Soyez attentif à vos carences alimentaires!


Les carences alimentaires peuvent être à plusieurs niveaux et il est important d’en reconnaitre les signes que nous pouvons remédier en adaptant notre alimentation.
Nuage

 

Soyez attentif à vos carences alimentaires!

Soyez attentif à vos carences alimentaires!

Un déficit de nutriments se détecte par différents symptômes.Photo Fotolia

Vous vous sentez fatigué ou en petite forme? Vous avez des courbatures? Ce n’est peut-être pas une vilaine grippe.

En effet, votre corps sait très bien vous faire ressentir ses moindres besoins, et un déficit de nutriments est très facilement décelable si vous savez lui prêter une bonne oreille. Voilà quelques symptômes qui vous permettront de comprendre ce que votre corps essaie de vous dire.

LE FER

Le fer est essentiel à la formation des globules rouges, et si un médecin vous a diagnostiqué une anémie, vous saurez qu’il faudra faire remonter son taux. Mais encore faut-il avoir été diagnostiqué! Voilà quelques signes qui vont mettront sur la voie: fatigue, peau livide, cheveux plats… Si vous vous reconnaissez, vous souffrez peut-être d’une carence en fer. Les lèvres gercées et la langue gonflée, l’anxiété, des fourmis dans les jambes ou les ongles mous sont d’autres signes moins communs, mais auxquels il faudra aussi prêter attention. Pour renforcer tout ça, il faudra manger du bœuf, des épinards ou des céréales riches en fer.

LE MAGNÉSIUM

Si vous venez à manquer de magnésium, vous manquerez probablement d’appétit ou vous sentirez nauséeux. Encore une fois, la fatigue et les crampes, ainsi qu’une arythmie cardiaque devraient être capables de vous alarmer. Dans ce cas, mangez des épinards, des amandes, du poisson, des pois et des avocats. Mais attention à ne pas en manger trop, puisqu’à l’inverse, trop de magnésium provoquera des diarrhées.

LE CALCIUM

Le calcium est essentiel à la santé des os et des dents, et les laitages demeurent la meilleure source de calcium qui soit. Facile quand on est enfant, mais les adultes ont tendance à se détourner des produits laitiers. Ce revirement provoque des carences notables, se traduisant par une fatigue musculaire, un manque d’appétit et de l’arythmie cardiaque. Dans ce cas, reprenez les yaourts, le lait, et n’hésitez pas à manger plus de fromage que d’habitude. Si les laitages vous déplaisent, les légumes verts et le jus d’orange représentent une bonne alternative.

LA VITAMINE B12

Votre corps aura plein de manières de vous notifier que vous manquez de vitamines B12. Commissures des lèvres irritées, picotements dans les mains et les pieds, problèmes d’équilibre, anémie, fatigue? Voilà quelques signes très simples à repérer. La viande et les produits laitiers contiennent de la vitamine B12, mais si vous êtes végétarien, vous pourrez aussi compter sur de nombreux fruits et légumes.

L’OMEGA-3

Les poissons gras sont pleins d’omega-3, qui est très bon pour le cerveau. Si vous en manquez, votre peau s’assèchera, vos cheveux aussi, vos ongles se ramolliront et craqueront, vous aurez plus soif que d’habitude, vous aurez du mal à dormir et à vous concentrer, vous sentirez déprimé et serez prompt au changement d’humeur. Dans ce cas, une seule solution: mangez du saumon ou des sardines, mais aussi des noix.

http://fr.canoe.ca/

Inédit : ces perroquets utilisent des outils !


Certains animaux se facilitent la vie avec des outils, mais c’est un fait qui est quand même rare dans le monde animal. Une espèce de perroquet, le mâle utilise des cailloux ou quelque chose de semblable pour profiter du calcium des coquillages
Nuage

 

Inédit : ces perroquets utilisent des outils !

