Au moins 10 bombes non explo­sées sont cachées sous le site archéo­lo­gique de Pompéi


Cela fait des décennies que la deuxième guerre mondiale est finie et il y a encore des bombes dans le monde qui doivent être désamorcées. Pompéi ne fait pas exception. Comme c’est un site touristique et archéologique, me semble qu’il est temps de s’en occuper.
Nuage


Au moins 10 bombes non explo­sées sont cachées sous le site archéo­lo­gique de Pompéi

par  Suzanne Jovet

Au moins 10 bombes non explo­sées sont cachées dans les fonda­tions du site archéo­lo­gique de Pompéi, dans le sud de l’Ita­lie, rapporte le Guar­dian. Des équipes d’ar­chéo­logues mili­taires procèdent actuel­le­ment à des fouilles pour exhu­mer ces explo­sifs.

Les Alliés les ont largués au cours de neuf bombar­de­ments, le 24 août 1943, avant d’en­va­hir la Botte. Au total, entre 1939 et 1945, 165 bombes ont pilonné le site archéo­lo­gique.

« 96 bombes ont été loca­li­sées et désac­ti­vées », a rapporté le jour­nal italien Il Fatto Quoti­diano.

En revanche, un tiers de la zone n’a pas été explo­rée. Les experts s’at­tendent donc à décou­vrir au moins 10 bombes non explo­sées dans les 22 hectares restants.

Crédit : The Sun

D’après eux, ils n’existe aucun risque d’ex­plo­sion, ce qui est plutôt rassu­rant pour les 2,5 millions de touristes annuels. Selon les statis­tiques du minis­tère italien de la Défense, des milliers de bombes de la Seconde Guerre mondiale sont désa­mor­cées dans le pays chaque année.

Source : The Guar­dian

https://www.ulyces.co/

Colis suspects: le suspect inculpé de cinq chefs d’accusation


Quand la politique devient un argument pour envoyer des bombes a ceux qui sont contre Trump, c’est qu’il y a vraiment un énorme problème chez nos voisins. Le président a dit dans une autre nouvelle qu’il était fier du travail du FBI ce qui n’a pas empêcher qu’il a quand même mis la faute sur les médias. Pour moi, en tout cas, c’est du terroriste américain, et heureusement, cela n’a pas intimidés ceux qui étaient visés
Nuage

 

Colis suspects: le suspect inculpé de cinq chefs d’accusation

 

Une fourgonnette blanche couverte d’une bâche et liée au suspect a été transportée par une dépanneuse entourée de véhicules du FBI.

PHOTO ERIC BARADAT, MICHELE EVE SANDBERG, AFP

EVE SANDBERG, CATHERINE TRIOMPHE
Agence France-Presse
Washington

Le suspect arrêté dans l’affaire des colis suspects envoyés à des personnalités critiques de Trump a été inculpé de cinq chefs d’accusation, faisant risquer jusqu’à 58 ans de prison à Cesar Sayoc fils, a indiqué vendredi le ministre américain de la Justice Jeff Sessions lors d’un point presse.

Le chef du FBI Christopher Wray a précisé que 13 engins explosifs avaient été envoyés à travers les États-Unis, et prévenu qu’« il pourrait encore y avoir d’autres paquets », lors de cette même conférence de presse.

Les télévisions montraient plus tôt en direct des images de la ville de Plantation, près de Fort Lauderdale, en Floride, où l’homme, présenté par les médias comme ayant des antécédents criminels, a été appréhendé.

Les télévisions montraient aussi une fourgonnette blanche liée au suspect, bâchée par les forces de l’ordre.

Des images de ce qui semblait être la même fourgonette, non bâchée, circulaient sur les réseaux sociaux, zoomant sur des autocollants pro-Trump sur les fenêtres du véhicule.

Certains médias citant des sources policières ont identifié le suspect comme Cesar Sayoc fils, 56 ans.

S’il se confirmait que le suspect était un partisan de Donald Trump, cela risquerait d’attiser encore davantage des tensions déjà très vives à l’approche des élections législatives du 6 novembre, déterminantes pour la suite de la présidence du milliardaire.

Cette arrestation est la première annoncée dans le cadre de la chasse à l’homme lancée pour retrouver le ou les responsables de l’envoi des douze colis suspects retrouvés à ce stade, tous destinés à des personnalités anti-Trump.

L’annonce est survenue juste après que la police eut confirmé avoir retrouvé vendredi deux nouveaux colis suspects, en tous points similaires aux dix déjà reçus entre lundi et jeudi et contenant des engins qualifiés de potentiellement explosifs.

