Pour fuir le réchauffement climatique, la flore montagneuse migre vers les sommets


Il n’y a pas juste les humains et les animaux qui migrent à cause des changements climatiques, les plantes aussi. Dans quelques parties montagneux d’Europe, des plantes ont accéléré leurs migrations vers les cimes des montagnes, c’est le dernier refuge. Alors que les plantes qui vont migrer aux niveaux inférieurs des montagnes sont plus grosses et plus résistantes Ce qui est inquiétant, des plantes pourraient disparaître n’ayant pas la capacité de rivaliser avec les plantes aux niveaux inférieurs
Nuage

 

Pour fuir le réchauffement climatique, la flore montagneuse migre vers les sommets

 

Quand la flore montagneuse vise les sommets

Le réchauffement climatique pousse progressivement la flore des montagnes à se réfugier vers les cimes.

© STEFANO PAVANELLO

Par Aurélia Payelle

Le réchauffement climatique pousse progressivement la flore des montagnes à se réfugier vers les cimes.

Le réchauffement climatique pousse la flore montagneuse vers les cimes. C’est le constat qu’une équipe de 53 chercheurs de onze pays différents a fait en compilant les données disponibles sur le nombre de plantes recensées de 302 sommets montagneux d’Europe parmi lesquels ceux des Alpes, des Pyrénées, des Carpates, d’Écosse ou de Scandinavie. Cette étude a été publiée dans la revue Nature, le jeudi 5 avril 2018.

L’écosystème gagne progressivement les altitudes car il bénéficie de conditions plus favorables à son développement. Ainsi, les sommets sont cinq fois plus colonisés par de nouvelles espèces de plantes, ces dix dernières années qu’au cours de la décennie 1957-1966. Le rapport souligne que dans 87% des cas étudiés, la flore montagneuse s’est enrichie. Les chercheurs montrent également que cette tendance concorde avec l’augmentation des températures. Ils rappellent que les montagnes sont particulièrement sensibles au changement climatique et subissent un réchauffement rapide. Les auteurs du rapport constatent également que d’autres facteurs globaux comme les retombées atmosphériques azotées liées aux polluants ou encore la fréquentation des sommets par l’Homme n’expliquent pas cette accélération, les impacts variant selon les zones étudiées.

Un phénomène inquiétant

L’étude est basée sur 145 ans de relevés botaniques. Ce recul permet aux auteurs du rapport de montrer la forte accélération du processus. Car cette colonisation de la flore des niveaux inférieurs vers les cimes est de plus en plus rapide. Les chercheurs du CNRS soulignent, à travers un communiqué, que cette migration concerne également des espèces réputées pour se déplacer lentement. Ce phénomène inquiète les chercheurs qui précisent qu’une fois que les plantes auront atteint le sommet, qui est leur dernier refuge, il n’y aura pas d’autre échappatoire possible.

« Les écosystèmes montagnards pourraient ainsi être fortement perturbés à l’avenir », assure le CNRS.

« Jusqu’à présent, aucune extinction d’espèces des sommets n’a été observée », expliquent les chercheurs du centre national de la recherche scientifique.

Mais, les plantes, migrant des niveaux inférieurs, sont plus vigoureuses que celles des cimes. Elles sont mieux armées pour s’imposer, avec une taille plus importante. Certaines plantes pourraient donc disparaître car elles ne seront pas en mesure de rivaliser avec des espèces plus compétitives provenant des niveaux inférieurs. Le CNRS explique qu’un déséquilibre du fonctionnement de l’écosystème montagnard serait à craindre si certaines espèces de plantes venaient à disparaître.

Les auteurs du rapport pensent qu’il s’agit là d’une nouvelle preuve de la « grande accélération », un concept proposé dans les années 2005 par plusieurs scientifiques pour décrire la croissance exponentielle, après 1950, des altérations de la biosphère par les activités humaines. Ce phénomène est pour les scientifiques le révélateur de bouleversements sociaux et environnementaux.

https://www.sciencesetavenir.fr

Le changement climatique réduit la taille des insectes, selon une étude


Les changements climatiques ont un impact même chez les insectes, à cause de la chaleur qui augmente, les insectes ont un cycle de vie plus rapide et ils sont encore petit quand ils deviennent adultes
Nuage

 

Le changement climatique réduit la taille des insectes, selon une étude

 

Gros plan sur un scarabée japonais

Le scarabée japonais est un coléoptère envahissant qui a été retrouvé à Vancouver en 2017. Photo : iStock

Les coléoptères de la Colombie-Britannique ont rétréci, et des scientifiques pensent que le réchauffement climatique en est la cause.