 

Les perroquets Vaza se servent de petits cailloux pour mettre en poudre des morceaux de coquillages. © University of York

Des psychologues britanniques ont découvert que les Grands perroquets Vazas utilisent des cailloux comme outils pour broyer des coquillages et récupérer du calcium.

ÉTHOLOGIE. En étudiant dix perroquets en captivité, les chercheurs du département de psychologie à l’université York et de St Andrews (Royaume-Uni) ont observé que les perroquets Vazas utilisent des outils. Leur technique pour acquérir du calcium est simple, ils se servent de petits cailloux, ou des noyaux de dates, pour mettre en poudre des morceaux de coquillages. Ensuite, ils récupèrent la poudre riche en calcium qu’ils viennent de créer. Ce comportement, jamais observé chez lesCoracopsis Vaza, prouve pour la première fois que des perroquets sont capables d’utiliser des outils de broyage.

En observant et en filmant, les oiseaux sur une période de 8 mois, les chercheurs ont pu remarquer que les coquillages étaient une source de calcium connue des perroquets. Les Vasas étant plus intéressés par les coquilles de mars à avril, juste avant la période de reproduction, les chercheurs ont d’abord supposé que cela était peut-être dû à la ponte prochaine des œufs, car les femelles ont besoin d’un supplément de calcium pour fabriquer les coquilles. Mais surprise ! Les chercheurs se sont aperçus que c’étaient les mâles qui montraient le plus grand intérêt pour la poudre de calcium.

L’utilisation d’outils par des animaux est rare

Selon les scientifiques, ce curieux phénomène s’explique par le fait que le mâle Vaza participe à l’alimentation des femelles, avant la reproduction, en régurgitant une partie de leurs aliments. Le perroquet demeure un animal qui a des capacités de résolution de problèmes complexes, mais l’utilisation d’outil chez les Psittacidés reste extrêmement rare. L’observation de l’utilisation d’outils par d’autres animaux este d’ailleurs déjà très rare. Nul doute que le Vaza est une espèce qui ne manquera pas de susciter encore beaucoup d’intérêt auprès des éthologues.

© Youtube / University of York

Par Gaspard Pinson

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► 12 fruits et légumes auxquels vous devriez goûter


Nous connaissons certains fruits et légumes de la liste, d’autres moins ou pas du tout. L’avantage avec internet, c’est qu’avec un autre aliment, il est plus facile tester ces nouveaux produits
Nuage

 

12 fruits et légumes auxquels vous devriez goûter

 

Si vous avez l’habitude de consommer les fruits et légumes les plus communs que vous puissiez trouver à votre épicerie (pommes de terre, carottes, pommes, oranges, tomates, etc.), c’est le moment idéal pour sortir de votre zone de confort et partir à la découverte de nouveaux produits.

C’est une évidence, les fruits et légumes sont bons pour vous, mais il existe plusieurs variétés que nous n’osons pas consommer, voire dont nous ignorons carrément l’existence.

Le Jícama

Un légume croustillant dont la saveur douce est comparable à celle du concombre. Riche en fibres, vitamine C et faible en calories, le jicama est une alternative santé aux croustilles pouvant également être ajouté à une salade.

Le bok choy

Vous pouvez ajouter le bok choy à vos salades, vos soupes et vos sautés, le manger avec de l’hummus ou du beurre de noisettes. Le bok choy est riche en nutriments, en bêtacarotène, en vitamine A et en zinc.

Les pluots

Une petite collation juteuse, hybride de prune et d’abricot. Les pluots sont riches en vitamne A et C, en fibres en plus d’être recommandés pour la santé digestive.

Le rutabaga

Le rutabaga est riche en vitamine C, en zinc et en fibres. Vous pouvez le consommer sous forme de crudités. Il s’intègre aussi allègrement aux ragoûts.

Le nopal

Le nopal est particulièrement recommandé pour les personnes vivant avec le diabète ou ayant des problèmes de cholestérol. Le nopal a une texture comparable à un poivron et s’intègre parfaitement aux sautés. Une portion de nopal vous donnera 16 % de l’apport quotidien recommandé en calcium.

