Dormir dehors, mourir à petit feu


Les sans-abris qui dorment dehors ont un plus haut taux de mortalité que ceux qui vont dans les refuges. Leur santé n’est pas assez surveillée qu’il est souvent trop tard pour faire quelque chose. Les noirs et les femmes qui dorment à l’extérieur ont un taux de mortalité moins grands qu’un blanc.
Nuage

 

Dormir dehors, mourir à petit feu

Selon une nouvelle étude, les sans-abri qui dorment... (Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Selon une nouvelle étude, les sans-abri qui dorment régulièrement à l’extérieur ont un taux de mortalité près de trois fois supérieur aux sans-abri qui fréquentent les maisons d’accueil.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

 

MATHIEU PERREAULT
La Presse

Les sans-abri qui couchent dehors ont un taux de mortalité près de trois fois supérieur aux sans-abri qui fréquentent les maisons d’accueil, révèle une nouvelle étude.

L’un des gros problèmes est que ces sans-abri, réfractaires aux maisons d’accueil, développent des problèmes de santé chroniques, comme le cancer ou la cardiopathie, qui sont détectés trop tard pour être traités.

MOURIR À 53 ANS

En 2000, Jill Roncarati a identifié 445 sans-abri dormant régulièrement à l’extérieur durant la nuit, plutôt que dans un refuge, à Boston. La psychologue de l’Université Harvard les a suivis pendant neuf ans. Pendant cette période, 134 d’entre eux sont morts, à un âge moyen de 53 ans.

« Cela signifie qu’ils ont un taux de mortalité 10 fois plus élevé que la moyenne de la population et 2,7 fois plus élevé que la population générale des sans-abri », explique Mme Roncarati, qui vient de publier ses résultats dans la prestigieuse revue JAMA Internal Medicine.

COEUR ET CANCER

L’hypothermie n’explique pas ce taux de mortalité élevé des sans-abri ne fréquentant pas les refuges la nuit.

« Seulement une des 134 morts est directement liée au froid, dit Mme Roncarati. […] La grande différence, c’est sur le plan des maladies chroniques – le coeur et le cancer. Elles sont diagnostiquées beaucoup plus tard chez les sans-abri qui ne fréquentent pas les refuges la nuit. Même s’il y a des équipes qui les visitent régulièrement et que beaucoup d’entre eux fréquentent des refuges de jour, ils n’ont pas un suivi aussi serré. »

NOIRS ET FEMMES

Les Noirs qui dorment à l’extérieur ont un taux de mortalité deux fois moins élevé que les Blancs non hispaniques qui dorment à l’extérieur.

 « C’est une différence raciale qu’on a souvent vue ailleurs dans des études sur les sans-abri, mais que personne n’a jamais réussi à expliquer, dit Mme Roncarati. Les femmes aussi dans notre étude avaient un taux de mortalité trois fois moindre. Dans ce dernier cas, l’hypothèse souvent retenue est qu’il est moins difficile pour une femme que pour un homme de demander de l’aide pour un problème de santé. »

À MONTRÉAL AUSSI

Le constat de l’étude du JAMA Internal Medicine est probablement similaire à la situation montréalaise, estime Éric Latimer, chercheur de l’Institut Douglas qui a dirigé un dénombrement des sans-abri montréalais en mars 2015.

« Je n’ai jamais vu de chiffres, mais c’est ce qu’on entend sur le terrain », dit M. Latimer.

Pierre Gaudreau, directeur du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), confirme ce constat. « Si on regardait la santé des sans-abri qui dorment à l’extérieur, on trouverait beaucoup de problèmes de santé cardiaque et de cancers non diagnostiqués. »

3016

NOMBRE DE SANS-ABRI À MONTRÉAL SELON UN DÉNOMBREMENT EN MARS 2015

429

NOMBRE DE SANS-ABRI QUI DORMAIENT À L’EXTÉRIEUR À MONTRÉAL SELON LE DÉNOMBREMENT DE MARS 2015

Source : Institut Douglas

L’ALCOOL DANS LES REFUGES

Deux voies s’ouvrent pour s’attaquer aux problèmes de santé des itinérants qui ne dorment pas dans les refuges, selon Mme Roncarati.

