Nestlé et Tim Hortons, cancres de la réduction du plastique, selon Greenpeace


Pas juste sur les berges, quand on se promène en ville, la plupart des déchets viennent des restaurant rapides qui se retrouvent sur le sol. Enfin, sur les berges, c’est pitoyables, car, les déchets peuvent se retrouver dans l’eau et voyagent d’un lac à une rivière à un fleuve à la mer. Bien que les restaurations rapides soient en cause, il faut aussi souligner la négligence des personnes qui jettent leurs mégots et autres déchets partout.
Nuage


Nestlé et Tim Hortons, cancres de la réduction du plastique, selon Greenpeace

Une poubelle est pleine de gobelets et de pailles en plastique.

Greenpeace estime que les contenants et les couvercles des produits Nestlé et Tim Hortons sont au sommet du palmarès des produits récupérés lors d’une campagne de nettoyage des berges au Canada.

PHOTO : ISTOCK / BOYLOSO

Publié le 9 octobre 2019

Greenpeace Canada affirme que bouteilles d’eau, contenants et couvercles en plastique des marques Nestlé et Tim Hortons sont en tête de liste des déchets recueillis à travers le pays, dans le cadre d’une campagne de nettoyage des berges.

C’est la deuxième année d’affilée que Nestlé et Tim Hortons couronnent ce palmarès, suivies de Starbucks, McDonald’s et Coca Cola.

D’année en année, ce sont ces entreprises qui continuent d’apparaître, bien que l’ordre dans lequel elles le font peut varier un peu, affirme Sarah King, de Greenpeace Canada.

À ce jour, ces cinq entreprises n’ont pas fait d’efforts significatifs pour réduire leur production [de plastique], poursuit Mme King. Et tant et aussi longtemps qu’elles ne le feront pas, ces produits se retrouveront dans l’environnement.

La campagne de nettoyage des berges s’est déroulée entre les mois d’avril et de septembre dans une dizaine de villes canadiennes, dont Montréal, Fredericton, Halifax, Toronto, Vancouver et Victoria. Environ 400 bénévoles y ont contribué, recueillant au total 13 800 déchets de plastique, dont 1426 objets arborant des marques reconnaissables.

Amener ces entreprises à se responsabiliser vis-à-vis de la pollution qu’elles créent, tel est le but de cette vérification , comme l’appelle Greenpeace.

Mais la campagne vise également à montrer au gouvernement canadien à quel point ces plastiques à usage unique représentent un problème.

Voici, dans l’ordre, les principaux objets en plastique trouvés cette année :

  • Mégots de cigarettes

  • Bouteilles et bouchons

  • Emballages pour aliments

  • Tasses et couvercles

  • Pailles et bâtonnets agitateurs

  • Applicateurs de tampons

  • Pièces en mousse

  • Sacs

  • Coutellerie

À Vancouver, ce sont les emballages alimentaires qui ont été trouvés en plus grande quantité. À Halifax, ce sont les applicateurs de tampons.

Ce qu’en disent les entreprises…

En réponse au rapport de Greenpeace, Nestlé a répondu par courriel qu’elle déployait de grands efforts pour qu’aucun de ses emballages ne se retrouve au dépotoir ou dans les déchets.

D’ici 2025, plaide Nestlé, tous les plastiques non nécessaires seront éliminés et nos emballages seront recyclables ou réutilisables.

Tim Hortons dit pour sa part avoir offert un rabais de dix cents aux consommateurs qui se présentaient avec leur tasse réutilisable, et ce depuis 1978. Tim Hortons a aussi été critiquée pour avoir encouragé les tasses à usage unique dans le cadre de son concours annuel Déroule le rebord.

Tim Hortons a déclaré à CBC News par courriel qu’elle est en train de passer à des articles réutilisables et compostables.

Starbucks aussi a répondu par courriel qu’elle continue à se consacrer à la recherche et au développement de programmes innovateurs afin d’éliminer les déchets et d’accroître le recyclage.

