Il photographie sa dépression pour la combattre, en 16 photos sublimes. Un travail artistique qui lui a permis de comprendre sa maladie


Je trouve intéressant qu’un photographe ayant connu la dépression ai voulu faire des autoportraits pour trouver un moyen d’exprimer ses émotions à travers la photographie
Nuage

 

Il photographie sa dépression pour la combattre, en 16 photos sublimes. Un travail artistique qui lui a permis de comprendre sa maladie

 

@EdwardHonaker

Il y a quelques années, le jeune photographe Américain originaire de San Diego Edward Honaker s’est fait diagnostiquer une dépression.

À partir de ce moment, il a commencé à saisir ce qu’il se passait autour de lui. 

« Votre esprit est ce que vous êtes, quand il ne fonctionne pas correctement, c’est effrayant » confie-t- il au Huffington Post.

Mettre des mots sur des maux est une étape difficile, parfois impossible à réaliser. Les images sont alors un moyen de création, d’expression et de communication efficace quand la parole a atteint ses limites. Edward a commencé à créer des autoportraits afin de comprendre la maladie dont il souffrait et ce qu’elle représentait pour lui.

La série de photographies illustre l’expérience de la dépression et de l’anxiété que vivait quotidiennement l’artiste. Elle lui a permis d’être un médiateur entre lui et les autres, une potentielle explication pour décrire ce qu’il traversait ou ressentait.

Dans son travail artistique, il a mis en images ses troubles psychologiques dans le but de trouver des pistes entre sa maladie et lui. De s’aider et d’aider les autres.

« Quand je faisais ce portfolio, je me suis demandé si j’étais le genre de personne vers laquelle d’autres, qui sont dans une période difficile et ont besoin de parler, se tourneraient », ajoute-t- il. « Honnêtement, à ce moment-là, je ne pense pas que c’était le cas. J’ai encore du chemin à parcourir mais toute cette expérience m’a rendu plus patient et empathique. »

En imaginant ces autoportraits, l’artiste conçoit un travail d’analyse et d’introspection sur ce qu’est véritablement la dépression.

Aujourd’hui, à 22 ans, il a réussi à combattre l’anxiété et la dépression qui le rongeait.

Il explique que « c’est difficile de ressentir une émotion quelconque lorsqu’on est dépressif et (il) pense que l’art peut vraiment émouvoir les gens ».

Ainsi, Edward « pense que pour mettre un terme aux stigmates autour des maladies mentales. Le meilleur moyen est d’être là pour ceux qui souffrent ».

Personne peut savoir exactement comment les autres souffrent… Soyons patients et tolérants face à cette maladie.


@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

http://www.demotivateur.fr/

Ne pensant qu’aux selfies, une foule tue un dauphin rare


Ça prends-tu des imbéciles pour agir de la sorte ? Des selfies avec des animaux qui ne devraient jamais être un jeu ! C’est du pure égoïsme, des actes égocentricités démesurés
Nuage

 

Ne pensant qu’aux selfies, une foule tue un dauphin rare

 

Un petit dauphin de la Plata (ou Franciscain) est mort de déshydratation à cause de touristes voulant se photographier avec lui en Argentine. ©Hernan Coria / Facebook

Un petit dauphin de la Plata (ou Franciscain) est mort de déshydratation à cause de touristes voulant se photographier avec lui en Argentine. ©Hernan Coria / Facebook

Par Morgane Kergoat

En Argentine, des baigneurs ont rencontré deux dauphins de la Plata et ont pris des selfies avec sur la plage. L’un des dauphins est resté trop longtemps hors de l’eau : il n’a pas survécu.

DAUPHIN. Jusqu’où ira la mode des selfies ? On savait déjà que cette frénésie narcissique pour les autoportraits pris avec un téléphone portable ou une tablette causait chaque année plus de morts dans le monde que les attaques de requins. Mais les selfies ne tuent pas que leurs auteurs irréfléchis, ils font aussi d’innocentes victimes collatérales parmi les animaux…

 Un petit dauphin vient d’en faire les frais en Argentine. Il est mort de déshydratation sur la plage, après que des touristes l’ont sorti de l’eau pour se photographier avec lui. Il s’agissait en outre d’une espèce menacée (Pontoporia blainvillei), le dauphin de la Plata dit également « franciscain », rendant sa perte d’autant plus amère. La Fondation pour la faune sauvage argentine (Fundación Vida Silvestre Argentina) a aussitôt réagi en publiant une affiche reprenant la photographie du petit dauphin entre les mains d’une horde de touristes pressés autour de lui, accompagnée d’un texte rappelant qu’il était l’un des « mammifères les plus inconnus et plus menacés de notre mer« .

