PRIS DE REMORDS, LES CAMBRIOLEURS RENDENT LEUR BUTIN


Il y a des voleurs qui ont vraiment du coeur. C’est inouïe comme comportement, mais agréable de voir que malgré le geste, il y a du regret était donné que cet organisme viens en aide a des victimes
Nuage

 

PRIS DE REMORDS, LES CAMBRIOLEURS RENDENT LEUR BUTIN

 

Pris de remords, les cambrioleurs rendent leur butin

Des cambrioleurs auraient été pris de remords.

[GERARDO MORA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

 

Se rendant compte qu’ils venaient de voler une ONG qui vient en aide à des victimes d’abus sexuel, des cambrioleurs de Los Angeles (Etats-Unis) ont été pris de remords et ont restitué leur butin.

Des voleurs au grand coeur. Des cambrioleurs ont restitué le 1er août dernier le butin qu’ils avaient dérobé la nuit précédente dans les locaux d’une association située à Los Angeles. Selon le site américain Salon qui rapporte l’affaire, les voleurs semblent avoir été pris de remords lorsqu’ils se sont aperçus qu’ils avaient cambriolé une ONG qui prend en charge des victimes d’abus sexuels.

Le 31 juillet, les voleurs s’étaient introduits dans les locaux de l’ONG en passant par le toit. Ils s’étaient alors emparés de tout le matériel informatique. Le lendemain, la police chargée de l’enquête appelait Candy Stallings, directrice de l’association, pour la prévenir qu’ une nouvelle activité suspecte avait été détectée dans ses locaux. A son arrivée sur les lieux, Candy Stallings n’en croyait pas ses yeux.

« Toutes mes affaires étaient devant la porte », explique-t-elle aujourd’hui.

« Il y avait un caddie et dedans les ordinateurs de bureaux, les ordinateurs portables. Tout était là », ajoute-t-elle.

Et les cambrioleurs avaient accompagné le butin d’un mot d’excuse :

« Nous n’avions aucune idée de ce que nous faisions. Voici vos affaires. Nous espérons que vous continuerez à faire du bien à ceux que vous aidez. Dieu vous bénisse ».

« J’ai eu des frissons, je suis très émue » souligne la directrice de l’ONG.

Elle envisage même d’encadrer la copie du mot d’excuse, qui a été récupéré par la police.

http://www.directmatin.fr/

Avis aux voleurs Plus rien à voler, «passez au suivant»!


C’est une façon d’avoir un peu d’humour dans cette situation qui est vraiment navrant pour cette dame. Les voleurs finissent par cambrioler en plein jour et souvent a la vue de tous mais personne ne voit rien .. et en plus certains quartier sont vraiment a risque …
Nuage

Avis aux voleurs

Plus rien à voler, «passez au suivant»!

Plus rien à voler, «passez au suivant»!

Crédit photo : Journal de Montréal

Marie-Anne Laforge a décidé d’avertir les voleurs qu’il n’y a plus rien à dérober chez elle à Montréal

Par Michaël Nguyen | Journal de Montréal

Exaspérée de se faire cambrioler, une femme a trouvé un moyen pour le moins inusité afin de dissuader les voleurs: prévenir qu’il n’y a plus rien à voler chez elle.

En 2010, Il y a eu 10 064 introductions par effraction dans des résidences à Montréal, soit 7,1% de moins que l’année précédente.

Marie-Anne Laforge, 49 ans, habite avec ses trois filles majeures dans un 7 ½ de la rue Joliette, dans le quartier Mercier- Maisonneuve- Rosemont, depuis 12 ans. Elle s’est fait cambrioler il y a trois et quatre ans, en pleine journée.

Les voleurs sont rentrés par une fenêtre donnant sur la rue pour accéder à leur butin.

«C’est épouvantable qu’ils aient pu rentrer comme ça, sans que personne ne remarque», déplore la femme qui s’est ainsi fait voler des bijoux et des DVD.

En mai dernier, alors qu’elle revenait du travail, c’est sa porte arrière qui était défoncée. Les voleurs n’ont finalement pas réussi à pénétrer dans le logement, mais c’en était assez pour Mme Laforge

«J’étais tannée, dit- elle. On voulait mettre une pancarte pour prévenir qu’il y a un chien, mais je me suis dit que ça ne donnerait rien. Alors, je me suis amusée à en fabriquer une autre.»

Depuis, aucun vol à signaler, ce qui réjouit Marie-Anne Laforge.

«Les gens trouvent ça comique, ils m’en parlent et prennent des photos, dit-elle avec le sourire. Pour le moment, ça a l’air de fonctionner!»

Un sentiment d’insécurité

Malgré qu’elle aborde ces cambriolages avec humour, Marie-anne Laforge confie qu’ils apportent néanmoins un sentiment d’insécurité.

«Ce qui est surtout dérangeant, c’est que les voleurs rentrent chez moi, explique la femme. On se sent moins en sécurité, ça inquiète.»

Son chum vient chez elle le soir, pour avoir une présence rassurante. Et elle a aussi sa chienne, Maggie, qui l’alerte dès que quelqu’un s’approche du domicile.

«C’est ma meilleure alarme», confie-t-elle.

Mais malgré ces problèmes, la femme n’a jamais songé à déménager dans un autre quartier.

«Il y a des problématiques, mais j’habite le quartier depuis 27 ans, explique la femme. J’aime le quartier, mes filles ont grandi ici. Je compte bien rester.»

Pour économiser, la femme a enlevé certaines parties de son contrat d’assurance.

«Tout a déjà été pris, je n’ai plus rien à assurer, dit-elle avec humour. Et puis c’est tellement compliqué de faire des réclamations.»

Elle prévient d’ailleurs: «Je commence un congé maladie, alors gare aux voleurs, je vais être beaucoup plus souvent chez moi!»

Mais si elle ne recense aucune tentative de cambriolage depuis l’installation de la pancarte, il lui reste néanmoins un dernier problème : elle se fait régulièrement voler le Journal, livré devant sa porte tous les matins.

http://tvanouvelles.ca