 Explications.

Michelle Tseng, une professeure adjointe en botanique et zoologie à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), étudie les coléoptères depuis un an.

Avec l’aide d’un groupe d’étudiants, la chercheuse a comparé 6500 échantillons récupérés au cours du siècle dernier. Elle a découvert que la taille des quatre plus grosses espèces de la province a diminué de plus de 20 % durant les 45 dernières années.

Selon elle, l’augmentation de la température de leur habitat pourrait être un facteur important dans cette diminution, en empêchant les insectes de grossir normalement.

« Ils traversent les stades juvéniles du cycle de vie très rapidement parce leur métabolisme est plus rapide à une température plus élevée. Donc, ils sont plus petits quand ils deviennent adultes. »

L’étude, publiée mardi, explique que la taille corporelle est un trait écologique fondamental et est liée à la fluctuation des populations ainsi qu’aux changements dans l’écosystème.

Cela prouve, dit Mme Tseng, que les changements climatiques peuvent avoir un impact important même sur les tout petits animaux.

http://ici.radio-canada.ca

Le mystérieux manuscrit de Voynich enfin décodé par une IA ?


Le manuscrit de Voynich qui aurait été écrit entre 1404 et 1438 qui a toujours été un mystère total, commencerait à céder ses secrets grâce à des chercheurs canadien qui fait des algorithmes et on utilisé l’intelligence artificielle ainsi que Google Traduction et un document Déclaration universelle des droits de l’Homme qui est traduit en 230 langues.
Nuage

 

Le mystérieux manuscrit de Voynich enfin décodé par une IA ?

 

Marc Zaffagni
Journaliste

Deux informaticiens pensent être parvenus à identifier la langue du manuscrit de Voynich, un texte rédigé au XVe siècle et qui était jusqu’ici impénétrable. Pour cela, ils se sont aidés d’une série d’algorithmes et du service Google Traduction.

Depuis sa découverte au XXe siècle, de nombreux historiens et cryptographes se sont évertués, en vain, à déchiffrer le manuscrit de Voynich. C’est peut-être finalement une intelligence artificielle (IA) qui y est parvenue. Greg Kondrak et Bradley Hauer, deux chercheurs en informatique et spécialistes en traitement du langage naturel de l’université de l’Alberta (Canada), ont créé une série d’algorithmes grâce à laquelle ils ont pu analyser cet alphabet inconnu et identifier la langue utilisée.

Le manuscrit de Voynich est un codex du XVe siècle. Long de 240 pages manuscrites, il est accompagné de dessins de plantes, de nus et d’observations astronomiques. À ce jour, il est considéré comme le plus important cryptogramme non résolu. Toutes sortes d’hypothèses ont été émises quant à la langue d’origine du texte : latin, italien, arabe coranique, moldave, thaï, pinyin. Pour sa part, l’équipe de l’université de l’Alberta penchait au départ pour l’arabe.

Plusieurs analyses du manuscrit de Voynich ont penché pour un guide botanique. L’analyse pratiquée à l’aide de l’intelligence artificielle a amené les chercheurs à confirmer cette hypothèse. © DP

Plusieurs analyses du manuscrit de Voynich ont penché pour un guide botanique. L’analyse pratiquée à l’aide de l’intelligence artificielle a amené les chercheurs à confirmer cette hypothèse. © DP

    80 % des mots figurent dans un dictionnaire hébreu

    Pour vérifier leur théorie, les chercheurs ont entraîné leurs algorithmes en se servant d’échantillons du texte de la « Déclaration universelle des droits de l’Homme » dans 380 langues différentes. Et, contre toute attente, la machine a estimé que le manuscrit de Voynich avait été rédigé en hébreu. Les chercheurs se sont ensuite employés à tenter de traduire ce texte. Pour ce faire, ils sont partis de l’hypothèse de base que le cryptage reposait sur des alphagrammes, technique qui consiste à réorganiser les lettres d’un mot dans l’ordre alphabétique pour former des anagrammes. Ils ont alors conçu un algorithme capable de déchiffrer les mots.

