Australie: les professionnels du tourisme inquiets après les attaques d’un requin


Je peux comprendre le désarroi des personnes qui ont été attaquées par les requins en Australie, mais je suis quand même d’accord que la justice a interdit les pièges de requins qui protégeaient les touristes. La mer, c’est à eux, c’est leur vie, leur maison, leur territoire. Pour l’humain, ce n’est que pour s’amuser ou pêcher. La logique serait donc, de les laisser vivre en paix et en sécurité. C’est à nous d’aller ailleurs et non le contraire
Nuage


Australie: les professionnels du tourisme inquiets après les attaques d’un requin


Australie: les professionnels du tourisme inquiets après les attaques d'un requinIn the past year there have been several shark attacks in waters around Australia’s Whitsunday Islands© AFP/Archives/Sarah Lai

Sydney (AFP)

Les professionnels du tourisme australien souhaitent la mise en place de patrouilles aériennes au-dessus de l’archipel des îles Whitsundays afin d’endiguer une baisse de fréquentation au lendemain d’attaques de requins près de la Grande Barrière de corail.

Mardi, un Anglais de 28 ans a eu le pied droit arraché par un requin qui a blessé un second nageur de 22 ans alors qu’ils jouaient dans l’eau à Hook Passage, un site de snorkeling prisé.

Les Whitsundays, un archipel très fréquenté par les touristes étrangers et australiens car relativement sûr pour la baignade, sont depuis un an le théâtre d’attaques de requins.

Une fille de 12 ans a perdu une jambe alors qu’un homme avait succombé à ses blessures quelques mois plus tôt.

La PDG de Tourism Whitsundays, Tash Wheeler, a affirmé que la fréquentation touristique a chuté l’an dernier, notamment en raison de ces attaques.

« Si on étudie les 12 derniers mois, je peux vous dire que cela a eu un impact sur notre industrie en termes de visites », a-t-elle déclaré à la presse.

La région a accueilli 226.000 touristes entre mars 2018 et mars 2019, soit une baisse de fréquentation de 6%, selon les derniers chiffres disponibles.

Mme Wheeler affirme que les voyagistes souhaitent une aide du gouvernement afin de financer de manière « provisoire » des patrouilles aériennes au-dessus des Whitsundays.

Parallèlement, des recherches de requins se trouvant dans cette région sont entreprises.

Ces attaques surviennent un mois après que le gouvernement de l’Etat du Queensland a été contraint, par une décision judiciaire, de retirer des dizaines de pièges à requins qui avaient été installés sur ses plages très prisées des baigneurs.

Dans son jugement, la cour fédérale a estimé que les requins trouvés vivants au niveau des pièges installés dans le parc marin de la grande barrière de corail devaient être relâchés.

Après l’attaque de mardi, le gouvernement du Queensland a annoncé qu’il allait installer 32 nouveaux pièges en dehors de la zone protégée.

L’organisation Humane Society International, à l’origine de cette action en justice, conteste le fait que cette récente attaque soit liée au démantèlement de ces pratiques « dépassées » de contrôle des requins.

Rapportées à la fréquentation des plages australiennes, qui accueillent chaque année des dizaines de millions de personnes, les attaques de requins demeurent très rares puisque le zoo Taronga de Sydney en a dénombré 27 en 2018.

https://www.geo.fr

Au lieu de tuer les requins, éduquons les êtres humains


Les quelques attaques de requins sont, je crois, plus souvent des gens qui se trouvent dans l’eau pour le plaisir. Tuer des requins pour la protection humaine, alors que c’est leur environnement, me parait exagéré. Les propriétaires de bateau, et croisières vont jeter de la nourriture où il est susceptible d’avoir des humains. Ils sont une des grandes causes de la présence des requins qui deviennent sédentaires. Pourquoi aller à la chasse si la bouffe est tout là ? L’homme à ce côté égoïste de vouloir tout au détriment de la nature.
Nuage


Au lieu de tuer les requins, éduquons les êtres humains

Des associations, des personnes lambda et des spécialistent s'insurgent contre cette décision. | skeeze / Pixabay

Des associations, des personnes lambda et des spécialistent s’insurgent contre cette décision. | skeeze / Pixabay

Sylvie Nadin

La province Sud de Nouméa a autorisé l’euthanasie d’une vingtaine de squales pour calmer les craintes de la population après deux attaques successives à quelques jours d’intervalle.

