Découverte d’une protéine anti-cancer du foie


Le cancer du foie souffrant touche surtout les hommes souffrant déjà d’une cirrhose et cette maladie est souvent découverte trop tard. Un espoir cependant avec la découverte d’une protéine. Elle a l’avantage d’empêcher la prolifération des cellules cancéreuses. Son absence donne une espérance de vie de 2 ans. Cette découverte peut permettre de meilleurs traitements
Nuage

 

Découverte d’une protéine anti-cancer du foie

 

Découverte d'une protéine anti-cancer du foie

Photo Fotolia

Paris | Une protéine ayant le potentiel de ralentir le développement du cancer du foie a été découverte, promettant un diagnostic plus rapide et une survie meilleure, a annoncé mercredi l’université de Bâle (Suisse).

Ce type de cancer touche majoritairement des hommes plutôt âgés qui souffrent déjà d’une cirrhose. Et il n’est souvent repéré qu’à un stade très avancé, amoindrissant l’espérance de vie.

« La protéine, appelée LHPP, empêche la prolifération incontrôlée des cellules cancéreuses dans le foie », a indiqué l’université helvétique dans un communiqué.

L’absence de cette protéine diminue de deux ans la durée de vie des patients. Le traitement à développer consisterait donc à rétablir, par la génétique, la production de cette protéine, chez ceux qui ne l’ont pas.

Autre avantage maintenant que nous la connaissons, d’après les chercheurs:

la détecter « comme biomarqueur pourrait permettre aux cliniciens d’offrir de meilleurs choix de traitement ».

La découverte, publiée dans la revue Nature, a été faite grâce à l’analyse de 4.000 protéines, en comparant tissus sains et tumeurs du foie chez des souris.

L’une d’entre elles s’est dégagée: la LHPP, une enzyme de la famille des phosphatases d’histidine.

« Il est frappant que la LHPP soit présente dans les tissus sains et complètement absente dans les tissus tumoraux », a commenté l’auteur principal de l’étude, Sravanth Hindupur. « De la même manière que sur le modèle de la souris, nous avons également vu une chute frappante des niveaux de LHPP sur les tumeurs des patients atteints d’un cancer du foie », a-t-il ajouté.

http://fr.canoe.ca/

Entraînement: des efforts sans résultats


Quoi de plus frustrant que de voir des gens qui se donnent a l’exercice dans le but de se mettre en forme et de trouver un poids santé alors que certains sont sédentaires, en forme et peuvent faire des efforts sans problème. Pourquoi ? Nos gènes ? Ou bien de changer tout simplement d’exercice ? Ou peut-être les deux ? Comprendre ce mécanisme serait un atout pour une meilleur santé
Nuage

 

Entraînement: des efforts sans résultats

 

Vous vous entraînez régulièrement, mais vous améliorez à peine vos résultats au... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

CATHERINE HANDFIELD
La Presse

Vous vous entraînez régulièrement, mais vous améliorez à peine vos résultats au 5 km? Pire: votre beau-frère, sédentaire assumé, vous dame le pion lors de sa sortie annuelle de vélo? Vous êtes possiblement un «faible répondant» à l’entraînement, peut-être même un «non-répondant». Et vos gènes sont à blâmer.

L’homme qui cherchait des gènes

Dans les années 60 et 70, Claude Bouchard, alors jeune chercheur à l’Université Laval, avait déjà participé à plusieurs projets de recherche, dont certains impliquant des personnes très sédentaires.

Une observation l’intriguait, le fascinait même.

«Il y avait des gens sédentaires qui avaient de très bonnes capacités de travail même s’ils ne faisaient jamais d’exercice. Et d’autres qui faisaient de l’exercice et qui n’arrivaient jamais au niveau de certaines personnes sédentaires», raconte Claude Bouchard, que nous avons joint au Pennington Biomedical Research Center, à Baton Rouge, en Louisiane, où il est titulaire de la chaire John Barton en génétique et nutrition.

Ces différences individuelles dépendent-elles des gènes? se demandait-il. Si oui, quels sont-ils?

«Ça fait presque 50 ans que je travaille sur ces questions-là, et je les trouve toujours aussi fascinantes aujourd’hui qu’elles l’étaient autrefois», confie Claude Bouchard, 77 ans et toujours actif en recherche.

