Le Saviez-Vous ► Le changement d’heure : on avance ou on recule?


On ne veut pas que l’hiver s’installe trop vite, alors on recule l’heure en fin de semaine au Québec. En Europe, ils l’ont fait la semaine dernière. Le changement d’heure ne fait pas le bonheur de tous, mais il été instauré puis abandonné et repris pendant les guerres mondiales et abandonnées et repris pour devenir une norme dans plusieurs pays.
Nuage

 

Le changement d’heure : on avance ou on recule?

 

Un texte de Ève Christian

L’un de ces deux moments de l’année qui créent souvent la confusion est revenu. On gagne ou on perd une heure cette fois-ci?

Saviez-vous que l’un des initiateurs du changement d’heure serait Benjamin Franklin? En 1784, il lui est venu cette idée pour économiser l’énergie en rentabilisant la lumière solaire. Il a fallu attendre la fin du 19e siècle pour que cette pratique devienne officielle.

Cette idée ne plaît pas à tous

La plus forte opposition vient des agriculteurs. Si on change ainsi l’heure, leurs journées de travail sont plus longues, car ils ne peuvent pas commencer les travaux agricoles trop tôt en raison de la rosée encore bien présente au sol. Et il semble que ce ne soit pas une bonne idée de changer les habitudes de traite des vaches. Elles s’adaptent difficilement et font des montées de lait!

Une femme trait une vache pendant qu’un homme tient la bête par une corne.

Une femme trait une vache pendant qu’un homme tient la bête par une corne.   PHOTO : BANQ ROUYN-NORANDA, FONDS CANADIEN NATIONAL

Au service des guerres mondiales

C’est la Première Guerre mondiale qui donne le coup d’envoi pour avancer l’heure au printemps. L’importance d’économiser l’électricité et de bénéficier d’un surplus d’énergie pour fabriquer les munitions ou d’autres fournitures militaires a priorité sur la grogne des fermiers. Le Canada, l’Allemagne, l’Angleterre et les États-Unis avancent donc d’une heure au printemps. Mais cette pratique cause tellement de débats qu’à la fin de la guerre le gouvernement ramène tout le monde à l’heure normale.

Entre les deux guerres, c’est un peu à la va-comme-je-te-pousse. Indépendamment les unes des autres, les municipalités décident par référendum de passer à l’heure avancée durant l’été, mais elles doivent obtenir l’approbation du gouvernement. Montréal, Sherbrooke et Québec adoptent cette pratique.

Cependant, ce manque d’uniformité cause des décalages horaires entre deux villes peu éloignées l’une de l’autre : Montréal et Saint-Jérôme, dans les Laurentides, ont une différence d’une heure pendant quelques semaines en septembre 1929. En 1935, on décide de cesser ces changements d’heure personnalisés entre villes voisines.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire se répète en quelque sorte. En 1942, on adopte un décret instaurant l’heure avancée toute l’année dans tout le Canada, ce qui devient avantageux pour les mesures de guerre. Mais en septembre 1945, on l’abolit à nouveau.

La valse des aiguilles

Pendant les quelque 20 années qui suivent, le changement d’heure perd de l’intérêt auprès de la population et, surtout, du gouvernement. Puis, les règles changent au fil du temps.

  • En 1963 : l’heure est avancée du dernier dimanche d’avril au dernier dimanche d’octobre.
  • En 1986 : l’heure est avancée du premier dimanche d’avril au dernier dimanche d’octobre. Ces trois semaines de plus à l’heure avancée visent à économiser des milliers de barils de pétrole annuellement.

Depuis 2007 : l’heure est avancée du 2e dimanche de mars au 1er dimanche de novembre, afin de favoriser l’harmonisation des échanges économiques internationaux entre les États-Unis et le Canada.

Comme les Gaulois

Comme la Gaule devant Rome, une province canadienne résiste encore et toujours au changement d’heure : c’est la Saskatchewan qui garde la même heure toute l’année, en grande partie pour des raisons agricoles. En termes clairs, quand le Canada passe à l’heure avancée, la Saskatchewan ne bouge pas les aiguilles de ses horloges et se retrouve dans le même fuseau horaire que l’Alberta.