Anthony, un jeune garçon de 10 ans, a été victime d’une attaque de requin bouledogue le 25 mai alors qu’il nageait dans la baie de l’Orphelinat à Nouméa. Grièvement blessé, il a ému la population calédonienne, qui a soutenu sa mère lorsqu’elle a mis une cagnotte en ligne.

Quelques jours plus tard, le 29 mai, dans l’extrême nord de la Nouvelle-Calédonie, une seconde attaque a eu lieu. Un pêcheur est mort.

Sur les réseaux sociaux et dans les médias, la diffusion de photos et de vidéos de requins vus près de Nouméa ne s’est pas fait attendre. Les plages se sont vidées malgré l’arrivée des vacances scolaires.

Pour remédier à cette hémorragie, la province Sud et la ville de Nouméa ont immédiatement mis en place un programme de lutte contre le risque requin dont la première phase a consisté à en «prélever» une vingtaine afin de les euthanasier. Le plan d’actions dévoilé par la province Sud et la mairie de Nouméa prévoit des mesures à court, moyen et long terme.

«Shark feeding» et sédentarisation

Depuis quelques mois, de nombreux requins bouledogues ont été repérés aux abords de Nouméa, en particulier à Nouville et dans les marinas. La présence de nourriture les ferait sortir des eaux sombres et s’approcher des bords. Le shark feeding, pratique consistant à les nourrir dans le but de les observer, est pourtant strictement interdit en Nouvelle-Calédonie.

La cause de la sédentarisation de ces squales serait liée à d’autres facteurs: les professionnel·les de la pêche –dont les spécialistes de la haute mer accusés de jeter leurs déchets organiques en arrivant vers Nouméa–, les propriétaires de bateaux qui jetteraient leurs déchets dans les zones de mouillages (ports, baies, îlots), les bateaux de croisière et les résidus d’égouts déversés dans les ports, etc., nombre de personnes sont considérées comme responsables même si aucune ne semble prête à assumer.

«Penser qu’il y a une véritable prolifération des requins résulte d’un biais cognitif.» Éric Clua, directeur de recherches au CRIOBE

La province Sud estime que cette «prolifération» de requins bouledogues est à l’origine de l’attaque de l’enfant mais on ne dispose d’aucun chiffre ni d’aucune étude pour étayer cette observation. Ces populations d’animaux marins n’ont pas été estimées.

Éric Clua, directeur de recherche au Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement (CRIOBE) et spécialiste des requins, est sceptique: «Ce sont des conjectures liées à de simples observations. Penser qu’il y a une véritable prolifération résulte d’un biais cognitif. Ce n’est pas parce que nous voyons plus de requins qu’il y en a réellement plus. Cela signifie juste que nous les voyons plus facilement qu’avant. Les requins remontent des eaux sombres où ils étaient depuis toujours et où on ne les voyait pas, à cause de ce nourrissage, volontaire et involontaire, qui les attire à la surface, proche des berges.»

Selon ce chercheur qui a vécu de 2002 à 2012 en Nouvelle-Calédonie et qui étudie aujourd’hui les requins en Polynésie française, ces deux attaques violentes, sans connexion mais à seulement quelques jours d’intervalle ont induit un problème de perception.

Non, les requins ne se trompent pas de proies

Éric Clua critique ce type de campagnes punitives dans un article publié par la revue Conservation Letters. Selon lui, les attaques mortelles ne sont pas dues à une densité élevée de squales mais plutôt au comportement singulier de certains spécimens. Rares, ces individus auraient un profil «déviant».