Et après 50 ans, le professeur-chercheur de renommée mondiale a des réponses tout aussi fascinantes à fournir.

Attribuable aux gènes à 50 %

Dans les années 80, Claude Bouchard et ses étudiants à la maîtrise et au doctorat, à l’Université Laval, ont réalisé plusieurs études sur les paires de jumeaux identiques. Leur but: comprendre les différences individuelles dans la réponse à l’entraînement et dans la réponse aux régimes alimentaires.

«Un certain nombre de jumeaux identiques étaient soumis à un entraînement en endurance. D’autres, à un entraînement de type haute intensité par intervalles, explique Claude Bouchard. Dans d’autres cas, on a fait des études de perte de poids ou encore de suralimentation.»

Les chercheurs, dont les études étaient «très contrôlées», en sont venus à la conclusion qu’environ 50 % des différences individuelles étaient compatibles avec une influence des gènes.

Un homme court sur un tapis roulant pour... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 2.0

Un homme court sur un tapis roulant pour mesurer son VO2 max, ou consommation maximale d’oxygène, c’est-à-dire le volume maximal d’oxygène qu’il peut consommer par minute alors qu’il fournit un effort maximal.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

HERITAGE

Claude Bouchard voulait pousser la recherche plus loin. Et pour ce faire, il lui fallait des familles, plusieurs familles.

Le professeur-chercheur natif de Lévis est donc allé cogner à la porte des National Institutes of Health, les institutions gouvernementales aux États-Unis qui s’occupent de la recherche médicale et biomédicale. C’était le début de l’étude HERITAGE, qui a réuni 200 familles et duré une vingtaine d’années.

«On reproduisait essentiellement ce qu’on avait vu dans nos études plus petites chez les jumeaux, mais cette fois avec une population qui nous permettait de poser des questions plus proches des gènes», raconte-t-il.

«Environ la moitié de la variance qu’on avait dans la réponse à l’entraînement était causée par les différences individuelles dans des gènes des participants.»

«Le reste était dû à toutes sortes d’autres choses», explique le chercheur.

Parmi les autres facteurs, il y avait l’âge (2 % de la variance), le sexe (2 %), l’origine ethnique (2 %) et la capacité intrinsèque de travail (VO2 max lorsque sédentaire) (1 %), notamment.

Plusieurs gènes

Il restait une question (et non la moindre) à élucider: quels sont les gènes responsables?

Au départ, indique Claude Bouchard, les recherches n’ont pas été très productives. Au début des années 2000, la technologie de génotypage était incapable de distinguer les petits effets des gènes. Contrairement aux traits déterminés par un seul gène (comme le groupe sanguin), la capacité de travail est déterminée par un très grand nombre de gènes ayant chacun de petits effets.

Il s’est toutefois développé un nouveau type d’analyse plus efficace, qui permet d’identifier des gènes qui contribuent à une petite fraction des différences individuelles. Le hic : pour y parvenir, il faut faire des études sur un très grand nombre de personnes. Et la plus grande étude qui existe dans le domaine est HERITAGE, avec 750 sujets ayant complété le programme.

«On a fait des études avec le peu de sujets qu’on avait. On a quand même fait un criblage du génome et on a retrouvé des indices», explique Claude Bouchard, qui souligne que son équipe pouvait aussi compter sur des biopsies musculaires d’un sous-échantillon de participants à l’étude HERITAGE.

Des gènes différents

Premier constat: les gènes qui expliqueraient les différences individuelles sur le plan de la capacité intrinsèque de travail (VO2 max chez les gens sédentaires) sont différents de ceux qui sont impliqués dans la réponse à l’entraînement (la capacité d’améliorer ses capacités).

Dans le cas de la capacité intrinsèque de travail, ce sont surtout des gènes qui ont trait aux structures et à la masse cardiaque, à la capacité de transport de l’oxygène dans le sang et à la diffusion de l’oxygène du sang vers les cellules musculaires actives, explique Claude Bouchard. Dans le cas de la réponse à l’entraînement, de nouveaux gènes jouent un rôle critique, dit-il. Les sentiers métaboliques impliqués déterminent la qualité de la capacité d’adaptation à l’entraînement physique: régulation de la mort et de la survie cellulaire, réponse immunitaire, régulation de la croissance du muscle cardiaque et des muscles squelettiques, angiogenèse, etc.

