Elle a frôlé la mort en voulant se débarrasser d’un bouton


Nous avons tous probablement, « pétés » des boutons sur le visage, dans l’espoir de faire disparaitre ce disgracieux « machin » qui selon nous, nous défigure. Ces boutons, ne sont pas si inoffensifs que cela. Il peut arriver que l’infection s’installe plus profondément pour aller dans le sang et causer beaucoup plus de dommage que l’on peut penser
Nuage

 

Elle a frôlé la mort en voulant se débarrasser d’un bouton

 

Originaire d’Austin (États-Unis), Katie Wright a simplement voulu se débarrasser d’un bouton près de son sourcil. Seulement voilà, elle n’a fait qu’empirer la situation. À un tel point qu’elle n’arrivait plus à trouver le sommeil. © Twitter.

Christophe Da Silva

Ce type d’infection peut entraîner la défaillance d’un organe et même la mort. Katie Wright l’a appris à ses dépens.

Si les vidéos d' »expertes » en « éclatages » de boutons deviennent de plus en plus populaires sur YouTube, l’histoire cauchemardesque vécue par Katie Wright risque d’en refroidir plus d’un.

Originaire d’Austin (États-Unis), Katie Wright a simplement voulu se débarrasser d’un bouton près de son sourcil. Seulement voilà, elle n’a fait qu’empirer la situation. À un tel point qu’elle n’arrivait plus à trouver le sommeil.

« Comme un charbon brûlant »

« La pression et la chaleur étaient insupportables. C’était comme un charbon brûlant qui essayait de se faire éclater dans ta peau », a avoué Katie Wright au Huffington Post américain.

Son bouton a fini par être un cas de cellulite, une infection où des couches profondes de la peau sont affectées et peut entraîner la défaillance d’un organe et même la mort, dans les cas les plus graves.

4 jours de traitement

Heureusement pour Katie Wright, les médecins ont réussi à guérir l’infection après un traitement de quatre jours.

Le médecin Jessica Krant, professeur de dermatologie à l’université de New York, explique que ce type de cellulite peut être sévère si l’infection se propage.

Conseil

« Quand l’infection passe de la peau au circuit sanguin, elle peut traverser l’orbite de l’oeil, le cerveau, les sinus, les articulations et les os. Dans ces zones, les infections peuvent être difficiles à traiter et causer de nombreux dégâts », assure-t-elle.

Comment fait-on pour faire disparaître un bouton? Jessica Krant conseille d’utiliser une compresse d’eau chaude, d’utiliser un produit prescrit par un dermatologue, et surtout de ne pas le triturer.

http://www.7sur7.be/

     

Publicités

Le Saviez-Vous ► Pourquoi le boutonnage des chemises homme/femme est-il inversé ?


Vous avez sans doute remarqué que les boutons sur les chemises, blouses, manteaux … ne sont pas sur le même côté chez l’homme et la femme. Cela est depuis le 17e siècle
Nuage

 

Pourquoi le boutonnage des chemises homme/femme est-il inversé ?

 

Alors que les chemises pour hommes ont les boutons du côté droit, c’est l’inverse pour les chemisiers des femmes.

Cette différence se serait établie au cours du XVIIe siècle.

Celle-ci serait liée au fait que, par le passé, les femmes d’un certain statut, qui portaient des vêtements à boutons, se faisaient le plus souvent aider de servantes pour se vêtir. 

Il était donc plus facile pour ces employées de maison, majoritairement droitières comme le reste de la population, d’avoir les boutons positionnés à leur droite lorsqu’elles se trouvaient face à leur maîtresse.

En revanche, les boutons sont situés de l’autre côté pour les hommes car ces derniers s’habillaient le plus souvent seuls. En effet, les valets de chambre n’intervenaient que pour préparer les vêtements et les ornements finaux.

http://www.directmatin.fr/

Ces symptômes peu connus qui montrent votre manque de vitamines


Il est clair qu’une alimentation variée et équilibrée apporte beaucoup de positif sur notre santé physique et mentale. Si certains symptômes apparaissent, il serait peut-être bon de vérifier si nous prenons le nécessaire pour le bon fonctionnement de notre corps
Nuage

Ces symptômes peu connus qui montrent votre manque de vitamines

Les vitamines sont nécessaires au métabolisme d’un organisme vivant. Lorsqu’elles sont insuffisantes, notre corps envoie des signaux.

Les vitamines sont des substances indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Elles interviennent en faible concentration dans de nombreux processus vitaux. Dans la plupart des cas, notre organisme est incapable de les synthétiser. Elles sont apportées par l’alimentation. Néanmoins, nous mangeons de plus en plus d’aliments transformés qui nous apportent de moins en moins de vitamines. Manquer de vitamines ne rend pas malade mais génère des dysfonctionnements corporels.  Quand nous manquons de vitamines, notre corps nous envoie des signaux d’alerte. Voici cinq signes peu connus qui témoignent de carences : 

Les fissures aux commissures des lèvres

La douleur aux coins des lèvres peut être gênante et douloureuse dans le quotidien : manger, boire. Elle traduit une carence en fer, zinc et vitamines B3, B2 et B12.

