Quelles sont les alternatives au plastique?


Le plastique ennemi numéro 1 de l’environnement. Si on regarde autour de nous, le plastique est partout. Que ce soient les modems, les ordinateurs, portables, télévisions, manettes, jouets, lunettes, etc… Si on peut réduire le plastique, c’est bien dans l’alimentation. Le matériau choisi doit être biodégradable et sans conséquence pour l’environnement.
Nuage


Quelles sont les alternatives au plastique?

Une fois épluchées et réduites en jus, les feuilles de cactus donnent naissance à un biopolymère presque aussi solide que du plastique classique. | Thomas Verbruggen via Unsplash

Une fois épluchées et réduites en jus, les feuilles de cactus donnent naissance à un biopolymère presque aussi solide que du plastique classique. | Thomas Verbruggen via Unsplash

Repéré par Odile Romelot

Repéré sur Vice

Champignons, cactus et feuilles de bananier viendront à bout du plastique à usage unique.


Après avoir rendu de bons et loyaux services depuis plus d’un demi-siècle, le plastique est en passe de devenir l’ennemi public n°1. Les images de pailles en plastique dans le nez des tortues de mer, les sacs dans le ventre des animaux marins et les microplastiques devenus incontournables dans le sol, l’eau et notre corps ne jouent pas en sa faveur.

L’heure est à l’innovation pour remplacer cette matière utilisée quotidiennement par sept milliards d’individus. Le défi n’est pas simple. Il faut inventer une alternative qui possède toutes les qualités du plastique, sans son principal défaut: polluer la planète. De l’acide polylactique (PLA) en passant par les champignons et les cactus, plusieurs pistes sont explorées pour remplacer cette matière devenue omniprésente dans nos vies.

Déjà en vogue, le PLA est un polymère biodégradable. On le fabrique généralement à partir d’amidon de maïs, à la suite d’un processus de fermentation. Il possède deux atouts principaux: il provient de sources renouvelables et il est biodégradable. Mais il a le malheur de vivre à la même époque que le PET et le PS, d’autre polymères fabriqués à partir de plastique. PLA, PET et PS ne font pas bon ménage, entravant la biodégradation du premier et le recyclage des seconds lorsque le tri en amont n’a pas bien été effectué.

Cactus et champignons

Plus étonnant encore, le jus de cactus peut également se transformer en biopolymère, comme l’a démontré Sandra Pascoe Ortiz, chercheuse en biotechnologie à l’université del Valle de Atemajac au Mexique. Issu d’une culture qui pousse dans des endroits arides et qui n’a besoin ni d’engrais ni de grandes quantité d’eau pour se développer, le plastique de cactus présente aussi l’avantage de se décomposer au bout de quelques semaines. S’il n’est certes pas aussi résistant que le plastique classique, il peut déjà servir d’emballage jetable pour les produits alimentaires.

De l’autre côté du globe, on repense aussi l’utilisation de matériaux déjà existants, tels que les feuilles de bananier. Au Vietnam, en Thaïlande, aux Philippines et à Bali, des supermarchés ont commencé à emballer de nombreux produits frais dans des feuilles de bananiers qui poussent localement. Cela fait baisser les coûts d’emballage et leur empreinte carbone tout en réduisant le nombre de déchets en plastique qui terminent leur vie dans la nature.

Le clou des innovations réside peut-être chez Meadow Mushrooms, une entreprise néo-zélandaise qui a développé des emballages produits à partir de champignons pour conditionner ses propres champignons. La boucle est bouclée, shiitakes et portobello voyagent désormais en toute fraîcheur et sans trop d’humidité.

http://www.slate.fr/

Le calmar pourrait mettre fin à la pollution par le plastique


8 millions de déchets plastiques se retrouvent chaque année dans les océans ! Comment remédier à ce désastre écologique ? Les scientifiques ont trouvé une réponse grâce à une protéine qui se trouvent dans les ventouses des calmars. Heureusement, on peut le reproduire en laboratoire sans tuer les calamars.
Nuage

 

Le calmar pourrait mettre fin à la pollution par le plastique

 

La solution à la pollution par le plastique dans les océans se retrouve probablement elle-même dans les… océans.

Une protéine que l’on retrouve sur les calmars pourrait servir à fabriquer un matériau qui remplace avantageusement le plastique – et en respectant l’environnement –, estiment des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, tel que le rapporte le périodique Frontiers in Chemistry.

Les ventouses qui se trouvent sur les tentacules des calmars présentent des anneaux de «dents» qui permettent de capturer leurs proies. De ces dernières, sont issues des protéines, les SRT (pour «squid ring teeth») qui ont permis la conception de biopolymères intéressants aux caractéristiques adaptables, et, surtout, biodégradables.

Pas de massacre en vue

Bonne nouvelle: même pas besoin de tuer des calmars pour se les procurer! Imitant ce qu’on observe sur le céphalopode, cette molécule aux propriétés étonnantes est reproduite en laboratoire à l’aide de bactéries modifiées génétiquement.

Le fait que cette découverte propose une alternative durable au plastique est d’autant plus intéressant que chaque année, quelque huit millions de tonnes de déchets se retrouvent dans les océans, rapportait en 2018 la revue Science.

L’alarme a été sonnée à de multiples reprises, et elle semble de plus en plus entendue. Au nombre des arguments qui ont fait réfléchir, on ne compte plus les images de tortues étouffées, d’oiseaux étranglés, de baleines échouées à l’estomac rempli de déchets et de plages recouvertes de détritus. La paille à usage unique est d’ailleurs désormais bannie dans bon nombre de villes et de restaurants pour cette raison.

Cette pollution suscite également des inquiétudes parce que les micromolécules de plastique s’infiltrent partout, y compris dans la chaîne alimentaire.

https://www.tvanouvelles.ca/