L’étrange illusion auditive qui divise les internautes


Qu’entendez-vous ? « Laurel/Yanny » ? Je suis surprise qu’il y ait ambigüité sur ce prénom qui a été lancé par un jeune homme américain de 18 ans. Pour ma part, il semble que j’entends les hautes fréquences …
Nuage

 

L’étrange illusion auditive qui divise les internautes

 

 

C’est un mot de deux syllabes qui sème une zizanie mondiale chez les internautes, les divisant en deux camps opposés: ceux qui entendent « Yanny » et ceux qui entendent « Laurel ».

Le mini-clip audio a été publié à l’origine sur Reddit par un lycéen de l’Etat américain de Géorgie, a rapporté mercredi le New York Times. Ce garçon de 18 ans, Roland Szabo, a expliqué qu’après avoir téléchargé le mot apparemment anodin sur un site de vocabulaire, il avait été intrigué de la façon différente dont l’entendaient les personnes autour de lui.

Posté ensuite sur Instagram par l’un de ses amis, sous la forme d’un sondage, l’enregistrement est devenu viral sur internet, avec l’aide de célébrités optant soit pour « Yanny », soit pour « Laurel ».

« J’entends Laurel », a tweeté l’humoriste américaine Ellen DeGeneres.

« C’est clairement Laurel. Je ne peux même pas imaginer qu’on puisse entendre Yanny », a abondé la mannequin Chrissy Teigen, suivie par l’ancien porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer.

L’écrivain Stephen King ou l’actrice Mindy Kalling ont eux rejoint le camp des « Yanny ». « Mon Dieu, voilà que j’entends désormais Laurel », a par la suite tweeté le romancier.

L’aspect le plus bluffant du débat, qui a dépassé les frontières américaines, est que la majorité des auditeurs entendent bien distinctement soit « Yanny » soit « Laurel », rares étant ceux qui se trouvent dans le flou du terrain médian.

Un sondage express (et non représentatif) au sein du bureau de l’AFP de Washington a ainsi donné comme résultat: Yanny 17 (dont 8 francophones), Laurel 14 (dont 8 francophones), entre les deux: 3.

Interrogée par l’AFP, la professeure Poppy Crum, experte des laboratoires Dolby à San Francisco, explique que la réalité en soi n’existe pas, mais plutôt la façon dont nous la percevons.

« Les choses auxquelles nous sommes exposées dans notre univers modifient la façon dont nous considérons l’information arrivant à notre cerveau », dit-elle.

Signal sonore « ambigu »

En clair, le cerveau a besoin de « catégoriser » les éléments de discours quand ils sont ambigus, les faisant passer soit dans la case « Laurel », soit dans la case « Yanny ». Ce processus peut être influencé par de multiples paramètres, parmi lesquels l’âge, le sexe ou la langue natale de l’auditeur. Ou encore les sons qu’il a récemment écoutés.

« L’appareil sur lequel vous écoutez, que ce soient des enceintes ou des écouteurs, le fait qu’il y ait une personne dans la pièce à côté, les sons se répercutant autour, tout cela va affecter l’intensité de certaines fréquences par rapport à d’autres », souligne la spécialiste.

Quand l’accent est mis sur les hautes fréquences, l’auditeur a tendance à entendre « Yanny », et à l’opposé à entendre « Laurel » avec de basses fréquences. Élaboration sonore de synthèse, le mot « Laurel/Yanny » est « ambigu », confirme Jody Kreiman, professeure à l’université UCLA.

Ce son « ne ressemble pas vraiment à un nom courant du discours habituel. Quand les auditeurs entendent un tel signal, ils utilisent tous leurs acquis du discours pour l’interpréter« , assure-t-elle.

Le débat « Yanny/Laurel » rappelle un précédent qui avait enflammé internet il y a trois ans au sujet de la photo d’une robe bicolore que certains voyaient blanche et or, d’autres noire et bleue.

http://www.7sur7.be/

Publicités

Les orgies de poissons mexicains pourraient rendre sourds les dauphins du voisinage


Lors de la reproduction des poissons, une espèce d’acoupa ne passe pas inaperçue. Les mâles font tellement de bruit qu’ils pourraient occasionné des problèmes d’audition auprès des phoques, otaries et dauphins. Cette particularité d’être bruyant provoque aussi la surpêche et risque d’être en situation de danger
Nuage

 

Les orgies de poissons mexicains pourraient rendre sourds les dauphins du voisinage

 

Cynoscion arenarius du golfe du Mexique | Wikimedia commons

Cynoscion arenarius du golfe du Mexique | Wikimedia commons

Repéré par Léa Polverini

Repéré sur The Washington Post

Le cynoscion othonopterus est le poisson le plus bruyant au monde. Du long de son petit mètre, il rivalise avec les baleines.