    « Il s’est avéré que plus de 80 % des mots existaient dans un dictionnaire hébreu, mais nous ne savions pas si, pris ensemble, ils avaient un sens. »

    Greg Kondrak et Bradley Hauer se sont tournés vers un confrère parlant hébreu pour savoir si la première phrase du texte traduite avec cet idiome était cohérente. Réponse négative. Les chercheurs ont alors tenté de convertir la phrase hébreu en anglais en se servant tout simplement du service Google Traduction. Et là, ils ont obtenu quelque chose…

    Le manuscrit de Voynich serait un guide botanique

    Dans la langue de Shakespeare, la première phrase du manuscrit dirait :

    « She made recommendations to the priest, man of the house and me and people ».

    Traduite en français, cela signifie : « Elle a fait des recommandations au prêtre, à l’homme de la maison, à moi et aux gens ».

    Une phrase d’introduction bien curieuse, a lui-même admis le professeur Kondrak. Ce dernier estime que seule la contribution d’historiens spécialisés en hébreu ancien pourrait aider à une interprétation plus cohérente de ces traductions étant donné la syntaxe atypique qui a été employée.

    Bref, pour le moment, le manuscrit de Voynich garde encore son mystère. Cependant, les chercheurs concluent leur article scientifique paru dans Transactions of the Association for Computational Linguistics en soutenant que le texte est probablement de l’hébreu avec les lettres réarrangées pour suivre un ordre fixe. L’étude a révélé plusieurs mots pris individuellement signifiant « fermier », « air », « lumière », « feu ». Les auteurs estiment que cela conforte l’hypothèse déjà émise plusieurs fois que le manuscrit de Voynich serait en fait un guide botanique. Forts de cette première expérience, ils comptent continuer à affiner leur algorithme et l’appliquer à d’autres manuscrits anciens.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Le manuscrit de Voynich est un casse-tête pour les historiens et les cryptographes, qui n’ont toujours pas réussi à percer son mystère.

  • Grâce à la puissance des algorithmes, des chercheurs de l’université de l’Alberta (Canada) pensent avoir identifié la langue du texte utilisée sous forme d’anagrammes.

  • Mais encore faut-il que des historiens spécialisés en hébreu ancien puissent trouver un sens à ces écrits.

https://www.futura-sciences.com

Le liseron, une fleur dont les graines pourraient être semées dans l’espace ?


Va-t-on faire pousser des plantes dans l’espace, un jour ? Certaines plantes seraient de bonnes candidates, mais pas toutes. Car les graines doivent supporter des températures extrêmes et de forts rayons UV, mais aussi qu’elle puisse grandir sur un terrain propice
Nuage

 

Le liseron, une fleur dont les graines pourraient être semées dans l’espace ?

 

Plantes dans l'espace

Ces liserons (et leurs cousines les « belles-de-jour ») sont connues par les botanistes pour l’étonnante longévité de leurs graines dans le sol… qui pourrait en faire les fleurs les plus susceptibles de voyager dans l’espace.

ANDREW BUTKO

Sarah Sermondadaz

Journaliste

Des graines de fleurs, parmi lesquelles liseron (Convolvulus arvensis), plant de tabac (Nicotiana tabacum) et arabette des dames (Arabidopsis thaliana), semblent pouvoir survivre à plusieurs mois de vide spatial. De quoi relancer le débat sur les origines de la vie.

ASTROBIOLOGIE. L’image de graines de pissenlit s’envolant au vent en quête de nouveaux territoires à conquérir est bien connue. Mais pourraient-elles survivre jusque dans le vide spatial, soumises à des conditions de température extrêmes, bien loin de l’atmosphère terrestre qui protège des rayonnements ionisants agressifs? C’est l’hypothèse sérieusement étudiée par l’Institut national de recherche agronomique (INRA), consécutive à des expériences menées sur la Station spatiale internationale (ISS). L’enjeu : déterminer si après un séjour d’un à deux ans dans le vide spatial (et l’exposition aux radiations cosmiques qui va avec), des graines de fleurs étaient encore capable de pousser. Et pour trois espèces (le liseron des champs, le plant de tabac et l’arabette des dames)... la réponse est oui ! Le premier pourrait même survivre à un trajet Mars-Terre. Les résultats ont été publiés dans la revue Astrobiology.