Une horloge

Une horloge   PHOTO : ISTOCKPHOTO

À quelle heure faut-il changer l’heure?On peut très bien ajuster montres et horloges à notre coucher, selon notre convenance, quoique de plus en plus d’appareils électriques et électroniques fassent automatiquement le changement d’heure.

Mais il est préférable de s’entendre sur un moment précis pour modifier les horloges et les réveils. Imaginez les rendez-vous manqués le dimanche matin si tout un chacun faisait ça à son goût. Donc, en 1966, on a décrété que le changement d’heure se ferait à 2 h dans la nuit du dimanche. Cela veut dire qu’à l’automne, il sera 1 h et au printemps, il sera 3 h.

En pleine nuit, il y a aussi beaucoup moins de conséquences sur la vie quotidienne. De plus, cela évite la confusion entre les jours, car si on reculait l’heure à 0 h 1 le dimanche, on se retrouverait à nouveau le samedi pendant une heure supplémentaire. Et ça, c’est problématique…

Les jumeaux nés une nuit de changement d’heure…

Supposons que des jumeaux naissent dans la nuit du samedi au premier dimanche de novembre. L’aîné naît à 23 h 58, le samedi, et le cadet, à 0 h 5, le dimanche. Si la convention du retour à l’heure normale était à 0 h 1, l’heure de naissance du cadet se retrouverait alors à 23 h 5 et celui-ci deviendra donc l’aîné! En soi, ce n’est pas si grave, sauf si ces nouveau-nés sont de familles royales. Qui héritera de la couronne?

Les acteurs et jumeaux Sullivan Sweeten et Sawyer Sweeten.

Les acteurs et jumeaux Sullivan Sweeten et Sawyer Sweeten.   PHOTO : GETTY IMAGES/KEVIN WINTER

Alors… on recule ou on avance?

Voici un truc qui vous permettra de vous en souvenir pour la vie :

  • Vous aimez la belle saison? Vous avez hâte d’arriver à l’été? Simple : en avançant l’heure au printemps, on se retrouve plus vite en été!
  • À l’opposé, si, comme bien des gens, vous haïssez l’hiver, vous aimerez ce recul d’une heure vous permettant de profiter d’un court délai supplémentaire avant que le froid s’installe!

Ou tirons profit de l’expression anglaise Spring forward, fall backward qu’on peut traduire par :

« On avance vers le printemps, on recule à l’automne! »

Une idée, comme ça

Un Américain propose une idée farfelue pour modifier le changement d’heure au printemps. Au lieu d’avancer d’une heure dans la nuit du dimanche, pourquoi ne pas reculer de 23 heures? On se retrouverait alors le samedi une deuxième fois! Ainsi, on ne « perdrait » pas une heure de sommeil. On « gagnerait » presque une journée de repos!

Mais je vous entends penser. Si on agit ainsi, les calendriers seront décalés d’une journée annuellement. Cet Américain a la solution. Tous les quatre ans, au lieu d’ajouter une journée, on pourrait alors soustraire trois jours. Lesquels? Lundi, mardi et mercredi, car, selon l’opinion publique ce sont les jours les moins populaires. Et on les retirerait de février qui est, de toute façon, déjà en déficit sur les autres mois.

Et, tiens, pendant qu’on y est, profitez donc de ces moments pour changer les piles de vos détecteurs de fumée. Celle-là, c’est une bonne idée!

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► La drogue et les célébrités de l’histoire


 

Les drogues, ont toujours fait des ravages. Depuis longtemps, des drogues fortes ont été utilisées comme médicaments pour soulager les douleurs, malheureusement l’accoutumance a fini par avoir raison d’eux.
Nuage

 

La drogue et les célébrités de l’histoire

 

 

Benjamin Franklin et l’opium


Photo:
Benjamin Franklin par Joseph Siffrein Duplessis

L’inventeur et homme d’État américain (1706-1790) a eu un penchant très marqué pour la pipe d’opium, dont il a usé beaucoup vers la fin de sa vie. Dans son cas, la consommation d’opium était surtout à des fins médicinales, car il souffrait terriblement de pierres aux reins.


