Passagère oubliée par Air Canada: des experts se questionnent


Une dame s’est réveillée seule dans un avion d’Air Canada. Personne n’avait fait un tour dans l’avion pour s’assurer que tout le monde avait débarqué ou des choses oubliées. Heureusement, cette femme a été assez débrouillarde pour sortir de l’avion, sinon elle aurait attendu le lendemain. Et si c’était une personne malade ? Ou pire un pirate de l’air ? Sur le coup, cela peut paraitre drôle, mais c’est plutôt grave comme situation,
Nuage
 


Passagère oubliée par Air Canada: des experts se questionnent

ALEKSANDRA SAGAN
La Presse Canadienne

Des experts de l’aviation ont exprimé lundi des préoccupations en matière de sécurité après qu’une femme endormie a été oubliée dans un avion d’Air Canada après son atterrissage, les lumières éteintes et l’équipage parti.

« C’est un ratage sur toute la ligne », a affirmé Ross Aimer, chef de la direction de la firme Aero Consulting Experts et ancien pilote de ligne, à propos de cette mésaventure.

Tiffani Adams s’est endormie au cours d’un vol Air Canada d’environ 90 minutes entre Québec et Toronto, selon une amie qui a raconté son expérience dans un message publié sur la page Facebook de la compagnie aérienne.

Lorsque Mme Adams s’est réveillée quelques heures après le vol, elle s’est rendu compte qu’elle était seule dans un avion sombre. Son téléphone s’étant déchargé peu de temps après, Mme Adams a trouvé une lampe de poche dans le poste de pilotage et a tenté d’envoyer un appel à l’aide par l’un des hublots de l’avion.

Elle a ensuite réussi à déverrouiller trois loquets sur la porte principale, l’a ouverte et a capté l’attention d’un opérateur de chariot à bagages à proximité, qui est venu à son secours.

M. Aimer, qui compte environ quatre décennies de service dans l’aviation, a indiqué qu’il n’avait jamais entendu parler d’une telle situation et estimé qu’il fallait commettre de nombreuses erreurs pour oublier un passager lors du débarquement.

Il est probable que les membres de l’équipage de l’avion arrivaient au terme d’une série de vols sur plusieurs jours et étaient impatients de rentrer rapidement à la maison, a-t-il estimé.

Règle générale, les équipages doivent regarder en haut et en bas de la cabine lorsqu’ils quittent l’avion, à la recherche de personnes ou d’objets que les passagers pourraient avoir oubliés, a-t-il expliqué.

Parfois, l’équipage effectuera également un nettoyage superficiel, a-t-il précisé, ou une équipe de nettoyage arrivera pour effectuer un travail plus approfondi avant le vol matinal.

Rien de cela ne semble s’être produit dans cette histoire, a observé M. Aimer, et il est possible que les agents de bord n’aient pas procédé aux vérifications habituelles, dans leur impatience de partir.

« Alors, ce sont de multiples ratages qui ont causé cela. »

Air Canada a confirmé la survenue de l’incident, mais n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires supplémentaires.

Un pirate de l’air ?

Selon M. Aimer, une équipe de nettoyage, de restauration ou de vol aurait découvert Mme Adams le lendemain matin si elle n’avait pas été aussi proactive et ne s’était pas tirée d’affaire par elle-même. Malgré tout, l’incident laisse croire qu’il est aussi possible qu’une personne mal intentionnée puisse se cacher dans un avion de cette manière.

« Il est beaucoup plus facile de rater une personne qui se cache sous les sièges », a-t-il souligné.

Dans ce scénario, une personne formée pour piloter des avions pourrait éventuellement tenter de détourner l’appareil, a-t-il ajouté, rappelant un incident récent survenu à Seattle.

En 2018, Richard Russell, un employé d’aéroport âgé de 29 ans, a volé un avion Horizon Air Bombardier Q400 et l’a piloté au cours d’un vol de 75 minutes, qui s’est soldé par un écrasement et la mort du pirate de l’air. Même si cet incident n’avait pas fait d’autres blessés, un concert à guichets fermés du groupe rock Pearl Jam avait lieu à proximité, et l’événement aurait pu être une cible.

Cependant, d’autres mesures de sécurité dans les aéroports, telles qu’une présence constante de la police et des forces de sécurité surveillant les lieux, empêcheraient vraisemblablement un détournement d’avion, a indiqué M. Aimer.