Les feuilles de pissenlit

Idéales pour les salades, elles peuvent aussi être bouillies, sautées et assaisonnées. Une portion contient 535 % de l’apport quotidien recommandé en vitamine K!

La carambole

Ce fruit tropical a une saveur unique, est moins sucré que d’autres fruits du même genre, et constitue une bonne source de fibres, de vitamine B et de minéraux.

Les lentilles

Faciles à cuisiner et peu dispendieuses, les lentilles constituent une source importante de fibres, de protéines, de vitamine B, de zinc, de potassium, et plus encore. Elles sont idéales pour les plats à base de légumes, de riz ou de quinoa.

Le chou-rave

Croustillant comme un radis, vous pouvez le manger cru, rôti ou dans une soupe. Une portion contient 102 % de l’apport quotidien recommandé en vitamine C, en plus d’être riche en antioxydants, vitamine B et en fibres.

Les racines de yucca

Les racines de yucca sont fortement recommandées pour les personnes souffrant de diabète et d’arthrite. Elles peuvent être servies à la place de pommes de terre frites, notamment.

Le kabocha

Le kabocha a le goût d’une patate douce et constitue une bonne source de bêtacarotène, de fer et de vitamines.

Le topinambour

Plus près de la pomme de terre que du gingembre, le topinambour contient 5 grammes de fer par portion. Il est idéal pour ajouter du croustillant à vos salades. Vous pouvez également le servir rôti ou dans un sauté.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Quand creme glacee rime avec culpabilite


Bon c’est l’été et comme il fait chaud, on se sent attirer par tout bars laitiers qui sont au long de notre route … hummm mais doit peut-on succomber ? Bon j’entends des personnes critiquer que c’est l’été pourquoi se casser la tête .. sauf que le corps lui il s’en fou que c’est l’été, c’est bon, tant pis si on arrondi les rondeurs…
Nuage

 

Quand crème glacée rime avec culpabilité

 

La crème glacée, plaisir coupable ou santé?

PHOTO: ARCHIVES LA PRESSE

Claudette Samson
Le Soleil

(Québec) Corps: Pour bien des Québécois, l’été rime avec crème glacée… et avec culpabilité! Aïe! Aïe! Aïe! Faut-il à tout prix y ajouter le mot santé?

Cliquer sur l’image pour agrandir

 

Comme en toute chose, ce sont les abus qui posent problème. Si vous vous payez un dessert glacé hyper décadent une fois dans l’été, y a-t-il vraiment un problème? Par contre, si vous êtes un client quasi quotidien de la crèmerie du coin, il n’est peut-être pas mauvais de savoir à quoi vous en tenir sur le plan des calories, des matières grasses et des quantités de sucre contenues dans ce qui vous est offert.

L’équipe de nutritionnistes d’Extenso, à l’Université de Montréal, a préparé un petit tableau comparatif, histoire de vous culpabiliser à fond ou, au contraire, d’alléger votre conscience, selon les choix que vous ferez.

Les spécialistes y vont aussi de cinq conseils pour que votre petit plaisir ne se transforme pas en kilos supplémentaires. Il s’agit de principes élémentaires, mais qui font la différence entre un dessert à 130 ou 150 calories et un autre qui en aura plus de 700!

> Optez pour un yogourt glacé faible en matières grasses ou un sorbet. Ce sont les meilleurs choix, car ils ne contiennent aucun gras saturé et relativement peu de calories.

> Choisissez le plus petit format. Ce n’est pas compliqué, deux boules contiennent deux fois plus de calories et de gras saturés qu’une seule!

> Oubliez le cornet; la crème glacée coule sur les doigts, tache les vêtements… et ça contient des calories, 60 pour le cornet ordinaire, jusqu’à 200 pour celui trempé dans le chocolat, selon le site plaisirssante.ca.