Au printemps, le delta du fleuve Colorado, dans le golfe de Californie, devient le théâtre d’orgies poissonnières assourdissantes. La période de reproduction fait se rassembler plusieurs millions de poissons, que les scientifiques appellent une «masse de frai». Parmi eux se trouve le cynoscion othonopterus, une espèce d’acoupa, qui s’avère être l’espèce de poisson la plus bruyante au monde, en l’état des connaissances actuelles.

«Les niveaux de son produits par ce choeur de poissons sont suffisamment élevés pour causer une perte d’audition temporaire sinon permanente chez les mammifères marins qui s’attaquent à ce poisson», rapporte Timothy Rowell, chercheur à l’Université de Californie.

Un choeur de poissons aussi bruyant qu’un stade

Phoques, otaries et dauphins pourraient ainsi perdre leur audition à l’entente du bruit produit par la vessie natatoire de l’acoupa du golfe, semblable à celui produit par une mitraillette.

L’AFP rapporte ainsi qu’«un seul individu mâle de ce poisson de mer est alors capable de faire presque autant de bruit qu’une baleine alors qu’il mesure moins d’un mètre».

Si un seul poisson est capable d’émettre un son de 177 décibels, un choeur entier peut pousser jusqu’à 202 décibels.

Pour entendre le son cliquer ici

Ce bruit se réverbère sur les coques des bateaux de pêche, et peut être entendu jusqu’à la surface de l’eau. Alors que les poissons vont crescendo lors de la marée haute, cela crée une rumeur telle que celle d’un stade rempli de supporters. Rowell suppose que chaque poisson essaye de surpasser en volume son voisin, nageant à la surenchère.

Le chant du cygne

 

Mais ce cri pourrait bien être le chant du cygne. Alors que les pêcheurs suivent l’acoupa à l’oreille le long du Colorado, l’espèce apparaît de plus en plus menacée. Au cours des cinq à dix dernières années, la taille des poissons a réduit de près de dix centimètres, et l’espèce est classée comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à cause de la surpêche. Lors de la période de reproduction, près de 500 bateaux viennent ainsi pêcher jusqu’à deux millions d’acoupas dans cette zone.

Le nombre de poissons de cette espèce a pu être estimé à partir du bruit produit, et atteindrait les 1,55 million.

http://www.slate.fr

Ne réchauffez jamais un oeuf dur au micro-ondes


Je n’aurais jamais pensé à faire réchauffer les oeufs durs aux micro-ondes. Je sais par expérience cuire un oeuf plat aux micro-ondes, il faut faire un minuscule trou dans le jaune d’oeuf, sinon cela explose dans l’appareil, mais un oeuf dur, il peut exploser dans l’assiette au moment qu’on met la fourchette et étrange, il pourrait aussi (semble-t-il) émettre assez de décibels pour endommager l’ouïe
Nuage

 

Ne réchauffez jamais un oeuf dur au micro-ondes

 

© thinkstock.

Ce dernier pourrait vous causer des dommages auditifs.

Si vous pensiez réchauffer votre oeuf dur au micro-ondes, sachez qu’il s’agit là d’une très mauvaise idée. Car selon une recherche menée par deux ingénieurs du son, Anthony Nash et Lauren von Blohn, cette manière de faire pourrait être dangereuse.

La raison: lorsque des oeufs sont réchauffés au micro-ondes, ces derniers se gonflent à cause de la chaleur et peuvent finir par exploser une fois qu’on les perce avec une fourchette. Le son produit par cette explosion serait alors si fort qu’il pourrait vous causer des dommages auditifs.

Pour en arriver à une telle conclusion, ces deux chercheurs ont fait cuire 100 oeufs de cette façon. Et le résultat est sans appel: un oeuf sur trois explosait après avoir été réchauffé.