«Quand on les aura fermement identifiés, ça pourrait avoir des implications pour la prévention des maladies, peut-être même le traitement de plusieurs types de maladies, souligne Claude Bouchard. Parce que c’est une vraie biologie de survie qui semble être à l’origine de l’adaptation à l’entraînement.»

Qu’est-ce que le VO2 max?

Le VO2 max, ou consommation maximale d’oxygène, est le volume maximal d’oxygène qu’une personne peut consommer par minute lors d’un effort maximal. Il s’agit de la mesure le plus souvent considérée pour déterminer la capacité de travail physique d’un individu.

Vous vous entraînez régulièrement, mais... (Photo André Pichette, La Presse) - image 3.0

AgrandirPHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Qu’est-ce qu’un «non-répondant»?

Bien qu’elles respectent les recommandations en matière d’activité physique, certaines personnes améliorent peu ou pas du tout leur VO2 max ou d’autres caractéristiques cardiométaboliques.

Explications.

8 à 10 % de «non répondants»

Certains engraissent plus facilement que d’autres, d’autres répondent moins bien à certains médicaments.

«Ce n’est donc vraiment pas étonnant que certains répondent plus et d’autres moins à l’exercice physique», souligne Jean-Marc Lavoie, professeur titulaire au département de kinésiologie de l’Université de Montréal.

Les scientifiques ne s’entendent pas sur la définition de «faibles répondants» ou de «non-répondants». «Si on les définit comme ceux qui augmentent leur VO2 max de moins de 5 %, ça va se situer entre 8 et 10 % des gens» qui suivent la recommandation de 150 minutes d’activité physique par semaine, explique Claude Bouchard, titulaire de la chaire John Barton en génétique et nutrition au Pennington Biomedical Research Center.

Plusieurs facteurs

Il existe aussi des gens qui n’arriveront pas à améliorer d’autres caractéristiques cardiométaboliques en faisant de l’exercice: la tension artérielle, le bon cholestérol, les triglycérides sanguins, etc. Mais attention:

«La réponse d’une caractéristique particulière à une dose d’exercice donnée ne signifie pas que ce sera la même chose pour une autre caractéristique», précise Robert Ross, professeur à l’École de kinésiologie et d’études de santé de l’Université Queen’s.

Dans l’étude HERITAGE, seuls 2 des 750 sujets étaient de mauvais répondants pour quatre caractéristiques cardiométaboliques, souligne Claude Bouchard.

«L’exercice touche presque 100 variables; c’est presque impossible qu’une personne ne réponde à rien», souligne Antony Karelis, professeur au département des sciences de l’activité physique à l’UQAM.

Essayer un autre exercice

Aux yeux de Jean-Marc Lavoie, on ne peut pas vraiment affirmer qu’une personne ne répond pas à l’exercice physique.

«C’est plus long, c’est plus faible comme réponse, mais ça répond», dit-il. «En fait, indique Robert Ross, tout ce que ça dit, c’est que peut-être que pour vous, pour améliorer cette caractéristique en particulier, il faudrait essayer une autre dose d’exercice.»

Dans une étude publiée en 2015 dans la revue médicale Mayo Clinic Proceedings, Robert Ross et ses collègues ont montré qu’en augmentant l’intensité de l’exercice, on pouvait diminuer, même éliminer les non-répondants.

«Si tous les Canadiens respectaient les recommandations en matière d’activité physique, on serait en bien plus grande forme, économiquement, physiquement et mentalement, dit-il d’emblée. Mais on commence à voir qu’un seul programme ne peut convenir à tous.»

Vers une médecine sportive personnalisée

On en est encore loin, bien loin, estime Robert Ross, mais peut-être pourra-t-on un jour prescrire un programme d’entraînement physique personnalisé en fonction des prédispositions génétiques de chaque personne.

«Nous serons peut-être un jour capables de mesurer des biomarqueurs qui signaleront si une personne est susceptible ou non de répondre à certaines stratégies relatives au mode de vie», dit-il. «Ceux dont on prédit qu’ils seront de mauvais répondants, on les suivrait de près. Et si, de fait, ils sont de mauvais répondants, on tenterait de compenser par d’autres approches», illustre Claude Bouchard.

