Faire des appels à l’aide d’un assistant vocal peut vous exposer à des arnaques


Les assistants vocaux, comme celui de Google, Siri ou Alexa peuvent être bien utile, enfin en espérant que les écoutes des assistants ont cessé. Les arnaqueurs y voient aussi un moyen pour leurs escroqueries. Si on cherche un numéro de téléphone d’une entreprise, mieux vaut ne pas passer par les assistants, car rien ne garantis que ce soit le bon numéro, mieux vaut aller directement sur les sites officiels.
Nuage


Faire des appels à l’aide d’un assistant vocal peut vous exposer à des arnaques

Un iPhone 4S avec l'assistant personnel Siri.

L’algorithme peut accidentellement sélectionner un faux numéro quand on fait une recherche vocale.

PHOTO : REUTERS / SUZANNE PLUNKETT

Radio-Canada

Des assistants vocaux comme Siri, Alexa et l’Assistant Google peuvent aider à trouver rapidement des informations ou faire jouer votre chanson préférée, mais l’organisme de protection des consommateurs Better Business Bureau (BBB) recommande de ne pas s’en servir pour faire des appels à des entreprises, puisqu’il est possible de se faire arnaquer.

Plusieurs personnes ont raconté à l’organisme s’être fait diriger vers des arnaqueurs lorsqu’elles tentaient de joindre des entreprises au téléphone par l’entremise de leur assistant vocal.

Des escrocs créent de faux numéros de service à la clientèle et tentent de les propulser au sommet des résultats des moteurs de recherche, souvent en achetant des publicités. Quand Siri, Alexa, ou un autre appareil fait une recherche vocale, l’algorithme peut accidentellement sélectionner un faux numéro, fait savoir le BBB dans une publication sur son site web(Nouvelle fenêtre).

Une femme a récemment rapporté à l’organisme qu’un escroc lui avait demandé d’envoyer 400 $ sous forme de carte de crédit prépayée alors qu’elle voulait changer de siège auprès d’une compagnie aérienne. L’opérateur à l’autre bout du fil lui avait alors indiqué qu’une promotion spéciale était en cours.

Une autre personne a raconté être tombée sur un arnaqueur pendant qu’elle tentait, à l’aide de Siri, d’appeler le soutien technique au sujet de son imprimante.

Le BBB conseille au public de se rendre sur le site web officiel d’une entreprise qu’il désirerait appeler afin de trouver son vrai numéro de téléphone. Les informations exactes se trouvent également sur vos factures ou sur les courriels de confirmation que vous recevez des entreprises.

L’organisme indique également qu’il est préférable de faire ses transactions en ligne à l’aide d’une carte de crédit, puisqu’il est possible de contester les paiements s’il y a fraude. Les transactions faites par virement ou par carte de crédit prépayée sont presque impossibles à retracer.

https://ici.radio-canada.ca

Les assistants vocaux comprennent mieux les hommes que les femmes


Si ce n’est pas la société qui ne reconnaisse pas l’égalité homme-femme, il semble que les assistants vocaux aussi s’en mêlent. Certains croient que la voix féminine est plus variée que celle de l’homme et d’autres est que ces enceintes sont surtout entraînées par des voix masculines. Un autre point la plupart des gens ne savent pas que leur conversation est enregistrée sur les serveurs …
Nuage


Les assistants vocaux comprennent mieux les hommes que les femmes



Félix Marciano

Selon une étude britannique, les enceintes connectées comprendraient moins bien les commandes vocales des femmes que celles des hommes.

C’est une enquête plutôt originale, mais assez instructive, qu’a menée YouGov au cours du mois d’avril. Cette société internationale spécialisée dans les études de marché mais aussi sur les tendances sociétales a en effet réalisé un sondage en interrogeant 1000 propriétaires d’enceintes connectées pour avoir des retours sur leur utilisation. Et les résultats sont étonnants, notamment par les différences qui apparaissent entre les hommes et les femmes.

Ainsi, 67 % des femmes interrogées déclarent que leurs commandes sont souvent mal comprises par l’assistant vocal, contre « seulement » 54 % des hommes. A l’inverse, et par simple soustraction, 46 % des hommes affirment de jamais rencontrer de problème de compréhension avec leur enceinte tandis que c’est le cas pour tout juste 32 % des femmes. Le plus surprenant, c’est que les femmes sont généralement plus polies que les hommes avec leur enceinte, qu’elles traitent naturellement comme un être humain. 45 % d’entre-elles ont déclarent toujours ou souvent dire «s’il vous plaît» et «merci», contre seulement 30 % des propriétaires masculins. De manière globale, 55 % avouent être régulièrement grossiers avec leur assistant vocal…

Selon un post de Delip Rao, fondateur et directeur de la société californienne R7 Speech Sciences, qui s’est déjà penché sur le cas de Siri, la différence de compréhension entre hommes et femmes serait d’abord liée au spectre sonore, les voix féminines étant plus variées que les masculines. Pour TechRadar, l’écart constaté serait également du au fait que les concepteurs d’assistants vocaux ont tendance à entraîner les intelligences artificielles des assistants en leur soumettant surtout des voix masculines. Les deux analyses convergent vers la même conclusion : il faudrait mieux éduquer les enceintes connectées, avec davantage de voix de femmes !

Même s’il n’a pas la valeur d’une véritable études scientifique, avec des procédures bien établies sur un échantillon de population plus large et plus international, le sondage réalisé par YouGov a tout de même le mérite de mettre le doigt sur une tendance sociétale intéressante, d’autant qu’il se focalise sur l’usage d’une technologie encore balbutiante. A une époque où les assistants vocaux et leur intelligence artificielle s’invitent dans notre quotidien et nos foyers, ce regard légèrement décalé pourrait aider à mieux appréhender l’évolution que nous vivons, et tout ses implications. Surtout quand on sait, d’après un autre sondage de YouGov, que 30 % des utilisateurs d’assistants vocaux n’ont pas conscience que toutes leurs conversations sont enregistrées sur les serveurs de leurs concepteurs…


Illustrations : © Google

https://www.commentcamarche.net/