Les paquets portaient notamment tous la même adresse d’expédition : celle d’une élue démocrate de Floride, Debbie Wasserman Schultz.

L’un a été retrouvé en Floride, destiné au sénateur démocrate Cory Booker, l’autre a été intercepté dans un bureau de poste de Manhattan, adressé à CNN à l’attention de l’ex-directeur des renseignements James Clapper.

MM. Clapper et Booker, ce dernier étant cité comme un candidat possible à la présidentielle américaine de 2020, sont tous deux très critiques du président américain.

Ils se sont ajoutés à une liste de personnalités sur laquelle figuraient déjà le financier George Soros, l’ex-président Barack Obama, son ex-vice président Joe Biden, l’ex-secrétaire d’État et rivale malheureuse de Donald Trump à la présidentielle Hillary Clinton, l’acteur Robert de Niro, l’ex-procureur général de Barack Obama Eric Holder et l’élue démocrate californienne Maxine Waters.

« Mauvais pour la dynamique »

M. Trump n’a pas encore réagi à l’arrestation. Mais un peu plus tôt, il avait déploré l’impact de cette affaire de colis sur les candidats républicains.

« Les républicains ont de bons chiffres dans les votes par anticipation et dans les sondages, et maintenant cette histoire de « Bombe » surgit et la dynamique ralentit », a-t-il tweeté.

« Ce qui se passe est vraiment regrettable. Républicains, allez voter ! », a-t-il ajouté.

Le gouverneur de l’État de New York, le démocrate Andrew Cuomo, avait jugé cette réaction « complètement inappropriée ».

« Je pense que le président n’a toujours pas mesuré l’importance de la présidence et l’importance de son poste », a-t-il affirmé sur CNN. « Tout est toujours une question de concurrence, de politique, il se sent lésé […] Tout devient politique et cela relance la colère à chaque fois ».

Accusations mutuelles

Partisans et détracteurs du président républicain utilisent depuis deux jours pour s’accuser mutuellement d’alimenter le climat toxique qui caractérise le pays à l’approche des élections du 6 novembre.Les défenseurs de théories du complot se sont aussi déchaînés sur les réseaux sociaux pour dénoncer de « fausses bombes » inventées, selon eux, par les démocrates. 

Après avoir brièvement appelé les Américains au « rassemblement » mercredi à la suite de la confirmation des premières bombes artisanales, M. Trump avait repris ses attaques contre les médias jeudi.

« Une grande partie de la colère que nous voyons aujourd’hui dans notre société est causée par le traitement intentionnellement inexact et imprécis des médias traditionnels, que j’appelle les « Fake News » », avait-il tweeté.  

De nombreux responsables démocrates l’ont accusé au contraire de « cautionner la violence » et d’attiser les divisions.

« Arrêtez de faire des reproches aux autres. Regardez-vous dans la glace, votre rhétorique incendiaire, vos insultes, mensonges et incitations à la violence physique sont honteuses », a tweeté jeudi John Brennan, ex-directeur de la CIA visé par un des paquets.

L’acteur Robert de Niro a lui appelé vendredi tous les anti-Trump à se mobiliser pour les législatives :

« Il y a quelque chose de plus puissant que les bombes, c’est votre bulletin de vote. Les gens DOIVENT voter », a-t-il indiqué dans un communiqué.

https://www.lapresse.ca/

«The Truth About Killer Robots» sonne l’alarme sur les dangers de l’automatisation


Êtes-vous inquiet de la robotisation dans plusieurs domaines comme des autos-autonomes, des cuisiniers robotisé et la liste est longue, sans oublier ceux qui font ressembler leurs robots a de vraies personnes ?
Nuage

 

«The Truth About Killer Robots» sonne l’alarme sur les dangers de l’automatisation

 

TIFF.NET

Le documentaire est le premier à être raconté par un robot.

Agence France-Presse

L’automatisation nous tue, prévient le cinéaste Maxim Pozdorovkin dans son nouveau documentaire The Truth About Killer Robots (La vérité sur les robots tueurs), qui sera présenté samedi en première mondiale au Festival du film de Toronto.

Signe de ce que l’avenir réserve peut-être à l’industrie cinématographique, le film est le premier à être raconté par un robot.

Le réalisateur d’origine russe dit surtout s’intéresser « à la façon dont la technologie influence » l’humain, « comment l’automatisation nous transforme. C’est un problème plus profond, fondamental pour qui nous sommes en tant qu’espèce », confie-t-il à l’AFP.