Espace : des conditions extrêmes

L’étude s’appuie sur deux expériences précédentes réalisées entre 2007 et 2009 dans la Station spatiale internationale (ISS) sur le module spatial EXPOSE, dédié à l’astrobiologie. Elles portaient sur la résistance de graines de plant de tabac (Nicotiana tabacum) et d’arabettes (Arabidopsis thaliana) au vide spatial, qui ont alors montré une longévité prometteuse de 558 à 682 jours dans le vide spatial, hors de la station.

« Sur l’expérience de l’ISS en 2009, diverses molécules organiques exposées aux radiations dans l’espace ont reçu des doses d’UV s’élevant jusqu’à 1030 MJ/m² » et 296 mGy pour les rayons gamma », écrivent-ils.

Des rayonnements agressifs auxquels s’ajoutent des températures extrêmes : de -25 à 61°C le long de l’orbite basse de l’ISS. Malgré ce traitement de choc, une fois de retour sur Terre, 23% des échantillons ont été capables de germer et de donner lieu à une descendance ! Une vigueur qui s’explique par la redondance du code génétique entre les différents jeux de chromosomes, le tabac étant par exemple une espèce tétraploïde (à 4 exemplaires de chaque chromosomes), lorsque les cellules humaines sont diploïdes (chromosomes uniquement présents par paires).

Précieux flavonoïdes

La démarche de David Tepfer de l’INRA et de Sydney Leach de l’Observatoire de Paris : échafauder des hypothèses explicatives… mais aussi sélectionner de nouvelles plantes candidates au voyage sidéral. Pour survivre aux rayonnements spatiaux, ce sont les flavonoïdes (métabolites secondaires propres aux cellules des plantes, qui donnent notamment aux fleurs leur coloration) contenus dans la graine qui font la différence.

« Ces composés sont essentiels pour la résistance aux rayons UV, même s’ils ne protègent pas entièrement des rayons spatiaux », affirment-ils.

BOUCLIER. L’idée des chercheurs : les graines emportées dans l’espace en 2009 étant de petite taille, qu’en serait-il de la résistance aux UV de graines plus grosses – comme celles du liseron des champs -, abritant plus de réserves organiques… et donc plus de flavonoïdes ? Pour le savoir, ils ont comparé (au sol) l’effet des UV sur des grains de liseron, de tabac et d’arabette. Verdict ?

« Le liseron a bien mieux résisté à des doses qui ont tué les deux autres fleurs dans l’espace, observent les auteurs, avant de conclure que ce type de plantes devait être intégré aux prochaines expérimentations spatiales. 

Des graines à semer dans l’espace ?

De quoi relancer en tout cas la thèse de la panspermie, théorie selon laquelle la vie serait apparue sur Terre par l’extérieur, depuis des corps rocheux comme des comètes… (une théorie aujourd’hui qui reste aujourd’hui hautement spéculative). Quant à savoir si à l’inverse les voyages spatiaux disséminent des agents biologiques venus de la Terre ailleurs dans l’Espace… La question se pose déjà, par exemple avec l’export de bactéries terriennes sur mars via Curiosity. Encore faut-il que les graines, spores ou autres bactéries y trouvent une terre d’accueil hospitalière pour y croître et prospérer. À défaut de déjà voyager dans l’espace, les graines de certaines fleurs de la famille du liseron sont en tout cas parfois consommées (une expérience dangereuse que nous vous dissuadons de réaliser chez vous) pour leurs propriétés… hallucinogènes, de par leur haute teneur en acide lysergique (LSA), molécule cousine du LSD. Un autre genre d’invitation au voyage.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Les plantes "les plus dangereuses d’Europe" dans le jardin qui tue


Une visite de courtes durées en Angleterre dans un jardin assez spécial, et peut-être unique au monde. Pour admirer des plantes qui ont la particularité d’être tous toxiques pouvant même entrainer la mort
Nuage

 

Les plantes « les plus dangereuses d’Europe » dans le jardin qui tue

La berce du Caucase

La berce du Caucase, une plante toxique, est l’une des plantes de « Poison garden ».