Le remède ? Manger de la volaille, du saumon, du thon, des œufs, des huîtres, des palourdes, des tomates séchées au soleil, des cacahuètes et des légumineuses comme les lentilles. Combiner ces aliments avec des légumes comme le brocoli, les poivrons rouges, le chou-fleur.  

Les irruptions cutanées, une peau sèche et écaillée sur votre visage (et parfois ailleurs), la perte de cheveux

Elle traduit une carence en vitamine B8 qui se retrouve surtout lorsque l’alimentation est riche en avidine (protéine présente dans le blanc d’œuf cru, car cette protéine consomme beaucoup de vitamine B8), selon le site guide-vitamines.org.

Le remède ? Faire bien cuire les œufs (la cuisson absorbe l’avidine), manger du saumon, des avocats, des champignons, du chou-fleur, du soja, des noix, des framboises et des bananes.

Les boutons sur les joues, les bras, les cuisses et les fesses

Ces symptômes traduisent une carence en acides gras essentiels et vitamines A et D.

Le remède ? Le lait enrichi et les produits laitiers, le foie, les œufs et les poissons gras, conseille le site repli santé. L’exposition au soleil aussi. Pour la vitamine A, salade et légumes colorés comme les carottes, les patates douces et poivrons rouges. Pour la vitamine D, des compléments alimentaires.

Le picotement, fourmillement et un engourdissement des mains, des pieds, ou ailleurs.

Ces effets mettent en évidence un besoin de vitamines B9, B6, et B12. C’est un problème directement lié aux nerfs périphériques. Ces symptômes peuvent être associés à l’anxiété, la dépression, l’anémie, la fatigue et les déséquilibres hormonaux, est-il écrit dans Business Insider.

Le remède ? Épinards, asperges, betteraves, haricots, œufs, poulpe, moules, palourdes, huîtres, et volaille.  

Grosses crampes musculaires sous forme d’élancements dans les pieds, les mollets, les arches des pieds, et le dos des jambes.

Pour éviter les crampes musculaires, il est important de s’assurer que nous avons assez de tous les sels minéraux. Le magnésium est le plus souvent pointé comme responsable des crampes, notamment parce que la carence en magnésium est relativement fréquente. Mais le potassium ou le calcium peuvent également être en cause. Attention, ce qui cause les crampes n’est pas seulement un manque de sels minéraux, mais un déséquilibre.

Le remède ? Une alimentation variée et surtout riche en fruits et légumes est la solution la plus facile : bananes, amandes, noisettes, courges, cerises, pommes, pamplemousses, brocoli, légumes verts à feuilles sombres comme le chou frisé, les épinards… Un complément alimentaire est peut-être aussi intéressant.

Marie Théobald

http://www.atlantico.fr/

 


ACNÉ : LES BONS RÉFLEXES POUR PROTÉGER SA PEAU


L’acné est le cauchemar de certaines personnes autant homme que les femmes. Il y a des choses a faire et ne pas faire pour éviter la propagation de cette infection de peau
Nuage

 

ACNÉ : LES BONS RÉFLEXES POUR PROTÉGER SA PEAU

Fuse

Est-ce que je peux me mettre au soleil ? Et le maquillage, c’est interdit ? Voici quelques conseils pour savoir ce qu’il faut faire et aussi ne pas faire quand on a de l’acné.

Ne pas agresser la peau

Mieux vaut ne pas recourir aux solutions alcooliques ou soufrées (une fois par semaine au plus). Elles sont certes efficaces sur le moment mais à terme, elles peuvent irriter votre peau qui produira encore plus de sébum. Ce qui veut dire encore plus de boutons…

Ne pas se triturer le visage

C’est toujours très tentant ! Et pourtant, il ne faudrait pas toucher ses boutons. Si vous les triturez à longueur de journée, vous risquez de propager l’infection et de laisser des cicatrices.

Eviter le soleil

C’est un faux ami. D’abord, on se dit « chouette, je suis bronzé et mes boutons ont disparu ». Et puis quelques semaines plus tard, on se rend compte que c’est encore pire qu’avant. Alors, un réflexe : appliquez un écran total non comédogène avant de vous exposer. Faites d’autant plus attention si vous prenez un traitement contre l’acné. Ils rendent la peau encore plus sensible au soleil et peuvent provoquer de mauvaises réactions cutanées.

Déstresser

Le stress aggraverait les problèmes d’acné. Si vous êtes particulièrement tendu, vous pouvez alors essayer différentes techniques pour vous apaiser comme le yoga, le sport…

Choisir un maquillage adapté

Il est possible de se maquiller mais à condition de choisir des produits spécialement formulés pour les peaux grasses et certifiés non comédogènes.

