Les archéologues révèlent un nouveau trésor dans les ruines de Pompéi


    Pompéi est encore un endroit plein de mystère et dévoile encore ses secrets avec d’autres questions à chaque découverte. Une boite de bois en mauvais état a pu quand même conserver un trésor qui aurait probablement appartenu a une servante ou une esclave
    Nuage


    Les archéologues révèlent un nouveau trésor dans les ruines de Pompéi

  • Les archéologues révèlent un nouveau trésor dans les ruines de PompéiDans une maison de la Regio V, les archéologues ont découvert les restes d’une boite en bois contenant de nombreux objets.© Parco Archeologico di Pompei

      Par Emeline Férard –

      Les archéologues révèlent un nouveau trésor dans les ruines de Pompéi

        Les archéologues qui mènent des fouilles dans les ruines de Pompéi ont fait une nouvelle découverte. Dans la zone appelée Regio V, ils ont mis au jour une vaste collection d’objets, incluant des bijoux et des amulettes, qui pourraient faire partie d’un « trésor de sorcière ».

        Les fouilles se poursuivent et les découvertes s’enchainent à Pompéi. Après avoir dévoilé une fresque de Narcisse et les ruines d’un « fast-food » vieux de 2.000 ans, c’est un nouveau trésor que les archéologues ont mis au jour dans l’antique cité. Une vaste collection d’objets qui pourraient, selon Massimo Osanna, directeur général du Parc archéologique de Pompéi, faire partie d’un « trésor de sorcière ».

        La découverte a eu lieu dans la zone appelée Regio V, étendue sur 21 hectares, où de nouvelles recherches ont démarré depuis plusieurs mois. Les objets sont apparus dans l’une des pièces d’une maison appelée Casa del Giardino. C’est dans ce même bâtiment qu’en octobre dernier, les archéologues ont révélé une inscription remettant en cause la date de l’éruption du Vésuve qui a dévasté Pompéi.

        Des miroirs, des pierres précieuses et des amulettes

        Le « trésor » en question se trouvait dans les restes d’une boite en bois. Le matériau s’étant complètement décomposé, il n’en demeurait plus que les charnières en bronze, préservées au fil des siècles par les cendres volcaniques. Mais son contenu a été retrouvé dans un remarquable état. Parmi les nombreux objets, les archéologues ont identifié deux miroirs, des pièces d’un collier ainsi que des éléments en faïence.

        Ils ont également trouvé plusieurs pierres précieuses, notamment une améthyste et une cornaline gravées, de l’ambre, des fragments d’os, une petite figurine humaine ainsi que des amulettes de forme phallique et en forme de scarabée. Autre élément de la collection : un disque de verre affichant ce que les spécialistes pensent être une figure gravée de Dionysos, le dieu romain de la vigne, de la fertilité et de la folie.

        Ce fragment de verre porte une gravure qui représenterait un satyre dansant ou peut-être Dionysos, le dieu romain de la vigne, de la fertilité et de la folie. – Parco Archeologico di Pompei

        D’après les archéologues, la qualité de l’ambre et des fragments de verre découverts confirme que la maison devait abriter un individu de haut rang. Toutefois, l’absence d’or – un matériau très apprécié à l’époque des riches habitants de Pompéi – suggère que le trésor pourrait ne pas appartenir au propriétaire mais plutôt à une servante ou une esclave, a expliqué Massimo Osanna à l’agence italienne ANSA.

        Plus intéressant encore, la fonction des objets n’était peut-être pas ornementale. Les archéologues ont en effet relevé que plusieurs des artéfacts pouvaient être vus comme des porte-bonheur tandis que d’autres pourraient avoir servi à se protéger de la malchance.

        Les colliers par exemple, pourraient ainsi « avoir été portés durant des rituels plutôt que dans le but d’avoir l’air élégant », a précisé le directeur.

        Outre la protection contre la malchance, il s’agissait peut-être de rituels de fertilité, de séduction ou encore de rituels visant à attirer de bons présages pour une future grossesse ou naissance. Le « trésor de sorcière » n’est cependant qu’une hypothèse émise par les archéologues. Une théorie qui reste pour le moment difficile à confirmer.