Photo:
Contenant d’opium, Allemagne (XVIII ou XIXe siècle)

Avant le XIXe siècle, notamment aux États-Unis, l’opium était en effet consommé à titre médical. Il était prescrit par les apothicaires parfois sous forme de laudanum (mélangé à du vin) ou simplement fumée pour soigner différents maux, allant des douleurs physiques sévères aux crampes menstruelles. Avec l’arrivée des immigrants chinois toutefois, l’opium commença à devenir une drogue à usage récréatif, qui inquiétait les autorités de par ses effets dépresseurs et de nombreuses mesures furent prises afin d’en contrer la consommation.

Plusieurs grands auteurs britanniques eurent par ailleurs une dépendance marquée pour cette drogue, comme Charles Dickens ou le poète John Keats.

Vincent Van Gogh et l’absinthe


Photo:
Vincent van Gogh, autoportrait, août 1889

Le peintre néerlandais (1853-1890), comme plusieurs artistes du 19e siècle par ailleurs (pensons entre autres à Rimbaud ou Toulouse Lautrec), était un grand consommateur d’absinthe, qu’il avait découverte alors qu’il vivait à Paris. Serait-elle en partie responsable pour ses coups dit de folie? 


Photo:
Viktor Oliva, « Le buveur d’absinthe », 1889-1901

Extraite de la plante d’absinthe, cette boisson distillée était très populaire dans les cafés de Paris, où les artistes et écrivains réinventaient le monde grâce à ses effets grisants. En raison de sa couleur verte, elle était surnommée « Fée verte » et les fins de journée dans les cafés (entre 17 et 19 heures), finirent aussi par être appelées « l’heure verte ».

Al Capone et la cocaïne


Photo:
Al Capone

Si le célèbre gangster américain (1899-1947) est surtout associé au commerce illégal de l’alcool à l’époque de la Prohibition, sa fortune colossale acquise par ses activités commerciales lui a permis de consommer une drogue nouvelle aux États-Unis et très dispendieuse dans les années 1920-1930: la cocaïne. 


Photo:
Cocaïne

Ce dérivé de la plante de coca n’a été découvert que vers la fin du 19e siècle et a eu parmi ses premiers consommateurs nul autre que Sigmund Freud. À l’instar de l’opium, cette drogue fut importée aux États-Unis afin d’être utilisée comme médicament, mais ses effets euphorisants ont fait très rapidement des adeptes chez les hommes riches du début du 20e siècle. Al Capone en fut dépendant au point où à sa mort, son septum nasal était endommagé.

Édith Piaf et la morphine


Photo:
Édith Piaf

La grande dame de la chanson française (1915-1963) a souffert une partie de sa vie de polyarthrite aigue, aggravée par deux accidents de voiture. Pour soulager ses douleurs, elle s’est ainsi vu prescrire de la morphine, qu’elle se mit à consommer à fortes doses après le décès de son amoureux, le boxeur Marcel Cerdan, dans un accident d’avion.


Photo:
Morphine

Au cours des années, sa dépendance à cet anti-douleur, jumelé à une forte consommation d’alcool, a considérablement nui à son état de santé général et occasionnellement à sa carrière. En 1961, elle est parvenue à chanter à l’Olympia uniquement grâce à une forte perfusion de morphine, sa polyarthrite la faisant trop souffrir et l’empêchant même de se tenir debout.

Adolf Hitler et la métamphétamine


Photo:
Adolph Hitler

Adolf Hitler (1889-1945) a consommé un impressionnant cocktail de drogues au cours de sa vie, comme l’a révélé un dossier militaire américain l’an dernier. Parmi les drogues qu’il consommait se trouvait une nouvelle drogue de synthèse utilisée pour aider les soldats allemands à rester éveillés: la métamphétamine. 