L’éco-anthropologue juge simpliste l’idée selon laquelle le requin attaque l’homme dans un but alimentaire:

«Les requins sont pragmatiques, ils vont avant tout manger ce qu’ils connaissent. Il lui faut beaucoup d’audace pour cibler une proie de la taille d’un homme Cette audace est un facteur plus déterminant que la pénurie alimentaire. Sinon, comment expliquer que certains requins attaquaient déjà l’homme alors même qu’il y avait des poissons à profusion dans les zones affectées aujourd’hui par la surpêche? Ce n’est pas le nombre d’attaques qui a significativement augmenté (sinon légèrement) mais la perception qu’on en a. Par ailleurs, aucun facteur de causalité ne relie le nourrissage avec l’augmentation des attaques.»

«S’ils croquent un doigt, les requins ne confondent pas pour autant un humain avec du thon ou une autre proie habituelle.» Éric Clua, directeur de recherches au CRIOBE

Le seul facteur de causalité établi par deux études australienne et américaine pour expliquer la fréquence de ces agressions est l’augmentation de la fréquentation des plages. La probabilité qu’un requin morde un humain reste inchangée. Les êtres humains, en revanche, vont de plus en plus vers les requins. Plus de gens sur les plages, ce sont aussi plus de gens dans l’eau parmi lesquels certains pratiquent des sports aquatiques qui les rapprochent de nouvelles zones de rencontre potentielle avec les squales.

«Les requins, à cause du feeding, deviennent de moins en moins timides. S’ils croquent un doigt avec l’idée de récupérer à manger ils ne confondent pas pour autant un humain avec du thon ou une autre proie habituelle. Les requins ne se trompent pas. La théorie selon laquelle leurs attaques seraient liées à une erreur de leur part, confondant un surfeur avec une tortue, est désormais mise à mal»,ajoute Éric Clua, qui déplore la pénurie de spécialistes dans ce domaine.

Une décision qui ne plaît pas à tout le monde

Julien Chable, président de l’antenne de Sea Shepherd en Nouvelle-Calédonie, s’interroge à propos de la décision de capturer et d’euthanasier ces vingt requins:

«Sur quelles bases scientifiques repose cette décision? Pourquoi là, pourquoi maintenant, pourquoi en abattre vingt? D’où vient ce chiffre?»

L’association, impliquée dans la conservation et la préservation des milieux et des espèces marines, s’intéresse à la question depuis plusieurs années.

«L’attaque qui a eu lieu à Nouméa est dramatique mais il ne faut pas prendre des décisions hâtives sous le coup de l’émotion. C’est un dossier qui mérite des études, des concertations, un travail de fond.»

Karine Lambert, directrice de l’environnement de la province Sud, justifie cette décision: «Le nombre de vingt n’est pas donné au hasard. La quantité de requins a été estimée sur la grande rade. Aux dires des experts, c’est le nombre suffisant pour faire diminuer la densité de ces requins qui s’installent dans la durée et qui se comportent anormalemnt car ils sont habitués à être nourris dans les ports et à se précipiter vers tout ce qui tombe dans l’eau.»

L’espèce est protégée par le code de l’Environnement de la province mais celui-ci permet aussi la régulation par prélèvement d’un certain nombre de squales sur un périmètre réduit «lorsque des intérêts relatifs à la protection de la vie humaine le justifient» (Article 240-5).

Julien Chable considère malgré tout cette mesure comme inutile.

«Nous savons que ça ne marche pas! En Australie, ils ont abattu de très nombreux requins et pourtant il y a toujours des attaques. Il faut s’intéresser aux retours d’expériences d’autres pays. Jusqu’où irons-nous? Jusqu’à abattre l’ensemble des requins pour qu’il n’y ait plus aucun risque? Ce n’est pas cohérent de prendre cette décision sans avoir demandé au préalable des études à de vrais spécialistes et sans avoir un minimum de données.»

L’opposition à la décision de la province Sud ne se résume pas à l’association. La pétition en ligne a recueilli quasi 10.000 signatures dès le lendemain de sa mise en ligne et dépasse les 21.552 le 3 juillet

Un programme qui ne s’arrête pas au «prélèvement»

La province Sud insiste: le programme ne se résume pas au «prélèvement» mais aussi à une phase de prévention et à une surveillance accrue du feeding –déjà interdit.