        Dix victimes découvertes

        Une seconde découverte réalisée dans la Casa del Giardino pourrait néanmoins aider à en savoir plus sur la mystérieuse collection. Dans la même maison, l’équipe de fouilles a en effet révélé une pièce contenant dix victimes parmi lesquelles des femmes et des enfants figés par les cendres.

        « Peut-être que la précieuse boite appartenait à l’une de ces victimes », a avancé Massimo Osanna dans un communiqué.

        Là encore, difficile de le déterminer alors qu’on ignore tout de l’identité des individus. Des analyses ADN vont être menées pour en savoir plus et notamment pour établir s’il existait des liens de parenté entre les différentes victimes. Parallèlement, les spécialistes ont également commencé à étudier les symboles et les iconographies associés aux objets afin de mieux comprendre leur signification et leur fonction.

        La collection d’objets contenait également un petit crane sculpté et des amulettes de scarabée. – Parco Archeologico di Pompei

        Bien que ses secrets restent à élucider, cette collection livre d’ors et déjà un aperçu précieux sur le passé de Pompéi et surtout sur la catastrophe qui a frappé ses habitants en l’an 79.

        « Ce sont des objets du quotidien de l’univers féminin et ils sont extraordinaires parce qu’ils racontent des micro-histoires, des biographies des habitants de cette ville qui ont essayé d’échapper à l’éruption », a commenté le directeur.

        Les bijoux retrouvés dans la Casa del Giardino seront prochainement présentés, aux côtés d’autres artéfacts pompéiens similaires, dans une exposition intitulée « Vanity » consacrée aux bijoux des Cyclades, de Pompéi et d’autres sites italiens.

        https://www.geo.fr/

    Cet étrange verre jaune décou­vert au Sahara a été formé par une météo­rite


    Les météorites ne font pas juste détruire, ils créer des pierres uniques lors de leur impact sur la Terre. Le pharaon Toutankhamon a d’ailleurs eu des bijoux ornés de cet étrange verre jaune.
    Nuage


    Cet étrange verre jaune décou­vert au Sahara a été formé par une météo­rite

    Crédits : Mark Riddick

    par  Mathilda Caron

    Les mystères de l’ori­gine du verre libyque, un éton­nant miné­ral jaune trans­lu­cide que l’on trouve dans la partie orien­tale du Sahara, ont enfin été percés. 

    Des cher­cheurs de l’uni­ver­sité Curtin, en Austra­lie, révèlent dans une nouvelle étude qu’il a été créé par l’im­pact d’une météo­rite il y a 29 millions d’an­nées, rappor­tait Sky News le 16 mai.

    Il exis­tait jusqu’ici deux hypo­thèses quant à son exis­tence.

    « La ques­tion de savoir si le verre s’est formé lors de l’im­pact d’une météo­rite ou lors d’une explo­sion aérienne faisait l’objet d’un débat perma­nent depuis des années », explique le géologue Aaron Cavo­sie. « Les impacts de météo­rites et les explo­sions aériennes peuvent causer la fonte, mais seuls les impacts de météo­rites créent des ondes de choc qui forment des miné­raux à haute pres­sion », tel que le verre libyque.

    C’est la présence dans les échan­tillons préle­vés de traces de reidite, un cris­tal rouge extrê­me­ment rare qui se forme unique­ment lors d’im­pacts météo­riques, qui a achevé de convaincre les cher­cheurs de son origine cosmique. L’étrange verre jaune est dispersé sur des dizaines de kilo­mètres dans l’est du Sahara, en Libye et en Égypte. Il a été retrouvé dans des bijoux anciens, notam­ment ceux que portait du pharaon Toutan­kha­mon.

    Source : Sky News

    https://www.ulyces.co/

    Le braconnage des éléphants pour leur peau s’intensifie en Birmanie


    Le braconnage des éléphants, mais aussi pour leur peau pour en faire des bijoux ou encore et toujours pour la médecine traditionnelle chinoise. Je trouve qu’une médecine qui cause l’extinction d’une espèce est une mauvaise médecine. Et cette excuse commence à devenir lassant et choquant
    Nuage

     

    Le braconnage des éléphants pour leur peau s’intensifie en Birmanie

     

    Peau d'éléphant

    Une peau d’éléphant vendue dans une boutique souvenir en Birmanie.