« Soit on augmente le suivi médical itinérant, mais on en fait déjà beaucoup […]. Soit on essaie d’en convaincre de dormir dans les refuges. Un certain nombre d’entre eux n’y vont pas parce qu’ils ne peuvent pas se passer d’alcool, de drogue ou de cigarettes pendant toute une nuit. On pourrait penser à des politiques permettant de sortir fumer pendant la nuit sans perdre son lit. Ou alors, à des refuges où il est permis de boire une certaine quantité d’alcool. Il y en a un à Toronto. »

http://www.lapresse.ca/

Un camion de police «libéré, délivré» grâce à une drag queen habillée en Reine des neiges


Je me demande ce que la police a pensé quand il a été aider par Elsa la Reine des neiges à sortir leur camion enlisé dans la neige. Il faut avouer que c’est assez cocasse comme scène. En fait, c’est un drag Queens qui déguisé en la reine des Neiges a sorti d’un bar pour libérer et délivrer la police
Nuage

 

Un camion de police «libéré, délivré» grâce à une drag queen habillée en Reine des neiges

 

/

Capture d’écran | via YoutubeLicense by

Ce mardi soir, un homme habillé en princesse Elsa de La Reine des neiges est venu au secours d’un camion de la police de Boston. La ville du nord-est de États-Unis venait d’être frappée par une tempête de neige, et les policiers étaient bloqués par un tas de neige.

Jason Triplett, trente-sept ans, s’est rué à l’extérieur du bar duquel il buvait un verre avec ses amis pour venir en aide aux policiers coincés.

«J’avais mis ce costume pour faire rire mes amis», a déclaré cette drag Queens d’un soir.

La scène a été filmée par un client du bar. La vidéo montre un homme coiffé d’une perruque blonde et vêtu d’une robe bleue et argentée, en train de braver hardiment le blizzard: il se bat contre les éléments et pousse le camion de police de toutes ses forces. Après quelques minutes, la Reine des neiges parvient à «libérer, délivrer» les policiers sous les applaudissements et les acclamations des clients du bar. Sur l’enregistrement vidéo, on peut d’ailleurs les entendre crier: «Libère le Elsa, délivre le!».

La vidéo a fait le tour du web et a été visionnée plus de six millions de fois. Un chiffre qui n’impressionne pas le principal intéressé, qui a d’autres ambitions:

«Si ce sont mes quinze minutes de gloire, alors j’aimerais en profiter pour aller sur le plateau d’Ellen DeGeneres et rencontrer le patineur artistique Adam Rippon».

 

http://www.slate.fr/

Des robots quadrupèdes à la fois fascinants et effrayants


Ces robots me font penser à un chien sans tête par leur façon qu’ils se déplacent et le comportement de celui qui attend l’autre pour ouvrir la porte avec un bras articulé
Nuage

 

Des robots quadrupèdes à la fois fascinants et effrayants

 

Depuis plusieurs années, l’entreprise technologique Boston Dynamics met en ligne des vidéos de robots sur le net, provoquant à chaque fois la fascination mais aussi une certaine panique chez les internautes. Il faut dire que leur aspect a de quoi donner quelques frissons.

Sur une vidéo mise en ligne lundi, on peut voir un robot quadrupède buter sur une porte fermée, aidé par l’un de ses congénères muni, lui, d’un bras articulé. Une scène inimaginable il y a encore quelques années et digne des meilleurs films de science-fiction hollywoodiens.

http://www.7sur7.be/

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?


On a fini l’année et commencé la nouvelle année par des froids extrême d’une part, et des chaleur extrême à d’autres endroits dans le monde. Neige au Sahara, froid aux États-Unis, tempête en Europe, chaleur extrême en Australie avec des incendies incontrôlables. Au Québec, nous avons connu des froids polaires et un redoux avec des averses de pluies et on prévoit un froid extrême par la suite. Si ce n’est pas les changements climatiques qui cause ces désordres météorologiques, alors ce serait quoi ?
Nuage

 

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?