S’il est impossible de prédire lequel ce sera, on sait toutefois que cette explosion est dûe à une réaction aux radiations. Cette dernière crée une poche qui se gonfle dans l’oeuf et qui explose une fois percée par une fourchette.

Le niveau sonore de ce phénomène varie alors entre 86 et 133 décibels.

« C’est comme entendre une moto qui fonce à toute à allure à seulement neuf mètres ou le démarrage d’un avion à plus de 300 mètres de soi » ont-ils expliqué à nos confrères du magasine Live Science.

http://www.7sur7.be/

Comment le corps permet de deviner l’âge de quelqu’un


Il semble qu’il est difficile de cacher notre âge approximatif à des personnes averti. Ceci peut s’évaluer par le son, la longueur des oreilles et l’odeur corporelle. Bref, notre corps semble être un grand délateur
Nuage

 

Comment le corps permet de deviner l’âge de quelqu’un

 

Comment le corps permet de deviner l'âge de quelqu'un

Brad Pitt dans L’étrange histoire de Benjamin Button.Photo Paramount / Reuters

L’un des meilleurs moyens de déterminer l’âge de quelqu’un est de tester son audition. En effet, bien que nos oreilles constituent un dispositif d’écoute extrêmement sensible et performant, elle ont tendance à  se détériorer au fil des années.

Ce phénomène naturel, la presbyacousie, est plus ou moins marqué suivant les individus. Il résulte tout simplement de l’usure progressive des cellules cochléaires, qui captent les sons et les convertissent en signaux électriques pour le cerveau.

L’oreille humaine est théoriquement capable de percevoir des sons dont la fréquence s’étale entre 20 Hz (sons graves) à  20 000 Hz (sons aigus). Lorsque le phénomène de presbyacousie débute, aux alentours de 18 ans, la perte auditive s’effectue surtout dans la gamme des sons les plus aigus.

Il suffit donc de diffuser des sons de haute fréquence pour déterminer l’âge de quelqu’un, du moins l’âge de ses oreilles. Ainsi, l’une de ces célèbres fréquences est baptisée «le ton du moustique», en raison du son très aigu et désagréable qui la caractérise. Sa fréquence est de 17,4 kHz. Elle est audible seulement par les personnes qui ont moins de 25 ans.

Il suffit donc de la diffuser pour séparer les ados, qui auront mal aux oreilles, des jeunes adultes qui n’entendront rien du tout. Elle est ainsi utilisée comme arme de dispersion par les forces de l’ordre, au Royaume-Uni notamment. Il suffit ensuite de diminuer cette fréquence par pallier, pour toucher telle ou telle tranche d’âge. Toutefois, cette séquence est aussi détournée par les adolescents, qui l’utilisent comme une sonnerie de portable inaudible pour les adultes.

L’ODEUR CORPORELLE CHANGE ÉGALEMENT

Il existe des signes plus flagrants de vieillesse. Des grandes oreilles par exemple: selon certaines études, elles grandissent de 22 mm par an. D’où les grandes oreilles des personnes âgées.

Autre indice: l’odeur. Les personnes âgées dégagent en effet une odeur caractéristique. Elle est due à une substance appelée le 2-nonenal qui se retrouve dans la sueur. Sa concentration augmente avec l’âge, et elle a la particularité d’imprégner les vêtements. D’où l’odeur particulière que dégagent les personnes âgées.

http://fr.canoe.ca/

Pourquoi faut-il éviter de s’endormir avec des écouteurs?


Beaucoup s’endorment avec la musique dans les oreilles à l’aide d’écouteur. Il semble que cette mauvaise habitude peut déranger le sommeil et avoir des conséquences sur l’audition
Nuage

 

Pourquoi faut-il éviter de s’endormir avec des écouteurs?

 

Pourquoi faut-il éviter de s'endormir avec des écouteurs?

Il est important de limiter la durée d’écoute à une heure par jour.Photo Fotolia

Pour mettre la lumière sur cette pratique potentiellement dangereuse, l’Observatoire français Bruitparif a réalisé un sondage sur 661 élèves âgés en moyenne de 13 ans.

40 % des 661 sondés disent s’endormir avec leurs écouteurs dans les oreilles. Les jeunes de 14 ans seraient eux, 14 % à le faire tous les soirs.