    © ROMEO GACAD / AFP

    En moins de 10 ans, le braconnage des éléphants d’Asie pour leur peau s’est intensifié en Birmanie, révèle une ONG dans un rapport.

    Le nouveau marché chinois en ligne consacré à la peau d’éléphant menace la survie de l’espèce Elephas maximusdéjà en menacée d’extinction selon l’UICN – en Birmanie, où le braconnage s’intensifie pour répondre à la demande, a prévenu le 24 avril 2018 l’ONG britannique Elephant Family. La peau des éléphants est broyée et utilisée pour des traitements de médecine chinoise ou vendue pour en faire des bijoux, a-t-elle expliqué dans son étude intitulée « Ecorchés : l’appétit croissant pour les éléphants d’Asie » et présentée à Bangkok. Contrairement au braconnage pour l’ivoire, le commerce de la peau ne fait aucune distinction entre les sexes et les âges chez les éléphants.

    59 carcasses trouvées en 2017 contre 4 en 2010

    Tous sont susceptibles d’être concernés.

    « Cela signifie qu’aucun éléphant n’est en sécurité. La Birmanie perd trop d’éléphants et trop vite », a déclaré Belinda Stewart-Cox, responsable de l’ONG. « Les populations d’éléphants d’Asie sont de plus en plus fragmentées et fragiles. Un marché qui cible tous les éléphants, quel que soit leur âge. Il peut conduire à un désastre pour cette espèce menacée à la reproduction lente », poursuit-elle dans un communiqué.

    Il resterait dans ce pays d’Asie du Sud-Est, quelque 2.000 éléphants sauvages, deuxième plus grande population de la région après la Thaïlande. Mais le braconnage s’est développé très rapidement ces dernières années et les contrôles sont quasiment inexistants. En outre, les associations dénoncent le laxisme des autorités. En 2017, 59 carcasses d’éléphants ont été trouvées, contre seulement quatre en 2010, selon les statistiques gouvernementales citées dans le rapport. La plupart des éléphants, qui représentent l’une des dix espèces animales en voie de disparition de Birmanie, sont tués ou passés en contrebande en Thaïlande où ils sont utilisés pour le tourisme. Chasser un animal en voie de disparition est illégal en Birmanie, pays signataire de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites) mais l’amende maximale est inférieure à 60 dollars et les poursuites sont exceptionnelles…

    https://www.sciencesetavenir.fr/

    Le fer de l’âge du bronze serait bien d’origine extraterrestre


    Cela me fait sourire, car il y a des écrits autour des années 600 après JC que le fer viendrait de l’espace et beaucoup on contesté. Aujourd’hui, on constate que des objets fait en fer ne viennent de mines de fer, mais bel et bien de l’espace, enfin depuis 2016 avec l’étude des objets de Toutankhamon
    Nuage

     

    Le fer de l’âge du bronze serait bien d’origine extraterrestre

     

    Xavier Demeersman
    Journaliste

     

    Récemment, il a été montré que le fer de la dague de Toutankhamon est d’origine extraterrestre. Mais cet objet datant de l’âge de bronze, était-il un cas rare ? Ou sont-ils nombreux à avoir été réalisés avec du fer venu de l’espace ?

    Dès l’âge du bronze, et bien avant l’âge du fer qui a débuté 1.200 ans environ avant Jésus-Christ, l’Homme a façonné des objets en fer. Ceux-ci ne sont certes pas très nombreux et leur rareté en faisait des biens très précieux. La dague de Toutankhamon est l’un des plus connus d’entre eux. Et d’ailleurs, en 2016, il a été mis en évidence que l’objet avait été forgé avec du fer d’origine extraterrestre, c’est-à-dire issu de météorites.

    La dague de Toutânkhamon a été forgée dans du fer extraterrestre !

     

    Mais est-ce un cas exceptionnel ou au contraire une généralité pour les bijoux et les armes en fer de cette période ? Pour répondre à cette question qui taraude les experts, Albert Jambon, chercheur à l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (CNRS, UPMC, IRD, Muséum national d’histoire naturelle) a fait parler plusieurs artefacts.