L’expérience de Mme Adams est très inhabituelle, a estimé Gabor Lukacs, un défenseur des droits des passagers aériens.

La principale préoccupation de M. Lukacs serait de voir le transporteur aérien oublier un passager malade ou paralysé, qui pourrait être beaucoup plus vulnérable dans ce genre de situation.

https://www.lapresse.ca

Les débuts de l’aviation en dix projets insolites


Le rêve de voler ne date pas d’hier, et c’est grâce à ces rêves qu’aujourd’hui, nous pouvons voyager dans les airs et aussi dans l’espace. Dans les années 1900, les gens avaient beaucoup d’imagination pour le futur.
Nuage

 

Les débuts de l’aviation en dix projets insolites

 

 

Comment nos ancêtres imaginaient-ils l’avion du futur ? Pour répondre à cette question, nous avons trouvé de nombreuses illustrations, datant pour la plupart du début du XXe siècle, et nous vous présentons ici les meilleures. Découvrez donc, en images, notre top 10 du futur antérieur de l’aviation.

Vous y découvrirez autant d’inventions qui n’ont jamais volé : des avions mais aussi des montgolfières familiales, des ballons privés pour se déplacer au-dessus de l’eau, une machine à faire voler l’amant de madame et bien d’autres concepts.

La montgolfière familiale

 

Dans les années 1900, certaines personnes avaient imaginé des engins volants de différentes tailles (un peu comme le principe des voitures berlines familiales d’aujourd’hui) largement calqués sur les montgolfières. En effet, un peu plus d’un siècle plus tôt, les frères Montgolfier (Joseph-Michel et Jacques-Étienne) avaient fait voler le premier ballon gonflé d’air chaud. Dans l’imaginaire populaire, le ballon était donc l’une des seules formes d’objets volants connues.

© Hildebrands

Des ballons gonflables pour marcher sur l’eau

 

Dans les années 1900, une célèbre marque de chocolat leader sur son marché, Hildebrands, agrémentait ses tablettes de cartes postales imaginant l’an 2000. Celle-ci illustre la croyance selon laquelle, à l’aide de ballons gonflables, nous pourrions nous balader en marchant sur l’eau. Vous remarquerez les très pratiques petites chaussures-péniches en bois pour éviter de mouiller ses souliers.

© Hildebrands

La voiture volante individuelle

 

Hildebrands, une célèbre marque de chocolat allemand dans les années 1900, nous imaginait chacun en possession d’une voiture volante. Ces dessins suggèrent différents types d’appareils, allant des ailes de chauve-souris à la baignoire surmontant quatre ailes improbables. Ils nous font aujourd’hui sourire par leur optimisme mais sont surtout révélateurs d’une époque de pionniers de l’aviation, qui laissait présager un futur aérien…

© Hildebrands

D’immenses avions pour des vacances au pôle Nord

 

Se prélasser à côté des ours polaires pour les vacances, un rêve à la portée de tous en l’an 2000 ! Enfin, c’est ce que l’on croyait dans les années 1900. Des ballons gonflants auraient emmené de larges paquebots flottants vers la destination glacée. On imagine que le chauffage était intégré aux plans du navire !

© Hildebrands

La machine volante pour faire partir l’amant de madame

 

L’illustration française n’est pas en reste pour imaginer les machines volantes du futur. En 1901, Monnier imaginait la « machine à faire partir l’amant de madame très vite » du siècle suivant. Bien que le dessin ne montre rien d’autre qu’une hélice agrémentée d’une paire d’ailes, on imagine l’engin équipé d’un moteur extrêmement puissant, capable de faire déguerpir le malheureux avant l’arrivée de monsieur.

© Monnier

L’avion du futur selon Douglas Rolfe

 

Avez-vous déjà imaginé votre transport du futur ? C’est l’idée du magazine Popular Science qui a laissé à Douglas Rolfe tout le loisir de créer son avion personnel. Le résultat est plutôt réaliste et bluffant, ce qui peut s’expliquer par le fait qu’en 1944 l’aviation avait déjà fait un grand bon avec la première et la seconde guerre mondiale.