D’autres entreprises contactées par CBC n’avaient pas répondu à l’appel au moment de la publication du texte.

Des pas de bébé bien insuffisants

Sarah King, de Greenpeace Canada, qualifie de pas de bébé les initiatives entreprises par ces compagnies pour des emballages plus écologiques. Compte tenu de l’ampleur du problème causé par la pollution du plastique, leurs efforts sont insuffisants, dit-elle.

Mme King cite en exemple les bouteilles en plastique, qui représentent encore un pollueur important et qui se retrouvent jusque dans les sites les plus reculés, comme à Broken Group Islands, en Colombie-Britannique, où s’est déroulée une campagne de nettoyage des berges cette année.

Elles [les bouteilles] sont en théorie parmi les produits les plus recyclables. Mais ce n’est pas parce qu’un plastique est recyclable qu’il est ramassé et qu’il est recyclé. Sarah King, de Greenpeace Canada

Le moratoire du gouvernement canadien

À ce jour, on ne peut déterminer s’il est efficace d’interdire le plastique, comme c’est le cas dans certains secteurs, ou de retirer progressivement des produits comme les pailles en plastique. Comme le fait remarquer Sarah King, ces produits vont demeurer dans l’environnement durant des années.

Le gouvernement canadien a proposé un moratoire sur les plastiques à usage unique, mais on ignore quels produits précisément il visera et quand il entrera en vigueur.

Sarah King espère que ce moratoire forcera les entreprises à réduire leur production de plastique à usage unique.

Non seulement les citoyens doivent-ils se débarrasser des choses comme il se doit, affirme Sarah King, mais ils doivent en plus nettoyer les dégâts des principaux pollueurs de plastique. C’est injuste.

https://ici.radio-canada.ca/

Du plastique dans notre alimentation !


On a beaucoup insisté voir alarmé que les microplastiques se retrouvaient dans l’estomac des animaux marins. Et bien voilà que d’après des analyses fait sur des personnes de partout dans le monde, ces microplastiques se retrouvent dans notre alimentation.
Nuage 

 

Du plastique dans notre alimentation !

 

Rich Carey/Shutterstock.com

Après avoir analysé les selles de personnes originaires du monde entier, des scientifiques autrichiens déclarent avoir trouvé des traces de plastiques dans la totalité des échantillons ! Une annonce faite lors d’une réunion de la United European Gastroenterology, une entité qui réunit les sociétés européennes spécialisées en santé digestive.

Des chercheurs de l’Université de médecine de Vienne et de l’Agence environnementale autrichienne ont suivi un groupe de participants venus de pays du monde entier, notamment de Finlande, d’Italie, du Japon, des Pays-Bas, de Pologne, de Russie, du Royaume-Uni et d’Autriche.

Et leurs observations sont alarmantes : chaque échantillon de selles a donné un résultat positif à la présence de microplastiques !

Dans le détail, jusqu’à neuf plastiques différents, d’une taille comprise entre 50 et 500 micromètres, ont été trouvés. Le polypropylène et le polytéréphtalate d’éthylène étant les plus courants. Rappelons que ces deux plastiques sont couramment utilisés pour l’emballage alimentaire (emballage du beurre, bouteilles d’eau…).

Comment expliquer cet état de fait ?

Selon les auteurs, «  2 à 5% de tous les plastiques produits finissent dans les mers. Une fois dans l’océan, le plastique est consommé par les animaux marins et entre dans la chaîne alimentaire où il est probable qu’il soit consommé par l’homme. Ainsi, des quantités importantes de microplastiques ont été détectées chez le thon, le homard et les crevettes. Par ailleurs, il est fort probable que, lors de diverses étapes de la transformation des aliments ou à la suite de leur emballage, les aliments soient contaminés par des plastiques ».

Quel risque pour la santé ?

En l’état des connaissances actuelles, les auteurs ne peuvent, pour le moment pas se prononcer.