    Des bijoux et des armes en fer extraterrestre

    La réponse, publiée dans le Journal of Archaeological Science, est sans équivoque : ils sont tous forgés à partir de fer extrait de météorites. Pour le découvrir, le chercheur a procédé à des analyses avec un spectromètre à fluorescence X sur des objets de différentes origines géographiques : entre autres, la dague, le bracelet et l’appuie-tête de Toutankhamon (-1350), des perles en fer (-3200) trouvées à Gerzeh en Égypte, une dague (-2500) découverte à Alaca Höyük en Turquie, un pendentif (-2300) d’Umm el Marra, Syrie, une hache (-1400) d’Ugarit, également de Syrie et plusieurs de la dynastie

    Leur provenance a été trahie par leur teneur en nickel. En effet, des traces de nickel et de cobaltvsubsistent dans les pierres tombées du ciel, plus particulièrement dans les météorites ferreuses qui sont issues des fragments d’embryons planétaires où les matériaux les plus lourds migraient vers le noyau. Sur Terre, le nickel a pour l’essentiel coulé vers le centre. Donc, en retrouver dans ces objets de l’âge du bronze signifie qu’il ne provient pas de mines mais de l’espace.

    Autre argument en faveur de l’origine extraterrestre : le fer des météorites est à l’état de métal, prêt à l’emploi, ce qui n’est pas le cas de celui extrait des mines terrestres. Avec ce dernier, il faut extraire l’oxygène, ce qui devint possible et se généralisa à… l’âge du fer.

    http://www.futura-sciences.com

    Diamant: 57 millions de dollars pour une paire de boucles d’oreilles, record mondial


    Je peux comprendre que des personnes aiment des bijoux et paient très cher. Cependant, 57 millions de dollars pour une paire d’oreilles, je trouve cela exagéré,  surtout que ce n’est que des pierres qu’on estime une valeurs .. sinon elles seraient juste belles, enfin chacun ses valeurs.
    Nuage

     

    Diamant: 57 millions de dollars pour une paire de boucles d’oreilles, record mondial

     

    Des boucles d’oreilles formées de deux spectaculaires diamants bleu et rose, présentées comme « les plus importantes boucles d’oreilles jamais proposées aux enchères », ont été vendues mardi soir à Genève pour plus de 57 millions de dollars, un record mondial, a annoncé la maison de ventes Sotheby’s.

    Les deux pierres étaient offertes en deux lots séparés, car à l’origine, elles étaient montées en bague. Elles ont été achetées par un même enchérisseur basé en Asie.

    La première boucle d’oreille, baptisée « Apollo Blue », estimée entre 38 millions et 50 millions de dollars (36 et 47 millions d’euros), a été vendue, frais compris, pour 42,087 millions de dollars (près de 38 millions d’euros).

    Le diamant rose, baptisé « Artémis Pink », qui était estimé entre 12,5 millions et 18 millions de dollars (12 et 17 millions d’euros), est partie à 15,33 millions de dollars (13,82 millions d’euros) à l’issue de longues enchères.

    Certifié « Fancy Vivid Blue » par l’Institut américain de gemmologie (GIA) et pesant 14,54 carats, « Apollo Blue » est le plus gros diamant de sa catégorie jamais offert aux enchères. La pierre a été taillée et polie pour lui donner une forme de poire.

    Pesant 16,00 carats et certifié « Fancy Intense Pink », le diamant « Artémis Pink » est d’une taille poire qui correspond à celle d’« Apollo Blue ». Selon le GIA, il fait partie des diamants « les plus chimiquement purs », ce qui, selon les experts, donne à ce type de pierre une très forte transparence optique.

    http://www.ladepeche.fr/

    Trucs Express ► 5 usages du dentifrice dont vous ignoriez sans doute l’existence.


    Le dentifrice est très important pour nos dents, mais il peut aussi servir pour certain nettoyage
    Nuage

     

    5 usages du dentifrice dont vous ignoriez sans doute l’existence.