© Douglas Rolfe, juillet 1944, revue Popular Science

Le parc flottant, un hommage à la mobilité future

 

Cette carte postale, plus qu’une représentation vraiment exacte du futur, reflète l’enthousiasme du début du XXe siècle pour les inventions telles que l’automobile ou l’avion, qui allaient marquer le début d’une humanité plus rapide et plus mobile.

© Claremont, N.H. dans le futur (postcard circa 1910)

L’aviation, marquée par les frères Montgolfier

 

Cette carte, datant de 1890-1900, propose une vision de l’aviation future similaire à celle de 1800, un siècle plus tôt. L’influence des frères Montgolfier a encore frappé !

© Romanet & Cie, collection 476, 2e série

L’arrivée du courrier en avion

 

Cette vision du futur nous semble plutôt banale tant les entreprises comme Fedex ou La Poste font partie de notre quotidien. Pourtant, au début du XXe siècle, l’arrivée du courrier en avion paraissait une petite révolution !

© Couverture de Literary Digest, le 31 mai 1919

Les femmes pilotes d’avions : impensable à l’époque

 

Cette illustration américaine de 1900-1910 est tout à fait audacieuse. Elle représente une femme au volant. Pour rappel, le 19e amendement, qui permit aux femmes de voter aux États-Unis, ne fut passé qu’en 1920 !

© Harry Grant Dart pour All stroy magazine

https://www.futura-sciences.com

Le tourisme mondial, un fléau pour la planète


    Le tourisme fait marcher l’économie et permet de voir d’autres horizons, le problème, c’est qu’il est aussi une cause de l’augmentation de notre empreinte de carbone et donc un effet sur le gaz à effet de serre.
    Nuage

     

    Le tourisme mondial, un fléau pour la planète

     

    Une plage visible du hublot d'un avion.

    Une plage visible du hublot d’un avion. Photo : iStock

    Vos vacances sont peut-être synonymes de pur bonheur, mais elles ne sont pas aussi réjouissantes pour la planète, montre une étude menée par des scientifiques australiens.

    Un texte d’Alain Labelle

    Les travaux d’Arunima Malik et de ses collègues de l’Université de Sydney, qui ont compilé des données recueillies dans 160 pays, montrent que l’empreinte carbone du tourisme est passée de 3,9 à 4,5 milliards de tonnes métriques de CO2 entre 2009 et 2013.

    C’est quatre fois plus que prévu et cela représente environ 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’une année.

    Les voyages aériens ne comptent que pour 12 % de ce total.

    D’ailleurs, les précédentes études ne comptaient que les émissions de dioxyde de carbone (CO2), si bien que les estimations précédentes de l’impact du tourisme sur le carbone laissaient à penser qu’il représentait 2,5 % à 3 % des émissions.

    Or, cette étude inclut également les émissions d’autres gaz à effet de serre dues à la construction et à l’entretien d’infrastructures telles que les hôtels et les aéroports, ainsi que les émissions associées aux achats de nourriture, de boissons et de souvenirs par les touristes.

    Un phénomène en hausse

    Si les tendances récentes se poursuivent, l’empreinte carbone du tourisme mondial augmentera de plus de 40 % (à environ 6,5 milliards de tonnes métriques de CO2) d’ici 2025.

    L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations unies met de l’avant des solutions pour réduire l’empreinte du tourisme sur la planète :

  • Les touristes pourraient choisir des destinations moins éloignées;

  • Les voyageurs pourraient utiliser davantage les transports publics sur place;

  • Les gouvernements pourraient offrir des incitatifs aux fournisseurs de services touristiques pour accroître leur efficacité énergétique.

Cette importante augmentation est due aux visiteurs des pays riches qui voyagent vers d’autres destinations riches.

Les voyageurs en provenance du Canada, de Suisse, des Pays-Bas et du Danemark ont une empreinte carbone beaucoup plus élevée ailleurs que dans leur propre pays. Les États-Unis arrivent en tête du classement pour ce qui est des voyages internes, suivis de la Chine, de l’Allemagne et de l’Inde.