© CHRISTIAN PUYGRENIER / PUY / PUYGRENIER

Incapables de bouger, les plantes ont concocté des substances toxiques pour neutraliser leurs prédateurs. Promeneurs, prenez garde ! Une jolie fleur peut cacher un terrible poison.

C’est au nord-est de l’Angleterre, à Alnwick, qu’elles se sont donné rendez-vous. Le cadre de ce symposium satanico-botanique ? Le parc de la duchesse de Northumberland. Au sein de ce domaine, un espace clos par une grille en fer forgé, peinte en noir et ornée de têtes de mort. « Ces plantes peuvent tuer », prévient l’écriteau.

Bienvenue à Poison Garden, royaume des plantes « les plus dangereuses d’Europe ».

L’occasion de croiser une centaine d’espèces redoutables. La belladone, digne représentante de la famille des Solanacées (qui comprend aussi la pomme de terre ou la tomate), dont dix à quinze baies (délicieuses, paraît-il) suffisent à terrasser un adulte.

Il y a là la gigantesque berce du Caucase, dont les molécules phototoxiques peuvent brûler la peau au 3e degré

La légendaire mandragore, chère aux officines occultes de la Renaissance. La grande ciguë, et son air de carotte sauvage ou de fenouil, qui emporta le philosophe Socrate. L’aconit napel et son cocktail détonant d’alcaloïdes… Sans oublier la gigantesque berce du Caucase, dont les molécules phototoxiques peuvent brûler la peau au troisième degré.

 Le jardin, à visée pédagogique, présente aussi les plantes aux propriétés psychoactives telles que le tabac, le pavot (opium) ou le cannabis, souvent enfermées dans des cages. La mise en scène, non dénuée d’humour anglais, se veut dramatique ; et les visites, exclusivement guidées et en groupe, sont limitées à une vingtaine de minutes. Un temps suffisant pour inspirer les Agatha Christie… en herbe.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Une collection d’anciennes illustrations médicales


Les anciennes images médicales, un petit côté glauque, alors que la botanique et les animaux semblent un peu irréels
Nuage

 

Une collection d’anciennes illustrations médicales

illustration-medicale-biologie-01

Squelettes de foetus – RUYSCH, Fredrik (1638-1731)

La Hagströmer Medico-Historical Library fondée en Suède pour préserver des ouvrages anciens sur l’histoire de la médecine a sur son site toute une collection de vieilles illustrations médicales, biologiques et naturalistes plus fantastiques les unes que les autres.

illustration-medicale-biologie-02

Enfant louchant avec une capuche de correction – Bartisch, Georg (c. 1535-1606)

illustration-medicale-biologie-03

Cellules nerveuses – GOLGI, Camillo (1843-1926)

 

illustration-medicale-biologie-04

Naissance – SIEGEMUNDIN, Justine (1650-1705)

illustration-medicale-biologie-05

Anémones de mer – AECKEL, Ernst (1834-1919)

illustration-medicale-biologie-06

Magazine pour les amoureux des fleurs – PFEIFFER, August (1777-1842)

illustration-medicale-biologie-07

BOURGERY, Jean-Baptiste (1797-1849)

illustration-medicale-biologie-08

Chenille – LEDERMÜLLER, Martin Frobenius (1719-1769)

illustration-medicale-biologie-09

Cellules nerveuses – RAMÓN Y CAJAL, Santiago (1852-1934)

illustration-medicale-biologie-10

BARTISCH, Georg (c. 1535-1606)

illustration-medicale-biologie-11

Microscope – LEDERMÜLLER, Martin Frobenius (1719-1769)

illustration-medicale-biologie-12

Lymphe et vaisseaux sanguins dans la peau humaine – RETZIUS, Gustaf (1842–1919) & KEY, Axel (1832–1901)

illustration-medicale-biologie-13

Soldat blessé – OTIS, George Alexander (1830-1881)

illustration-medicale-biologie-14

Examen obstétrique – MAYGRIER, Jacques Pierre (1771-1835)