Le film examine les lois encadrant les robots qu’Isaac Asimov avait imaginés dans sa nouvelle intitulée Runaround (Cercle vicieux), parue en 1942 et selon laquelle les machines ne doivent pas nuire aux humains.

Il présente les points de vue d’ingénieurs, de journalistes, de philosophes et d’Asimov lui-même, grâce à des images d’archives.

Dans le film, Maxim Pozdorovkin illustre plusieurs accidents mortels causés ces dernières années par des technologies de plus en plus autonomes, comme dans une usine de Volkswagen en Allemagne ou avec des voitures semi-autonomes Tesla aux Etats-Unis. Il aborde également l’affaire de la police de Dallas, qui a choisi en 2016 d’envoyer pour la première fois un robot transportant une bombe pour tuer un tireur ayant abattu plusieurs policiers.

Ces histoires soulèvent de nombreuses questions, mais pour le cinéaste, il est clair que l’automatisation tue des emplois, tout en rendant nos esprits paresseux et en amoindrissant nos rapports aux autres.

« Nous parlons de changements sociétaux importants », note-t-il. « Et je pense que ça va se poursuivre ».

Un bon nombre de conséquences sont graduelles, comme dans le cas des camionneurs américains, maintenant obligés d’être assistés par des logiciels de navigation, en échange de moins d’argent sur leur paie.

Déshumanisation

« L’automatisation remet peu à peu en question les salaires, les compétences et la dignité des camionneurs et finira pas avoir raison de leur métier », soutient le réalisateur.

Il note que les percées de l’intelligence artificielle et des robots bien au-delà des usines, s’étendent maintenant à des cabinets d’avocats, des pizzerias ou des taxis.

Les avantages économiques sont faciles à comprendre: les robots sont plus rapides et plus productifs. Mais que va-t-il arriver à toutes ces personnes qui perdent leur emploi, interroge-t-il.

Ce qui est plus inquiétant encore, selon John Campbell, un philosophe de l’université de Berkeley en Californie, c’est la « perte de liens authentiques avec une autre personne » qu’entraîne l’utilisation de plus en plus répandue des robots et de l’intelligence artificielle.

Il explique dans le film que des robots conçus pour imiter les émotions humaines –ou pour nous piéger– risquent de rendre les gens moins empathiques en général.

« En se fiant à la technologie, votre esprit devient plus paresseux », commente dans le film un témoin d’une collision en Floride entre un semi-remorque et une voiture semi-autonome Tesla, dont le conducteur est mort alors qu’il regardait un film.

Après l’utilisation d’un robot pour abattre un tireur en 2016 à Dallas, le chef de la police a demandé au conseil municipal davantage de technologie, et non de policiers, pour faire face aux menaces futures, une demande qui a interpellé le réalisateur.

« Nous devenons plus robotisés », dit un tireur d’élite de la police de Dallas dans le film, qui sera diffusé le 26 novembre par la chaîne HBO.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Yémen: la bombe larguée sur un autobus vendue par les É.-U.


Je ne comprendrais jamais pourquoi Donald Trump contredit tout ce que Barak Obama a fait, autorisé ou interdit. Le président américain actuel hausse le ton contre certains pays à propos d’armement, mais autorise pourtant la vente de bombe. Je considère qu’il est tout autant coupable que ceux qui ont ordonné de lancer la bombe sur un autobus et fait beaucoup de victimes dont des enfants.
Nuage

 

Yémen: la bombe larguée sur un autobus vendue par les É.-U.

 

Un raid aérien ayant touché un autobus a... (PHOTO HANI MOHAMMED, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Un raid aérien ayant touché un autobus a tué 51 personnes, dont 40 enfants, le 12 août à Saada.

PHOTO HANI MOHAMMED, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
WASHINGTON

La bombe qui a tué 51 personnes, dont 40 enfants, larguée sur un autobus dans un raid aérien attribué à la coalition menée par l’Arabie saoudite dans le nord du Yémen, a été commercialisée par les États-Unis dans le cadre d’un accord entre le département d’État et Riyad, selon CNN.

Des images montrant des chiffres sur des éclats d’obus, filmées peu après cette attaque jeudi 9 août à Saada (fief des rebelles), indiquent qu’il s’agissait d’une bombe Mark 82 (Mk 82) à guidage laser de précision, conçue par l’entreprise de défense américaine Lockheed Martin, a précisé vendredi la chaîne, citant des experts en armement.

L’ancien président Barack Obama avait interdit la vente de bombes guidées à l’Arabie saoudite après l’usage d’un type d’arme similaire dans un raid aérien qui avait fait 140 morts lors d’une cérémonie funéraire dans la capitale Sanaa, en octobre 2016.