À l’échelle planétaire, le tourisme est une industrie qui connaît un essor important. Son taux de croissance est d’environ 4 % par an, et représente des retombées de plus de 7000 milliards de dollars chaque année. Cette industrie emploie une personne sur dix dans le monde entier.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Climate Change.

https://ici.radio-canada.ca/

Morts en série d’animaux de compagnie dans les avions


Une règle de la compagnie aérienne interdit de voyager dans des compartiments à bagages. Ils doivent être placés sous le siège dans des sacs prévus pour eux. Pourtant, la compagnie United Airlines ne semble pas s’y conformer et l’an dernier ont perdu 18 animaux
Nuage

 

Morts en série d’animaux de compagnie dans les avions

 

/

Où est mon chien? | Dennis Amith via Flickr CC License by

Selon le département du Transport des États-Unis, dix-huit animaux sont morts au cours de vols de la compagnie aérienne United Airlines l’année dernière.

Ce lundi, un chiot est mort à bord du vol 1284 United Airlines. Cet incident est loin d’être isolé: l’année dernière vingt-quatre animaux de compagnie sont morts à bord d’un avion de ligne américain –dont dix-huit au cours de l’un des vols de la compagnie United Airlines.

Maggie Gremminger, une passagère située juste derrière la propriétaire, précise que l’hôtesse de l’air a insisté pour qu’elle place son chien dans le compartiment à bagages. Kikoto, un bouledogue noir, voyageait dans un sac prévu pour le transport.

«La propriétaire était catégorique, elle ne voulait pas mettre son chien dans les rangements au-dessus des sièges. Elle a dit “mon chien est dans le sac, c’est mon chien”. En réponse, l’hôtesse de l’air a simplement répondu que c’était dangereux de garder un sac sous un siège placé à côté d’une sortie de secours, que “quelqu’un pourrait trébucher”», a décrit la passagère Maggie Gremminger sur Twitter.

Pendant le vol, des témoins rapportent avoir entendu le chien aboyer à plusieurs reprises. Malheureusement, à l’atterrissage à l’aéroport de La Guardia (New York), le chien est décédé –malgré les tentatives de réanimation de sa propriétaire. Selon le New York Times, la politique de la compagnie aérienne interdit de placer des animaux dans les compartiments à bagages. Les animaux voyageant en cabine doivent êtres placés sous le siège dans des sacs prévus pour le transport.

United Airlines: un mauvais élève

Pourtant, United Airlines propose un programme de transport sécurisé en soute pour les animaux de compagnie intitulé «PetSafe cargo program». Malgré tout, dix-huit animaux sont décédés au cours d’un vol en 2017. Simon, un lapin géant –en passe de devenir le plus grand lapin au monde– fait notamment partie des pertes.

La compagnie arrive en tête du classement du nombre de morts d’animaux lors d’un vol alors que les autres compagnies comptent six décès au total. Tout de même, il est important de préciser qu’United Arlines est la compagnie qui transporte le plus d’animaux –138.178 animaux transportés en 2017.

«La plupart du temps, les animaux meurent à cause du stress. Nous conseillons aux propriétaires de consulter un vétérinaire avant un voyage en avion», explique le porte-parole de la compagnie aérienne Alaska Airlines dans une interview pour l’Huffington Post.

Toutefois, ce nouvel incident s’inscrit dans la lignée de scandales concernant United Airlines… L’année dernière un passager a été violemment expulsé d’un avion United. Pourquoi? Un vol surbooké. La scène avait provoqué un tollé après avoir été diffusée sur le web. De même, la compagnie avait fait polémique pour avoir refuser de faire voyager deux adolescentes. Le motif? Elles portaient des leggings. Y a-t-il un pilote dans l’avion?

 

http://www.slate.fr/story/

Un mystère de 78 ans vient d’être résolu


C’est toute une histoire quand des ossements ont été retrouvé en 1940. On croit dès lors que ce sont les restes de l’aviatrice Amelia Earhart qui voulait faire le tour du monde en avion. Sauf qu’avant d’être vraiment confirmer les os ont été perdu puis retrouvé et en plus l’anthropologie était peu développer à cette époque. Il ont fini par affirmer que les os sont réellement ceux de cette aviatrice
Nuage

 

Un mystère de 78 ans vient d’être résolu

 

Des ossements retrouvés en 1940 sur une petite île du Pacifique correspondraient bien aux restes de l’aviatrice américaine Amelia Earhart, portée disparue dans la région trois ans auparavant, selon une récente étude.

Richard Jantz, professeur d’anthropologie à l’Université du Tennessee, affirme que de nouvelles analyses ont déterminé que ces os ne sont pas ceux d’un homme de petite taille, mais de la célèbre aviatrice disparue à l’âge de 39 ans alors qu’elle tentait de faire un tour du monde en avion avec son navigateur, Fred Noonan.

