Elle dépense 60.000 euros (84 879.44 cad) pour ressembler à une "Barbie exotique"


Je ne suis pas un homme, même si son ami trouve cela fantastique et espère qu’elle continue a faire grossir sa poitrine, lèvres et fesses, je trouve cela très laid et avoir une telle poitrine est affreux. Elle aura sûrement des problèmes de dos et un cancer assurer à prendre autant du soleil
Nuage

 

Elle dépense 60.000 euros (84 879.44 cad)  pour ressembler à une « Barbie exotique »

 

Le résultat est fantastique. Je ne m’attendais pas à ce que les injections donnent un tel résultat. J’adore le contraste entre mes cheveux blonds et ma peau brune », a avoué Martina Big, 28 ans, dans le Daily Mail.

Un jour, elle a eu l’envie de ressembler à Pamela Anderson  Ce temps est révolu pour Martina Big. Cette Allemande de 28 ans est une adepte des chirurgies plastiques. Et quand elle aime, elle ne compte pas…

80S

Il y a cinq ans, Martina Big arborait une silhouette plutôt « normale ». Cette ancienne hôtesse de l’air a subi une première augmentation mammaire en 2012. Son objectif? Embrasser une carrière de mannequin. Selon ses propres dires, aucune autre femme ne possède aujourd’hui une poitrine aussi opulente qu’elle en Europe: 80S. Elle possède d’ailleurs une pipette qui lui offre la possibilité de faire grossir ses faux seins. Elle peut donc, en fonction de son humeur, choisir la taille de sa poitrine.

60.000 euros (84 879.44 cad)

Son addiction pour la chirurgie plastique l’a aussi poussée à se faire des injections aux lèvres et aux fesses. Aujourd’hui, la blonde pulpeuse a subi une dizaine d’opérations. Montant de la facture: 60.000 euros.

Banc solaire

Il y a neuf semaines, Martina Big a franchi un nouveau cap et a changé la couleur de sa peau. En parallèle, elle s’offrait chaque jour une séance de banc solaire.

« Le résultat est fantastique »

« Le résultat est fantastique. Je ne m’attendais pas à ce que les injections donnent un tel résultat. J’adore le contraste entre mes cheveux blonds et ma peau brune. La réaction des autres personnes est aussi formidable. Je veux être perçue comme une Barbie exotique », a ajouté Big Martina dans le Daily Mail.

Son ami: « J’aime son nouveau look »

Son compagnon, Michael, a toujours encouragé Marina Big dan ses démarches. Il a également changé décidé de changer la couleur de sa peau.

« Je ne veux pas être aussi brun que Martina mais je la soutiens et j’aime son nouveau look. C’est un sentiment formidable: être le petit ami de la femme avec les plus gros seins en Europe. J’espère que Martina continuera ses injections aux seins, aux fesses et aux lèvres », a-t-il conclu.

 

http://www.7sur7.be/

On peut devenir «accro» aux bains de soleil


On peut devenir dépendant du soleil, ce besoin n’est pourtant pas sans risque. Peut-être avec nos longs hivers, ce besoin de ces rayons dorés éprouvent en nous un plaisir intarissable. Pourtant, nous devons modéré notre exposition aux rayons UV
Nuage

 

On peut devenir «accro» aux bains de soleil

 

Il semble possible de devenir «accro» aux bains de soleil, préviennent des... (Photo Digital/Thinkstock)

Photo Digital/Thinkstock

La Presse Canadienne
Montréal

Il semble possible de devenir «accro» aux bains de soleil, préviennent des chercheurs américains, avec tous les risques de cancer de la peau que cela entraîne.

Une exposition chronique aux rayonnements ultraviolets incite le corps humain à produire des endorphines, un neurotransmetteur dont l’action est comparable à celle de la morphine et de l’héroïne, expliquent les chercheurs de l’université Harvard et de l’Hôpital général du Massachusetts.

Le docteur David Fisher et ses collègues ont constaté, lors de tests réalisés sur des souris, que celles qui avaient été exposées aux rayonnements UV pendant six semaines présentaient des taux d’endorphines plus élevés. Un médicament administré pour bloquer l’effet des endorphines provoquait ensuite chez ces souris des symptômes de sevrage.

Le docteur Fisher dit qu’il est étonnant de constater que le corps humain semble programmé pour devenir dépendant à quelque chose d’aussi dangereux que les rayonnements UV, qui sont peut-être les cancérogènes les plus répandus de la planète.

Il croit que cela découle probablement de la contribution de ces rayonnements à la production de vitamine D dans la peau. Il rappelle ensuite qu’on dispose aujourd’hui de sources de vitamine D sécuritaires, qui ne sont associées à aucun risque de cancer.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal scientifique Cell.

http://www.lapresse.ca