 

 

 

Xavier Demeersman
Journaliste

2018 vient à peine de commencer et l’année est déjà marquée par plusieurs épisodes météorologiques extrêmes dans divers endroits du monde.

Que ce soit dans l’hémisphère nord, où l’hiver qui vient de commencer sévit durement en Amérique du Nord ; ou dans l’hémisphère sud, particulièrement en Australie où l’été commence sous une chaleur écrasante (47,3 °C près de Sydney). Caprices de la météo ou conséquences du dérèglement climatique ?

La France a essuyé une redoutable tempête les premiers jours de 2018. Eleanor a fait au moins sept victimes et laissé dans son sillage des inondations et d’importants dégâts matériels causés par des rafales de vent à plus de 100 km/h. Plusieurs de nos voisins européens ont aussi été frappés.

Ces derniers jours, il est tombé dans les Alpes jusqu’à 1,90 mètre de neige fraîche en quelques heures près de la frontière italienne. En Savoie, la neige arrivait jusqu’aux épaules, avec une couche atteignant 1,60 mètre. Les photos et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux sont impressionnantes.

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige du Sahara

De la neige, il en est tombé dans un endroit où l’on n’a pas l’habitude d’en voir…, un environnement connu pour son aridité : le Sahara. Bien sûr, il n’a pas neigé partout dans le plus grand désert de sable du monde, ce weekend, mais en particulier dans le Sahara algérien. C’est toujours avec étonnement et un certain émerveillement que l’on découvre ces images de dunes de sable rouge orangé qui ondulent à perte de vue, et recouvertes, une fois n’est pas coutume, d’un léger manteau blanc.

Quoique ce ne serait pas si exceptionnel dans cette région située au pied de l’Atlas. La neige n’y aurait tenu qu’une journée. La dernière fois que les habitants de la région ont vu de la neige, c’était il y a un peu plus d’un an, en décembre 2016. Faut-il s’attendre à davantage de précipitations et de neige dans le Sahara avec le changement climatique ? Ce ne serait pas impossible selon une étude de 2016. Le désert pourrait reverdir.

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

Un froid extrême dans l’est de l’Amérique du Nord

Ce début d’hiver 2017-2018 se montre féroce et même meurtrier dans la moitié est de l’Amérique du Nord où une vague de grand froid sévit depuis le 28 décembre dernier. Le Canada a plusieurs fois lancé des alertes au froid extrême. Aux États-Unis, le Minnesota a enregistré des -45 °C ! Le 2 janvier, à Sioux City dans l’Iowa, la température est descendue jusqu’à -33 °C. New York a battu des records : -15 °C ; Chicago aussi pour le Nouvel An : -17 °C. Heureusement, un redoux est annoncé dans les prochains jours.

Le froid a touché aussi la Floride où il a neigé pour la première fois depuis 30 ans. Des iguanes sont tombés des arbres, gelés. D’autres animaux ont souffert, comme des requins retrouvés sur des plages de Cape Cod, dans le Massachusetts, saisis par le froid. Des scientifiques ont pu sauver des tortues marines, également surprises par les basses températures dans cette région. Une vidéo devenue virale montre comment des alligators survivent dans les eaux gelées d’un étang en Caroline du Nord. Ils ne sont pas morts mais dans un état de « brumation ».

Les équipes du Shallotte River Swamp Park craignaient que les alligators soient morts. Mais non, ils respirent à travers la glace et se sont mis en mode hibernation. © Swamp Park, Youtube

Une énorme tempête hivernale surnommée bomb cyclone par les Américains s’est abattue sur l’est des États-Unis le 4 janvier. Sur le littoral, des vagues géantes ont provoqué des inondations historiques dans la région de Boston où le froid n’a rien arrangé à la situation. Le froid fut ressenti jusque dans les Caraïbes. Certes pas avec la même intensité qu’au Québec.

Pendant ce temps, l’Arizona, au contraire, connaissait son plus doux début d’année. La Californie, qui a fait face en décembre 2017 au plus terrible incendie de son histoire, vient d’être frappée par des coulées de boue dévastatrices qui ont fait 17 morts et détruit des centaines de maisons.