Photo: Contenant de
Pervitin datant de 1940 sur lequel on peut y lire « Accroît la vigilance et maintient l’état d’éveil. À consommer seulement de temps à autre. »

Les soldats du IIIe Reich et Adolf Hitler lui-même consommaient cette drogue sous forme de comprimés et appelaient ce « médicament » du Pervitin. Hitler a donc été un consommateur de l’ancêtre du Adolf Hitler

Evelyne Ferron Spécialisée en histoire ancienne,

http://www.historiatv.com/

Trop de richesse peut gâter le bonheur


Quand nous avons trop de choses que nous ne savons plus quoi en faire, que nos garde-robes, armoires possèdent des richesses que n’est jamais utilisé alors à quoi cela sert
Nuage

 

Trop de richesse peut gâter le bonheur

 

Un jour qu’une dame le consultait, et qu’il venait de lui dire que trop de richesses gâtait parfois le bonheur, Benjamin Franklin s’aperçut que sa visiteuse secouait la tête d’un air incrédule. Alors, prenant une pomme dans un panier plein de fruits qui se trouvait là, il appela un enfant qui jouait dans la pièce voisine et lui fit présent de la pomme. L’enfant pouvait à peine la tenir dans sa petite main. Franklin lui en offrit une seconde, que le bambin, tout joyeux, prit de l’autre main. Puis, choisissant une troisième pomme, plus belle encore que les 2 premières, il la tendit de la même façon. L’enfant serra alors ses 2 mains pleines contre sa poitrine, et essaya de prendre et de retenir le dernier fruit avec l’aide des deux autres. Mais ses efforts furent inutiles; la troisième pomme tomba sur le tapis, et il fondit en larmes.  Alors Franklin se tourna vers la dame:

« Voici, dit-il, un petit homme qui a trop de richesses pour pouvoir en jouir. Avec 2 pommes, il était heureux, mais il ne l’est plus avec 3…

Changement d’heure au printemps 2014 au Québec: dans la nuit du 8 au 9 mars, on avance l’heure!


On se prépare à faire perdre une heure de sommeil en fin de semaine au Québec. Certains vont trouver cela plus difficile surtout s’il travaille, mais pour la majorité, ce sera lundi que le levé du corps sera ardu
Nuage

 

Changement d’heure au printemps 2014 au Québec: dans la nuit du 8 au 9 mars, on avance l’heure!

 

Dans la nuit du 8 au 9 mars, on avance l’heure. À deux heures du matin, il sera donc trois heures. Ce sera également l’occasion de vérifier les piles des détecteurs de fumée.

Quand change-t-on l’heure au Québec ce printemps?

Le passage à l’heure avancée (ou heure d’été) au Québec aura lieu dans la nuit de samedi à dimanche, du 8 au 9 mars 2014. Cela signifie que l’on devra avancer d’une heure.

À quel moment doit-on avancer l’heure?

Le passage à l’heure avancée se fait à 2 h du matin. À ce moment-là, il sera donc 3 h. Et les bars fermeront plus tôt…

Pourquoi change-t-on d’heure?

L’heure d’hiver consiste à repasser à l’heure qui avait cours avant le passage à l’heure d’été, en retranchant soixante minutes à l’heure légale au début de la période hivernale. L’heure d’été permettrait d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Des inconvénients sont toutefois montrés du doigt, comme les troubles du sommeil et la plus grande consommation de la climatisation/chauffage qui compenserait négativement ce gain d’énergie.

Petite histoire

En 1784, Benjamin Franklin suggère l’idée de décaler les heures aux changements de saisons afin d’économiser de l’énergie. L’Allemagne est le premier pays, le 30 avril 1916, à appliquer concrètement ce changement d’heure. Les Anglais suivent rapidement, le 21 mai 1916. En 1942, un décret instaurant l’heure avancée est adopté dans tout le Canada… décret qui sera abrogé en 1945, le changement d’heure sera alors repris de manière indépendante par les municipalités avant d’être uniformisé le 12 mars 1963.

En 2006, le Canada a suivi les États-Unis qui ont opté pour un prolongement des heures d’été de quatre semaines.

À présent, plus de 70 pays participent à ce décalage horaire…

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Retour à l’heure normale en fin de semaine


Le Canada et États-Unis reculent leur montre en fin de semaine, mais qui a eu l’idée, pourquoi qu’officiellement on change a 2 heures et non à minuit  et pourquoi que c’est au début novembre et non en octobre comme avant ? Qu’est-ce qu’on fait avec 1 heure de plus dans notre journée ?
Nuage

 

Retour à l’heure normale en fin de semaine

 

Une horloge 

Photo :  iStockphoto

Le retour à l’heure normale se produit cette année dans la nuit du 2 au 3 novembre. Ainsi, à 2 h du matin, il faudra reculer l’horloge d’une heure. Si ce changement apporte plus de luminosité le matin, il signifie également que la lumière disparaîtra plus rapidement à la fin de l’après-midi.

