À Bali, des dauphins aux dents limées pour protéger les touristes


Ces centres les animaliers devraient être boycottés, mieux encore fermer et payer une forte amende pour que les bêtes puissent aller dans des refuges et aider les animaux qu’ils peuvent retourner à l’état sauvage. À Bali, pour que les chers touristes puissent interagir avec des dauphins, ils ont limé ou arraché les dents de ces animaux dans un endroit qui ne répondent pas du tout à leur besoin. Et d’autres animaux en Indonésie subissent de la cruauté tout cela pour que le tourisme puisse interagir avec ces bêtes telles que les éléphants, orang-outangs, tortues pour des égoportraits
Nuage

 

À Bali, des dauphins aux dents limées pour protéger les touristes

 

Dauphin | MONICA via Flickr CC License by

Dauphin | MONICA via Flickr CC License by

Repéré par Claire Levenson

Une association a retrouvé des dauphins avec des dents manquantes ou limées dans une attraction touristique de Bali.

Repéré sur Newsweek, The Independent

L’association World Animal Protection a publié une enquête qui révèle les conditions déplorables des animaux utilisés dans les attractions touristiques de plusieurs îles d’Indonésie. Parmi les pires abus mis à jour, il y a le cas d’un centre marin dans lequel plusieurs dauphins avaient eu des dents arrachées ou fortement limées afin qu’ils puissent interagir avec les touristes sans risque de morsure.

«Les dents de deux femelles, et aussi de certains jeunes mâles, avaient été limées et presque complètement aplaties, et certaines semblaient avoir disparu, précise le rapport. Lorsque nous avons posé des questions au personnel, ils ont dit que les dents de ces dauphins ne poussaient pas parce qu’ils étaient élevés en piscine. C’est impossible et il est fortement probable que les dents aient été limées pour empêcher les dauphins de mordre le personnel et les touristes.»

Dans cet établissement à Bali, les visiteurs paient pour nager avec les dauphins, qui sont parqués dans des piscines trop petites pour leurs besoins (10 mètres sur 20 mètres pour quatre dauphins.)

Comme des visiteurs s’étaient déjà plaint de ce centre, il y était interdit de prendre des photos ou de filmer.

Sur les 26 attractions animalières examinées par World Animal Protection, aucune ne respectait les besoins élémentaires des animaux. Des orang-outangs étaient forcés à interagir avec des touristes pour faire des selfies, avant d’être replacés dans des cages. Les auteurs ont aussi vu des touristes saisir des tortues par la carapace.

Quant aux éléphants utilisés pour les promenades touristiques, ils avaient des comportements répétitifs anormaux symptômatiques de stress aigü, selon le rapport. Dans un cas, un éléphant avait été forcé à s’assoir par un homme portant un fusil.

«Les sites internet de certains de ces endroits décrivent des troupeaux d’éléphants vivant en paix, ce qui semble idyllique, explique Chiara Vitali de World Animal Protection, mais on ne vous montre pas qu’ils vivent enchaînés dans des champs sans nourriture, sans ombre et sans possibilité de communiquer avec d’autres éléphants».

Le directeur de l’association, Steve McIvor, appelle à boycotter ces lieux, en expliquant qu’à partir du moment où un touriste peut monter sur un animal, le prendre dans ses bras ou faire un selfie avec lui, il s’agit de cruauté.

http://www.slate.fr/

L’île des Poupées


C’est un peu glauque, de voir ces poupées pendre un peu partout … A cause de superstition, de fantôme .. ce gars qui a vécu en ermite a du être sérieusement secoué par une mort d’une fillette pour croire que l’ile était hantée
Nuage

 

L’île des Poupées

 

 

Connu comme « La Isla de la Munecas« , par les Espagnols, l’île des Poupées est peut-être l’attraction touristique la plus fascinante du Mexique. Localisée au sud du pays, l’île est un endroit de mystères et de superstitions. Presque chaque arbre de l’île est décoré avec de vieilles poupées mutilées qui donnent le sentiment d’être constamment regardé.

L’histoire de l’île débute dans les années 50, lorsqu’un certain Don Julian Santana Barrera décide d’aller y vivre en ermite, laissant femme et enfants derrière lui.

Peu après son arrivée sur les lieux, Don Julian acquiert la certitude qu’ils sont hantés par l’esprit d’une petite fille, morte noyée dans le canal qui borde l’île.

Pour apaiser le fantôme de la fillette et se protéger du mauvais sort, Don Julian va commencer à collecter les vieilles poupées abandonnée qui dérivent parfois au fil de l’eau.

Une à une, il va les accrocher aux arbres de l’île, constituant un étrange mausolée en hommage à l’enfant défunte.

Santana s’occupera d’apporter des poupées sur l’île pendant près de 50 ans. Les petites silhouettes mutilées s’accumulent alors par centaines, recouvrant littéralement la végétation. Avec les années, elles se décomposent horriblement, la pluie et le soleil érodant leurs visages au regard vide.

Attachées aux branches par des fils de fer rouillés, elles sont souvent couvertes de toiles d’araignée ou de crasse, quand elles ne sont pas démembrées.

Ironiquement, en 2001 Don Julian Santana a été trouvé mort par son neveu, dans le même canal dans lequel la petite fille s’était noyée. Maintenant son Île des Poupées est une des attractions touristiques les plus bizarres du monde.

Désormais seules occupantes des lieux, les poupées continuent lentement à pourrir au soleil du Mexique, mais d’après les superstitions locales, on pourrait les voir bouger lorsque vient la nuit. Ceux qui ont visité l’île parlent d’une expérience unique, comme une installation artistique dégénérée dans laquelle on se sent observé de toutes parts.

 

 

http://www.laffut.fr