Bébé bilingue apprend la grammaire dès le 7e mois


Même si je veux protéger la langue française au Québec, je crois que les enfants ont grand intérêt d’apprendre dès le berceau au moins deux langues.
Nuage

 

Bébé bilingue apprend la grammaire dès le 7e mois

 

Un bébé

Photo :  iStockphoto

Les bébés qui évoluent dans un environnement bilingue apprennent rapidement la grammaire de leurs deux langues maternelles, affirment des chercheuses française et canadienne qui en ont également expliqué la manière.

Selon Judit Gervain et Janet Werker, respectivement des universités Paris Descartes et de la Colombie-Britannique, les bébés utilisent la hauteur et la durée des sons pour distinguer deux langues dont les structures grammaticales sont très différentes, comme l’anglais et le japonais.

Ces travaux établissent que ces bébés relèvent ce défi en utilisant des indices prosodiques pour différencier les deux langues, et ce, dès l’âge de 7 mois.

Le saviez-vous?

La prosodie est l’ensemble des caractéristiques du langage oral comme le rythme, l’accent ou l’intonation.

« En anglais par exemple, les mots « the » et « with » reviennent beaucoup plus souvent que d’autres mots. Les bébés apprennent essentiellement en comptant. Mais les bébés qui grandissent dans un milieu bilingue ont besoin de plus d’indices, ils développent donc d’autres stratégies que les bébés monolingues n’ont pas besoin d’utiliser. » — Judit Gervain, Université Paris Descartes

L’étude

Le duo de chercheuses a observé des bébés âgés de 7 mois qui participaient à des expériences de grammaire artificielle. Ils se familiarisaient avec un flux de parole avec des détails prosodiques, comme la hauteur et la durée.

Il a noté le temps que chaque enfant passait à regarder des panneaux, derrière lesquels des haut-parleurs émettaient les différents sons, et a déduit que ces bébés arrivaient à distinguer deux langues selon leurs structures grammaticales.

Selon les chercheuses, la difficulté à apprendre deux langues serait contournée par la capacité des enfants bilingues à exploiter des indices pertinents.

Cette recherche permet aussi de conclure que de simples détails facilement perceptibles peuvent révéler les structures grammaticales d’une langue. Cette réalité expliquerait comment et pourquoi les enfants apprennent la grammaire si aisément, et ce, dès le plus jeune âge.

« Si vous parlez deux langues à la maison, ne vous inquiétez pas pour l’acquisition du langage de votre enfant. Votre bébé est tout à fait capable de distinguer ces deux langues et d’apprendre facilement leurs structures grammaticales ! » — Judit Gervain

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Communications.

http://www.radio-canada.ca

Parler deux langues serait bénéfique pour le cerveau


J’aimerais bien parler minimum deux langue .. non 3, non 4  .. oui 4 langue. ca l’anglais serait plus utile mais moins intéressante que les autres mais bon … Ceci dit, les anglais au Canada aurait donc un avantage d’apprendre le français … non ???
Nuage

 

Parler deux langues serait bénéfique pour le cerveau

 

Plusieurs sources, dont topsante.com, rapportent une étude qui trace un lien entre la maîtrise de plusieurs langues et les performances cérébrales.

On parle d’au moins une seconde langue, comme parler l’anglais pour un francophone, ou l’inverse. Selon les chercheurs de l’Université du Kentucky, qui parlent de « flexibilité cognitive », le fait d’être bilingue (ou trilingue, pourquoi pas) aurait un réel impact sur le lobe cérébral frontal.

Ces variations et optimisations cognitives seraient observables de façon croissante tout au fil de la vie d’un individu qui parle plus d’une langue, toujours selon l’étude publiée dans la plus récente édition duJournal of Neuroscience.

Pour prouver ces dires, les chercheurs américains ont étudié les cas de 110 personnes (de 60 à 88 ans) à qui l’on faisait passer une série de tests afin d’évaluer cette fameuse « flexibilité cognitive ».

Les chercheurs ont pu constater que les sujets bilingues passaient les tests avec plus de facilité, en plus de dépenser moins d’énergie en le faisant (évalué sur le cortex préfrontal).

Plus étonnant encore, cette étude s’ajoute à une récente publication qui prétendait que le bilinguisme serait excellent dans la prévention de certaines maladies comme l’Alzheimer et la démence.

http://fr.canoe.ca