Mais Donald Trump a levé cette interdiction après sa prise de fonction en 2017.

Cinquante-six enfants se trouvaient également parmi les 79 personnes blessées le 9 août dans la province de Saada, d’après le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

La coalition a été accusée d’avoir commis de nombreuses bavures contre des civils. Elle a admis sa responsabilité dans certains raids mais elle accuse régulièrement les rebelles Houthis de se mêler aux civils ou de les utiliser comme boucliers humains.

La guerre au Yémen a fait quelque 10 000 morts depuis l’intervention de la coalition sous commandement saoudien en mars 2015 et elle a provoqué « la pire crise humanitaire » au monde, selon l’ONU.

http://www.lapresse.ca/

La Suède éteint ses feux de forêt… à l’aides de bombes !


Je ne sais pas trop, enfin si cela permet de faire moins de dégâts qu’un incendie de forêt, cela montre un aspect positif de l’utilisation des bombes
Nuage

 

La Suède éteint ses feux de forêt… à l’aides de bombes !

 

Capture vidéo : Youtube

par Yohan Demeure

En proie à une vague de chaleur intense, la Suède est actuellement impactée par de nombreux incendies de forêt dont une partie des foyers se trouvent dans des lieux plutôt difficiles d’accès. La Suède, peu habituée à ce genre de catastrophe et manquant d’équipements a finalement eu recours à la bombe à guidage laser.

Depuis maintenant plus de deux semaines, le feu ravage la forêt en Suède sur plus de 30.000 hectares et l’on compte près d’une quarantaine de foyers. Il y a quelques jours, certains pays européens ont proposé leur aide, dont la France qui a envoyé des pompiers en renfort. Alors que le nombre de foyers commence à réduire grâce aux efforts effectués, il faut savoir que la Suède a tout de même utilisé un moyen peu orthodoxe pour éteindre certains feux : la bombe.

Dans la région d’Alvdalen (centre de la Suède), certains de ces foyers se trouvaient près d’un champ de tir de l’armée, une zone interdite en raison des exercices qui y sont menés et de la présence de munitions non explosées. L’usage d’obus et de bombes larguées par hélicoptère avait pour but de prévenir le déploiement des pompiers et assurer leur progression.

Bien que ce moyen de lutte a permis dans un premier temps de contenir le feu, de nombreux foyers étaient encore hors de contrôle et l’armée de l’air suédoise a tenté une nouvelle technique. Ainsi, deux chasseurs suédois Saab JAS 39 Gripense sont envolés à 3000 mètres d’altitude et l’un d’entre eux a largué une bombe à guidage laser de type GBU-49 directement sur un des foyers d’incendie qui se trouvait sur le champ de tir.

Bombe GBU-49

L’armée de l’air a utilisé une bombe GBU-49 dotée d’un kit de guidage Enhanced Paveway II
Crédits : bredow-web.de

Selon les responsables de l’opération qui a été menée avec succès, le souffle de l’explosion a permis d’éteindre le feu sur une centaine de mètres autour de la zone d’impact de la bombe.

 

https://sciencepost.fr/

Une mauvaise blague fait dix blessés dans un avion


Il y a des blagues qu’on ne devrait jamais faire encore moins dans un lieu public ou pire dans un transport tel qu’un avion. Il y a des gens qui n’ont pas vraiment de jugeote.
Nuage

 

Une mauvaise blague fait dix blessés dans un avion

 

© epa.

La plaisanterie d’un passager d’un avion indonésien a mené mardi aux blessures d’une dizaine de personnes, sur l’île de Borneo, en Asie.

Un passager de l’avion indonésien a crié qu’il avait une bombe dans ses bagages, créant un mouvement de panique parmi les autres voyageurs qui ont tenté de quitter le plus rapidement possible l’appareil, qui se trouvait à l’aéroport de Pontianak.

Dix personnes ont été blessées dans l’incident, car plusieurs passagers sont tombés de l’avion, se blessant grièvement. Un contrôle a ensuite été effectué dans l’appareil, qui n’a révélé aucune présence d’explosif. Le plaisantin risque un an de prison.

https://www.7sur7.be/

Si


Le problème de la faim dans le monde est un gros défi à relever, nous aurions les moyens de l’enrayer. Au lieu de travailler pour améliorer le sort de millions de personnes, des gouvernements aiment mieux miser sur la guerre et la destruction
Nuage

 

Si

 

Si toutes vos bombes étaient des graines, le monde mangerait à sa faim au lieu de courir à sa fin

Inconnu