> N’abusez pas de la garniture. Un seul «trempage» dans le chocolat, le caramel ou les noix ajoutent 100 calories à l’ensemble. C’est le temps de faire preuve de simplicité volontaire.

> Informez-vous. Les crèmeries commerciales affichent souvent le contenu nutritionnel de leurs produits en magasin ou sur leur site Internet, nous dit Extenso.

Smoothies, bon pour les vitamines

Enfin, sachez que les smoothies fournissent beaucoup de vitamines et peu ou pas de matières grasses, mais qu’ils contiennent tout de même du sucre et des calories, selon les recettes et les quantités. La barbotine, ou sloche, contiendrait quant à elle autant de sucre et de calories qu’une boisson gazeuse.

En désespoir de cause, vous pouvez toujours vous accrocher à l’idée que la crème glacée contient de bonnes quantités de calcium et de protéines, ou que le banana split offre une généreuse portion de fruits… mais ce sont là des arguments dont il ne faudrait pas abuser. Décidément, on n’en sort pas!

http://www.lapresse.ca

7 façons inusitées d’utiliser les coquilles d’oeufs


Il y a certains trucs que nous connaissons, car les coquilles d’oeuf sont très utiles comme engrais ou pour limiter les intrusion des limaces dans les jardins, mais je pense que le 5 ème truc est vraiment original.
Nuage

 

7 façons inusitées d’utiliser les coquilles d’oeufs

La prochaine fois que vous préparerez une omelette, ne jetez pas vos coquilles. Les coquilles d’œoeufs recèlent presque autant d’usages que les œoeufs eux-mêmes. Voici des trucs pour en retirer le maximum.


1. En appliquer sur votre visage

Pour redonner à votre peau son éclat de jeunesse, broyez des coquilles propres et sèches au moyen d’un pilon et d’un mortier. Mélangez la poudre obtenue avec du blanc d’oeuf et étalez le mélange sur votre peau. Laissez sécher le tout avant de nettoyer.

 

2. Nettoyer la maison

Des coquilles d’oeufs broyées constituent un abrasif formidable (et non toxique!) pour les marmites, les poêles et les bouteilles isolantes difficiles à nettoyer. Mélangez-les avec un peu d’eau savonneuse pour un nettoyage vigoureux.


3. Fertiliser votre jardin

Les coquilles d’œufs sont riches en calcium et autres minéraux qui favorisent la croissance de vos plants. Concassez-les en petits fragments, puis utilisez-les comme engrais.


4. Éclaircir votre peau

Déposez une coquille doeuf dans un petit récipient de vinaigre de cidre et laissez-la tremper pendant quelques jours. Tamponnez la préparation sur les irritations cutanées mineures ou sur les endroits de la peau qui vous démange.


5. Planter des semis

Remplissez une boîte d’oeœufs de demi-coquilles, vidées et rincées, au fond desquelles vous aurez percé un trou d’égouttage. Puis, mettez du terreau et une ou deux graines dans chacune d’elles. Lorsque les plants de semis sont assez gros pour être transplantés à l’extérieur, brisez le fond de la coque et plantez les semis avec leur coquille. C’est biodégradable!


6. Calcium pour chien

Faites sécher des coquilles d’oeufs dans le four à 250 degrés F (120 degrés C) pendant 30 minutes. Déposez-les ensuite dans un sac en plastique à fermoir, scellez-le bien, puis concassez les coquilles au moyen d’un rouleau à pâtisserie jusqu’à l’obtention d’une fine poudre. Cette dernière, incorporée dans la nourriture de votre chien, constitue un excellent supplément de calcium pour favoriser le développement de ses os et de ses dents.


7. Éloigner les limaces

Broyez des coquilles d’oeufs et éparpillez-les (dans le jardin) autour des plants de légumes et de fleurs pour éloigner les herbivores voraces, tels que les limaces, les escargots et les vers gris, et ce, sans faire usage de pesticides. L’odeur des oeufs éloignera aussi les cerfs.


http://styledevie.ca.msn.com

Le saviez-vous ► Boisson de Soya et Calcium ? L’importance de brasser.