Chercheurs et passionnés de la conquête de l’air tentent depuis des décennies de percer le mystère de la disparition de cette pionnière, première femme à traverser seule l’Atlantique en avion en 1932. L’une des théories veut qu’en juillet 1937, le bimoteur Lockheed Electra soit tombé en panne sèche au-dessus de l’océan Pacifique, et qu’il se soit écrasé sur l’île inhabitée de Gardner Island, aujourd’hui appelée Nikumaroro et appartenant à la république de Kiribati.

En 1940, une expédition britannique retrouvait sur cette île un crâne humain, des os, la semelle d’une chaussure de femme, un étui pour sextant et une bouteille de Benedictine. Les os avaient été expédiés aux Fidji et examinés l’année suivante par David W. Hoodless, un professeur d’anatomie. Celui-ci avait cependant conclu que les ossements appartenaient à un homme trapu.

Pour ajouter au mystère, ces os ont ensuite été perdus. Près de 80 ans plus tard, Richard Jantz a utilisé un programme informatique baptisé Fordisc pour analyser les mesures prises par David Hoodless sur les os: quatre sur le crâne, trois sur un tibia, un humérus et un radius. Il a également étudié les vêtements portés par Amelia Earhart pour déterminer que les restes retrouvés correspondaient à plus de 99% à l’aviatrice.

« Cela soutient fortement la conclusion que les os de Nikumaroro appartiennent à Amelia Earhart, » a affirmé M. Jantz, cité dans un communiqué de l’Université du Tennessee.

La mauvaise interprétation des précédentes recherches s’explique par le fait que « l’anthropologie légale n’était pas très développée au début du XXe siècle », a-t-il expliqué.

L’étude a été publiée dans la revue Forensic Anthropology de l’Université de Floride. L’aventure d’Earhart et Noonan avait démarré le 20 mai 1937, lorsqu’ils avaient décollé d’Oakland, en Californie. Le 2 juillet, ils quittaient Lae, en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour une étape particulièrement ambitieuse de 4.000 kilomètres afin de se ravitailler en carburant sur le minuscule îlot d’Howland, territoire américain situé pratiquement à mi-chemin entre l’Australie et Hawaï. Ils n’y sont jamais parvenus.

http://www.7sur7.be/

Le vol "le plus maudit de l’Histoire"


Pour moi les chiffre 13 et 666 n’ont aucun pouvoir, mais malheureusement des gens en ont très peur. Alors imaginé un avion portant le numéro 666, partir un vendredi 13 et arriver a destination à 13 heures. Pourtant, il n’est rien arrivé .. et pourquoi aurait-il arrivé quelque chose de grave ?
Nuage

Le vol « le plus maudit de l’Histoire »

Finnair a décidé qu’il s’agissait du dernier vol 666 de son histoire. © reuters.

Christophe Da Silva

Vendredi, le 13, des passagers ont décollé à 13h, à bord du vol 666 (le chiffre du diable) de la compagnie ­Finnair. Un trajet qui devait les acheminer à l’aéroport d’Helsinki (Finlande), dont l’acronyme est HEL, soit un terme très proche du mot « enfer » en anglais (« hell »). Pour Time, ce vol est considéré comme « le plus maudit de l’Histoire ».

Ces passagers ont dû trembler pendant leur voyage. Vendredi, le 13, ils ont embarqué depuis Copenhague à 13h, à bord du vol 666 (le chiffre du diable) de la compagnie ­Finnair. Ils devaient rejoindre l’aéroport d’Helsinki (Finlande), dont l’acronyme est HEL, soit un terme très proche du mot « enfer » en anglais (« hell »).

« Une série de coïncidences »

Finalement, l’appareil s’est posé en Finlande sans le moindre souci une heure et demie après le décollage. Le pilote, Juha-Pekka ­Keidasto, est parvenu à conserver son sang-froid, persuadé « qu’il s’agissait d’une série de coïncidences et qu’il n’était pas superstitieux ».

