touche davantage les hommes.

Apprenez-en plus sur la maladie de Parkinson.

Les ulcères d’estomac

 

Les ulcères d

Crédit photo: iStock

Les ulcères gastriques se caractérisent par une lésion ouverte dans la paroi de l’estomac ou du duodénum (la partie supérieure de l’intestin grêle). Ils sont habituellement causés par le liquide que sécrète votre estomac lors de la digestion tels que l’acide chlorhydrique, la pepsine (une enzyme), et d’autres substances chimique Le liquide gastrique est aussi corrosif que l’acide d’une batterie. Heureusement, l’estomac et le duodénum sont protégés par une muqueuse et par d’autres mécanismes de défense. L’ulcère peut apparaître lorsque les mécanismes de protection ne fonctionnent pas adéquatement. Dans ce cas, les symptômes sont assez douloureux. Généralement, ces derniers prennent la forme de crampes et de brûlures dans le creux de l’estomac.


Les ulcères d’estomac touchent 1 homme sur 5 et 1 femme sur 10.

Apprenez-en plus sur les ulcères d’estomac.

Le cancer du côlon

 

Le cancer du côlon - 5 maladies que les hommes devraient connaître

Crédit photo: iStock

Le cancer du côlon se caractérise par une masse ou une tumeur dans le gros intestin causée par la croissance anarchique de cellules. Les médecins le nomment «cancer colorectal» parce qu’il peut affecter aussi bien le côlon que le rectum (le côlon et le rectum constituent la dernière partie de l’appareil digestif, le rectum étant situé juste au-dessus de l’anus).

Bon nombre de cancers colorectaux se développent à partir de petits polypes qui se transforment en tumeurs. Si elle n’est pas soignée, la tumeur peut saigner, obstruer l’intestin ou perforer la paroi intestinale. Au fil du temps, les cellules cancéreuses peuvent migrer jusqu’aux nodules lymphatiques ou d’autres organes comme le foie ou les poumons.

Habituellement, le cancer colorectal se développe lentement et prend naissance dans une cellule qui a subi des mutations génétiques. Certaines personnes peuvent hériter de gènes qui permettent le développement de cellules cancéreuses à l’origine du cancer du côlon. Cependant, dans bien des cas, les causes de l’apparition d’anomalies sont encore inconnues. Par ailleurs, l’alimentation pourrait avoir un effet sur les risques de cancer du côlon.

Apprenez-en plus sur le cancer du côlon.

Les pierres aux reins (calculs rénaux)

 

Les pierres aux reins (calculs rénaux) - 5 maladies que les hommes devraient connaître

Crédit photo: iStock

Aussi minuscules qu’elles soient, les pierres aux reins peuvent causer de vives douleurs. Bien qu’une fraction de la population ait une prédisposition génétique pour cette maladie, vous pouvez réduire considérablement le risque d’apparition de pierres aux reins en apportant de simples modifications à votre style de vie.


Les reins ont pour fonction de filtrer des particules de sels et de minéraux microscopiques et de les expulser dans l’uretère, un long canal qui conduit l’urine du rein à la vessie. Lorsqu’il y a déséquilibre chimique, ces particules s’agglutinent pour former des cristaux durs (pierres). Le transit de calculs vers l’uretère entraîne diverses réactions, allant d’un mal tenace à de vives douleurs, le plus souvent accompagnées de nausées et de vomissements. Cette obstruction de l’uretère peut conduire à une infection des voies urinaires. Un calcul peut parfois rester dans le rein, causant une infection sans qu’il y ait forcément douleur sur le coup.

Dix pour cent des hommes développent des pierres aux reins au cours de leur vie, la plupart sont âgés de 30 à 50 ans.

Apprenez-en plus sur les calculs rénaux.

Le thé glacé favorise les calculs rénaux


A la saison chaude nous devons nous hydrater, l’eau étant la meilleur boisson nous sommes quand même porter a nous tourner vers d’autres liquides … mais quand c’est trop ….
Nuage

 

Le thé glacé favorise les calculs rénaux

 

Photo Fotolia

La surconsommation de thé glacé peut entraîner la formation de calculs rénaux douloureux.

L’été, le thé glacé est une des boissons les plus populaires. Cependant, les gens devraient en consommer avec modération.

En effet, une étude du Loyola University Medical Center à Chicago démontre qu’une surconsommation de thé glacé favorise l’apparition de calculs rénaux douloureux.

Habituellement, les calculs rénaux sont de petits cristaux de minéraux et de sel qui se forment dans les reins et parfois la vessie, mais une personne en bonne santé les élimine naturellement. Seulement, il peut arriver que ces cristaux deviennent plus gros et restent coincés dans les reins ou la vessie.

Le thé glacé possède une forte concentration d’oxalate qui est un des principaux composés chimiques qui conduit à la formation de calculs rénaux.

Les hommes sont quatre fois plus susceptibles de souffrir de calculs rénaux, de même que les femmes ménopausées ayant un faible taux d’œstrogènes ou celles auxquelles on a retiré les ovaires.

Donc, l’été, n’oubliez pas de bien vous hydrater et optez surtout pour les limonades fraîchement pressées ou de l’eau.

http://sante.canoe.ca