Le cliché de la belette s’accrochant à un pic-vert a fait le tour du Web. Voici son histoire


Un bien drôle de coïncidence que ce photographe voulait montrer à sa femme un pic-vert puisse faire des clichés sur un évènement particulier
Nuage

 

Le cliché de la belette s’accrochant à un pic-vert a fait le tour du Web. Voici son histoire

 

WEASEL RIDES WOODPECKER ()

ANIMAUX Vous l’avez sûrement déjà vu passer. Ce Lundi 2 mars, Martin Le-May, photographe britannique, a pris une photo assez incroyable d’une belette sur le dos d’un pic-vert, en plein vol.

Le photographe explique au Huffington Post UK que la scène s’est déroulée alors qu’il se promenait avec sa femme Ann. Il espérait qu’elle puisse enfin observer un pic-vert pour la première fois.

« Alors que nous marchions , nous avons entendu un piaillement de détresse et je n’ai vu qu’un éclair vert « , explique-t-il.

Le pic-vert dont il est question s’est ensuite posé sur l’herbe, près du couple, de façon à ce que celui-ci puisse l’observer avec des jumelles.

Selon l’auteur de la photo, il « sautait comme s’il foulait une surface chaude ».

C’est lorsque l’animal a commencé à battre des ailes frénétiquement qu’il a saisi son appareil photo. L’oiseau se dirigeait dans leur direction quand Martin Le-May a remarqué le mammifère qu’il portait sur le dos.

Un combat à mort

Le fameux cliché, pris à Esssex en Angleterre, avait tout pour surprendre les internautes. Un petit mammifère qui profite d’un oiseau pour s’offrir un voyage aérien, c’est mignon. Pourtant, la réalité l’est beaucoup moins… D’après le photographe, ce vol était en fait un véritable combat à mort.

Dame Nature fait rarement dans le sentimental, surtout quand il s’agit de la chaîne alimentaire. Et il s’avère ici que la belette n’avait pas envie d’un petit tour dans les airs mais voulait tout simplement manger le volatil. C’est pourquoi elle se serait jetée sur lui.

Finalement, leur vol s’est achevé à 25 mètres du photographe et sa compagne. Sûrement à cause de leur présence, selon le britannique,

« le pic-vert, sauf », s’est enfui sur leur gauche tandis que « la belette a tout simplement disparu dans l’herbe haute, la faim au ventre ».

Martin Le-May a tenté d’immortaliser la lutte :

  • Martin Le-May

  • Martin  Le-May

  • Martin Le-May

Contacté par France TV Info, Pierre Rigaux, naturaliste et vice-président de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) assure que « c’est un grand coup de chance pour le photographe d’avoir été là au bon moment ». Cependant, la scène n’est pas si rare, d’après lui, car il arrive parfois à la belette d’attaquer « des animaux plus gros qu’elle ».

http://www.huffingtonpost.fr/