Le Saviez-Vous ► Erwin, la ville qui a pendu un éléphant le 13 septembre 1916


J’avais déjà vu cette photo, mais je ne savais pas la triste histoire de cet éléphant. Elle a été malmenée par un dresseur d’un cirque aux États-Unis qui n’avait aucune patience avec les animaux. La mort de son dresseur en plein spectacle a fait à d’elle une meurtrière qu’il fallait tuer à tout prix. Le seul moyen était de prendre une grue d’un chemin de fer. En plus, il fallait payer pour assister au spectacle de sa pendaison.
Nuage


Erwin, la ville qui a pendu un éléphant le 13 septembre 1916


Par Cyril Guinet

C’est une petite bourgade du Tennessee, nichée dans la forêt nationale de Cherokee aux pieds de la montagne de Buffalo. Elle est tristement célèbre pour avoir, le 13 septembre 1916, exécuté Mary, l’éléphant vedette d’un cirque, dans des circonstances effroyables.

En cette fin d’été 1916, des affiches annonçant l’arrivée du Sparks Brother’s Circus ont fleuri un peu partout sur les murs de Saint-Paul, en Virginie (Etats-Unis). Ces publicités promettent un spectacle « divertissant, instructif et moral » : des hommes statues, des lions de mer dressés, mais surtout ce qui doit être l’attraction principale : une troupe d’éléphants.

Un homme, en arrêt devant l’image des pachydermes, semble fasciné. Walter Eldridge, un vagabond surnommé « Red » (Rouge) en raison de ses cheveux roux, cherche du travail et il vient d’avoir une idée. Quelques instants plus tard, il tente sa chance auprès de Charlie Sparks, le directeur du cirque. Coup de chance – ou de malchance comme nous le verrons plus tard – Sparks a justement besoin de quelqu’un pour s’occuper des éléphants.

Walter Eldridge apprend vite les ficelles du métier auprès des autres soigneurs. Ses collègues, cependant, remarquent que le nouveau venu manque de patience avec les animaux. S’il s’entête à terroriser les bêtes avec la baguette cinglante qu’il a toujours à la main, il finira par avoir des problèmes. Cela ne fait un pli.

Deux jours après son embauche seulement, le 12 septembre, un premier incident éclate alors que les éléphants, qui ont besoin de se rafraîchir, sont conduits jusqu’à une réserve d’eau où ils pourront s’asperger. Les événements tragiques de cette journée peuvent être reconstitués grâce à des témoignages enregistrés sur bandes audio et conservées aux Archives de l’East Tennessee State University. Eldridge conduit le leader du troupeau, une femelle d’une trentaine d’années baptisée Mary, le plus grand animal vivant sur Terre, selon la publicité du cirque Sparks. Soudain, celle-ci aperçoit un melon sur le bord du chemin. Elle s’arrête et allonge la trompe pour attraper le fruit, sans doute tombé d’un camion. Aussitôt, Eldridge tente de la faire repartir en lui tapant sur la tête avec sa trique. Mary lance un barrissement de douleur, saisit Eldridge avec sa trompe, le soulève dans les airs et le balance au loin.

Le dresseur se relève furieux et les autres soigneurs doivent s’interposer.

L’après-midi, un spectacle est donné. L’arrivée de la troupe des éléphants est saluée par un tonnerre d’applaudissements. Eldridge, qui rumine toujours sa rancœur, mène Mary durement. Les animaux font le tour de la piste, dansent d’un pied sur l’autre, s’alignent comme à la parade, avec toujours Mary en tête de file. Au moindre écart de cette dernière, Eldridge en profite pour lui donner un coup de trique rageur.

Tant et si bien que l’éléphante s’énerve et montre des signes d’agitation. Eldridge frappe de plus belle. Jusqu’au moment où Mary, une nouvelle fois, saisit son dresseur et pour le projeter dans la sciure de la piste. Cette fois, avant que les autres cornacs n’aient le temps d’esquisser le moindre geste, et avant même qu’Eldridge ne puisse se relever, l’éléphant fonce droit sur lui. Sous les yeux du public, Mary pose son énorme patte sur la tête de son dresseur et appuie de tout son poids. Eldridge meurt écrasé sous la pression de cinq tonnes de muscles.

Tandis que le personnel du cirque évacue les éléphants dans la panique, la foule hurle : « A mort l’éléphant tueur ! »

Dans le public, un forgeron dégaine son revolver et fait feu à cinq reprises sans blesser l’animal. Charlie Sparks, le directeur, alors que d’autres spectateurs braquent également leurs armes en direction de Mary.

« Sa peau est si épaisse que vous n’arriverez qu’à la blesser », prévient-il.