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

    Une chaleur extrême en Australie

    Dans l’hémisphère sud, c’est plutôt l’été qui fait parler de lui et fait des victimes. En particulier en Australie où le 7 janvier, des records historiques ont été enregistrés près de Sidney : 47,3 °C. Une vague de chaleur brutale qui a déjà provoqué la mort par hyperthermie de centaines de chauves-souris. 

    « Leur cerveau frit et elles deviennent incohérentes » a déclaré Cate Ryan, présente sur place dans le parc de Saint Helens et interrogée par la presse locale.

    De nombreux volontaires ont avec elle essayé d’en sauver en les hydratant. 90 % des victimes recensées étaient de jeunes sujets.

    Une catastrophe écologique à laquelle s’ajoutent des incendies. Malheureusement, ce n’est pas la première fois qu’une canicule frappe l’Australie. Le 10 janvier, on apprenait que 2017 fut sa troisième année la plus chaude jamais recensée. Et ce n’est pas près de s’arrêter car les températures continuent d’augmenter. Les animaux et aussi les plantes sont en première ligne du dérèglement climatique en cours.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Plusieurs évènements météorologiques extrêmes se sont produits entre décembre 2017 et début janvier 2018.

  • Ils concernent les deux hémisphères, avec des niveaux exceptionnels de chaleur, de froid et de précipitations.

 

https://www.futura-sciences.com

Le Saviez-Vous ► Une inondation de mélasse tragique


J’avais déjà entendu parler de cette inondation, mais j’étais loin de me douter que ce fût une vraie catastrophe qui à coûter des millions de dollars en plus de pertes humaines et de chevaux en 1919
Nuage

Une inondation de mélasse tragique


(Source)

 

Saviez-vous que le 15 janvier 1919, juste après la Première Guerre Mondiale, la ville de Boston a connu une bien étrange tragédie? Le secteur nord de la ville fut en effet frappé par une immense vague de mélasse, qui provoqua la mort de 21 personnes et entraîna conséquemment une importante enquête légale… À l’aide des journaux de l’époque, intéressons-nous à cette tragédie inusitée.

Une citerne de mélasse?

(Source)

La mélasse est obtenue par le raffinage de la sève de la canne à sucre et ce produit était très pratique au début du 20ème siècle dans les procédés de distillation d’alcool, et plus particulièrement dans celui du rhum. 


Photo: La citerne de mélasse du secteur Nord de Boston

Voilà pourquoi la Purity Distilling Company avait fait construire en 1915 une immense citerne de mélasse à Boston; pour avoir le précieux produit sous la main en grande quantité pour la fabrication d’alcool. La citerne en question était gigantesque! Elle mesurait 15 mètres de hauteur et avait 27 mètres de diamètre. Le jour de la tragédie, elle était remplie à pleine capacité avec quelques 2.3 millions de gallons de mélasse de Puerto Rico.

Une inondation impressionnante et… collante!


(Source)

Un peu après midi le 15 janvier 1919, les habitants du secteur ont rapporté avoir entendu un immense vacarme, comme des coups de feu… Il s’agissait en réalité des boulons de la citerne qui étaient en train de céder et la citerne s’éventra, déversant son contenu dans ce coin de la ville de Boston.


(Source)

Une immense vague estimée entre 2.5 et 4 mètres de hauteur a déferlé dans le quartier à une vitesse et une pression suffisante pour soulever un train et endommager des rails de chemin de fer! Les journaux ont rapidement rapporté les histoires des personnes blessées et des 21 personnes décédées des suites de cet accident.


(Source)

Des journaux comme le Boston Post et le Boston Globe rapportèrent entre autres la mort du jeune Pasquale Lantosca, seulement âgé de 10 ans et qui a péri en étant atteint par un wagon de train… ou l’histoire de Walter Merrithew, un employé de chemin de fer soulevé de plus d’un mètre par la vague et projeté contre un mur. Les quotidiens de l’époque rapportèrent aussi la noyade de plusieurs personnes et selon les témoins, de quelques chevaux.

Des morts et plusieurs questionnements 


(Source)

21 morts, 150 blessés et plus de 100 millions de dollars en dommage estimés, il n’en fallait pas plus pour qu’une longue enquête s’amorce afin d’élucider les circonstances de cette étrange tragédie.