Toutefois, « les plus petites particules microplastiques sont capables de pénétrer dans la circulation sanguine, le système lymphatique et peuvent même atteindre le foie. Nous avons donc besoin de recherches supplémentaires pour comprendre ce que cela signifie pour la santé humaine. »

  • Source : United European Gastroenterology, 22 octobre 2018
  • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Dominique Salomon

https://destinationsante.com

Le Saviez-Vous ► Connaissez-vous La Signification Du Numéro Sur Le Fond Des Bouteilles En Plastique?


    Les bouteilles de plastiques à remplissage unique devraient être en dernier recours. Pour bien sûr la pollution mais aussi pour des produits toxiques qu’elles peuvent contenir.
    Nuage

     

    Connaissez-vous La Signification Du Numéro Sur Le Fond Des Bouteilles En Plastique?

    image: pixabay.com

    Pour savoir le type de plastique à partir duquel nous buvons, et nous assurer qu’il n’est pas nocif pour notre santé, il suffit de regarder le numéro qui est habituellement imprimé sur le fond de la bouteille.

    Certains plastiques conviennent aux aliments solides et liquides, d’autres non: voici lesquels

    image: Steven Depolo/Flickr

  • Les bouteilles marquées du numéro 1 sont en PET, polyéthylène téréphtalate: elles sont destinées à un usage unique et peuvent libérer des substances toxiques en cas d’exposition à des sources de chaleur (notamment la lumière du soleil).

  • Il faut également éviter les bouteilles numérotées 3 et 7: la première parce qu’elles sont en PVC (chlorure de polyvinyle), responsable de la libération de produits chimiques dangereux, et la seconde parce qu’elles sont en plastique obtenu par fusion de plusieurs types et donc peu sûres.

  • Le numéro 6 identifie le polystyrène, mais avec lequel les bouteilles en plastique ne sont généralement pas emballées. Le polystyrène est le matériau qui constitue les panneaux de protection blancs que l’on retrouve à l’intérieur des boîtes contenant des appareils électroménagers. En cas d’exposition à des sources de chaleur, il libère des substances cancérigènes.

  • Les bouteilles les plus sûres sont celles en polyéthylène, à haute densité (2, un plastique dur) et basse densité (4, plus souples au toucher), et celles en polypropylène (5): ce sont les seules à pouvoir être réutilisées, évidemment après avoir été lavées soigneusement à chaque fois.

Les bouteilles d’eau, si mal utilisées, sont l’endroit idéal pour la prolifération des bactéries.

image: maxpixel.freegreatpicture.com

Des recherches ont démontré que les germes présents sur les bouteilles d’eau mal utilisées sont plus nombreux que ceux qui se trouvent dans la gamelle du chien. La contamination se produit surtout lorsque nous enlevons le bouchon avec les mains sales, lorsque nous la prêtons à plusieurs personnes, lorsque nous ne la lavons pas entre les utilisations ou lorsque nous laissons l’eau stagner trop longtemps.

Attention également au type de bouteille dans laquelle nous buvons: les bouteilles au format gourde sont celles qui sont les plus contaminées par les bactéries.

image: Mikael Häggström

Et cela parce que celles-ci sont souvent utilisées dans des situations où l’hygiène est faible, par exemple en faisant du sport, mais surtout à cause de la conformation qu’elles ont: le bouchon est doté de nombreuses fissures difficiles à atteindre dans lesquelles l’eau s’infiltre et stagne, ce qui favorise le développement de germes et de bactéries. Mieux vaut les éviter!

http://www.regardecettevideo.fr

Le Saviez-Vous ► Pourquoi vous ne devriez pas laisser une bouteille d’eau dans votre voiture


Cela est rare, mais c’est possible qu’une bouteille d’eau laissée dans une automobile puisse entrainer le feu à l’intérieur de la voiture quand elle est exposée au soleil. D’où l’intérêt d’éviter des risques inutiles
Nuage

 

Pourquoi vous ne devriez pas laisser une bouteille d’eau dans votre voiture

 

Par: rédaction

VIDÉO Un avertissement prodigué par les pompiers de l’Oklahoma’s Midwest City Fire Department.