Un immense projet de recherche

Lancé en janvier par l’ensemble des National Institutes of Health (NIH) aux États-Unis, le MOTRPAC est le plus gros projet de recherche réalisé dans le domaine de l’exercice. Le projet va coûter 200 millions US, durer 8 ans et impliquer 3000 participants.

«Ça va nous donner un compendium détaillé de toutes les molécules qui bougent lorsqu’on fait de l’exercice et lorsqu’on fait de l’entraînement en endurance ou en résistance, explique Claude Bouchard. L’activité physique est l’un des comportements les plus salutaires pour prévenir les morbidités, les maladies et la mort prématurée. Si on connaît les mécanismes en cause, peut-être qu’on va pouvoir en faire bénéficier encore plus de gens.»

http://www.lapresse.ca

Un test sanguin pour détecter le risque d’apparition d’Alzheimer


C’est une avancée importante pour détecter l’apparition de la maladie d’Alzheimer. C’est sûr que savoir que nous aurons cette maladie n’est pas très gai sauf que sachant ce qui permet de détecter cette maladie, peut-être que les prochaines avancées permettront de reculer ce déclin
Nuage

 

Un test sanguin pour détecter le risque d’apparition d’Alzheimer

 

Des chercheurs américains ont développé un nouveau test sanguin permettant de... (PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK)

PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK

Agence France-Presse
PARIS

Des chercheurs américains ont développé un nouveau test sanguin permettant de repérer de manière efficace les personnes susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer au cours des trois années suivantes, selon une étude publiée lundi.

Décrit dans la revue médicale Nature Medicine, le test sanguin permettrait de prédire l’apparition de la maladie, avec une précision atteignant les 90 %.

Basé sur l’identification de dix lipides (graisses) dans le sang, le test pourrait faire l’objet d’essais cliniques dans deux ans, précisent les chercheurs.

«Notre nouveau test sanguin offre la possibilité d’identifier les personnes à risque de déclin cognitif progressif et peut changer la manière dont les patients, leurs familles et les médecins traitants envisagent de gérer la maladie», souligne le Dr Howard J. Federoff, le principal auteur de l’étude, qui enseigne à l’Université Georgetown (États-Unis).

Plus de 35 millions de personnes souffrent actuellement dans le monde d’Alzheimer, une maladie neurodégénérative contre laquelle il n’existe toujours pas de traitement efficace.

Leur nombre devrait selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) doubler tous les 20 ans pour atteindre 115 millions de personnes en 2050.

Des travaux sont en cours depuis de nombreuses années pour tenter d’identifier des biomarqueurs précoces, lorsque cette maladie est encore asymptomatique, et pour pouvoir intervenir le plus tôt possible afin de ralentir le déclin cognitif.

Divers tests sanguins ont été mis au point ces dernières années pour diagnostiquer ou dépister précocement la maladie d’Alzheimer, basés notamment sur des biomarqueurs liés à des gènes de prédisposition, des protéines ou des enzymes.

Les neurologues américains ont découvert l’intérêt des lipides en surveillant la composition sanguine de 525 personnes de plus de 70 ans en bonne santé pendant une durée de cinq ans.

Au bout de trois ans, ils ont comparé un groupe de 53 personnes ayant développé une forme précoce d’Alzheimer ou des problèmes cognitifs à un groupe témoin de 53 personnes non atteintes et ont découvert que le niveau de dix lipides était plus bas chez les premières que chez les secondes. Les chercheurs ont ensuite reproduit le résultat en aveugle chez des malades confirmés d’Alzheimer comparés à des personnes non atteintes «avec un taux de précision de 90 %».

«C’est une étape majeure vers la commercialisation de biomarqueurs précliniques de la maladie qui pourraient permettre un dépistage à grande échelle des personnes à risques», souligne le Dr Federoff qui espère que son test facilitera à terme la mise au point «d’un traitement permettant de retarder ou de prévenir la maladie».

http://www.lapresse.ca/

Bientôt un test sanguin pour détecter la schizophrénie?


Cela si c’était possible,  imaginer l’avancé en matière de santé mental de pourvoir prendre très tôt la maladie de la  schizophrénie. Probablement qu’on pourrait espérer des traitements pour eux Il semble donc que nous ne sommes pas très d’un diagnostique précoce
Nuage

 

Bientôt un test sanguin pour détecter la schizophrénie?