Ceux qui n’aime pas trop le lait peuvent toujours boire du lait de soya, Si vous aimez les deux pas de problèmes le calcium s’équivaut …
Nuage

Boisson de Soya et Calcium ? L’importance de brasser.

Une étude publiée en 2010 dans le Journal of Clinical Nutrition a démontré que le taux d’absorption du calcium dans la boisson de soya est le même que celui du lait de vache. Il est cependant important de bien brasser le contenant de boisson de soya, car le calcium peut rester au fond.

La Semaine/Santé Prévenir/Anne-Marie Roy Nutritionniste/Février 2012

Cinq laits qui ne connaissent pas la vache


Que ce soit a cause d’allergie, ou d’intolérance au lait de vache ou encore pour faire changement, il existe d’autres laits .. ou boissons qui nous sont offert. Il est quand même important de lire les étiquettes pour faire de bons choix
Nuage

 

Cinq laits qui ne connaissent pas la vache

 

Lait de coco, lait de soya ou boisson d’amande sont des alternatives au lait de vache.

PHOTOMONTAGE LAPRESSE.CA

Violaine Ballivy
La Presse

Écrémé ou entier? Choisir un carton de «lait» à l’épicerie ne se résume plus à ce seul dilemme. Les boissons sans lactose ou sans protéines animales se multiplient sur les tablettes. Le point sur cinq «laits» qui ne connaissent pas la vache.

Lait de chèvre

C’est, après celui de vache, le lait de mammifère le plus facile à se procurer à l’épicerie. Son goût est, cela dit, beaucoup plus prononcé.

Ceux qui aiment le yaourt ou le fromage de chèvre frais devaient apprécier, les autres passeront leur chemin! Idem pour les personnes allergiques au lait de vache, qui le seront presque systématiquement à celui-ci aussi. Le produit le plus répandu est celui de Liberté, biologique, offert avec 1, 2 ou 3,25% de matières grasses. À ajouter là où vous auriez ajouté une noix de bûchette de chèvre: dans un potage ou une purée de légumes.

Boisson de soya

Les boissons de soya (l’appellation «lait» est réservée aux liquides provenant d’un mammifère) sont les plus populaires pour remplacer le lait de vache dans le régime des intolérants au lactose ou des végétariens.

Son profil de gras est plus avantageux que celui des laits animaliers, parce qu’il est plus riche en gras insaturés et plus pauvre en saturés, et la plupart sont maintenant additionnées de calcium et de vitamines A, D et B12 à des teneurs comparables au lait de vache.

«Mais il faut bien lire les étiquettes, toutes les marques ne s’équivalent pas!», avise Marie-Josée LeBlanc, d’Extenso, le centre de référence sur la nutrition humaine de l’Université de Montréal.

Et surtout, il ne pas oublier d’agiter le contenant avant de servir, le calcium ayant tendance à se déposer au fond. C’est aussi la boisson la plus polyvalente en cuisine, résistant bien à la chaleur et d’un goût très neutre – à condition de choisir les versions sans sucre -, il peut servir autant à faire des béchamels, des potages que des poudings au chocolat.

Boisson d’amande

On connaît les avantages des amandes pour la santé: ceux de la boisson sont comparables, puisqu’elle fournit un apport intéressant en gras mono-insaturés.

Marie-Josée LeBlanc met toutefois un bémol: «une poignée d’amandes en contient encore plus, je ne vois donc pas tellement l’avantage nutritionnel de la boisson.»