Selon le président Bruitparif, Didier Gonzales, «ces pratiques, lorsqu’elles s’installent dans la durée, peuvent être lourdes de conséquences pour l’audition, mais aussi générer des troubles du sommeil et entraîner des difficultés dans les apprentissages».

Bruitparif metionne aussi des rapports médicaux qui font état d’une «augmentation des signes de perturbation du sommeil».

Ces symptômes sont l’allongement du temps d’endormissement, des risques accrus de faire des cauchemars, ou encore le fractionnement et la déstructuration du sommeil.

UNE MAUVAISE PRÉVENTION

L’Organisation mondiale de la santé tente de prévenir de ces risques en déclarant qu’il est important de limiter la durée d’écoute à une heure par jour et de pas dépasser les 60 % de la capacité maximale de volume de son appareil.

Pourtant, Bruitparif doute que ces recommandations arrivent jusqu’aux oreilles des jeunes utilisateurs et les fassent entendre raison.

http://fr.canoe.ca/

Le coton-tige, ce produit qu’on continue invariablement à mal utiliser


Le Q-tips, ou si vous aimez mieux le coton-tige, est-il utilisé pour nettoyer les oreilles ? Saviez-vous que ce n’est vraiment pas une bonne idée, car il est responsable des cas de surdités.
Nuage

 

Le coton-tige, ce produit qu’on continue invariablement à mal utiliser

 

Leaving A Tip / JD Hancock via Flickr CC License By

Leaving A Tip / JD Hancock via Flickr CC License By

Repéré par Jean-Laurent Cassely

Vous pouvez vous en servir pour tout un tas de chose, mais ne le mettez pas dans votre oreille.

Si la merveilleuse histoire des petits objets du quotidien vous fascine, alors le cas du coton-tige ne vous laissera pas indifférent. Le Washington Post consacre un article à celui qu’on appelle plus rarement bâtonnet ouaté, qualifié par le journal de «produit le plus déconcertant» vendu aux États-Unis. Bien que les fabricants placent des avertissements explicites sur les boîtes de coton-tige depuis des décennies pour décourager cette pratique, les gens ne peuvent s’empêcher de l’introduire dans leur conduit auditif, ce qui crée des bouchons et peut causer une perte d’audition.

Appliquer du maquillage, du verni à ongle, laver un bébé ou même utiliser le coton-tige pour faire le ménage, tout cela est bienvenue à l’exception donc de l’usage principal qu’on continue à en faire.

Inventé au début du XXe siècle par un certain Leo Gerstenzang pour les soins de son jeune enfant, il a été rapidement utilisé par les adultes, et le marketing du coton-tige a suivi, présenté comme le petit objet sain et sûr pour nettoyer l’intérieur des oreilles. Il prend le nom anglais de «Q-tips» (ou bâton de qualité), aujourd’hui possédé par le groupe Unilever, tout comme «Coton-tige» en France, indiquait un article de La Croix en 2009:

«L’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi) le confirme, Coton-Tige est une marque déposée par la multinationale Unilever, depuis 1952. Tout le monde avait fini par l’oublier, à tel point que le service juridique d’Unilever France, joint par téléphone, l’ignorait aussi. Les puristes –et les concurrents d’Unilever –doivent donc se contenter de l’appellation “bâtonnet ouaté”; les Canadiens, en toute simplicité, parlent de “tige de coton ouaté”.»

Les retirer du marché?

Mais l’avertissement des fabricants sur le mauvais usage du coton-tige est l’équivalent, moque le Washington Post, d’un paquet de cigarettes sur lequel on encouragerait les fumeurs à les porter à leurs lèvres sans les allumer… Car le petit rituel du coton-tige est plutôt agréable et fonctionnerait à terme comme une addiction.