 

© Shutterstock

La schizophrénie pourrait éventuellement être diagnostiquée par un simple test sanguin.

Une équipe du Karolinska Institute a trouvé un biomarqueur de la schizophrénie dans le sang des patients atteints.

On constate un changement épigénétique chez les malades, ce qui permettrait d’évaluer l’âge de l’apparition de la maladie ainsi que sa gravité.

Cette découverte permet maintenant le développement d’un test de sang qui pourrait non seulement aider à diagnostiquer la maladie très tôt, mais aussi effectuer le suivi pour mesurer l’efficacité des traitements.

«Les résultats de cette étude suggèrent que les mécanismes épigénétiques sont d’une grande importance dans la maladie mentale et qu’ils peuvent aussi être liés à l’âge au début de la maladie», explique l’auteur principal de l’étude, le professeur Tomas Ekström, au Faseb Journal.

Rappelons que la schizophrénie affecte 1 % de la population, et que les risques sont encore plus importants lorsqu’il y a des antécédents familiaux.

http://sante.canoe.com

Pourquoi le virus de la rougeole est si contagieux


Mieux comprendre la rougeole et pourrait peut-être améliorer les traitement contre certains cancer
Nuage

Pourquoi le virus de la rougeole est si contagieux

Pourquoi le virus de la rougeole est si contagieux
Photos.com

Agence France-Presse

Le moyen dont se sert le virus de la rougeole pour se propager très rapidement par voie aérienne d’un individu à l’autre vient d’être identifié, selon des travaux rendus publics mercredi.

Cette découverte pourrait avoir des implications dans le traitement de certains cancers.

L’identification du moyen utilisé par le virus, un récepteur clé situé dans la trachée, fait l’objet d’une lettre descriptive publiée par la revue britannique scientifique Nature.

Ce récepteur, une protéine appelée nectine-4, est déjà connu pour être un biomarqueur de certains cancers comme ceux du sein, de l’ovaire ou du poumon, souligne Marc Lopez, chercheur de l’Inserm (Centre de recherche en cancérologie, Marseille, France) membre de l’équipe internationale à l’origine de ces travaux.

Le virus de la rougeole est un des pathogènes humains les plus contagieux – une personne infectée peut contaminer jusqu’à 20 personnes non protégées – et peut entraîner de graves complications, parfois mortelles. Il est transmis d’hôte à hôte principalement par voie aérienne (postillons, éternuements…).

Sa propagation rapide dans les populations à risque (non ou mal vaccinées ou n’ayant pas contractée la maladie) gêne les programmes de vaccination visant à l’éradiquer de la planète.

La rougeole est responsable de plus de 10 millions d’enfants malades et 120 000 décès par an dans le monde.

En France, on assiste à une épidémie préoccupante avec déjà 14 600 cas recensés depuis le début de l’année 2011 (contre une quarantaine/an en 2006 et 2007). On dénombre ainsi en France 1,5 million de sujets pas immunisés et donc susceptibles d’être infectés parmi les 6 à 29 ans, selon le Dr Christine Saura de l’Institut français de veille sanitaire (InVS).

«Le virus de la rougeole a développé une stratégie d’une diabolique élégance, note Roberto Cattaneo de la Mayo Clinic, responsable de l’étude.

Le virus infecte les cellules immunitaires qui patrouillent au niveau des poumons pour entrer et se propager dans l’organisme.

L’étude montre, pour la première fois, comment le virus de la rougeole «sort» de son hôte en utilisant un autre récepteur, la «nectine-4».

Or cette dernière se trouve spécifiquement dans la trachée. Ainsi, le virus émerge de son hôte infecté exactement à l’endroit nécessaire pour faciliter la contagion, relève le chercheur américain.

Une souche vaccinale modifiée (non pathogène) du virus de la rougeole fait actuellement l’objet d’essais pour traiter des cancers, notamment aux États-Unis. En effet, ce virus est capable de détruire des cellules cancéreuses.

«À présent, l’idée serait de prendre en compte la présence ou non de ce biomarqueur, la nectine-4, chez les patients pour améliorer l’efficacité de ces thérapies innovantes à base du virus modifié», explique Marc Lopez.

«Ce biomarqueur est présent dans environ 50% des cancers du sein et de l’ovaire et 80% des cancers du poumon», ajoute-t-il.

http://www.cyberpresse.ca