«La décision de capturer et d’euthanasier les requins n’a pas été prise à la hâte», se défend Karine Lambert.

D’autres solutions ont été testées auparavant.

«Les essais menés par la province visant à capturer certains individus pour les relâcher de l’autre côté de la barrière corallienne n’ont pas été concluants. Tous les spécimens bagués sont revenus côté lagon», indique un communiqué de presse de la province Sud.

Avant de pouvoir appliquer ces mesures préventives, la province Sud souhaite diminuer le nombre de requins sédentarisés aux abords de Nouméa. La décision a été prise en s’appuyant sur une étude permettant d’estimer la densité de squales dans la zone.

«Nous avons croisé les données de visualisation spatiale et temporelle avec les observations des usagers des ports», explique Karine Lambert.

«Les gens doivent pouvoir nettoyer la coque de leur bateau sans avoir à craindre la présence de requins bouledogue.» Karine Lambert, directrice de l’environnement de la province Sud de Nouméa

La mise en place du programme a été accélérée par l’attaque du jeune Anthony à Nouméa mais la province Sud y réfléchissait déjà depuis plusieurs mois car «normalement, les requins ne restent pas au même endroit».

Leur sédentarisation serait à l’origine de leur comportement «déviant», selon la directrice de l’environnement de la province Sud, qui reprend le terme employé par Éric Clua. «Les requins sont trop nombreux pour rester dans un espace où l’activité humaine est dense, comme dans les baies et les ports. Les gens doivent pouvoir nettoyer la coque de leur bateau sans avoir à craindre leur présence. Nous ne sommes pas allés capturer ces requins au milieu de l’océan mais dans un port, précise-t-elle. Surtout, ce plan va bien au-delà de cette régulation.»

Pour empêcher le feeding, le programme interdit les mouillages forains en baie des Citrons, (Nouméa), l’une des plus fréquentées par les personnes qui se baignent. Un programme de sensibilisation à la réduction des déchets versés dans les eaux portuaires a aussi été mis en place auprès des populations qui font usage des ports.

Ces mesures sont destinées à calmer les craintes de la population locale. Elles pourront éventuellement diminuer la densité de requins sédentaires. Reste qu’une vraie compréhension du comportement de ces espèces et une augmentation des études scientifiques sur ce sujet seraient nécessaires pour appliquer des actions concrètes et pérennes dans les zones où êtres humains et requins cohabitent.


http://www.slate.fr/

Attaques de requins : l’océan n’est pas une piscine


Il est triste que des personnes soient blessées parfois mortellement lors d’attaque de requin, mais l’océan n’appartient pas à l’être humain. Quand il visite la mer, il est un animal comme un autre. Le tourisme, cela rapporte, mais cependant la mort de grands nombres de requin est une catastrophe
Nuage

 

Attaques de requins : l’océan n’est pas une piscine

 

Crédits: Terry Goss

(Agence Science-Presse) Cette année encore, les requins font la manchette aux États-Unis. Normal : sept attaques recensées en trois semaines pour la seule Caroline du Nord. Pourtant, si vous avez l’âme d’un nageur océanique ou d’un vacancier en mal de sable, vous savez (pertinemment) que dans l’eau vous n’êtes qu’une espèce parmi tant d’autres.

Dans une entrevue donnée à NPR, Georges Burgess, directeur du programme de recherche sur les requins et éditeur de l’International Shark Attack File (ISAF – base de données mondiale) au Muséum d’histoire naturelle de Floride, rappelait que les attaques de requins sont plus conditionnées par le nombre de baigneurs que par le nombre de requins. La population de requins, contrairement à celle des hommes, est d’ailleurs au plus bas dans le monde.

Dans des zones touristiques populaires comme la Caroline du Nord, le nombre de rencontres homme-requin est donc inévitable, les morsures aussi. D’autres facteurs environnementaux ou océanographiques comme un été précoce, des températures des eaux plus chaudes et l’affluence de tortues de mer en période de ponte (proie des requins) pourraient en partie expliquer ces attaques.