illustration-medicale-biologie-15

Nausée

illustration-medicale-biologie-16

ROQUES, Joseph (1771-1850)

illustration-medicale-biologie-17

RUETE, Christian Georg Theodor (1810-1867)

illustration-medicale-biologie-18

Georg Constantin d’Albanie – BÄRENSPRUNG, Friedrich Wilhelm Felix von (1822-1864) & HEBRA, Ferdinand von (1816-1880)

illustration-medicale-biologie-19

Batraciens – HAECKEL, Ernst (1834-1919)

illustration-medicale-biologie-20

Des couches de cellules dans l’embryon – HAECKEL, Ernst (1834-1919)

illustration-medicale-biologie-21

Garçon avec éléphantiasis – ALIBERT, Jean Louis (1768–1837)

illustration-medicale-biologie-22

Colibris – HAECKEL, Ernst (1834-1919)

illustration-medicale-biologie-23

Ephélide Lentiforme – ALIBERT, Jean Louis (1766–1837)

illustration-medicale-biologie-24

Muscles – BERRETTINI, Pietro da (1596-1669)

illustration-medicale-biologie-25

Main mécanique artificielle – PARÉ, Ambroise (1510-1590)

illustration-medicale-biologie-26

Plique multiforme – Jean Louis (1766–1837)

illustration-medicale-biologie-27

Maladie mentale – ESQUIROL, Jean-Etienne-Dominique (1772-1840)

illustration-medicale-biologie-28

Rhinoceros – GESNER, Konrad (1516-1565)

illustration-medicale-biologie-29

Muscles – SPIEGEL, Adriaan van de (1578-1625)

illustration-medicale-biologie-30

Squelette – ESTIENNE, Charles (1504–1564) & RIVIÈRE, Estienne de la (d. 1569)

illustration-medicale-biologie-31

Choléra – BAUMGÄRTNER, Karl Heinrich (1798-1886)

illustration-medicale-biologie-32

« Cupping »

http://www.laboiteverte.fr/

Les arbres se parlent-ils?


Les arbres, les plantes peuvent-ils communiquer entre eux. On sait depuis longtemps, qu’ils peuvent émettre des éléments chimiques pour alerter ceux de la même espèce et que les champignons comme les réseaux sociaux partagent les informations
Nuage

 

Les arbres se parlent-ils?

 

Deux arbres solitaires à Madrid I Enrique FARELO - Flickr

Deux arbres solitaires à Madrid I Enrique FARELO – Flickr

Stuart Thompson

Y aurait-il, comme l’affirme un livre récemment paru en Grande-Bretagne, un Wood wide web?

Un livre récemment paru au Royaume-Uni, The Hidden Life of Trees, affirme que les arbres se parlent. Mais est-ce vraiment le cas?

Un cri d’alerte 

On pourrait commencer par répondre en disant que les plantes échangent en effet des informations entre elles et avec d’autres organismes, comme les insectes. Prenons, par exemple, les odeurs qui montent de l’herbe fraîchement coupée ou de la sauge broyée. Certains des éléments chimiques qui composent ces odeurs avertiront les autres plantes d’une attaque ou appelleront les insectes à les défendre. Ces effluves peuvent ainsi être considérées comme autant de cris d’alerte ou d’appels à l’aide.

Lorsque les plantes sont affaiblies par une infection ou dévorées, elles libèrent toute une série de molécules dans l’air et autour d’elles. Après avoir reçu ces éléments chimiques, les plantes à proximité de la même espèce, ou même d’une espèce différente, deviennent moins vulnérables, en produisant par exemple des toxines ou d’autres substances qui les rendent difficiles à digérer. Ces changements ne se produisent en général pas de manière.

instantanée, mais les gênes concernés réagissent bien plus vite quand ils sont sollicités.

Il y existe aussi des preuves selon lesquelles les éléments chimiques libérés par les plantes en un lieu précis diffèrent légèrement de ceux relâchés ailleurs par la même espèce. Il semble dès lors que si les plantes parlent, elles ont même des langues et des accents régionaux!