Les vengeurs, cependant, ne renoncent pas et réclament, à corps et à cris, la mort de l’animal. Le directeur du cirque, comme il l’expliquera plus tard, commence à craindre qu’on lui retire l’autorisation de produire des éléphants, ce qui compromettrait l’avenir de son cirque. Il comprend qu’il n’a pas d’autre solution que de livrer Mary et suggère qu’on la pende, comme un bandit de grand chemin. Cette dernière idée fait finalement l’unanimité.

Pendre un animal aussi imposant semble impossible, mais quelqu’un a une idée : Erwin, une ville voisine du Tennessee possède une grue qui sert à décharger les trains de charbon. L’engin, d’une centaine de tonnes, est capable de soulever Mary…

Une pendaison hors du commun

Le lendemain du drame, 13 septembre 1916, le cirque Sparks se met donc en route pour Erwin. Pour rentabiliser le voyage, une représentation – dont Mary est dispensée – a lieu en début d’après-midi.

A 16 heures, sous une pluie fine, Mary et quatre autres éléphants sont conduits du côté de la gare. Mary ne se laisserait mener nulle part seule. Arrivée sur les lieux de son supplice, les dresseurs attirent leurs pachydermes en leur donnant de la nourriture tandis qu’on entraîne Mary jusqu’au au pied de la grue. Tous les spectateurs ayant payé leur entrée au spectacle, ont été invités gracieusement à la pendaison de l’éléphant. 3000 personnes, dont une majorité d’enfants, sont venues assister à la mise à mort de « Mary la meurtrière », comme on la surnomme.

On entrave les pattes arrière de l’animal pour l’empêcher de s’enfuir. C’est un pompier de la ville, Sam Harvey, surnommé Harvey-N’a-qu’un-œil, qui a été désigné pour faire office de bourreau. Avec l’aide d’un dresseur, il passe une autre chaîne autour du cou de Mary dont l’autre extrémité est reliée à l’énorme crochet de la grue.

The Anarchist Coloring Book

Dans un silence de cathédrale, Harvey-N’a-qu’un-œil met le treuil en marche. La chaîne se tend puis l’éléphante est soulevée du sol… Quelques secondes plus tard, dans un sinistre bruit de craquement, la chaîne cède et Mary s’effondre sur le sol. Voyant l’éléphant tueur libre de ses chaînes, les spectateurs s’affolent et courent se mettre à l’abri. Mary, cependant, la hanche brisée, est incapable de faire le moindre mouvement. Sonnée, elle reste assise sur son postérieur. Un employé du cirque se précipite et grimpe sur son pour lui passer une chaîne plus solide autour du cou. Le treuil est remis en action et Mary est soulevée une nouvelle fois. L’animal se débat désespérément, étranglé, suffoquant, au bout de la chaîne sous les vivats de la foule.

Trente minutes plus tard, la grue redescend le corps qui s’affaisse sur le sol. Mary ne bouge plus. Elle est morte.

On a raconté que le corps de Mary avait été enterré à l’endroit où se trouve aujourd’hui le tribunal d’Erwin. C’est faux. Il aurait fallu pour cela la transporter de plus d’un kilomètre et demi du lieu de son exécution. Ce qui n’était pas envisageable. On s’est donc contenté de creuser, à l’aide d’une pelle mécanique, une fosse « grande comme une grange » selon un témoin de l’époque, tout à côté de la voie de chemin de fer, d’y faire rouler la dépouille de Mary avant de la recouvrir de terre. Aucune marque, aucune stèle, rien n’indique cependant l’endroit exact de la tombe de la condamnée à mort qui pesait cinq tonnes.

https://www.geo.fr/

Les incroyables découpages de Maude White


Ce que j’aimerais faire ce genre de découpage ! C’est impressionnant, mais demande beaucoup de patience
Nuage

 

Les incroyables découpages de Maude White

 

Certaines créations demandent plus de précision et de rigueur que d’autres. C’est de toute évidence le cas de celles de Maude White, une jeune artiste américaine installée à Buffalo, dans l’Etat de New York aux Etats-Unis, dont les découpages sont tout à fait incroyables.

Difficile de faire plus méticuleux que cette demoiselle. Repérées par le site Colossal, les compositions de Maude White lui demandent des centaines d’heures de dessin et de découpage.

Après avoir réalisé ses illustrations sur du papier blanc, la jeune femme les découpe et les dispose ensuite sur des fonds relativement sombres afin de mettre en valeur son travail pointilleux grâce au contraste des couleurs. Le résultat est éblouissant mais ne laisse aucune place à l’erreur.

Pour la jeune femme, l’art du découpage a été une évidence:

« Je découpe du papier parce que j’ai le sentiment de devoir le faire. C’est une façon pour moi de me détendre et de garder le contrôle », déclare-t-elle auprès de Artvoice.