La citerne n’avait que trois ans et son effondrement était surprenant. L’enquête révéla qu’aucun test, notamment avec de l’eau, n’avait été effectué au préalable, puisqu’un chargement de mélasse arrivait éminemment. L’acier n’était probablement pas de bonne qualité, ce qui, jumelé au fait que la citerne était à pleine capacité, explique en partie l’accident. La construction de la citerne en général s’était de plus réalisée dans la hâte.


(Source)

Nettoyer la mélasse fut aussi une tâche colossale et les gens chargés de dégager la masse gluante des rues et des bâtiments réalisèrent que l’eau salée était relativement efficace pour décoller cette mélasse séchée un peu partout.

Les habitants de ce secteur de Boston ont par ailleurs longtemps affirmé que lors des journées de grandes chaleurs, une odeur de mélasse flottait encore dans l’air quelques décennies après la tragédie…

 

Spécialiste en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com/

Accumulations monstres La neige a finalement fondu à Boston!


Vous, vous souvenez de le méga tempête à Boston et bien, il semble que cette neige vient de disparaitre complètement. Curieux quand même en plein mois de juillet
Nuage

 

Accumulations monstres

La neige a finalement fondu à Boston!

 

La rue Tide, le 10 février 2015 (Crédit photo: Archives Agence France-Presse)

Boston a finalement vu ses derniers vestiges de l’hiver disparaître hier, a annoncé le maire de la ville, Martin J. Walsh.

«Je suis heureux de vous annoncer que le défi #BOSMeltNow est maintenant terminé. Toute la neige a officiellement disparu», a écrit le maire de la ville américaine, sur Twitter, mardi.

En raison des précipitations monstres que l’est de l’Amérique du Nord a connues l’hiver dernier, une pile record de neige s’était accumulée sur la rue Tide, rapporte le Boston Globe.

(Crédit photo: capture d’écran Boston Globe)

Le blizzard et les nombreuses tempêtes avaient ainsi créé un banc de neige d’une hauteur de 75 pieds, (près de 23 mètres) selon CNN.

«Notre cauchemar est enfin terminé», a pour sa part écrit le gouverneur Charlie Baker sur Twitter.

Le maire Walsh avait mis au défi ses concitoyens de deviner la date à laquelle toute la pile de neige fonderait. En récompense? Une rencontre avec le maire. L’histoire ne dit toutefois pas quel citoyen a remporté le défi qui a fait rigoler les Bostonnais pendant plusieurs semaines.

La fonte du banc de neige a également révélé la présence d’une quantité importante de déchets évaluée à 86 tonnes.

http://tvanouvelles.ca/

Le Saviez-Vous ► Quand mélasse rime avec désastre


Une rivière de mélasse s’est déversée à Boston, dans les débuts du XXe siècle. Le nettoyage à du être long et pénible des rues et matériels , qui ont été engloutis dans cette mixture sucrée. Et cet incident a fait quelques malheureuses victimes
Nuage

 
Quand mélasse rime avec désastre

 

En janvier 1919, la loi sur la prohibition est sur le point d’être adoptée. Cette loi prévoyait, à partir du jour de son adoption, un an de grâce pour les marchands d’alcool. Comme bien d’autres distilleries, la compagnie Purity Distilling de Boston anticipe une hausse des ventes et remplit à ras bord son réservoir de mélasse. Le 15 janvier, à l’heure du dîner, son énorme citerne se brise et déverse 12 000 tonnes du liquide.

La masse brune et visqueuse, haute comme trois personnes, se propage à 55 km/h. Tramway, chevaux, écoliers, la vague dévastatrice engloutit tout sur son passage. En plus d’avoir causé 21 morts et 150 blessés, l’onde brune a coûté des millions de dollars en dommages matériels. Après avoir interrogé 921 témoins durant un procès qui a duré quatre ans, le juge Hugh Ogden en vient à la conclusion que la citerne métallique était loin d’être assez robuste pour contenir autant de mélasse.

http://ici.radio-canada.ca/