Le saviez-vous?

  • L’idée est née en 1784, où Benjamin Franklin suggère de décaler les heures aux changements de saisons afin d’économiser de l’énergie.
  • C’est en 1918 que le Canada décide d’ajouter des heures d’ensoleillement à la période estivale, mais la loi sera mainte fois retirée pour être finalement rétablie pour de bon.
  • À partir de mars 1966, le changement se fait à 2 h du matin plutôt qu’à minuit et une minute à travers le Canada (sauf certaines régions de la Saskatchewan) et les États-Unis afin d’éviter des confusions, notamment pour les dates de naissance.
  • Depuis mars 2007 au Québec et dans plusieurs provinces, on avance les horloges d’une heure le deuxième dimanche de mars (au lieu du premier dimanche d’avril), et on les recule d’une heure le premier dimanche de novembre (au lieu du dernier dimanche d’octobre). Cette pratique a pour but d’arrimer nos conventions horaires sur celles adoptées aux États-Unis en 2005.

Si le passage à l’heure normale perturbe moins l’organisme que le passage à l’heure d’été qui prive le corps de 60 précieuses minutes de sommeil, ce changement de routine ne se fait quand même pas sans bousculer un peu l’organisme dont le cycle circadien se trouve perturbé.

« Lorsque nous passons plus de temps au lit, notre corps perçoit que nous avons besoin de moins de sommeil par la suite. Les insomniaques déclenchent ainsi un cercle vicieux. »— Colleen Carney, Laboratoire sur le sommeil et la dépression de l’Université Ryerson

La déprime hivernale

Les périodes d’obscurité prolongées peuvent entraîner des effets dépressifs pour plusieurs personnes.

La neige recouvre une résidence de Winnipeg, le 15 avril 2013. Photo :  Claudine Richard

C’est que le corps humain est réglé sur un rythme bien précis pour fonctionner de façon optimale. Par exemple, les heures de début et de fin de sommeil, sa durée, et les horaires des repas représentent des repères importants pour l’organisme.

Le changement d’heure vient donc désorganiser les habitudes du corps, particulièrement les heures de coucher et de lever, considérées comme le paramètre le plus important de notre horloge biologique.

En les modifiant, le sommeil risque de perdre de sa qualité, ce qui peut causer :

  • une plus grande fatigue;
  • une concentration plus difficile;
  • une moins grande motivation au travail;
  • un appétit différent;
  • de l’irritabilité et des troubles de l’humeur.

Les enfants et les aînés, qui ont le plus besoin de repères temporels, seraient les plus fragiles face à ce décalage deux fois par an.

Les personnes qui éprouvent des troubles de l’humeur ou des baisses d’énergie importantes doivent consulter, un médecin.

Comme c’est le cas à tous les changements d’heure, l’Association des chefs en sécurité incendie du Québec incite la population à vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs de fumée et à changer les piles si nécessaire.

Que faire avec une heure en plus?
Un sondage Angus Reid a demandé à des Canadiens ce qu’ils aimeraient faire de ces 60 minutes supplémentaires :

  • 50 % des Canadiens utiliseront cette heure supplémentaire pour rattraper le sommeil perdu
  • 15 % en profiteront pour réaliser des activités personnelles ou s’adonner à un passe-temps
  • 14 % passeront plus de temps en famille ou avec des amis
  • 7 % consacreront cette heure aux tâches ménagères et aux emplettes
  • 4 % rattraperont du temps au travail
  • 4 % feront de l’exercice
  • 1 % profiteront de cette heure pour faire du bénévolat

http://www.radio-canada.ca

20, 30, 40 ans ….


Imaginez si nous pouvions avoir la connaissance d’aujourd’hui pour tout recommencer a 20 ans … Mais bon, cette expérience, ce vécu devrait pourtant faire profiter les plus jeunes
Nuage

 

20, 30, 40  ans ….

 

« A vingt ans, la volonté est reine ; à trente, c’est l’esprit ; à quarante, le jugement.  »

Benjamin Franklin