Des portraits de femmes avec des objets dans les cheveux, une plume, des oiseaux ou un éléphant

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ►Les mystères de l’effet de lac dévoilés


Certaines régions reçoivent plus de neige que d’autres, une des causes semblent être l’effet de lac, Il faut des conditions spécifiques pour avoir des accumulations spectaculaires de neige comme ce qu’à reçu la ville de Buffalo
Nuage

 

Les mystères de l’effet de lac dévoilés

 

Photo : Lucie Desbiens, Port Elgin

Certaines régions sont plus susceptibles de recevoir davantage de neige en raison de l’effet de lac. Ce phénomène localisé donne souvent lieu à des accumulations colossales.

Recevoir 100 cm de neige en deux jours, c’est possible? En Ontario, cette réalité fait partie du quotidien, dans les régions situées aux abords des Grands Lacs. Au Québec, ce phénomène peut influencer les quantités de précipitations autour du lac Saint-Jean ou en Gaspésie.

L’effet de lac a généralement lieu du mois d’octobre jusqu’en décembre, mais il peut durer tout l’hiver si les plans d’eau demeurent libres de glace.

Les bourrasques de neige, terme aussi utilisé pour parler de l’effet de lac, se produisent lorsque l’air froid passe sur les eaux plus chaudes. La masse d’air se charge alors d’humidité et forme des nuages convectifs très intenses, qui engendrent d’importantes chutes de neige une fois au-dessus des terres.

En décembre 2013, certaines villes américaines et ontariennes situées près des Grands Lacs ont reçu des bordées de neige extrêmes. Il est notamment tombé plus de 130 cm à Redfield, une municipalité d’environ 500 habitants.

L’humidité qui s’évapore dans l’air se condense et forme des nuages, et des flocons de neige commencent à tomber.

 

http://www.meteomedia.com/

Les meilleures photos de la tempête Un mur de neige s’abat sur Buffalo


La température moyenne à Buffalo au mois de Novembre est environ de + 5 C et décembre – 2 C, alors cette méga tempête à de quoi de surprendre plusieurs, surtout qu’au Québec, il fait normalement un peu plus froid, plusieurs régions ont quelques cm de neige seulement “ Malheureusement, il y a eu des victimes dû à cette tempête
Nuage

 

Les meilleures photos de la tempête

Un mur de neige s’abat sur Buffalo/

10 faits étonnants sur la tempête de neige monstre

 

(Richard Scott sur Twitter)

Une violente tempête de neige a fait au moins sept morts dans le nord-est des États-Unis, créant le chaos sur les routes avec des voitures et autobus bloqués par la neige et des milliers d’Américains privés d’électricité.

Les photos des évènements se sont succédées sur les réseaux, et plus particulièrement sur Twitter.

En voici quelques-unes parmi les meilleures.

Un mur de neige au dessus de Buffalo (CBS sur Twitter)

(Photo WEBN sur Twitter)

Les accumulations sont spectaculaires. (Capital weather sur Twitter)

(Marc Franz J. sur Twitter)

(Jim Cantone sur Twitter)

Une voiture vraiment ensevelie sour la neige (Weather Channel sur Twitter)


La fermeture d’une autoroute (Fox News)

Les pompiers qui doivent faire des interventions à pied à Buffalo. (Scott Levin sur Twitter)

La vue d’un résidant de Buffalo ce mercredi matin. (Anthony Dixon sur Twitter)

Un joueur de la NFL, alors que la neige tombait mardi (Marquise Goodwin sur Twitter)


Une route complètement fermée (NWS sur Twitter)

Difficile de sortir de la maison dans de telles circonstances! (Star Tribune sur Twitter)

(Shannon Fisher sur Twitter)

http://tvanouvelles.ca/

10 faits étonnants sur la tempête de neige monstre

La tempête de neige qui a laissé plus de 2 mètres de neige à Buffalo est désormais historique. Voici les faits étonnants sur ce phénomène météo atypique.

1- La tempête de neige s’est concentrée dans certains secteurs de la ville de Buffalo, en bordure du lac Érié, alors que d’autres secteurs n’ont pas du tout été touchés.

2- Plus de 150 cm de neige sont tombés en moins de 24 heures.

3- La tempête a repris mercredi et devrait laisser au total 180 cm.

4- Il tombe en moyenne 180 cm de neige en un an sur cette région.

5- 150 voitures ont été abandonnées sur l’autoroute I90.

6- Quatre personnes sont apparemment mortes de crises cardiaques en déneigeant.

7- Une autre personne a été écrasée alors qu’elle était allée aider à dégager un véhicule.

8- Un homme de 46 ans a été retrouvé sans vie dans sa voiture complètement recouverte de neige.

9- Mardi, le thermomètre est descendu en dessous de zéro dans les 50 États américains, y compris Hawaï, du jamais vu depuis 1976.

10- Les températures devraient rester en dessous des normales saisonnières dans la plupart des États jusqu’au week-end.

(GregPollak sur Twitter)

http://tvanouvelles.ca