     

    Nous utilisons tous du dentifrice, mais il dispose d’étonnantes propriétés qui le rendent efficace pour bien d’autres choses que simplement blanchir vos dents. Lisez la suite pour voir ces 15 usages du dentifrice qui vous rendront certainement la vie plus facile.

    1. Purifier les bouteilles.

    15_usages_du_dentifric_dont-02

    Les bouteilles en plastique et les thermos qui sont inlassablement réutilisés finissent par sentir mauvais. Les laver avec du détergent et de l’eau n’est pas un remède efficace, mais le dentifrice élimine mieux les odeurs que tout le reste. Brossez simplement l’intérieur du récipient avec du dentifrice et placez-le dans le lave-vaisselle.

    2. Faire briller les diamants et l’or.

    15_usages_du_dentifric_dont-03

    Il n’existe que peu de nettoyants qui peuvent faire briller les bijoux comme le fait le dentifrice. Frottez-les simplement avec du dentifrice en utilisant une brosse à dents à poils souples, rincez-les à l’eau avant que le dentifrice ne sèche et lustrez-les avec un chiffon. Faites attention de ne pas utiliser cette technique sur les perles, car les abrasifs présents dans le dentifrice peuvent rayer leur surface.

    3. Éliminer les taches.

    15_usages_du_dentifric_dont-04

    Le dentifrice peut venir à bout des taches les plus difficiles sur vos vêtements préférés. Les taches de rouge à lèvres sur les cols, les taches de jus sur les t-shirts et la sauce tomate sur la nappe. Appliquez simplement un peu de dentifrice directement sur la tache, frottez vigoureusement et passez-le à la machine. Faites attention de ne pas utiliser du dentifrice blanchissant sur des vêtements colorés.

    4. Raviver des phares.

    15_usages_du_dentifric_dont-05

    La couverture des optiques se salit et se raye au fil du temps, réduisant la luminosité des phares. Nettoyez-la d’abord au savon et à l’eau, puis polissez-la avec du dentifrice et un tampon de polissage ou un chiffon.

    http://bridoz.com/

    Cette marque de bijoux a personnalisé la commande d’Ivanka Trump


    Je trouve cela tellement génial comme réaction à une commande de Ivanha Trump sur Internet pour un bijou. C’est très poli et tout en vendant leur bijou à la fille de Donald Trump, les responsables affirment clairement leur position politique
    Nuage

     

    Cette marque de bijoux a personnalisé la commande d’Ivanka Trump

     

    Ivanka, la fille de Donald Trump, a pris une place si importante dans la campagne de son père que certains se demandent même si ce ne serait pas elle la véritable first ladydu milliardaire. Un engagement politique qui suit la femme d’affaires de 34 ans partout, même quand il s’agit de commander des bijoux sur Internet.

    Une marque new-yorkaise a reçu une commande de la fille du candidat républicain et en a profité pour faire passer un message. Mercredi, les deux fondatrices de la marque indépendante Lady Grey ont publié sur Instagram le petit mot manuscrit qu’elles ont inclus dans le colis à destination d’Ivanka Trump.

    « Chère Ivanka,

    Merci beaucoup pour votre commande en ligne! Nous sommes heureuses de vous annoncer que les recettes de cette vente ont été généreusement données au American Immigration Council, à l’organisation Everytown pour le contrôle des armes à feu, et à la campagne d’Hillary Clinton. Nous espérons que vous aimerez votre nouveau bijou d’oreille Lady Grey. »

    « Même si on était flatté de recevoir une commande d’Ivanka Trump, nos positions sociales et politiques sont à l’opposé de celles de la campagne de Donald Trump, a indiqué une porte parole de la marque au Huffington Post américain. Quand on a reçu la commande, on s’est immédiatement senti obligé de donner l’argent à quelques organisations qui sont plus en accord avec nos convictions. »

    « [Nous] pensons que tout le monde peut avoir une influence, petite ou grande, en soutenant activement les causes en lesquelles ils croient » ajoute-t’elle.

    Le bijou en question est un « ear cuff », un bijou d’oreille qui se met autour du lobe supérieur, qui existe en version dorée ou argentée.

    http://quebec.huffingtonpost.ca/