Le dauphin franciscain est endémique des côtes sud-est de l’Amérique du Sud (Argentine, Brésil et Uruguay). Il est l’un des plus petits dauphins du monde (entre 1,30 et 1,70 m de long) et doit son nom aux teintes brunes de sa peau qui rappellent celles de la tenue des frères de l’ordre franciscain. Sa peau est par ailleurs très épaisse, c’est pourquoi il est rapidement victime de coup de chaud hors de l’eau et de déshydratation. Pontoporia blainvillei est également l’une des rares espèces de dauphins de rivière et d’estuaires aux eaux salées.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Atteint de la maladie d’Alzheimer, un artiste peint son auto-portrait chaque année pendant cinq ans, jusqu’à ce qu’il ne se souvienne plus de son propre visage.


Un artiste-peintre a fait ses autoportraits tout au long de sa maladie l’Alzheimer. Est-ce que ses capacités artistiques se sont dégradées où ce sont les émotions qui ont guidé le pinceaux. Ce que je ressens pour ma part, serait du moins les premiers depuis le début de sa maladie, plus les émotions, comme la peur, la colère …
Nuage

 

Atteint de la maladie d’Alzheimer, un artiste peint son auto-portrait chaque année pendant cinq ans, jusqu’à ce qu’il ne se souvienne plus de son propre visage.

 

En 1995, l’artiste William Utermohlen, qui vit en Angleterre, a appris qu’il était atteint de la maladie d’Alzheimer. De manière générale, ce mal est très difficile à assumer pour quiconque en est atteint. Pour sa part, Utermohlen a choisi de peindre une série de tableaux bouleversants jusqu’à sa mort en 2007 : des auto-portraits, peints pendant les cinq dernières années de sa vie, qui illustrent la dégénérescence progressive de son esprit, victime de cette maladie handicapante.

Comme l’explique la veuve de l’artiste, Patricia, dans un billet, ces images sont particulièrement puissantes :

 “Dans ces peintures, on peut voir toute l’intensité déchirante avec laquelle William tentait d’expliquer les bouleversements de son identité, mais aussi toute sa tristesse et ses peurs.”

Il est difficile de savoir si les altérations progressives de ses portraits sont le produit de la dégradation de ses capacités artistiques, ou le résultat de changements psychologiques ; dans un cas comme dans l’autre, elles traduisent le tourment émotionnel d’un artiste qui, peu à peu, voit son esprit lui échapper. (source: williamutermohlen.org)

1967

artiste alzheimer 1

1996

artiste alzheimer 2

1996

artiste alzheimer 3

1997

artiste alzheimer 4

1997

artiste alzheimer 5

1998

artiste alzheimer 6

1999

artiste alzheimer 7

2000

artiste alzheimer 8

 

http://bridoz.com/

Les selfies favorisent l’apparition de poux chez les ados


Une conséquence probablement vraiment inattendue des selfie que l’ont fait avec des amis. Peut-être limité, ce genre de contact pour éviter une contagion de poux
Nuage

 

Les selfies favorisent l’apparition de poux chez les ados

 

Les selfies favorisent l'apparition de poux chez les ados

Photo Fotolia

Faire un selfie, un autoportrait avec son téléphone cellulaire, avec des amis peut favoriser la transmission de poux, selon une spécialiste de la question.

On trouve généralement les poux chez les enfants âgés de 3 à 11 ans, mais Marcy McQuillan, qui dirige deux centres pour le traitement des poux en Californie, dit avoir constaté que le nombre de cas répertoriés chez les adolescents avait décuplé l’an dernier.

«Typiquement, il s’agit de jeunes enfants que je traite, parce qu’ils sont plus à risque au contact tête à tête, a dit Mme McQuillan au SFist.com. Mais maintenant, les adolescents se collent la tête chaque jour pour prendre des photos avec le téléphone portable.»

«Je demande à chaque adolescent que je traite s’ils font des autoportraits et ils reconnaissent qu’ils en font tous les jours», a-t-elle ajouté.

Elle recommande aux adolescents de prendre des autoportraits sans se coller la tête sur l’autre pour limiter le risque de propagation des poux.

http://fr.canoe.ca/