Le dernier vol 666

Ce n’est manifestement pas le cas de la compagnie Finnair. Elle a décidé qu’il s’agissait du dernier vol 666 de son histoire. Elle va profiter d’un changement de système informatique à la fin du mois pour retirer ce numéro. Donner des sueurs froides à ses passagers, c’est terminé.

http://www.7sur7.be

Le Saviez-Vous ► Le top des avions disparus


Comme le Malaysia Airlines qui a disparu, il y a 3 ans, d’autres avions n’ont laissé aucune trace, ni de débris d’avion et encore moins les pilotes et les passagers. Ce sont des mystères jamais résolus de l’histoire de l’aviation
Nuage

 

Le top des avions disparus

Bien qu’il ne soit pas courant que des avions se volatilisent ainsi en plein vol, le cas du vol 370 de la Malaysia Airlines et de ses 239 passagers n’est pas unique. Voici notre top des avions disparus.

Le vol 739 de la Flying Tiger Line

avion Lockheed - similaireFlying Tiger

Un Lockheed semblable à l’appareil disparu

La disparition a eu lieu le 16 mars 1962. L’avion, affrété par l’armée américaine à la base militaire de Tavis en Californie, avait pour destination finale Saigon, au Vietnam. À son bord : 107 personnes, dont 93 soldats américains. C’est après être reparti de Guam, où il s’était posé pour un ravitaillement, que le vol 739 a disparu sans laisser de trace. Une opération de recherche parmi les plus importantes jamais déployée (1 300 personnes y ont pris part) n’a pas porté fruit. À ce jour, aucune pièce de l’appareil n’a été retrouvée.

La disparition d’Amelia Earhart

Amelia Earhart

En 1937, la pionnière de l’aviation Amelia Earhart est disparue à bord de son Lockheed 10 Electra quelque part au-dessus du Pacifique alors qu’elle tentait de faire le tour du globe. Elle s’était rendu célèbre en 1932 en devenant la première femme à avoir traversé l’Atlantique en avion en solo. Son avion est disparu alors qu’elle tentait de se rendre à Howland Island pour un ravitaillement. Malgré tous les efforts de recherche déployés, on n’a jamais retrouvé de trace de Earhart, de son copilote ou de son appareil. Elle a été officiellement déclarée morte en 1939. Les adeptes des théories de conspiration font d’elle une espionne pour le président Roosvelt et croient qu’elle aurait été capturée par les Japonais.

Le Boeing 727-223

Boeing American Airlines

Le Boeing 727-223 à l’aéroport de Chicago, 14 ans avant l’incident

L’ancien appareil d’American Airlines était cloué au sol en Angola depuis 14 mois quand il a été volé le 25 mai 2003. Malgré des recherches effectuées par la CIA et le FBI, l’emplacement de l’appareil demeure un mystère. Tout ce qu’on sait c’est que l’ingénieur et pilote Ben Charles Padilla était à bord de l’appareil au moment du vol, probablement dans la cabine de pilotage. Les autorités estiment qu’il était seul.

Le Boeing 707-323C de la Varig

Boeing Varig Airlines

Un Boeing 707-379C semblable à l’appareil disparu

Le 30 janvier 1979, l’avion-cargo de la compagnie aérienne brésilienne Varig quitte Tokyo en direction de Rio. Trente minutes après le décollage, on perd toute trace de l’appareil. L’avion transportait six personnes et 153 toiles évaluées à plus de 1,5 million de dollars. L’avion, les passagers et les toiles n’ont jamais été retrouvés.

Les disparitions attribuées au Triangle des Bermudes

Avion similaire au star Tiger

Un avion semblable au Star Tiger

Entre 1948 et 1949, deux vols commerciaux de la British South American Airways ont mystérieusement disparu dans la région dite du Triangle des Bermudes. Des enquêtes menées plus tard ont avancé l’hypothèse que la disparition du Tiger en 1948 serait attribuable à une panne de carburant alors que celle de l’Ariel en 1949 serait due à une erreur technique. Aucun des appareils n’a été retrouvé.

Il n’en fallait pas plus pour alimenter les rumeurs entourant la zone «maudite». Rumeurs qui avaient commencé à circuler en 1945 quand les cinq appareils du vol d’entraînement 19 de la Marine américaine ont disparu dans l’Atlantique. L’hydravion chargé d’aller à leur secours s’est aussi abîmé en mer. Dans le film Rencontre du troisième type de Steven Spielberg, ce sont ces cinq appareils qui sont retrouvés dans le désert du Mexique.

http://www.canald.com/