Elle est un peu moins riche en protéines que la boisson de soya et les laits de vache ou de chèvre, c’est donc d’abord parce qu’on en aime le goût qu’on le choisira. MarieEve Savaria, professeure de cuisine végétarienne (brutalimentation.ca) raffole de son mariage avec les céréales le matin, mais il faut dire qu’elle fait le sien. Recette: faire tremper 1/2 tasse de noix ou de graines pendant 12 heures, égoutter, mélanger avec 4 tasses d’eau, mixer, filtrer avec une passoire très fine et savourer. Le résidu pourra être utilisé – après avoir été séché au four – pour faire des céréales granola, ou tel quel dans les recettes de biscuits.

Boisson de riz

Comme les autres versions aux noix ou aux graines, les boissons de riz doivent être enrichies de vitamines et de minéraux pour avoir un profil se rapprochant du lait de vache.

Remplacement intéressant pour déjouer les allergies aux noix et au lactose, elles sont cependant assez fades et, comme la plupart des boissons, offertes en plusieurs versions aromatisées… et très sucrées.

«On parle de boissons naturelles, mais en fait, il y a tellement d’additifs qu’on peut se poser des questions», dit Marie-Josée LeBlanc.

MarieEve Savaria le réserve pour les gâteaux, muffins, alouette, en optant toujours pour les versions biologiques et non sucrées. Dans tous les cas, il faut très, très bien lire les étiquettes.

Lait de coco

Le lait de coco est l’une des exceptions du règne végétal avec sa forte teneur en gras saturés. Il faut donc l’utiliser avec parcimonie. La bonne nouvelle: une petite dose suffit à parfumer les plats.

«Et la version allégée (qui contient moitié moins de gras) est aussi bonne!», ajoute MarieEve Savaria.

Incontournable de la cuisine thaïlandaise, il donne du caractère aux soupes, potages et sauces, et on l’ajoute de préférence en fin de cuisson puisque son goût a tendance à changer lorsqu’il est chauffé longuement. Le bon plan en vue de l’été? Faites-en un sorbet-minute en mixant une conserve de lait de coco avec un mélange de fruits frais ou congelés. Après quelques heures au congélateur, on mixe de nouveau pour obtenir un sorbet tropical d’une consistance soyeuse, rappelant les glaces italiennes.

http://www.cyberpresse.ca

Recherche universitaire → Le lait bon pour la performance cognitive


Le lait, aujourd’hui, trop souvent négligé et pourtant a lui seul, il  possède plusieurs atout dans un verre. Les enfants ont vite perdu l’habitude et l’on troqué pour des breuvages sans intérêts pour la santé a alors que l’adulte, l’a peut-être complètement oublier
Nuage

 

Recherche universitaire → Le lait bon pour la performance cognitive

 

Le lait bon pour la performance cognitive

Crédit photo : archives

La performance cognitive serait améliorée par la consommation régulière de lait, selon une vaste étude menée auprès de près de 1000 personnes par des chercheurs de l’Université du Maine.

Les scientifiques ont constaté que pour les huit tests relatifs à la performance mentale, les individus qui buvaient au moins un verre de lait chaque jour obtenaient de meilleurs résultats, et ce, indépendamment de l’âge des individus. Les participants à l’étude étaient âgés de 23 à 98 ans.

Ceux qui consommaient les plus grandes quantités de lait étaient également ceux qui affichaient les scores les plus élevés à ces tests. Même après avoir tenu compte de différents facteurs comme le style de vie, les habitudes alimentaires et la santé cardio-vasculaire, la consommation de lait semblait avoir globalement un effet bénéfique sur les facultés cognitives.

Les conclusions de ces travaux indiquent que la consommation de lait pourrait aussi contribuer à ralentir le déclin cognitif, grâce à certains nutriments qu’il contient et qui pourraient avoir un effet direct sur le cerveau.

Le lait est naturellement riche en calcium, et contient aussi du magnésium, du potassium, du zinc, des vitamines A et K, ainsi que la plupart des vitamines B. Au Québec, le lait est également enrichi en vitamine D.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revueInternational Dairy Journal.

http://tvanouvelles.ca