A l’heure d’aller au lit, n’oubliez pas de vous démaquiller soigneusement. Et ce même s’il est très tard et que vous dormez littéralement debout !

Manger ce que vous voulez

On dit souvent qu’il ne faut pas manger de chocolat ou de charcuterie. Ces aliments donneraient des boutons. Faux. Il n’y a en réalité pas de lien entre alimentation et acné. Mais ne vous jetez pas sur la tablette de chocolat pour autant… Il est fortement recommandé d’avoir une bonne hygiène alimentaire : manger de tout en quantité raisonnable, à heures fixes et assis à table dans le calme, plutôt que debout à toute vitesse !

Auteur : Claire Frayssinet

http://www.topsante.com

Élèves atteints d’infections respiratoires et cutanées Un mal frappe une école, mais le mystère persiste


Les parents, les élèves, les professeurs et tout le personnel doivent être inquiet sur les symptômes qui semble avoir pour seul lien une école … mais le reste demeure un grand mystère que d’autres sont appelé a la rescousse pour trouver ce qui cause les symptômes qui cause cette épidémie
Nuage

 

 

Élèves atteints d’infections respiratoires et cutanées

Un mal frappe une école, mais le mystère persiste

Un mal frappe une école, mais le mystère persiste

Crédit photo : Gracieuseté

ar Sarah-Maude Lefebvre | Journal de Montréal

Un mal mystérieux s’est abattu sur les enseignants et les élèves d’une petite école de Joliette durant les dernières semaines. Malgré plusieurs tests, les autorités sanitaires nagent toujours en plein mystère.

Les premiers symptômes ont commencé à se manifester, en décembre dernier.

Une vingtaine d’enseignants et d’élèves de l’école Espace Jeunesse, à Joliette, ont vu apparaître des boutons et des plaques rouges sur l’ensemble de leurs corps.

Malgré plusieurs tests, notamment pour la qualité de l’air et la moisissure, la Commission scolaire des Samares n’a pas réussi à trouver la cause de cette épidémie qui a affecté ce petit établissement qui accueille des élèves âgés de 6 à 21 ans ayant un handicap mental.

Conséquemment, la commission scolaire a ajouté deux journées pédagogiques, la semaine dernière, pour permettre aux enseignants de vider leurs classes et l’école a été entièrement désinfectée par la suite. Mais le mystère persiste.

«Les travailleurs ont-ils mis leur santé en danger? Les élèves ont-ils vécu dans un milieu contaminé, et si oui, pendant combien de temps? Quelles seront les conséquences à long terme?», s’interroge une enseignante inquiète qui a contacté le Journal de Montréal.

La commission scolaire impuissante

Faute de réponses adéquates à fournir aux parents, la Commission scolaire des Samares s’est tournée vers la Direction de la santé publique (DSP) pour obtenir de l’aide.

En attendant que celle- ci conclue son enquête, l’école Espace Jeunesse a procédé à un grand ménage. Plusieurs effets, comme des chaises ou des animaux en peluche, ont été jetés par mesure de précaution. Impossible de savoir à ce stade-ci si les objets mis aux ordures seront remplacés, restrictions budgétaires obligent.

«Encore sept personnes souffrent de malaises. On ne sait pas ce qui a causé ça, mais on a hâte de mettre le doigt dessus», affirme la porte-parole de la commission scolaire, Diane Fortin.

Le Syndicat de l’enseignement de Lanaudière compte suivre l’évolution de la situation de près.

«S’il y a une hausse du nombre de cas, il faudra se questionner à savoir ce qui n’a pas été fait correctement dans ce dossier. C’est certain que le personnel est perplexe, puisqu’on n’a aucune réponse», affirme le président François Breault.

La Santé publique dans le noir

Une enquête a été ouverte par la Direction de la santé publique de Lanaudière, qui a demandé aux personnes infectées d’aller consulter leur médecin de famille.

«Nous attendons d’avoir tous les diagnostics pour commencer notre enquête. Ça pourrait être à peu près n’importe quoi. Pour l’instant, nous n’avons aucune piste» , révèle la Dre Muriel Lafarge, qui est à la tête de cette investigation.

«Nous savons que nous avons affaire principalement à deux types de symptômes: cutanés et respiratoires. Les personnes atteintes ont eu des problèmes de peau, comme des boutons et des plaques rouges qui piquaient. On parle aussi d’infections des voies respiratoires, de toux, ainsi que de gorge et des yeux secs.»

L’enquête, qui débute à peine, pourrait durer plusieurs semaines. D’ici là, aucune autre mesure ne sera mise en place par la commission scolaire, à moins qu’elle ne soit aux prises avec une aggravation du nombre de cas.

http://tvanouvelles.ca