C’est aussi un bon exemple, note dans l’article une spécialiste de marketing, d’un produit dont l’image de marque est trop ancrée dans la conscience collective pour qu’on parvienne à faire comprendre aux consommateurs qu’ils en font un usage inapproprié depuis toujours. La seule solution: retirer du marché les coton-tige et inventer autre chose. Évidemment hors de question pour un marché qui pèse, aux Etats-Unis, autour de 200 millions de dollars par an

http://www.slate.fr/

L’ouïe de plus d’un milliard de personnes menacée par leurs écouteurs


Plus de 1 milliard de personnes sont menacées par la surdité et cela sera irrémédiable. Pourtant, la prévention est très simple et permet par le fait même d’être en contact avec l’entourage. Qu’es-ce qu’il faut faire pour que ces personnes concernées comprennent ?
Nuage

 

L’ouïe de plus d’un milliard de personnes menacée par leurs écouteurs

 

<a href="https://www.flickr.com/photos/marcusq/2961684045/in/photolist-5vHpu2-5y693a-kieeoY-doJmRS-fb6Hov-7orxnx-rDGiFY-978Rac-ozb5BF-rSJkBi-agaqu5-4snmRD-iYTnqK-9Te42L-87jKaZ-53TmPZ-bm8AN7-UBiD-48Q2BC-8CBV6u-9pMhdh-yVfBr-eg5hzi-eA86M-9wwGAa-qLvLia-5apZg8-UBhJ-4XDuRs-63pkh7-99kGck-UBtv-6wjQfz-aNpJZv-pKz2Zv-pKxHTJ-p6cjmr-5HMg41-978R4X-7fYWcV-ceG1u-rudYVp-jn8LTs-8z8qhR-jn8P4j-9WThQN-b6HUZr-b6HU8x-b6HU3Z-b6HTZV" target="_blank">Listen</a> | Marcus Quigmire via Flickr CC <a href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/" target="_blank">License by</a>

Listen | Marcus Quigmire via Flickr CC License by

Repéré par Robin Verner

Idéalement, on ne devrait pas écouter plus de soixante minutes de musique par jour et jamais à plus de 60% du volume maximal.

Dans le monde, plus d’un milliard de personnes risquent de voir leur audition se dégrader à cause d’accessoires ou d’équipement audio, comme des casques, écouteurs en tous genres, souligne NBC. Oui, vous avez bien lu (à défaut d’avoir bien entendu): plus d’un milliard d’individus pourraient perdre quelques précieux points d’audition à force d’écouter leur mp3, iPod, smartphones à plein tubes, ou d’assister à des spectacles où le niveau sonore peut atteindre 120 décibels. Des chiffres sérieux, avancés par l’OMS en mars 2015.

NBC news a rencontré un ORL de l’Indiana (aux États-Unis), Sreekant Cherukuri, spécialiste de ces questions. Pour lui, les pertes auditives chez les adolescents sont 30% supérieures à ce qu’elles étaient dans les années 1980 et 1990. En première ligne, les iPods et les portables devenus des boîtes à musique ultra-sophistiquées.

«Avant, on avait des walkman, avec des batteries AA et des casques dont les écouteurs faisaient le tour de l’oreille, dont le son se déformait et la batterie se déchargeait vitesse grand V quand on mettait le son très fort.»

Intra-auriculaire

Le pire ennemi du mélomane et le meilleur allié de la surdité a un nom: l’écouteur intra-auriculaire, qui vient se ficher à l’entrée du canal auditif pour y déverser des mélopées potentiellement aussi fortes qu’à un concert. Le son qu’il produit peut en tout cas s’élever entre 7 et 9 décibels au-dessus de celui d’un casque classique.

Les habitudes de chacun sont bien sûr aussi en cause: l’article révèle que 89% des gens ont tendance à augmenter le volume de la chanson quand ils estiment que la rue ou l’environnement autour d’eux est trop bruyant. Mauvais réflexe: il faut être capable d’entendre une conversation à mi-voix tenue à un mètre de soi même avec son casque sur les oreilles si on veut pas mettre son ouïe en danger.

Perte définitive

La perte d’audition nous menace d’autant plus qu’elle est définitive et difficilement détectable par des tests chez les plus jeunes. Nicole Raia, de l’hôpital universitaire de Newark, dans l’État du New Jersey, s’alarme:

«l’exposition au bruit chez les enfants est de plus en plus préoccupante» et souvent la dégradation de l’ouïe n’est pas perçue avant que le sujet ait «une vingtaine ou une trentaine d’années».

Bien sûr, il existe des solutions simples pour préserver ses oreilles. Dans l’idéal, il faudrait ainsi appliquer la règle dite des 60: pas plus de soixante minutes de musique via supports audio par jour et ne pas monter le son à plus de 60% du volume maximal de la machine. Rien d’absolument nouveau sans doute mais il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

http://www.slate.fr/