Selon l’ISAF, 72 attaques, dont 3 mortelles, ont été recensées en 2014 dans le monde. Un chiffre à comparer avec les 100 millions de requins pêchés chaque année. On jase là!

À suivre sur Twitter : David Shiffman, biologiste marin spécialiste des requins et grand vulgarisateur.

http://www.sciencepresse.qc.ca/

Pourquoi nous devons lutter contre l’extermination des requins.


Samedi le, 1 er mai, une dame est morte suite a des blessures d’une attaque de requin à Hawaï. Ce n’est pas la première, ni la dernière et cela est bien malheureux. Cependant, notre habitat n’est pas la mer et nous devons respecter ceux qui vivent dans les eaux. Si nous devions exterminer les requins alors il faudrait exterminer tous les prédateurs, sur terre, mer et dans les airs, dont l’homme
Nuage

Pourquoi nous devons lutter contre l’extermination des requins.

 

L’illustrateur Krapo a réalise récemment cette petite BD qui dénonce l’extermination des requins tout en expliquant leur importance dans notre écosystème.

Retrouvez ses oeuvres sur son blog: La Bave du Krapo

http://bridoz.com/

Attaquée par un requin, la jeune surfeuse Kirra-Belle Olsson prend la défense de l’animal


Elle n’a que 13 ans et elle a très bien compris que le requin ne suivait que,son instinct, et ce, dans son environnement. Elle aurait pu y rester, mais elle a vaincu pour être en mesure de revenir sur la terre ferme. Je trouve très honorable de sa part de ne pas avoir de rancœur envers les dents de la mer … Elle doit être une très bonne personne
Nuage

 

Attaquée par un requin, la jeune surfeuse Kirra-Belle Olsson prend la défense de l’animal

 

La sagesse n’attend pas le nombre d’années. C’est ce qu’on peut penser en découvrant la réaction de Kirra-Belle Olsson, surfeuse australienne de 13 ans, après une attaque de requin.

Kirra-Belle Olsson a été attaquée par un requin vendredi 17 septembre alors qu’elle surfait à Avoca Beach, une plage de Nouvelle-Galles du Sud, bien connue des amateurs de vagues en Australie. L’animal l’a mordue au mollet et au pied, mais Kirra-Belle ne lui en tient pas rigueur.

« J’ai pris la vague et j’ai senti quelque chose attraper mon pied à deux reprises, j’ai pensé que c’était un ami qui essayait de me faire peur », a déclaré la jeune surfeuse à ABC News. « La troisième fois, le requin a tourné autour de moi et a essayé de me tirer vers le fond. »

La jeune fille s’est alors mise à crier avant de rapidement regagner la cote, choquée et prise de fous rires nerveux.

Kirra-Belle a eu une belle frayeur ce jour-là, mais elle a insisté sur un point: ce n’est pas la faute du requin. La jeune surfeuse a expliqué à la presse qu’elle avait « pris la vague du requin », un affront dans le monde du surf où il est très mal vu de griller la priorité. Pour elle et son père qui l’a accompagnée à l’hôpital, l’animal a pris son pied pour un poisson.

Kirra-Belle a publié plusieurs photos de ses blessures sur son compte Facebook peu de temps après l’attaque. Dans cet album sobrement intitulé « J’ai été attaqué par un requin », l’une des images montre une profonde lacération au niveau du mollet. Face aux commentaires inquiets de ses amis, la jeune australienne a publié un commentaire prenant la défense de son agresseur:

« Les requins sont des créatures formidables lorsque je plonge avec eux et ils n’attaquent pas à moins de vous prendre pour un poisson. Je ne suis pas une personne négative alors, si vous publiez des commentaires négatifs, je vous demande de bien vouloir arrêter. »

« C’est leur environnement, ils continuent seulement à faire ce qu’ils font tous les jours, a également déclaré Kirra-Belle au Daily Telegraph. Ca n’est pas comme s’ils se disaient « tiens voici un humain, je vais le dévorer. »

Kirra-belle Olsson sur Facebook

http://quebec.huffingtonpost.ca