U technicien de l’entreprise IUdaho Power Company était en train de prendre sa pause déjeuner lorsqu’il a remarqué que de la fumée s’échappait sous l’accoudoir central de son camion. Rapidement, il a identifié la source de cette fumée, qui n’était autre… que sa bouteille d’eau.

« J’ai regardé et j’ai remarqué que la lumière était réfléchie à travers ma bouteille d’eau et que c’était en train de mettre le feu au siège », a ainsi déclaré Dioni Amuchastegui dans une vidéo qu’il a partagée sur la page Facebook de son entreprise.

Rapidement, les pompiers de l’Oklahoma’s Midwest City Fire Department ont profité de la mésaventure de Dioni pour prévenir les citoyens des dangers que peut causer une simple bouteille laissée sur le siège d’une voiture. Selon eux, la lumière du soleil réfléchie par une bouteille d’eau peut atteindre une température extrêmement élevée, ce qui, de surcroît, peut déclencher un feu dans l’habitacle.

« La lumière du soleil traversera la bouteille qui, quand elle est remplie de liquide, agira comme une loupe », a ainsi déclaré David Richardson, de l’Oklahoma’s Midwest City Fire Department, lors d’une interview accordée à KFOR.

Bien sûr, les risques qu’un incendie se déclenche de cette façon sont faibles, mais ils existent malgré tout. Pour prévenir tout danger, autant prendre votre bouteille avec vous.

http://www.7sur7.be/

Déshydratation : une bouteille d’eau connectée pour les enfants


Comment avons-nous fait pour survivre pendant l’enfant sans connexion Internet ? Il est vrai qu’il faut faire penser aux enfants de boire de l’eau mais dépenser de l’argent pour une bouteille connectée, c’est à mon sens du gaspillage d’argent
Nuage

 

Déshydratation : une bouteille d’eau connectée pour les enfants

 

par Agathe Mayer

La santé connectée se met au service des enfants. La société Bowhead Technology a lancé Gululu, la bouteille d’eau connectée pour éviter la déshydratation des plus petits.

Pour inciter les plus jeunes à boire plus d’eau et éviter les risques de déshydratation, la société Bowhead Technology a mis au point une bouteille d’eau connectée, la bouteille d’eau Gululu Interactive. Gululu ressemble à un animal virtuel. Au look coloré, aux formes amusantes, il vit dans un univers marin. Sa mission : aider les plus petits membres de votre famille (et pourquoi pas vous aussi) à boire assez d’eau.

Doté d’un écran, d’une paire de capteurs tactiles, du Wi-Fi, et sans fil, Gululu est une bouteille d’eau connectée qui prévient l’utilisateur qu’il est temps de boire. Plus l’enfant s’hydrate correctement plus, il donne vie à son animal virtuel. La bouteille d’eau est connectée au smartphone des parents qui vérifient dont la consommation d’eau de leur progéniture.

Identifier la déshydratation chez l’enfant

Il est nécessaire de boire entre 1 et 1,5 litres d’eau par jour, surtout en période de grosses chaleurs, selon la Caisse Primaire d’ Assurance maladie.

La déshydratation se manifeste avec plusieurs symptômes : la soif, les lèvres sèches, une perte de poids débutante (inférieure à 5 % du poids du corps), une fatigue anormale et une perte de force.

En cas de déshydratation légère, la CPAM recommande d’allonger la personne, la déshabiller, la rafraîchir, l’éventer et lui donner à boire une boisson contenant assez de sucre et de sel comme de l’eau sucrée ou un bouillon de légumes. En cas de déshydratation grave, « il faut contacter le Samu au plus vite

Pour participer au projet retrouvez Gululu sur Kickstarter pour financer le projet, à l’adresse www.kickstarter.com .

http://www.topsante.com/