Plantes parlantes? Ou réaction aux oignons frits 

Mais s’agit-il pour autant d’une authentique communication? Il est vraiment difficile de déterminer si une plante qui libère des éléments chimiques le fait de manière intentionnelle pour transmettre des informations à une autre plante. Je réagis moi-même aux éléments chimiques dégagés par des oignons en train de frire… ce qui ne signifie pas pour autant que les oignons sont en train de me parler. A-t-on affaire à de véritables messages ou est-ce plutôt une manière opportuniste d’utiliser les informations chimiques disponibles dans l’environnement?

Il semble que ces signaux étaient, au départ, non un moyen d’envoyer de l’information aux autres arbres mais d’adresser, rapidement et efficacement, des messages à d’autres parties de la même plante. Des ravageurs ou des infections se déplacent le plus souvent d’une branche à l’autre. Mais un avertissement qui dirait à ces branches de se préparer à une attaque imminente devrait parcourir tout l’arbre d’un bout à l’autre. Une distance qui peut s’étendre sur des dizaines de mètres lorsque l’arbre est grand.

À l’opposé, un signal voyageant dans l’air peut atteindre directement les branches les plus exposées à l’attaque. En conséquence de quoi, ces signaux volatiles peuvent être comme «attrapés au vol» par des plantes se trouvant à proximité. Donc, quand des arbres répondent en intensifiant leur système de défense, s’agit-il de communication ou du simple fait d’écouter aux portes?

Il s’agit certainement d’un peu des deux. Peut-être que ce système de messagerie interne est devenu capable d’aider d’autres plantes, assez proches pour percevoir ces signaux, étant souvent liées à l’arbre émetteur dans ce qui ressemble à un cas classique d’évolution de sélection parentale. Toutefois, libérer de tels composés chimiques dans l’environnement est fait sans discernement et les autres plantes et organismes peuvent en tirer profit. Parfois, de tels signaux peuvent même attirer les ravageurs ou les parasites. L’odeur de sauge broyée ne protège pas la plante des hommes… bien au contraire.

Les champignons, une toile messagère

Peupleloup/Flickr

Les échanges d’informations entre les plantes ne se font pas tous par voie aérienne. La grande majorité des plantes vivent en effet de manière symbiotique avec les champignons du sol. Et si nous avons tendance à penser que les champignons que l’on observe en forêt sont ceux qui sont présents en surface, ceux-ci n’émergent qu’après la reproduction. Les vrais champignons composent, eux, un ensemble de cellules allongées qui se répandent à travers tout le tapis forestier.

Les arbres fournissent aux champignons du sucre et ces derniers aident les arbres à recueillir l’eau et les éléments nutritifs du sol. De nombreuses plantes peuvent être ainsi liées sous terre via le réseau de champignons. Parfois, lorsqu’une plante a subi un dommage, les autres qui lui sont connectées par ce réseau de champignons se protègent de futures attaques alors même que d’autres, à même distance mais non connectées, ne le font pas. Ce réseau est un autre support pour acheminer l’information. Un authentique Wood Wide Web !

Aussi intéressés que Facebook

Ils peuvent ainsi veiller sur leur capital

Mais qui contrôle cette communication ? Les messages sont relayés par les champignons et ce sont peut-être ces derniers qui en tirent le plus grand bénéfice, en collectant et en passant des informations vitales à leur hôte ; ils peuvent ainsi veiller sur leur capital… Les champignons aident les plantes à communiquer, soit, mais peut-être le font-ils dans leur propre intérêt, en privilégiant certains plutôt que d’autres, qu’ils soient ou non reliés à l’arbre qui émet le message. En ce sens, les champignons sont un peu comme un média social, qui écoute et se sert des messages de ses utilisateurs.

Et nous revoici revenus à la question de savoir si ces exemples concernent bien la «communication» au sens où nous l’entendons. Tout ce qui peut amener les gens à s’intéresser à la flore est bienvenu, mais attribuer aux arbres des qualités humaines, c’est certainement un peu rapide. Pour ma part, ce qui m’a attiré vers la botanique concernait la manière dont les arbres et les autres plantes s’adaptent de manière fluide à leur environnement. Peut-être que la diffusion de ces éléments chimiques n’est qu’un aspect supplémentaire de cette merveilleuse faculté d’adaptation…

Cet article a été initialement publié sur le site de The Conversation

http://www.slate.fr/